Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat      Mes 31 défis
    

Adiflor fête ses 30 ans au service de la lecture en français, partout dans le monde

(g. à d.) Louis Duvernois, sénateur des Français établis hors de France et président d'honneur d'Adiflor ; Gérard Larcher, président du Sénat ; Jérôme Clément, président de la fondation Alliance française et ancien président d'Arte ; Raphaël Fantin, président d'Adiflor

(g. à d.) Louis Duvernois, sénateur des Français établis hors de France et président d’honneur d’Adiflor ; Gérard Larcher, président du Sénat ; Jérôme Clément, président de la fondation Alliance française et ancien président d’Arte ; Raphaël Fantin, président d’Adiflor

Le besoin de livres en langue française dans les pays de l’espace francophone est croissant, affirme Raphaël Fantin, nouveau président de l’Association pour la Diffusion Internationale Francophone de Livres Ouvrages et Revues (ADIFLOR) qui a fêté, le 8 décembre dernier, son trentième anniversaire.

A l’époque de sa création, le monde comptait 135 millions de francophones. Depuis, 139 millions d’enfants francophones sont nés, a précisé le président lors de son discours, ajoutant que notre planète comptera 700 millions de francophones en 2050 !

« C’est une Francophonie résolument tournée vers l’avenir que nous devons faire vivre », a lancé Gérard Larcher, président du Sénat, lors de la cérémonie d’anniversaire qui a eu lieu à la Fondation Alliance Française, dont le président Jérôme Clément, a chaleureusement ouvert ses portes à l’association.

Louis Duvernois à côté de Nicole Lambert, dessinatrice des célèbres "Triplés" et marraine de la Petite Bibliothèque d’Adiflor.

Louis Duvernois à côté de Nicole Lambert, dessinatrice des célèbres « Triplés » et marraine de la Petite Bibliothèque d’Adiflor.

Louis Duvernois qui a présidé Adiflor ces treize dernières années, a dressé le bilan édifiant de l’association qui a toujours agi comme une véritable délégation de service public. On retiendra deux chiffres : plus de 2000 projets éducatifs et culturels d’apprentissage à la lecture en français à travers le monde et plus de 6 millions de romans, littérature générale et jeunesse, d’albums et de manuels scolaires envoyés dans le réseau des Instituts français, des écoles, collèges et lycées français à l’étranger, des établissements scolaires et centres culturels francophones dans le monde et dans le réseau des Alliances françaises (lire : 16.000 livres neufs offerts à Dakar par l’association Adiflor ! du 04 décembre 2014).

Ces trente années de diffusion internationale ont été nourries par les dons des éditeurs, des particuliers, de divers établissements, mais aussi par le don de soi de nombreux bénévoles, à l’image d’Isabelle Le Camus de Lagrevol, déléguée générale (lire : Adiflor donne à lire en français du 22 décembre 2014).

Je fais part à tous les acteurs de l’association de mon admiration et de mes vives félicitations. Je me joins à mon collègue Louis pour saluer la mémoire de Xavier Deniau, ancien secrétaire d’Etat et député du Loiret, qui a créé Adiflor en 1985.

Adiflor a un brillant avenir devant soi et va s’efforcer de trouver des partenariats innovants pour réaliser ses nombreux projets, dont une « liseuse Adiflor » qui a reçu le haut patronage du ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique et qui a déjà trouvé un grand intérêt en Afrique.

Les participants ont pu voir le film « 30 ans, Adiflor », réalisé par les bénévoles Paule et Patrick Vermeerschrétrospective des actions de l’association (voir sur Youtube – 18m)

"La Francophonie, c’est une communauté de valeurs universelles que nous devons plus que jamais défendre : la paix, la liberté, la solidarité, la démocratie." Gérard Larcher (Fondation Alliance française à Paris, le 08.12.2015)

« La Francophonie, c’est une communauté de valeurs universelles que nous devons plus que jamais défendre : la paix, la liberté, la solidarité, la démocratie. » Gérard Larcher (Paris, le 08.12.2015)

Appel à candidature : 4ème édition des Trophées des Français de l’étranger, organisée par Lepetitjournal.com

Vous résidez à l’étranger et vous avez un parcours exemplaire, original, peut-être même exceptionnel ?

Hervé Heyraud, président-fondateur du site Lepetitjournal.com

Hervé Heyraud, président-fondateur du site Lepetitjournal.com

La prochaine édition des Trophées des Français de l’étranger se déroulera en mars. En qualité de membre du jury, je me fais un plaisir de relayer l’appel à candidature lancé par Hervé Heyraud, président- fondateur du media des Français de l’étranger Lepetitjournal.com, organisateur de l’événement.

Notre objectif est de rassembler, d’ici le 15 janvier 2016, le maximum de candidatures afin de pouvoir mettre en avant les plus beaux parcours de Français expatriés.

Mi-mars 2016, sept d’entre eux seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d’Orsay en présence de Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger.

Déroulement des Trophées :

Appel à candidature le 4 novembre 2015

Clôture des candidatures le 15 janvier 2016 à minuit

Le jury se réunira mi-février à Paris afin de procéder à la désignation des lauréats parmi les candidatures présélectionnées par la rédaction du Petit journal.

Remise des prix : semaine du 14 mars 2016 à Paris au Quai d’Orsay.

Les différents prix :
Air France – Culture Art de vivre
CNED – Education-Enseignement
Humanis – Entrepreneur
Le Monde – Environnement
RFI – France 24 – Meilleur Espoir
Banque Transatlantique – Prix du public (les finalistes seront choisis par le public)
Caisse des Français de l’étranger – Social-Humanitaire

Tout savoir sur les Trophées :
http://www.lepetitjournal.com/trophees-accueil

Rappelons enfin que Lepetitjournal.com est le média leader des Français de l’étranger, créé en 2001, présent dans 50 villes du monde avec plus de 500.000 visiteurs par mois.

Expo Universelle 2025 : Pour Jean-Christophe Fromentin, la candidature de la France doit être menée avec une approche entrepreneuriale

Organiser l’exposition universelle 2025 reflèterait notre vocation universelle et servirait notre envie de rayonner, mais aussi nos intérêts : on pourrait miser sur 25 milliards de retombées économiques et 150.000 emplois durables.

"Un projet qui nous ressemble et qui donne un visage à notre envie d'accueillir le monde"  Emmanuel Macron

« Un projet qui nous ressemble et qui donne un visage à notre envie d’accueillir le monde »
Emmanuel Macron

Ce 21 octobre au ministère de l’Economie, plus 600 entrepreneurs et décideurs étaient présents aux côtés d’Emmanuel Macron pour soutenir la candidature de la France à l’Exposition universelle de 2025.

