Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat      Mes 31 défis
    

Présidentielle : Les Français de l’étranger plébiscitent Emmanuel Macron

Le vote de la France de l’étranger se révèle aussi clair que radical par rapport aux deux finalistes.

Emmanuel Macron arrive en tête avec un effet multiplicateur qui le propulse à hauteur 40,40% des voix !

Il passe la barre des 50% dans plusieurs pays : Allemagne (55,92%) ; États-Unis (51,13%) ; Royaume-Uni (51,12%), comme en Algérie, Danemark, Suède ou au Zimbabwe.

Pour sa part, Marine Le Pen frôle l’insignifiance avec 6,48% au total. Rien d’étonnant cependant : les Français de l’étranger ont une interprétation du monde où les différences et la mondialisation n’ont rien d’anxiogène. Pour l’anecdote, son score se ratatine à 2,86% au Royaume-Uni, où la rupture avec l’Union européenne est devenue une réalité crue…

Ajoutons que François Fillon, lui, fait mieux que son résultat national : il obtient 26,32% devant Jean-Luc Mélenchon crédité de 15,83%.

La France fait désormais face à un péril. Une victoire de Marine Le Pen ne constituerait pas un saut dans l’inconnu pour notre pays mais un saut dans le chaos :

chaos moral car le FN a toujours cherché à diviser les français, chaos économique et social, car la sortie de l’Euro, le retour de la retraite à 60 ans et ou bien les 160 milliards de dépenses supplémentaires que propose Le Pen se traduiraient par l’appauvrissement de tous les français après une dévaluation massive, un déficit et une dette qui conduiraient la France vers la banqueroute.

Pour conjurer ce danger absolu, j’appelle clairement et avec conviction à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

Le monde nous observe. Pour l’image la France, le résultat de l’extrême droite doit être le plus faible possible.

Résultats au 1er tour – Français établis hors de France : GLOBAL et par PAYS

Honduras : Patrice Blois rejoint l’UDI-Monde

Je félicite Patrice Blois, nouveau délégué UDI Honduras, que j’avais rencontré chez lui à Tegucigalpa en février 2016. Voici son portrait :

Patrice Blois, délégué UDI Honduras et président du comité Amérique centrale des conseillers du commerce extérieur (CCEF)

Patrice Blois voit le monde à travers le prisme du rayonnement français. Frais émoulu de l’université Paris-Dauphine, il va se lancer dans la représentation de marques françaises de parfums et de cosmétiques au Honduras. Pourquoi le Honduras ? Pourquoi pas ? Patrice y a passé de si belles vacances lors de l’été 78…

Le renom de la France a toujours été associé au développement de ses affaires, notamment vers les pays voisins, puisque Patrice possède et administre désormais plusieurs sociétés dans le secteur du luxe.

Sa réussite ne lui fait pas oublier que le marché hondurien demeure une friche totale pour les entreprises françaises. Pour y remédier, il devient conseiller du commerce extérieur de la France (CCEF) en 1991 et s’impose un nouveau challenge, en février 2015, en prenant la présidence du comité Amérique centrale des CCEF.

Son sens de l’engagement collectif se prolonge dans le milieu associatif au bénéfice de ses compatriotes. Et lorsque les difficultés pointent, Patrice sait prendre sur lui. Membre de l’UFE, il a fait face à la fermeture du consulat du Honduras en 2015 ou encore à l’ouragan Mitch en 1999, tandis qu’il était président de l’Alliance française : « le pays était dévasté, raconte-t-il. J’ai participé modestement aux secours et à l’époque nous avions pris la décision d’installer la brigade de pompiers venue de France dans nos locaux ».

Patrice Blois a multiplié les responsabilités, mais il a toujours été en retrait du terrain politique, « attristé par le manque de renouveau, tant au niveau des personnes que des idées ». Et puis, il lui est apparu que l’UDI incarnait les valeurs de la droite et du centre (« le vrai »), tout en considérant la parole de ses membres. « C’est dans cet esprit que j’ai choisi pour la première fois de m’impliquer plus formellement », commente Patrice. Et c’est heureux, car nous avons besoin d’hommes de sa trempe.

