Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Bulgarie – Sofia (26 au 28 avril 2018)

Mon troisième déplacement en Bulgarie a été placé sous l’angle de l’Union européenne et du commerce extérieur, au travers de nos entrepreneurs implantés localement.

Cette visite m’a permis de faire la connaissance d’Eric Lebédel, ambassadeur de France en Bulgarie. Lors de notre entretien à la Résidence, nous avons évoqué les initiatives de la présidence bulgare de l’Union européenne afin de dynamiser le processus d’adhésion des états des Balkans, candidats à l’adhésion.

Politique

Diplomatie parlementaire

Heureux d’avoir revu Dragomir Stoynev, député et président du groupe d’amitié parlementaire Bulgarie-France, que j’avais rencontré au Sénat à Paris, tandis qu’il conduisait une délégation parlementaire.

Il incarne la ferme volonté de son pays de rejoindre l’euro, ainsi que l’espace Schengen. L’écart entre Sofia (capitale d’un niveau de vie comparable aux autres capitales européennes) et la province reste un challenge à relever. Depuis la chute du mur de Berlin, on estime que le pays a perdu un tiers de sa population qui est partie chercher une vie meilleure à l’ouest.

Alde Party Council

Après le congrès ALDE à Amsterdam (déc. 2017), j’ai conduit à nouveau la délégation UDI composée de (g. à d.) Quentin Delarue, assistant parlementaire de Patricia Lalonde, députée européenne UDI ; Nicolas Bizel, délégué UDI Serbie ; Olivier Cadic ; Nathalie Robcis, conseillère départementale des Ardennes ; David Hartlapp, responsable FDP France ; Benoit Mayrand, conseiller consulaire pour la Roumanie.

Rappelons que l’UDI est membre du parti international ALDE (Alliance des libéraux et démocrates européens). Ce conseil, réuni à Sofia, fut un rendez-vous important pour préparer le congrès de Madrid, en novembre prochain, où nous voterons le ‘Manifesto’, qui sera le projet européen que nous porterons aux élections européennes du printemps 2019. L’équipe qui coordonne la préparation du projet ALDE est conduite par Taavi Roivas, Premier ministre estonien.

Il y a huit Premiers ministres ALDE au Conseil européen et 5 commissaires ALDE qui siègent à la Commission. Ajoutons que le groupe ALDE est le 4ème groupe du parlement européen.

J’ai eu le plaisir de retrouver Ilhan Kyuchyuk, député européen pour la Bulgarie, qui m’avait invité à participer à une conférence sur le Brexit, quinze jours auparavant (compte-rendu).

Celui-ci a animé une table ronde pour débattre de la question de l’élargissement de l’UE aux Balkans.  + d’images

Entrepreneuriat

Entrepreneurs français

Notre ambassadeur, Eric Lebédel, m’a organisé une rencontre avec des chefs d’entreprise et directeurs de filiale de grands groupes installés en Bulgarie pour faire un point sur les opportunités du marché local. Je remercie de leur contribution Stéphane Delahaye (Havas ; Pdt CCI France Bulgarie) ; Christophe Deroo (BNP Paribas) ; Arnaud Leclair (Société Générale) ; Pascal Derache ( ACT Logistics) ; Arnaud Valleteau (Veolia) ; Xavier Fougeras (Total) et Xavier Marcenac (Telus International).

Surfant sur une croissance de 4%, près de 6800 entreprises françaises exportent vers la Bulgarie. Sur place la présence française progresse et s’incarne à travers plus de 200 entreprises, employant près de 16000 personnes.

Le dernier arrivant, en mars 2018, est le groupe aéronautique Latécoère qui a ouvert sa première usine dans le pays, en investissant 15 millions d’euros et en recrutant 200 personnes.

Nos discussions n’ont pas occulté les difficultés, telle que la corruption. Un rapport de la Commission européenne sur l’environnement des affaires en Bulgarie a souligné les dysfonctionnements et retards en matière d’institutions, d’infrastructures ou d’innovations.

CCI France Bulgarie

J’ai participé, pour la deuxième fois, à la remise de l’annuaire de la CCI France-Bulgarie, événement qui se tenait au siège de la Société générale à Sofia, dirigée par Arnaud Leclair.

La soirée s’est déroulée en présence de Lachezar Borisov, vice-ministre de l’Économie ; Dragomir Stoynev, député de Bulgarie et Eric Lebédel, ambassadeur de France en Bulgarie.