Si le ministre de l’Economie a rappelé que toutes nos valeurs étaient en symbiose avec celles de l’Exposition universelle que nous avons inventée, il n’a pas négligé la portée économique de l’événement.  Pour être prêts, il nous faudra investir dans les infrastructures de transport, dans l’hôtellerie et les activités touristiques. En effet, « l’exposition prolonge notre stratégie de développement touristique : nous voulons 100 millions de visiteurs en 2020, soit 15 de plus qu’aujourd’hui », précise le ministre.

Tout sera mis en œuvre pour séduire les visiteurs du monde entier, à qui on promet une expérience unique : « L’Expo 2025 sera connectée, interactive, en un mot en phase avec la nouvelle économie », résume Emmanuel Macron.

"Le grand intérêt, c'est de mettre un pas dans le futur" Jean-Christophe Fromentin, président d'ExpoFrance2025 et député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine

« Le grand intérêt, c’est de faire un pas dans le futur » Jean-Christophe Fromentin, président d’ExpoFrance2025 et député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine

Tout comme le ministre, Jean-Christophe Fromentin, président d’ExpoFrance2025 souhaite créer une vaste mobilisation citoyenne, à travers les associations, les universités partenaires, les institutions publiques et, bien entendu, les entreprises. « Nous devons gérer ce projet comme une entreprise, dans l’esprit collaboratif de la nouvelle économie », a insisté le député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine, en saluant les 27 entreprises françaises partenaires.

Une approche entrepreneuriale, mais aussi autofinancée : les dépenses de fonctionnement sont estimées à 1 milliard d’euros, les investissements à 1,5 mds, face à des recettes de 2,8 mds (provenant des 45 millions de visiteurs français et étrangers qui devraient dépenser par ailleurs 6 milliards en commerces, hébergement, restauration, transports…).

L’Expo 2015 est un pari sur l’avenir qui doit nécessairement être rentable, soutient Jean-Christophe Fromentin qui se fait un « devoir » que les retombées concernent « toute la France, tous nos territoires ».

Gérard Sénac, premier élu des Français de l’étranger récompensé par un Prix du Rayonnement français

Heureux d’avoir participé à la nouvelle édition du Prix du Rayonnement français, créé par ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam en 2009, pour mettre à l’honneur celles et ceux qui portent haut les couleurs de la France par leur talent avéré dans des domaines aussi variés que le tourisme, la culture ou la gastronomie.

« Un prix attendu », constate Joëlle, comme en témoigne la présence de quatre cents personnalités (ambassadeurs français et étrangers, parlementaires, élus des Français de l’étranger, responsables d’entreprises…) au Quai d’Orsay, ce 7 octobre.

Cette année, pour la première fois, un Français de l’étranger figurait au palmarès, Gérard Sénac, pdg d’Eiffage Sénégal. Le jury lui a décerné le prix du Rayonnement économique pour avoir conduit de nombreux projets phares au Sénégal, dont le plus représentatif est la première autoroute à péage en concession d’Afrique de l’Ouest, fruit d’un partenariat réussi entre secteur public et privé.

Autre nouveauté, la création du prix du Rayonnement Environnemental, de bon aloi à quelques semaines de la COP21, attribué à Tara expéditions.

Le Rayonnement français, « c’est la capacité de notre pays à projeter dans le monde notre valeur, notre créativité et notre excellence » a caractérisé Laurent Fabius. Dans sa vision d’une « diplomatie globale », le ministre des Affaires étrangères veut exploiter tous les leviers possibles, comme peuvent l’être la francophonie ou bien la gastronomie.

Rappelant que « la France s’adresse à tous les peuples et à toutes les cultures », Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger a remis le Grand Prix du Rayonnement français 2015 à Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français.

A la tribune, Julien Lauprêtre, a déplié l’Affiche rouge placardée par l’occupant allemand avec les visages des résistants du réseau Manouchian, tous fusillés. Arrêté à l’âge de 16 ans pour faits de résistance, Julien Lauprêtre a rencontré Missak Manouchian en prison qui lui a intimé de consacrer sa vie à « rendre la société moins injuste ».

Six autres prix thématiques ont ainsi été décernés :
– Prix du rayonnement francophone : La délégation générale de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones – CPCCAF – représentée par Patrice Beitz, vice-président
– Prix du rayonnement économique : Gérard Sénac, président directeur général d’Eiffage Sénégal
– Prix du rayonnement gastronomique : Carol Duval-Leroy, présidente du Champagne Duval-Leroy
– Prix du rayonnement touristique : La Tour d’Argent, représentée par son propriétaire, André Terrail
– Prix du rayonnement culturel : Jean-Michel Wilmotte, dirigeant de Wilmotte et associés
– Prix du rayonnement environnemental : Tara expéditions, représentée par Etienne Bourgois et Romain Troublé, président et secrétaire général

J’adresse à chaque lauréat mes plus vives félicitations et mon salut admiratif.

L’Université d’été du Medef sous le signe de la jeunesse et de l’audace

Après les « Trente Glorieuses », Pierre Gattaz a proposé que nous tournions définitivement la page des « Trente Piteuses » pour bâtir ensemble les conditions des « Trente Audacieuses», c’est-à-dire « les conditions de trente années de croissance, de retour au plein emploi, d’innovations, d’enthousiasme et d’ambition. » (lire : discours_PGattaz_UE2015)

En clôture des travaux et en guise d'avenir pour la France, Laurent Fabius a proposé à Pierre Gattaz que les patrons investissent dans le tourisme, valorisant ainsi notre patrimoine et notre terroir auprès d'une clientèle asiatique et latino-américain à fort pouvoir d'achat

En clôture des travaux et en guise d’avenir pour la France, Laurent Fabius a proposé à Pierre Gattaz que les patrons investissent dans le tourisme, valorisant ainsi notre patrimoine et notre terroir auprès d’une clientèle asiatique et latino-américaine à fort pouvoir d’achat

Le patron du Medef a manifestement trouvé les mots et le ton pour s’adresser à cette « Formidable jeunesse !», le sujet choisi pour l’Université d’été du Medef 2015.

Le PS n’a pas cru bon d’inviter Emmanuel Macron à La Rochelle. Le ministre était en revanche très attendu à Jouy-en-Josas où il a pris un malin plaisir à rappeler que «la gauche a pu croire, il y a longtemps, que la France pourrait aller mieux en travaillant moins».

Chacun a pu goûter, à l’avance, de la pagaille que de tels propos allaient semer à l’Université d’été du PS, tout en restant attentif aux réponses que le ministre de l’Economie allait fournir en matière de pression fiscale, de dépense publique, « la mère de toutes les batailles » dit Pierre Gattaz, ou de réforme du Code du travail.