Brésil : François Cessieux rejoint l’UDI-Monde

Conseiller consulaire pour São Paulo, François Cessieux est aussi vice-pdt UFE et conseiller CCI dans cette même ville. Il devient délégué UDI São Paulo

Je félicite François Cessieux, nouveau délégué UDI São Paulo, et je lui adresse tous mes vœux de réussite. Voici son portrait.

Passé le cap de la trentaine, François Cessieux se trouve trois excellentes raisons de larguer les amarres vers le Brésil : il est célibataire, le groupe Seb lui offre de diriger une filiale à São Paulo et puis réapparaissent ses rêves d’aventure mûris dans une enfance vibrionnante, lui, ce sixième d’une famille de huit.

Il fait le chemin inverse dix ans plus tard, le temps de faire découvrir durant quelques années les charmes de l’Italie et de la France à Maria Bárbara, la dentiste brésilienne qu’il a épousée. Retour à São Paulo en 1996 pour créer Comap, filiale du groupe Legris-Industries qui l’occupe dix-sept années.

François se rend compte que son expérience d’entrepreneur au Brésil est inestimable : « il est difficile d’imaginer que sur un marché où il y a tout à développer et tout pour réussir, la seule complexité juridico-administrative est parfois fatale ». C’est pourquoi il est devenu un spécialiste de l’accompagnement des entreprises, actuellement au sein d’Altios International.

Mais derrière les entreprises, il y a des femmes et des hommes qui se sont embarqués dans un projet de vie où toute entraide est la bienvenue. « Au cours de mes sept années de présidence de l’UFE à São Paulo, notre action a été très respectée par la communauté et l’administration française », résume François. Tous se souviennent encore du vif succès de la « Francofesta » réunissant les différentes associations françaises.

François Cessieux a pour habitude de réussir tout ce qu’il entreprend, ce qui a évidemment plaidé pour sa nomination en qualité de délégué UDI São Paulo. Il aura la liberté d’initiative et d’action à laquelle il tient. François a justement préféré notre mouvement pour son « environnement politique souple et convivial ».

Primaire de la droite / Résultats du 2ème tour : Vote des Français de l’étranger

Toutes les circonscriptions – votants : 49500

resultats_2etour

Par circonscription :

1ère – Amérique du Nord – votants : 7223
Alain Juppé (52.6%) / François Fillon (47.4%)
Député LR sortant : Frédéric Lefebvre

2ème – Amérique latine – votants : 1783
François Fillon (53.7%) / Alain Juppé (46.3%)
Candidat UDI / Législatives : Charles-Henry Chenut – VP des CCEF

3ème – Europe du Nord – votants : 5437
François Fillon (55%) / Alain Juppé (45%)
Candidate UDI / Législatives : Patricia Connell – déléguée consulaire Londres

4ème – Benelux – votants : 6728
Alain Juppé (51.8%) / François Fillon (48.2%)
Candidate UDI / Législatives : Caroline Laporte – Conseillère consulaire Belgique

5ème – Péninsule Ibérique – votants : 2332
François Fillon (56.2%) / Alain Juppé(43.8%)
Candidat UDI / Législatives : Pierre-Olivier Bousquet – Conseiller consulaire Barcelone

6ème – Suisse et Liechtenstein – votants : 6187
François Fillon (59.1%) / Alain Juppé (40.9%)
Députée LR sortante : Claudine Schmid

7ème – Europe de l’Est – votants : 4452
Alain Juppé (55.8%) / François Fillon (44.2%)
Candidat UDI / Législatives : Benoit Mayrand – Conseiller consulaire Bucarest

8ème – Europe du Sud – votants : 1342
François Fillon (54.4%) / Alain Juppé (45.6%)
Député UDI sortant : Meyer Habib

9ème – Afrique du Nord – votants : 3043
Alain Juppé (51.5%) / François Fillon (48.5%)
Candidat UDI / Législatives : Pascal Capdevielle – Conseiller consulaire Fès

10ème – Afrique et Moyen-Orient – votants : 4222
François Fillon (56.5%) / Alain Juppé(43.5%)
Député LR sortant : Alain Marsaud