Mon discours a salué l’action de Stéphane Delahaye (Havas Bulgarie) en sa qualité de président de la CCI, car le nombre d’adhérents a progressé d’un tiers depuis mon dernier passage en 2016 ! La CCI compte désormais 240 membres (contre 180 en 2016).

Le dynamisme de notre communauté d’affaires a permis de faire progresser les échanges économiques entre nos deux pays de 50% en l’espace de 10 ans. + d’images

Veolia

Visite de la station de traitement d’eau potable, à l’invitation d’Arnaud Valleteau, directeur exécutif de Veolia Bulgarie.

Veolia est en charge de la gestion des eaux de la ville de Sofia et d’une partie du réseau de chauffage urbain de la ville de Varna.

Le groupe emploie 1300 personnes dans le pays, dont 1130 à Sofia, où il investit 20 millions d’euros par an depuis 2010. C’est le plus important investisseur du secteur de l’eau en Bulgarie et le seul acteur privé du pays. + d’images

Telus International

Rencontre avec Xavier Marcenac, vice-président du Board de Telus international, un groupe canadien spécialisé dans les centres d’appels, employant 35.000 personnes, auquel il a revendu sa société.

En Bulgarie, Telus International emploie 3000 salariés. Entre 80 et 100 Français y travaillent. La société analyse 3000 CVs par mois et recrute 150 personnes mensuellement.

Les jeunes aiment la mobilité et certains d’entre-eux, m’a expliqué Xavier, choisissent de passer d’un centre d’appels à l’autre dans le but découvrir plusieurs villes d’Europe. + d’images

« L’étranger »

PME sympathique et seul restaurant français de Sofia, « L’étranger » a été fondé par Olivier Roche, venu tout droit d’Arcachon, et par Mimi sa compagne bulgare. Deux cordons bleus qui font la promotion de la « cuvée Partage », un vin vendu au profit de la fondation Antoine de Saint Exupéry qui œuvre pour l’éducation de la jeunesse dans le monde (www.fasej.org).

Généreuse idée que cette cuvée que j’ai partagée avec Benoît Mayrand, conseiller consulaire en Roumanie, la veille du Alde Party Council. + d’images

Conférence UDI-FDP-ALDE : allumage du moteur parlementaire franco-allemand !

L’idée semble aujourd’hui évidente : puisque l’UDI et le FDP partagent le même projet européen, ils pourraient s’exprimer d’une même voix au sein de la Alde (Alliance of Liberals and Democrats for Europe), le parti qui réunit une quarantaine de pays européens. Unis dans l’action, nous pourrions ainsi faire progresser plus rapidement certains sujets a imaginé Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.

(g. à d.) Olivier Cadic ; Dr Jürgen Martens, membre du Bundestag et ancien ministre d’Etat ; Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et député ; Oliver Luksic, membre du Bundestag et président du FDP-Sarre.

Afin de rapprocher les élus UDI et FDP, j’ai organisé une conférence à Paris sur ce thème : Quels sont les avantages d’un moteur parlementaire franco-allemand ? 

Pour l’heure, n’abandonnons pas l’avenir du couple franco-allemand aux chancelleries, car les parlementaires ont eux aussi une aventure à écrire en lien contigu avec les populations. Jean-Christophe Lagarde propose également que l’on décline ce travail en commun aux élus locaux.

Jean-Christophe Lagarde : « Au-delà des parlementaires, je propose que les élus locaux de nos deux partis travaillent ensemble »

Il faut être au plus proche des préoccupation de terrain car le risque le plus important que court l’Union européenne est « la perte de confiance de ses citoyens » a postulé d’emblée le Dr Jürgen Martens, membre du Bundestag et ancien ministre d’Etat.

Même envie de concret chez le député de la Sarre, Oliver Luksic, frontalier de la Moselle, qui souhaite que les Français et les Allemands collaborent  davantage entre voisins dans leur intérêt commun (hospitalisation, apprentissage…).

C’est cette démarche pragmatique qui a inspiré le programme Erasmus et ré-enchanté l’Europe auprès des Jeunes des deux bords, supplantant le rêve américain de la génération précédente, ai-je rappelé.

Oliver Luksic : « Il faut des projets qui apportent une plus-value concrète pour les citoyens »

Oui, l’Europe est capable d’exceller. Mais pas en tout. Nous sommes tous tombés d’accord sur l’idée que l’Union devrait se concentrer sur l’essentiel, avec suffisamment de pouvoir et de moyens associés.