Université d’été du Medef - 27 août 2015 : Sortie remarquée d'Emmanuel Macron… dans les rangs socialistes

Université d’été du Medef – 27 août 2015 : Sortie remarquée d’Emmanuel Macron… dans les rangs socialistes

Sur le registre du soutien aux entreprises et de l’emploi, le ministre est assurément content de son travail. Il a énuméré la liste des mesures mises en œuvre : réductions de charges, baisse du coût du travail, pacte de responsabilité et CICE. Emballé c’est pesé ! Ce sont plutôt les entreprises qui seraient défaillantes, laisse-t-il entendre, pour ne pas suffisamment investir, manquer de robots ou bien mal se positionner sur les marchés.

Le ministre a pris la tangente au sujet de la réforme du droit du travail, mais il a pris l’engagement de réduire la dépense publique de 57% du PIB actuellement à hauteur de 50% d’ici 2022. Dans sept ans, donc…. en feignant d’ignorer qu’il faudrait encore être au pouvoir.

En espérant que le Code du travail se réduise un jour à quelques pages, je mets à profit mon déplacement actuel en Europe du Nord (Suède, Norvège, Danemark, Royaume-Uni, Irlande) pour m’informer sur les caractéristiques du dialogue social et des accords d’entreprises dans les pays nordiques.

Crédit photo E_Macron : Udel Medef Loiret

« Semaine des ambassadeurs » (3) : vivre dans la multi-crise

Face à la menace terroriste et aux diverses crises qui secouent l’Union européenne, le Premier ministre prône « une diplomatie forte au service d’une France forte ».

Manuel Valls prône "une diplomatie forte au service d'une France forte"

Manuel Valls prône « une diplomatie forte au service d’une France forte »

Étonnamment, Manuel Valls a repris à son compte le slogan de Nicolas Sarkozy en 2012 (« la France forte ») pour s’engager vers un renforcement des services de renseignement et préconiser la coopération internationale.

Intervenant sur le thème de l’Europe de la défense lors d’un diner organisé aux Invalides, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a caractérisé les menaces à l’est et au sud en martelant que « dans le contexte actuel, le projet européen n’est ni une option, ni une alternative ; c’est une nécessité, qui mérite notre engagement constant. »

Cette nécessité de développer une approche commune a été soulignée par Patrice Paoli, directeur du centre de crise et de soutien, lors d’une table ronde consacrée à la gestion de crise.

Table ronde sur la gestion des crises : Patrice Paoli, directeur du centre de crise et de soutien, s'exprime devant Marc Barety, ambassadeur de France en Irak et Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France au Yémen.

Table ronde sur la gestion des crises : Patrice Paoli, directeur du centre de crise et de soutien, s’exprime devant Marc Barety, ambassadeur de France en Irak et Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France au Yémen.

Nous avons été saisis par la finesse d’analyse de certains diplomates, parfois leur émotion contenue, lorsqu’ils évoquaient la situation des pays où ils étaient en poste. J’ai particulièrement apprécié le ton vibrant et la force de conviction de Catherine Colonna, ambassadeur à Rome. Son éclairage met en évidence la nécessité de retrouver une stabilité en Libye sans délai.

Il fut aussi question d’une crise que nous pouvons encore désamorcer et qui concerne le genre humain. A 100 jours de la Conférence Paris climat 2015, de décembre prochain, la Semaine des ambassadeurs a invité Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, pour mettre l’accent sur les enjeux du réchauffement climatique.

Une absence d’accord à Paris serait « une catastrophe ». « Il n’y a pas de plan B, il n’y a pas de planète B », a surenchérit Laurent Fabius.

A trois mois de la COP21, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies est venu placer le réchauffement climatique au coeur des préoccupations de chaque ambassadeur

A trois mois de la COP21, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies est venu placer le réchauffement climatique au coeur des préoccupations de chaque ambassadeur

« A partir de maintenant, je vous considère tous comme des ambassadeurs des Nations Unies pour le climat », a superbement lancé Ban Ki-moon, ce 26 août, au parterre d’ambassadeurs français.

Par ses initiatives et son optimisme, la diplomatie française peut jouer un rôle primordial dans les négociations sur le climat et conduire la COP21 sur le chemin d’un accord historique entre les 195 pays présents pour l’occasion.

« Semaine des ambassadeurs » (2) : développer de nouveaux outils pour dynamiser notre tourisme

« Les ambassadeurs n’ont pas seulement un emploi, ils ont une mission : défendre les intérêts de la France », a prévenu le ministre Laurent Fabius. Et ces intérêts sont aussi de nature économique.

Débat sur le tourisme d'affaires : (g. à d.) Sébastien Bazin, Pdg du groupe Accor et Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

Débat sur le tourisme d’affaires : (g. à d.) Sébastien Bazin, Pdg du groupe Accor et Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

Même si le président de la République a rappelé, dans son discours, que la France était « la première destination au monde » avec 85 millions de visiteurs, il n’est pas question de dormir sur nos lauriers, à l’heure où la concurrence s’avive. D’ailleurs, notre croissance n’est pas aussi dynamique que celle du marché mondial du tourisme.

Le 26 août, dans le cadre d’une discussion consacrée au tourisme d’affaires, je suis intervenu pour proposer quelques pistes de travail à Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger.

J’ai ainsi suggéré la création d’une offre formalisée des destinations phare, comme de nous inspirer des Allemands qui offrent des « pass » pour les transports en commun aux visiteurs des salons professionnels. Par ailleurs, j’ai soutenu que la France devrait développer et formaliser les offres festives pour distraire les visiteurs en marge des salons.

Sébastien Bazin, Pdg du groupe Accor a rappelé avec concision et précision les enjeux auxquels nous sommes confrontés en matière de tourisme d’affaires. Accor, le groupe hôtelier cofondé par Gérard Pélisson et Paul Dubrule est une référence dans l’hôtellerie d’affaires, notamment à travers sa marque Pullman. M. Bazin a indiqué son groupe ouvrait un nouvel établissement tous les deux jours !

"Les visas, outils d'attractivité, outils pour la croissance", rencontre animée par le ministre Laurent Fabius.

« Les visas, outils d’attractivité, outils pour la croissance », rencontre animée par le ministre Laurent Fabius.

Le lendemain, 27 août, j’ai participé au petit déjeuner thématique intitulé : « Les visas, outils d’attractivité, outils pour la croissance », animé par le ministre Laurent Fabius.

Nous délivrons 3 millions de visas par an. L’objectif est d’atteindre 5 millions en 2020. La Chine est le premier pays client en matière de visas : nous prévoyons de délivrer 1 million de visas pour les Chinois en 2017.

Le projet « France Visa » est aujourd’hui appliqué avec succès dans 10 pays, nous a dit le ministre des Affaires étrangères, promettant qu’en 2017 au moins 50% de tous les visas seront délivrés en 48 heures.

Je me réjouis de cette perspective, mais je regrette sincèrement la lenteur de la mise en oeuvre. Cette modernisation est attendue de longue date en France, alors que d’autres pays l’ont déjà concrétisée depuis plusieurs années.