11ème – Asie et Océanie – votants : 6751
François Fillon (55.8%) / Alain Juppé(44.2%)
Député LR sortant : Thierry Mariani

Les résultats pays par pays : LIEN

Primaire de la droite / Résultats du 1er tour : Vote des Français de l’étranger

Toutes les circonscriptions – votants : 53084

resultats-fe

Par circonscription :

1ère – Amérique du Nord – votants : 7871
Alain Juppé (47.4%) / François Fillon (33.4%) / Nicolas Sarkozy (9.2%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (6.7%) / Bruno Le Maire (2%) / Jean-Frédéric Poisson (1.1%) / Jean-François Copé (0.2%)
Député LR sortant : Frédéric Lefebvre

2ème – Amérique latine – votants : 1965
Alain Juppé (44.3%) – François Fillon (37.8%) – Nicolas Sarkozy (10.2%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (4.4%) / Bruno Le Maire (1.8%) / Jean-Frédéric Poisson (1.3%) / Jean-François Copé (0.3%)
Candidat UDI / Législatives : Charles-Henry Chenut – VP des CCEF

3ème – Europe du Nord – votants : 5877
Alain Juppé (42.9%) / François Fillon (42.4%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (5.6%) / Nicolas Sarkozy (5.3%) / Bruno Le Maire (2.1%) / Jean-Frédéric Poisson (1.5%) / Jean-François Copé (0.2%)
Candidate UDI / Législatives : Patricia Connell – déléguée consulaire Londres

4ème – Benelux – votants : 7139
Alain Juppé (48.2%) / François Fillon (35.6%) / Nicolas Sarkozy (7.1%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (5.6%) / Jean-Frédéric Poisson (1.7%) / Bruno Le Maire (1.6%) / Jean-François Copé (0.2%)
Candidate UDI / Législatives : Caroline Laporte – Conseillère consulaire Belgique

5ème – Péninsule Ibérique – votants : 2462
Alain Juppé (41.4%) / François Fillon (36.8%) / Nicolas Sarkozy (13.9%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (4.5%) / Bruno Le Maire (1.8%) / Jean-Frédéric Poisson (1.2%) / Jean-François Copé (0.4%)
Candidat UDI / Législatives : Pierre-Olivier Bousquet – Conseiller consulaire Barcelone

6ème – Suisse et Liechtenstein – votants : 6509
François Fillon (42.5%) / Alain Juppé (40%) / Nicolas Sarkozy (8.7%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (4.9%) / Bruno Le Maire (2.2%) / Jean-Frédéric Poisson (1.4%) / Jean-François Copé (0.2%)
Députée LR sortante : Claudine Schmid

7ème – Europe de l’Est – votants : 4810
Alain Juppé (52.4%) / François Fillon (31.5%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (6.6%) / Nicolas Sarkozy (5.9%) / Bruno Le Maire (1.9%) / Jean-Frédéric Poisson (1.6%) / Jean-François Copé (0.1%)
Candidat UDI / Législatives : Benoit Mayrand – Conseiller consulaire Bucarest

8ème – Europe du Sud – votants : 1470
Alain Juppé (41%) / François Fillon (35.9%) / Nicolas Sarkozy (14.2%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (5%) / Bruno Le Maire (1.9%) / Jean-Frédéric Poisson (1.7%) / Jean-François Copé (0.2%)
Député UDI sortant : Meyer Habib

9ème – Afrique du Nord – votants : 3227
Alain Juppé (51.1%) / François Fillon (32%) / Nicolas Sarkozy (12.6%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (2%) / Jean-Frédéric Poisson (1.1%) / Bruno Le Maire (1.1%) / Jean-François Copé (0%)
Candidat UDI / Législatives : Pascal Capdevielle – Conseiller consulaire Fès

10ème – Afrique et Moyen-Orient – votants : 4575
Alain Juppé (45.7%) / François Fillon (36.2%) / Nicolas Sarkozy (11.3%) / Bruno Le Maire (2.6%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (2.5%) / Jean-Frédéric Poisson (1.6%) / Jean-François Copé (0.2%)
Député LR sortant : Alain Marsaud