Il peut s’agir de la sécurité, avec un FBI européen, ou la mobilité professionnelle des citoyens. Dans le domaine économique, on pense à l’aéronautique, l’énergie ou la défense, tout comme la « reconquête de notre souveraineté vis-à-vis des Américains » dans la numérisation des échanges et des données, si chère à Jean-Christophe Lagarde.

La prochaine rencontre de cette nature devrait se tenir à Berlin, au printemps prochain.

(au premier rang) Jacques Le Nay, sénateur du Morbihan ; Dr Wolf Klinz, député européen FDP ; David Hartlapp, président FDP-Paris

Nous avons démarré le moteur parlementaire franco-allemand et il devrait ronronner sous l’ère Merkel-Macron, d’autant que ces deux dirigeants disposent désormais de quatre ans de temps politique devant eux, a noté avec optimisme le président de l’UDI.

Je remercie mes collègues sénateurs Annick Billon, Loïc Hervé, Laurent Lafon et Jacques Le Nay qui m’ont fait l’honneur de leur présence à cette conférence, ainsi que Patricia Lalonde, députée européenne UDI, qui était des nôtres lors du déjeuner préparatoire.

Benoit Mayrand, conseiller consulaire Roumanie Moldavie ; Bruno Théret, conseiller consulaire Luxembourg ; Martine Schoeppner, vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire Stuttgart

J’ai été heureux de la présence de Benoit Mayrand, conseiller consulaire Roumanie Moldavie, Martine Schoeppner, vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire Munich et Bruno Théret, conseiller consulaire Luxembourg qui sont venus de leur circonscription pour enrichir les débats.

Enfin toute ma reconnaissance à David Hartlapp, président FDP-Paris et Yves D. Robert, coordinateur de Alde IM France, pour leur aide précieuse dans l’organisation de cette première rencontre UDI-FDP-ALDE.

Voir l’intégralité du débat (50mn)

HEBDOLETTRE n°98 – Bercy, un réservoir inépuisable d’astuces pour taxer toujours plus (édito) – Mon bilan à mi-mandat – Conférence FDP-UDI – L’UDI soutien des candidats En Marche (partielles mars 2018) – Maroc : Contrat de travail étranger (CTE) – Enquête « Handicap et vie à l’étranger » (appel à contributions) – Consultation mondiale « Mon idée pour le Français » (appel à contributions) – Trophées des Français de l’étranger : votez pour le prix du Public – Consultation des entreprises sur la surtransposition des directives européennes par la Délégation sénatoriales aux entreprises – Ma question à Business France sur ses résultats (Vidéo) – Ma question à Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État, sur l’actionnariat populaire (vidéo) – Bioéthique : tribune publiée dans Le Monde – En circonscription VIETNAM – Hô-Chi-Minh-Ville / 29 déc. 2017 – 4 janv. 2018.

Lire : l’HEBDOLETTRE n°98 – 06 février 2018Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°98

Bercy, un réservoir inépuisable d’astuces pour taxer toujours plus.

Cette semaine, nous avons découvert que Bercy a décidé, par décret pris le 30 décembre 2017, d’augmenter les prélèvements de 1,7% sur le montant brut de la retraite des pensionnés résidant à l’étranger.

La loi de finances 2018 indiquait pourtant que l’augmentation de 1,7% de CSG ne concernait pas ceux qui en sont exonérés, tout comme ceux qui touchent une retraite inférieure à 1400 euros net par mois.

Qu’à cela ne tienne. Les services de Gérald Darmanin, ministre du Budget, ont réservé un traitement particulier pour cibler nos retraités de l’étranger qui sont pourtant exonérés de CSG-CRDS : leur taux de cotisation à l’assurance maladie augmente de 1,7%. Il passe en effet de 4,2% à 5,9% à compter du 1er janvier 2018. Et ce, quel que soit le montant de la retraite. Ainsi même les pensionnés modestes sont impactés.
Visuel HL97
Ceux qui perçoivent leur retraite mensuellement ont découvert la mauvaise surprise, jeudi dernier. De leur côté, ceux qui reçoivent leur pension trimestriellement seront prélevés le 1er avril prochain, et ce ne sera pas un poisson d’avril.

Vendredi dernier, lors de mon audition par Anne Genetet, députée LREM de la 11ème circonscription des Français de l’étranger, celle-ci était aussi sidérée que moi de ne pas avoir été avertie de la mesure… Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°98