Comme l’a suggéré Maurice Gourdault-Montagne, notre ambassadeur à Pékin, nous devrions aussi être pragmatiques et envisager d’offrir un service visa à domicile, facturé à des prix haut de gamme. Cela permettrait aux postes diplomatiques de financer leur action locale promotionnelle du tourisme en France…

« Semaine des ambassadeurs » (1) : un parcours enrichissant et éclectique

La Semaine des ambassadeurs est une excellente initiative qui a pour objectif de dévoiler les coulisses du travail diplomatique aux citoyens, au-delà d’un public initié, et de mettre en lumière la gestion de nos défis diplomatiques.

Le succès ne s'est pas démenti lors de cette 23ème édition (24-28 août 2015) de cinq jours de débats, de conférences et d'échanges autour de la diplomatie

Le succès ne s’est pas démenti lors de cette 23ème édition (24-28 août 2015) de cinq jours de débats, de conférences et d’échanges autour de la diplomatie

L’après-midi du 24 août fut consacré aux « Confidences d’ambassadeurs ». Un atelier typique de la manifestation puisqu’il permet au public de rebondir sur les récits et anecdotes qui font l’action diplomatique au quotidien.

Dans ce contexte, j’ai eu le plaisir de revoir Christian Nakhlé qui a captivé son auditoire avec son expérience d’ambassadeur de France au Koweït.

Le chef de l'Etat a ouvert les travaux depuis l'Elysée dans un discours axé sur les questions de sécurité, la crise migratoire et la conférence sur le climat de Paris.

Le chef de l’Etat a ouvert les travaux depuis l’Elysée dans un discours axé sur les questions de sécurité, la crise migratoire et la conférence sur le climat de Paris.

Il nous a envoyé, pour sa part, un écho du Moyen-Orient, tandis que d’autres diplomates nous interpellaient sur les enjeux géopolitiques propres à chaque continent.

Ainsi, la ministre des Affaires étrangères du Kenya et invitée de marque, Amina Mohamed, a rappelé que « l’Afrique et l’Europe ont une histoire commune, et spécialement avec la France et le Royaume-Uni ».

L’Afrique représentera bientôt un marché aussi conséquent que celui de la Chine. « Portez-y autant d’attention que celle que vous manifestez à la deuxième puissance mondiale », a-t-elle ajouté.

Christian Nakhlé, ambassadeur de France au Koweït, au cours des "Confidences d’ambassadeurs" a suscité des échanges sur son expérience et son parcours

Christian Nakhlé, ambassadeur de France au Koweït, au cours des « Confidences d’ambassadeurs » a suscité des échanges sur son expérience et son parcours

Lors des interventions de la salle, notre ambassadeur en Afrique du Sud, Elisabeth Barbier, a signifié que Pretoria faisait valoir son modèle de transition démocratique et que ce pays se sentait investi de parler au nom de l’Afrique.

Pour accompagner le fantastique essor démographique de ce continent voisin du nôtre, la vision du partenariat Europe-Afrique prônée par Jean-Louis Borloo, lors de la fondation de l’UDI, s’impose aujourd’hui comme une évidence.

(de g. à d) : Pierre Vimont, secrétaire général exécutif du Service européen pour l'action extérieure ; Amina Mohamed, ministre des Affaires étrangères du Kenya ; Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères ; José Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, Christian Masset, secrétaire général du MAEDI.

(de g. à d) : Pierre Vimont, secrétaire général exécutif du Service européen pour l’action extérieure ; Amina Mohamed, ministre des Affaires étrangères du Kenya ; Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères ; José Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, Christian Masset, secrétaire général du MAEDI.

La Semaine des ambassadeurs m’a permis de retrouver avec plaisir les diplomates qui m’ont reçu lors de mes déplacements en circonscription et de recueillir des informations pour préparer de nouveaux voyages à la rencontre d’autres communautés françaises à travers le monde.

Opération « Give me Five ! » pour réunifier la Bretagne

Ils devraient être unis comme les cinq doigts de la main, les cinq départements qui composent la Bretagne. Aujourd’hui, il nous en manque un : la Loire-Atlantique ! L’actuelle majorité n’a pas voulu en tenir compte dans sa réforme territoriale.

Alors, cinq parlementaires UDI ont lancé un plaidoyer pour la réunification de la Bretagne. Il s’agit de Thierry Benoît (député d’Ille-et-Vilaine), Michel Canevet (sénateur du Finistère), Françoise Gatel (sénatrice d’Ille-et-Vilaine), Joël Guerriau (sénateur de la Loire-Atlantique) et moi-même.

Le 24 décembre dernier, nous avons tenu une conférence de presse au château de Châteaugiron, petite localité pittoresque et verdoyante, administrée par François Gatel et qui s’enorgueillît d’abriter la tombe de Morvan Marchal, l’homme qui dessina le drapeau breton, le Gwenn-ha-Du.

Cinq parlementaires bretons lancent l’opération « Give Me Five » à Châteaugiron (35), la veille de Nöel (g. à d.) : Joël Guerriau, sénateur de la Loire-Atlantique ; Olivier Cadic, sénateur représentant les Français établis hors de France ; Thierry Benoit, député d'Ille-et-Vilaine ; Michel Canevet, sénateur du Finistère ; Françoise Gatel, sénateur d'Ille-et-Vilaine

Cinq parlementaires bretons lancent l’opération « Give Me Five » à Châteaugiron (35), la veille de Nöel (g. à d.) : Joël Guerriau, sénateur de la Loire-Atlantique ; Olivier Cadic, sénateur représentant les Français établis hors de France ; Thierry Benoit, député d’Ille-et-Vilaine ; Michel Canevet, sénateur du Finistère ; Françoise Gatel, sénateur d’Ille-et-Vilaine

Notre combat n’a rien d’un repli identitaire puisqu’il appelle à l’ouverture internationale de la région de Bretagne, d’où ce slogan « Give Me Five ». Un clin d’œil à une expression anglaise et le signe que ce n’est pas un concept breton ou français mais bien international que nous entendons promouvoir.

L’accroche Give Me Five signifie que cinq départements sont indissociables pour construire un avenir prometteur à la Bretagne en mobilisant l’ensemble de ses potentialités.

La réunification offrirait la possibilité de mener de nouvelles politiques ambitieuses pour le développement du territoire. Avec 4,6 millions d’habitants et 5 départements, cette nouvelle région se classerait au 22ème rang européen, serait la première région agro-alimentaire d’Europe et bénéficierait de six pôles de compétitivité !

Une Bretagne réunifiée serait une puissante région maritime avec deux grands ports en façade, Brest et Nantes-Saint-Nazaire qui pourrait devenir la capitale économique d’une région bretonne tournée vers la mer, à l’heure où l’essentiel du trafic mondial de marchandises s’effectue par voie maritime.