11ème – Asie et Océanie – votants : 7179
Alain Juppé (43.3%) / François Fillon (41.8%) / Nicolas Sarkozy (7.6%) / Nathalie Kosciusko-Morizet (4.3%) / Bruno Le Maire (1.6%) / Jean-Frédéric Poisson (1.3%) / Jean-François Copé (0.2%)
Député LR sortant : Thierry Mariani

Les résultats pays par pays : LIEN

Paraguay : Sébastien Lahaie rejoint l’UDI-Monde

« Je suis arrivé par hasard au Paraguay, en 2006 », allègue Sébastien Lahaie. Certes, mais un hasard qui est né de la conjonction de trois facteurs.

Sébastien Lahaie, délégué UDI-Assomption

Sébastien Lahaie, délégué UDI-Assomption

D’abord, une compétence bancaire forgée par dix ans de fusions-acquisitions en Asie et aux Etats-Unis. Ensuite, un collègue qui a absolument besoin de lui pour développer la banque Sudameris qu’il vient d’acheter au Paraguay, avant de lancer un fonds d’investissement. Et enfin, un boom des matières premières qui a contribué à la forte croissance de l’économie paraguayenne, ininterrompue depuis 2004.

On pourrait caractériser la personnalité de Sébastien par son « attirance pour l’humain et le concret », comme il le formule. Alliance parfaite qui profite à nos ressortissants. Ainsi, suite à la fermeture du consulat de France à Assomption, en juin 2016, notre banquier a permis au consulat de Buenos Aires de pérenniser les aides sociales versées aux Français du Paraguay, en ouvrant un compte pour chaque récipiendaire à la banque Sudameris et en facilitant les transferts financiers.

Autre fierté personnelle : avoir fait « sortir le Paraguay de l’ombre » en qualité d’unique conseiller du commerce extérieur de la France (CCEF) du pays, nommé en 2014.

Sébastien se montre tout aussi décisif sur le terrain de l’enseignement, au sein du conseil d’administration du lycée français Marcel Pagnol d’Assomption. Depuis le début de son engagement en 2012, « les finances ont été redressées, ce qui a permis de nous lancer dans un programme immobilier très ambitieux : le doublement de la taille de l’école ! ». Les efforts entrepris sont salués par l’ANEFE qui vient d’accorder au lycée un prêt de 1,5M€ pour finaliser son projet.

Pour développer des « relations humaines sincères qui conduisent à des changements positifs », Sébastien se défie de toute idéologie : « au contraire, je préconise le pragmatisme sur tous les sujets et c’est cette ouverture d’esprit qui m’a attiré vers l’UDI ».

Cette ligne de conduite humaniste et pragmatique est un immense atout dans les mains de Sébastien pour tenir son nouveau rôle délégué UDI-Assomption. Son cap personnel est tout aussi clair : « parti de France il y a plus de vingt ans, j’ambitionne toujours de faire rayonner mon pays et d’apporter ma petite pierre au changement dont il a terriblement besoin ».

UDI Actu – Primaires de la droite

logoprimhlPrimaire : l’engouement des Français de l’étranger !

Déjà 56.531 Français de l’étranger se sont inscrits pour participer à la primaire par vote électronique !

4.500 personnes supplémentaires attendent une validation, puisqu’ils ont donné une adresse mail différente de celle figurant sur la liste consulaire, explique Thierry Solère, président du comité d’organisation.

L’organisateur est ravi : la mobilisation pourrait donc atteindre 60.000 votants !

Un chiffre éloquent lorsqu’on sait que la primaire socialiste en 2011 avait attiré seulement 7000 Français de l’étranger.

ajcomite100 comités de soutien Alain Juppé à l’étranger !

« Mes chers compatriotes établis hors de France,

Je vous l’avais dit dès le début de mon entrée en campagne : les Français de l’étranger constituent, pour, moi une priorité.

Deux fois ministre des Affaires étrangères, j’ai pu mesurer à quel point votre rôle est irremplaçable pour assurer le rayonnement de notre pays.

Aujourd’hui, grâce à votre enthousiasme et à votre engagement, grâce à nos échanges nourris, je peux compter sur le soutien de 100 comités de par le monde. » Lire la suite de la lettre d’Alain Juppé.

jcl_hl69La réponse de Jean-Christophe Lagarde à Nicolas Sarkozy

Pour le président de l’UDI, l’avertissement de Nicolas Sarkozy est le signe d’une « campagne en perdition ».

Une réplique aux critiques adressées sur Europe 1 par Nicolas Sarkozy le sommant de « respecter la règle de la primaire » et d’en soutenir le vainqueur même si Alain Juppé était battu.

« Nicolas Sarkozy est toujours aussi incroyable, il invente des règles au fur et à mesure de sa campagne et des signaux qui lui semblent défavorables », a déclaré à l’AFP le député-maire de Drancy. Lire l’article dans Le Parisien du 20.10.2016

Costa Rica : Georges Dherlin rejoint l’UDI-Monde

Georges Dherlin est un Français qui a choisi de vivre au Costa Rica, mais son pays de cœur est la mer. Marin dans l’âme, lorsqu’il ne navigue pas il fabrique des bateaux.

Georges Dherlin, délégué UDI-San José (Costa Rica)

Georges Dherlin, délégué UDI-San José (Costa Rica)

Pour ce faire, Georges a fondé l’entreprise Apex, puis Sunset Eco Boatyard, un chantier naval au Costa Rica dont il est le DG. « J’ai la chance de vivre quotidiennement ma passion, grâce à laquelle j’ai l’honneur d’être chevalier du Mérite de l’Ordre maritime », savoure-t-il.

Lorsque Georges pose son paquetage au Costa Rica il y a vingt-cinq ans, il se dit avec gourmandise que le pays offre un accès à deux océans à la fois : le Pacifique et l’Atlantique. Immédiatement, il s’attache à une « population affable et éduquée », tout en développant ses activités d’entrepreneur à la faveur de la stabilité politique du pays.

La plus ancienne démocratie d’Amérique latine cherche aujourd’hui à dépasser l’étroitesse de son marché par des accords de libre-échange, dont « nous apprécions les retombées économiques, dit Georges, ainsi que la libéralisation progressive des monopoles étatiques ».

Et il n’aime rien tant que le souffle de la liberté ! C’est pourquoi il se trouve bien à bord de l’UDI, « promotrice de la libre entreprise, tout en respectant nos valeurs démocratiques », juge-t-il.

Le rôle de délégué UDI-San José lui incombe parfaitement, parce qu’il a les pieds bien sur terre lorsqu’il s’agit d’aider les autres. Il fut, par exemple, à l’origine de la création de la section CCEF (Conseillers du commerce extérieur de la France) d’Amérique centrale / Panama. Une « section atypique » puisqu’elle regroupe six pays et dont Georges est « très fier d’avoir été le premier président ».

Appui massif des élus UDI-Monde à Alain Juppé


Jean-Christophe Lagarde a proposé aux élus UDI de cosigner un appel à soutenir Alain Juppé. Cette déclaration commune a été publiée dans le Monde du 12 octobre (Lien).

udiwordL’adhésion fut d’ampleur puisque quelque 600 élus UDI ont signé cette tribune, où je figure parmi les 46 parlementaires.

Cet engagement représente plus des trois quarts de nos élus locaux et plus des deux tiers de nos parlementaires !

J’ai été très sensible au nombre d’élus de l’UDI-Monde (26) prêts à construire une nouvelle majorité autour du candidat le plus proche de nos valeurs. Je remercie :

Pascal BADACHE (Danemark) / Emmanuel BEAUFILS (Allemagne) / Jean-Marc BESNIER (Chili) / Pierre-Olivier BOUSQUET (Espagne) / Tannya BRICARD (Equateur) / Pascal CAPDEVIELLE (Maroc) / Marie-José CARON (Danemark) / Patricia CONNELL (Royaume-Uni) / Joël DOGLIONI (Colombie) / Nicolas HATTON (Royaume-Uni) / Laurence HELAILI (Irlande) / Caroline LAPORTE (Belgique) / Hugues LE CARDINAL (Italie) / Jean-François LIESS (Suisse) / David LUSSEAU (Royaume-Uni) / Benoit MAYRAND (Roumanie) / Michel MENINI (Argentine) / Claire PONÇON (Nicaragua) / Radya RAHAL (Algérie) / Carole ROGERS (Royaume-Uni) / Sophie ROUTIER (Royaume-Uni) / Martine SCHOEPNNER (Allemagne) / Bruno THERET (Luxembourg) / Alain THEVENOT (Emirats arabes unis) / Éric VERON (Italie).