La Loire-Atlantique est un territoire qui faisait partie depuis l’an 850 du royaume de Bretagne, devenu duché, avant d’être administrativement remis en cause par le gouvernement de Vichy !

Comme l’a dit Françoise Gatel, « nous ne sommes ni des rebelles, ni des autonomistes ». Notre démarche a pour objectif de parvenir à mettre en route le droit d’option prévu par la réforme territoriale pour retrouver une Bretagne réunie incluant la Loire-Atlantique.

Nous sommes heureux d’avoir déjà suscité l’intérêt de la presse régionale par notre initiative :
– Ouest France – Bretagne à cinq. Des parlementaires centristes montent au créneau – 24-12-2014
– Francetv info – Réforme territoriale : une campagne « Give me five! » pour réclamer une Bretagne à cinq départements – 24-12-2014
– Le Télégramme – UDI. « On a fait un triste sort à la Bretagne » – 26-12-2014
– La Chronique républicaine – Thierry Benoît pour une région à cinq départements. Le député de l’arrondissement de Fougères et quatre autres élus centristes lancent l’opération « Give me five » – 26-12-2014

Vous pouvez consulter la page Facebook « Give me five: la Bretagne à 5 » pour voir les photos de la conférence, consulter le dossier de presse ou poster vos réactions.

Gala de bienfaisance du CFBL, le 31 janvier 2015

CFBL Soirée de Gala 2015La prochaine soirée de gala du Collège français bilingue de Londres (CFBL) se profile ! Comme chaque année, je participerai à cette troisième édition qui se tiendra en présence de Sylvie Bermann, notre ambassadeur de France. Ce rendez-vous de la communauté française est organisé par CFBL Parents, une association de bienfaisance présidée par Elisabeth O’Regan. Ce gala a permis de rassembler plus de 250 invités à chaque fois, et d’opérer une levée de fond d’environ £20.000 par soirée.

Tout en passant une soirée festive, cet événement offre l’opportunité de soutenir les initiatives culturelles et artistiques du CFBL, ainsi que de participer aux projets d’amélioration de l’école et de bien-être des élèves. Le CFBL est aujourd’hui le deuxième établissement scolaire francophone de Londres et accueille 700 élèves au total en primaire et en secondaire.

C’est pourquoi, je vous encourage à prendre date et vous inscrire dès à présent :

Soirée de gala du Collège Français Bilingue de Londres

Samedi 31 janvier 2015
Covent Garden, au Grand Connaught Rooms,
61-63 Great Queen Street, London WC2B 5DA

Réception à 18h30 et dîner à 20h + vente aux enchères
Soirée dansante animée par Max Cartoux jusqu’à 1h00
Prix : £95 par personne – Dress code : Tenue de cocktail
Réservation et Infos : www.cfblparents.org.uk
(rubrique News & Events/gala 2015)

Comme chaque année, les organisateurs font un appel aux dons pour la vente aux enchères qui aura lieu pendant le dîner. Toutes les idées sont les bienvenues : objets ou services, produits gourmands ou œuvres d’art. Votre générosité peut être également l’opportunité de faire connaitre vos activités au sein de notre communauté, pensez-y et contactez CFBL Parents via contact@cfblparents.org.uk

A titre d’exemple, cette année, l’APE soutiendra un projet radio pour les primaires, financera des sorties culturelles pour les collégiens, apportera une aide pécuniaire à l’aide sociale et le « scholarship fund » pour aider les familles en difficultés financières.

Max Cartoux aux platines !CFBL Gala 2015 Max Cartoux

La soirée dansante est offerte par le talentueux DJ et producteur de musique français, Max Cartoux. Il s’est fait remarquer cette année en recevant le trophée du ‘Jeune Espoir’ décerné lors de la cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par Le Petit Journal (lire : « Max Cartoux, un londonien sacré meilleur espoir aux trophées 2014 des Français de l’étranger » du 15 mars 2014). Agé de 18 ans seulement, Max est déjà une pointure. Il s’est récemment distingué au festival ‘Ultra Europe’, aux côtés de David Guetta ou de Carl Cox…

Le partenaire presse de la soirée de gala du CFBL est French Radio London.

Le Red Carpet Day ouvre les portes du marché international aux PME/PMI et aux jeunes pousses

Plus de 200 entrepreneurs français tentés par un développement international de leurs ventes ont répondu présent à la deuxième édition du Red Carpet Day, organisée par l’UFE Corporate le 15 octobre dernier à Paris.

Avec David Blanc et Stéphane Rambosson, nous avons invité sur scène des jeunes entrepreneurs qui réussissent en France et rêvent désormais de nouvelles frontières pour faire croître leur société.

Lorsqu’on a déjà fait ses preuves dans l’Hexagone, quoi de plus légitime que de vouloir conquérir l’Europe, puis le monde ? Mais alors, par où commencer ? Londres est à deux heures de Paris, on y parle anglais et l’écosystème se révèle des plus attractifs.

RCD14 -Patrick Fournier, Olivier Tondusson, Jean-Pierre Camard

Red Carpet Day 2014 : trois entrepreneurs qui réussissent brillamment en France et se lancent sur la voie de l’internationalisation : Patrick Fournier (Laser Game) ; Olivier Tondusson (Animaute) ; Jean-Pierre Camard (Pros-consulte)

Prendre pied au Royaume-Uni, premier excédent commercial net de la France depuis de nombreuses années, est un challenge qui tombe sous le sens pour ces entrepreneurs impatients de « se confronter à la concurrence internationale », comme l’a exprimé Olivier Tondusson, créateur d’Animaute, numéro un français de la garde d’animaux avec 80.000 clients. Son nouvel objectif est de devenir le numéro européen du service à l’animal, voulant élargir son offre en même temps que son implantation.

Même envie d’en découdre chez Patrick Fournier, créateur de Laser Game, leader du laser tag en France avec 44% du marché. Pour bousculer ses concurrents britanniques, il mise sur sa qualité de service qui lui a permis de fédérer 3 millions de joueurs par an qui s’affrontent par équipes dans des labyrinthes. L’enseigne Laser Game flotte sur 80 salles en France (dont 63 franchises) qui réalisent chacune 25M€ de CA en moyenne. Le temps est venu de passer au niveau supérieur et d’internationaliser ses activités.

Jean-Pierre Camard tire le même constat puisqu’il affiche en France une insolente réussite dans le secteur de la prise en charge des risques psycho-sociaux. Nos plus grandes entreprises et administrations sont abonnées à sa plate-forme internet Pros-consulte qui permet de dialoguer avec un psychologue (Caisse d’allocation familiale, 34.000 agents ; Caisse des dépôts, 6000 agents…). Pros-consulte va désormais tenter de convaincre les groupes anglo-saxons du bien-fondé de cette solution externalisée.

Red Carpet Day 2014 : Edouard Braine (à droite sur l’image) présente sa Braine Acadamy, des entrepreneurs confirmés ou jeunes pousses qui rêvent d’exporter leurs produits et leur savoir-faire

Red Carpet Day 2014 : Edouard Braine (à droite sur l’image) présente sa Braine Acadamy, des entrepreneurs confirmés ou jeunes pousses qui rêvent d’exporter leurs produits et leur savoir-faire

Sur la plateau du Red Carpet Day, Jean-Pierre Camard nous a été présenté par Edouard Braine, notre ancien consul général à Londres, désormais retraité, dans une séquence du programme intitulée la « Braine Academy ». Edouard était aussi venu en compagnie de Jérôme Boisard et Moore qui ont présenté une invention française révolutionnaire le « Mobile Dream ». Il s’agit d’un véhicule 100% électrique et écologique qui permet à ceux qui vivent en fauteuil roulant de déambuler en pleine nature. « Le moment est venu de le proposer à la Grande Bretagne », ont-ils conclu à l’issue de leur vidéo.

A n’en pas douter, si le Royaume-Uni offre beaucoup de facilités et s’il fait figure de marchepied vers un rayonnement international, personne ne vous attend. Tous ces entrepreneurs savent qu’il faudra ferrailler ferme pour gagner son coin de ciel bleu.

Une solution de bon sens consiste à faire appel à la communauté d’affaires française déjà implantée sur le sol britannique pour favoriser l’essor de nos compatriotes. C’est tout l’esprit et le sens du Red Carpet Day et de l’UFE Corporate.

Les participants ont déploré les réactions de Christophe Premat, député socialiste de la 3ème circonscription (Europe du Nord) des Français établis hors de France, et du Parti socialiste qui ont qualifié le « Red Carpet Day » d’opération antipatriotique encourageant les entreprises à délocaliser.

L’ancien Premier ministre Michel Rocard se targue souvent « d’avoir mis des décennies à apprendre l’économie de marché aux socialistes ». A lire les propos de M. Primat, il faut croire que les socialistes n’ont toujours pas compris sa leçon !

Pour contacter les organisateurs : redcarpetday@ufecorporate.org.uk
Pour adhérer à l’UFE Corporate : http://ufecorporate.org.uk/adherez

Lire aussi : « Red Carpet Day 2014 : un tremplin pour les jeunes entrepreneurs » du 20 septembre 2014.

Grand prix du Rayonnement français 2014

Le 08 octobre dernier, au Quai d’Orsay, six Français ont été récompensés dans le cadre du Grand prix du Rayonnement français 2014, parce qu’ils se sont révélés les ambassadeurs d’un savoir-vivre et d’un savoir-faire qui nous appartiennent.

Olivier Cadic et Joëlle Garriaud-Maylam, au Quai d’Orsay, tous deux sénateurs des Français établis hors de France

Olivier Cadic et Joëlle Garriaud-Maylam, au Quai d’Orsay, tous deux sénateurs des Français établis hors de France

J’étais aux côtés de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam qui a créé cette cérémonie en 2009 « pour mettre en lumière le talent et la réussite de personnalités de premier plan qui font rayonner notre pays dans des domaines aussi différents que le tourisme, la gastronomie, l’économie, la francophonie et l’aide humanitaire. »

Que l’on ne s’y méprenne pas : valoriser notre patrimoine n’est pas un concept défensif, mais une idée dynamique qui récompense ceux qui sont capables d’innover sur la base de notre culture commune, a rappelé ma collègue sénatrice.

Nos seuls atouts ne suffisent pas à faire briller les couleurs de la France, ils doivent être servis par une démarche volontariste et constante de promotion sur la scène internationale. C’est bien ce qu’a exprimé Anne Sophie Pic, recevant le prix du rayonnement gastronomique, en expliquant que nos savoirs et nos compétences sont intacts, mais « qu’il nous manque la manière de communiquer autrement pour prendre les devants ».

Et puis, ne l’oublions pas, notre patrimoine c’est aussi une langue parlée par 300 millions de personnes dans le monde. Une langue porteuse de valeurs du seul fait de la parler et que certains osent défendre vaillamment. « Vivre en français est un geste politique, une lutte au quotidien », dit René Légère représentant les Acadiens qui vivent au Nouveau-Brunswick, l’une des dix provinces canadiennes. Il a reçu le prix du Rayonnement francophone, en qualité de président de la Société nationale d’Acadie qui, depuis 1881, lutte pour la survie de la francophonie en Amérique du Nord.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a souligné l’aspect multifacette de notre rayonnement, en concluant qu’il fallait considérer les touristes comme nos premiers ambassadeurs, au même titre que nos étudiants étrangers.

Pour plus de détails et découvrir le palmarès : Livret – Grand prix du Rayonnement français 2014 (pdf)

Grand Prix du Rayonnement 2014

Autour de Joëlle Garriaud-Maylam, à l’origine de la création du prix, les lauréats, le jury et les partenaires du Grand prix du Rayonnement français 2014, le 10 octobre dernier, au Quai d’Orsay

Red Carpet Day 2014 : un tremplin pour les jeunes entrepreneurs

Le 15 octobre prochain, à Paris, la deuxième édition du Red Carpet Day constituera une belle opportunité pour les entrepreneurs français attirés par le Royaume-Uni, premier excédent commercial de la France depuis plusieurs années (lire : « Save the date : Red Carpet Day, édition 2014 » du 25 juillet 2014).

Organisé par l’UFE Corporate, cet événement a pour vocation de présenter les opportunités qui existent outre-Manche pour développer ses affaires ou initier de nouvelles activités, ce qui intéresse tout apprenti-entrepreneur qui ne parvient pas à déployer ses ailes en France. En ce cas, le Red Carpet Day pourra l’aider à prendre son envol depuis la Grande-Bretagne. (lire : « Red Carpet Day Report (6) : le marché du travail au Royaume-Uni, un choc de culture » du 12 décembre 2013).

Red Carpet Day 2013 : Thibaut Rouffineau (Apptual) et Julien Thierry (Eclypsia) ont régalé l’auditoire de leurs tribulations de jeunes entrepreneurs outre-Manche.

Red Carpet Day 2013 : Thibaut Rouffineau (Apptual) et Julien Thierry (Eclypsia) ont régalé l’auditoire du récit de leurs tribulations de jeunes entrepreneurs outre-Manche.

Tenter sa chance ailleurs est une idée que partagent de plus en plus de jeunes Européens, le nez dans leur smartphone et paradoxalement pleinement ouverts sur le monde qui les entoure. Alors, traverser la Manche devient presque un réflexe, du fait de la proximité ou de l’universalité de la langue anglaise. Et puis, l’Angleterre rapproche du rêve américain…

Le départ des jeunes entrepreneurs semble devenir une tendance lourde, selon une enquête de la Chambre de Commerce et d’Industrie Paris-Île-de-France (CCIP). Au micro d’Emmanuel Langlois, le 31 août dernier sur France Info, Christina Gierse, rédactrice-en-chef de Vivre à l’Etranger.com, nous apprenait qu’en 2013, près de 2 Français sur 10 installés à l’étranger étaient des créateurs d’entreprises, contre seulement 1 sur 10 dix ans auparavant, en 2003 !