Le Monde : « Primaire de la droite : l’UDI appelle à voter Alain Juppé »

« Pour la formation centriste, c’est le maire de Bordeaux qui incarne le mieux les valeurs humanistes, l’écologie responsable, la liberté d’entreprendre et l’autorité de l’Etat. » Le Monde du 12.10.2016

J’ai cosigné la tribune publiée dans Le Monde, par Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et quelque 600 élus – dont 18 députés et 27 sénateurs – pour annoncer notre soutien à Alain Juppé pour la primaire de la droite (lire à ce sujet mon édito dans l’hebdoLettre n°68)

DECLARATION COMMUNE par Jean-Christophe Lagarde et 600 élus de l’UDI

jcl_lemondeLe 20 mars dernier, l’UDI a fait le choix de l’indépendance et de la liberté : liberté avant, pendant et après la primaire de la Droite et du Centre. Il aurait en effet été inconcevable et inacceptable d’être lié par l’éventuelle victoire d’un candidat éloigné de nos valeurs, et avec lequel aucune discussion ne serait possible sur un projet porteur d’espérance et de confiance.

Notre liberté, c’est l’engagement. Ce n’est en aucun cas l’isolement.

Lors des élections municipales, départementales et régionales, nous avons permis de nombreuses alternances en additionnant nos différences avec la droite républicaine. L’élection de celui qui sera non seulement le leader des « Républicains », mais aussi  leur candidat à la présidentielle, ne peut donc nous laisser indifférents. Il a vocation à devenir notre partenaire le plus naturel pour construire une coalition permettant une alternance utile pour notre pays.

Aujourd’hui, notre engagement collectif est guidé par deux exigences essentielles : d’une part, un socle programmatique partagé et, d’autre part, un positionnement politique clair pour construire une nouvelle majorité.

Le programme du candidat que nous voulons soutenir doit nécessairement respecter les valeurs humanistes, profondément européennes, progressistes et sociales que nous incarnons. Il doit être compatible avec les orientations fondamentales de l’UDI.

Lire la SUITE de la tribune contenant la liste de tous les signataires (parlementaires, conseillers régionaux, conseillers départementaux, présidents d’EPCI, maires et élus des Français de l’étranger).

Dîner autour de Valéry Giscard d’Estaing

« La France a plus besoin d’un homme d’Etat que d’un Président de la République », a déclaré Valéry Giscard d’Estaing devant un parterre de personnalités, d’élus et cadres de l’UDI-Monde présents sur Paris en marge de la semaine de l’AFE (Assemblée des Français de l’Etranger).

vge1_Ce diner a été organisé par l’Institut Jean Lecanuet, présidé par mon collègue Yves Pozzo di Borgo. Dans les salons de la présidence du Sénat, la soirée avait des allures de réunion « centriste » autour du président Valéry Giscard d’Estaing, avec le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, les deux anciens présidents de l’UDF, François Bayrou et François Léotard et l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin qui fut aussi secrétaire général de l’UDF.

Etaient également présents Jean-Claude Gaudin (ancien ministre, sénateur-maire de Marseille et VP du Sénat), Louis Giscard d’Estaing (ancien député et VP de l’Assemblée nationale), ainsi que Laurent Hénart (président du parti Radical et maire de Nancy).

Au menu : le soixantième anniversaire du traité de Rome du 25 mars 1957 et la grave crise que traverse le projet européen, comme l’illustre le Brexit.