Christina Gierse fait bien la distinction entre le « ras le bol fiscal » et cette envie de se faire une place au soleil, là où c’est encore possible, « le signe d’une jeune génération plus mobile et donc plus à même d’aller chercher les opportunités de business là où elles se trouvent. » (lire l’interview « Expatriation : allons-nous perdre tous nos jeunes talents ? », dans l’émission Français du monde par Emmanuel Langlois, le 31 août 2014).

L’an dernier, nous avions invité Julien Thierry, un jeune homme pressé qui juge que l’on progresse « cinq fois plus vite » dans l’écosystème britannique, allégé en charges et en formalités, mais enrichi en libertés et en financements (lire : « Julien Thierry, symbole de la nouvelle génération des Français du Royaume-Uni » du 04 octobre 2013).

Julien a souligné les avantages logistiques de sa localisation face à la gare Eurostar d’Ashford (Kent), auprès de Marie Charrel, journaliste au Monde, qui est allée le rencontrer cet été. « Si les patrons vantent la faible fiscalité britannique, le premier avantage d’Ashford est selon eux sa position géographique – à 1h50 de Paris et à 35 minutes de Londres. », conclue-t-elle après avoir fait le tour des entreprises créées par des Français à Ashford (lire : Les petits Frenchies d’Ashford – Le Monde 29.08.2014).

Un avantage géographique pour développer ses affaires, comme l’explique dans le même article Delphine Vernhes, directrice export de Santé Verte, spécialiste de compléments alimentaires : « Nous avons pu nous implanter sur le marché britannique, très fermé; depuis le continent, cela aurait été impossible ».

Créer une entreprise en Angleterre n’est pas pour autant la seule option pour développer ses ventes sur le marché britannique depuis la France.

Le 15 octobre prochain, Edouard Braine, ancien consul général de Londres, réunira à nouveau les jeunes pousses tricolores qu’il avait souhaité mettre en valeur lors de la précédente édition du Red Carpet Day. Depuis un an, ces entreprises cherchent à percer au Royaume-Uni. Nous suivrons leur progrès sur la route vers le succès.

La section britannique de l’UFE (Union des Français de l’étranger) et la communauté d’affaires française implantée au Royaume-Uni se mobilisent pour faciliter l’accès au marché britannique à nos compatriotes.

Le Red Carpet Day est un événement gratuit. C’est pourquoi il est important de réserver votre place au plus tôt, en suivant ce lien : http://ufecorporate.org.uk/inscription

London’s Favourite French Film 2014: Votez et participez à la soirée de gala avec Christian Clavier

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa remise des prix pour London’s Favourite French Film 2014 aura lieu le mercredi 17 septembre à l’Institut français de Londres sous le patronage de l’ambassadeur de France au Royaume-Uni.

Ce festival récompense une dizaine films français en s’appuyant sur les votes en ligne de plus de 5,000 cinéphiles outre-Manche. En 2012, le film The Artist avait obtenu le plus de suffrages (lire : « 2012, cru exceptionnel pour le cinéma français au Royaume-Uni » du 09 octobre 2012 ), tandis qu’Intouchable avait été plébiscité en 2013 (lire : « London’s Favourite French Film 2013 – The winners« ).

Cet évènement fêtera son 10ème anniversaire, le mercredi 17 septembre prochain et, pour cette occasion, nous aurons le plaisir d’avoir parmi nous Christian Clavier.
Décrit par le magazine le Point comme le comédien le plus populaire de France, Christian Clavier vit à Londres et ne rate jamais une occasion de soutenir l’Institut Français du Royaume-Uni.

Il présentera son dernier film « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? ». Une production qui a déjà été acclamée en France, enregistrant plus de 10 millions d’entrées !
L’Institut Français organise une soirée de gala « Black tie » dotée d’un programme copieux.

Hâtez-vous de réserver votre place pour cette soirée d’exception avant que ce ne soit complet en suivant ce lien : www.institut-francais.org.uk/cine-lumiere/whats-on/special-screenings/serial-bad-weddings

Vous pouvez d’ores et déjà voter en ligne pour votre film favori de 2014 sur le site de FranceInLondon : www.franceinlondon.com/en-London-favourite-make-your-choice-11-15-Londons-Favourite-French-Film-2014-Londons-Favourite-French-Film-2014.html

Save the date : Red Carpet Day, édition 2014 !

Conforté par le succès du premier Red Carpet Day qui a accueilli près de 200 entrepreneurs français à Paris, l’UFE Grande-Bretagne va leur dérouler une nouvelle fois le tapis rouge, le 15 octobre prochain (lire : « Succès au rendez-vous pour le Red Carpet Day » du 11 octobre 2013).

Les trois objectifs déclarés de la première édition sont reconduits, à savoir : 1) aider les entreprises à exporter au Royaume-Uni leurs produits et services (via internet, un intermédiaire, une filiale…). Rappelons que le Royaume-Uni est le premier excédent commercial net de la France depuis de nombreuses années ; 2) aider les entrepreneurs à trouver des financements pour leurs projets ; 3) doper la capacité d’investissement des investisseurs.

En aucun cas donc, le Red Carpet Day n’incite à l’exil fiscal.

L’an dernier, une quarantaine d’intervenants se sont adressés aux entrepreneurs et futurs entrepreneurs pour leur prodiguer des conseils de tous ordres, dans le cadre des conférences et d’ateliers. Par ailleurs, et c’est l’originalité du Red Carpet Day, ils ont eu le loisir d’exposer leur problématique personnelle à des experts au cours de sessions de speed dating (lire : « Red Carpet Day Report (4) : une formule événementielle unique en son genre » du 23 octobre 2013).

RCD escalierRed Carpet Day, édition 2014

Mercredi 15 octobre 2014

Evénement Gratuit

Entrepreneurs, créateurs d’entreprise, investisseurs… Venez découvrir comment développer vos activités au Royaume-Uni !

De 9h30 à 18h00 au Tapis Rouge – 67, rue du Fg Saint-Martin 75010 Paris :

Conférences pour découvrir les avantages compétitifs offerts par la Grande-Bretagne
Ateliers pour favoriser l’échange d’expérience
Speed dating auprès d’experts pour exposer votre situation
Mini-salon avec plus de 30 experts pour vous informer

L’UFE Corporate et la communauté d’affaires française du Royaume-Uni se mobiliseront pour accueillir les entrepreneurs français, pour leur présenter les opportunités qui existent outre-Manche pour lancer des activités, pour se diversifier ou bien exporter.. A l’initiative de cette démarche, trois entrepreneurs français installés de longue date au Royaume-Uni : David Blanc, Stéphane Rambosson et Olivier Cadic.

L’organisateur de l’événement est l’UFE Grande-Bretagne que je préside depuis 2005. L’UFE, Union des Français de l’étranger, compte 170 représentations dans le monde et près de 20.000 adhérents. Présidée par Gérard Pélisson, co-fondateur du groupe Accor, il s’agit d’une association fondée en 1927 et reconnue d’utilité publique en 1936.

Pour plus de détails : ufecorporate.org.uk

Pour vous inscrire : http://ufecorporate.org.uk/inscription (séminaire gratuit)

Pour plus d’informations, nous contacter :
redcarpetday@ufecorporate.org.uk.
Tel. +44 20 7229 91 96

RV au « French Club Apéro », le 1er juillet

Suite à l’élection consulaire du 25 mai, les 28 conseillers consulaires d’Europe du nord ont élu les 8 conseillers qui les représenteront à l’Assemblée des Français de l’Etranger. J’ai eu le plaisir de conduire la liste d’union et de rassemblement de la droite, du centre et des indépendants en Europe du Nord, en compagnie de Véronique Cartoux. Nous obtenons 5 sièges contre 3 à la gauche qui subit une nouvelle défaite. Véronique siègera désormais avec moi à l’AFE dès la rentrée prochaine.

Nous avons le plaisir de convier tous les adhérents de l’UFE GB, Union des Français de l’Etranger de Grande Bretagne, comme ses amis et sympathisants, à un événement dont le titre même tinte comme une belle promesse :

verres champagneLe « French Club Apéro »
Mardi 1er juillet 2014, à partir de 19h00
Cave à Fromage : 148-150 Portobello Road Londres

Nous vous remercions de bien vouloir annoncer votre venue par retour de mail pour que Jeanne Monchovet et Véronique Cartoux, co-organisatrices des French Club Apéros, puissent organiser l’espace pour vous recevoir dans les meilleures conditions de confort : vero.langlaise@gmail.com

Comme d’habitude, chacun prendra en charge ses propres consommations.

Je serai ravi de vous retrouver avec de nombreux de mes colistiers lors des élections consulaires de mai dernier. Nous profiterons de l’occasion pour remercier chacune et chacun d’entre-vous pour notre élection au conseil consulaire.

Ce sera un grand plaisir de vous revoir à Notting Hill avant les migrations estivales, dans un climat amical et détendu.

Carole Rogers vous invite à soutenir la Société Française de Bienfaisance

Carole Rogers

Carole Rogers, vice-présidente de l’UFE GB, ancienne présidente de la Fédération des associations françaises de Grande-Bretagne

Comment mieux resserrer les liens d’amitié entre la France et le Royaume-Uni que de partager notre culture ? Nous avons beaucoup à partager, soyons-en heureux et fiers.

C’est pourquoi le programme de notre liste « L’union des Français du Royaume-Uni, rassemblement de la droite et du centre » souligne l’importance d’aider les associations qui permettent la diffusion et la promotion de la culture française.

Nous soutiendrons donc les associations qui valorisent nos produits culturels, comme nos produits du terroir, mais aussi la fraternité républicaine et le devoir de souvenir.

Comme il est advenu à bien des occasions, je m’associe aujourd’hui à Carole Rogers, candidate sur notre liste d’union, vice-présidente de l’UFE GB et ancienne présidente de la Fédération des associations françaises de Grande-Bretagne, pour vous inviter à un événement plein de chaleur humaine et de surprises intellectuelles :

FRENCH BOOKS SALE
mercredi 14, jeudi 15, vendredi 16 mai 2014
Institut Français, au club FAFGB
17 Queensberry Place, Londres
– M° South Kensington –

SFB Affiche Books sale 2014Chaque jour de 11h à 18h (21h le jeudi soir), petits et grands seront les bienvenus à l’Institut pour fureter, farfouiller et feuilleter dans les bacs afin de dénicher chacun sa perle rare pour un prix de vente de charité.

Vous êtes aussi invités à offrir vos livres, disques, DVD qui ne vous sont plus indispensables. Ils feront des heureux et leur prix de vente participera aux bonnes œuvres de la Société Française de Bienfaisance (SFB).

L’an dernier, la SFB a pu collecter £4,000 lors de sa première French Books Sale.

Cette organisation caritative britannique, présidée par Elisabeth Delahaye, a été créée en 1842 par quelques Français établis au Royaume-Uni, dont le but était de venir en aide localement à leurs compatriotes les plus vulnérables et notamment les plus âgés d’entre-eux. La SFB poursuit toujours cette mission.

La Société Française de Bienfaisance faisait partie des associations bénéficiaires du Noël des Français de Londres organisé l’an dernier par l’UFE GB (lire : « Le Noël mémorable des Français de Londres, organisé par l’UFE GB » du 29 novembre 2013).

Par ailleurs, je vous signale un autre rendez-vous d’importance, organisé par la Fédération des associations françaises en Grande-Bretagne (FAFGB). La FAFGB, créée en 1942, regroupe 70 associations membres. Sa présidente, Anne Faure, invite les associations et leurs membres à la

SOIRÉE DES ASSOCIATIONS
Lundi 19 mai 2014, à 19h
Club de l’Institut Français
17 Queensberry Place, Londres
– M° South Kensington –

Participation £10
RSVP : anne.faure@mac.com

Nous serons contents de vous y retrouver le plus nombreux possible.

Cérémonie à Carlton Gardens, vendredi 28 mars à 16h00, en présence du général Georgelin

L’Ordre national du Mérite fête ses 50 ans. Il s’agit d’un jalon important dans l’histoire de notre Vème République. Le temps passe mais la valeur honorifique et le lien intergénérationnel caractérisent plus que jamais cette décoration créée par le général de Gaulle le 3 décembre 1963.

La Poste a émis un timbre spécial pour l’occasion et la Monnaie de Paris a frappé une médaille commémorative, comme je l’ai évoqué il y a quelques semaines (lire : « L’Ordre national du Mérite fête ses 50 ans à Londres » du 11 décembre 2013).

Statue de Gaulle Carlton GardensLe général Georgelin, Grand Chancelier de l’Ordre de la Légion d’honneur et du Mérite, se rendra à Londres pour déposer une gerbe devant la statue du général de Gaulle, dans le cadre du 50eme anniversaire de cette distinction.

J’invite tous les Français de Londres, ou de passage à Londres, à assister à ce geste symbolique et fédérateur de nos valeurs citoyennes :

Cérémonie devant la statue du Général de Gaulle
Vendredi 28 mars 2014 à 16h00
(merci d’être présent dès 15h45)
Carlton Gardens, St James SW1, Londres

Merci de mobiliser votre réseau pour assister à cet évènement dans quelques jours.

Crédit photo : ChrisO