A la veille d’échéances électorales déterminantes, l’ex-UDF, au grand complet, a réaffirmé son attachement à la construction européenne et souligné le caractère indispensable du projet européen pour notre pays dans le cadre d’une Union revigorée. « L’Europe devrait être l’enjeu principal de la prochaine élection présidentielle française », a résumé l’ancien président.

vge2_A l’image – autour du président Jean-Christophe Lagarde, les élus et candidats UDI des Français de l’étranger (g. à d.) Bruno Theret (Luxembourg) ; Marie-José Caron (Danemark) ; Charles-Henry Chenut (Brésil) ; Caroline Laporte (Belgique) ; Denis Viala (Brésil), Jean-Christophe Lagarde ; Benoit Mayrand (Roumanie) ; Patricia Connell (Royaume-Uni) ; Martine Schoeppner (Allemagne) ; Pierre-olivier Bousquet (Espagne) ; Olivier Cadic (sénateur UDI) et Meyer Habib (député UDI).

Nous avons eu le plaisir de retrouver lors de cette soirée les conseillers consulaires Geneviève Béraud-Suberville dite Minouche (Mexique), Jean-Hervé Fraslin (Madagascar), Marie Christine Haritcalde (Chili) et Radya Rahal (Algérie).

Nicaragua : Claire Ponçon rejoint l’UDI-Monde

Claire découvre le Nicaragua en 1974 avec son mari, Clément-Marie, venu y effectuer son service dans la coopération. Un coup de cœur commun, raffermi par l’heureuse rencontre d’une « famille d’adoption » et la préparation d’un projet de production de café appelé “La Marseillaise”, dans le nord du Nicaragua.

Claire Ponçon, conseillère consulaire pour la circonscription Costa-Rica, Honduras, Nicaragua et déléguée UDI Managua

Claire Ponçon, conseillère consulaire pour la circonscription Costa-Rica, Honduras, Nicaragua et déléguée UDI-Managua

Après un séjour de dix ans au Costa Rica, pendant la période la plus difficile de la Révolution, l’idée de revenir a germé. Elle  prendra forme en 1992 par un investissement associant leur « famille nicaraguayenne » dans la production de café, sur la ferme La Cumplida.

Lorsqu’en 2014 Claire Ponçon est récompensée du prix du secteur touristique décerné par le Conseil supérieur de l’entreprise privée au Nicaragua (COSEP), elle mesure le chemin parcouru : une entrepreneuse française qui a clairement apporté son tribut à sa terre d’accueil par un engagement pour la conservation, la reforestation et le développement communautaire.

Mais pas question de tirer la couverture à soi : « J’aime le travail d’équipe, j’aime partager des idées et chercher la bonne option à travers le dialogue et le respect de chacun. Ce doit être une marque de ma formation de scout commencée dès l’âge de six ans… »

Pour Claire, l’important c’est l’autre. Elle a créé la Fondation NicaFrance qui s’implique dans les conditions de vie (éducation, santé, habitat…) « des personnes travaillant avec nous ou autour de nous ». On dirait que le concept de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) qui intègre les préoccupations sociales et environnementales a été forgé pour elle.

A l’avenir, elle aimerait « consacrer plus de temps aux résidents français et aux nouveaux venus », avoue-t-elle. Une démarche déjà amorcée au début des années 2000 « en reconstituant l’UFE, puis en constituant Managua-Accueil », sans oublier ses fonctions présentes de conseillère du commerce extérieur de la France (CCEF) et d’élue consulaire.

Un désir encore attisé par son adhésion à l’UDI, « un parti qui sort des sentiers battus », dont les membres rencontrés lui ont donné une immense envie de rejoindre cet élan pour « faire bouger les choses en France et ailleurs », clame-t-elle.

Maroc : Nicolas Arnulf rejoint l’UDI

Lorsqu’on lui propose un poste à Rabat en 2007, Nicolas Arnulf n’hésite pas. L’ambition professionnelle se double du plaisir de retrouver les charmes de l’Afrique du Nord que ce fils d’expatrié avait goûté en Egypte.

Nicolas Arnulf, délégué UDI-Monde Rabat

Nicolas Arnulf, délégué UDI-Monde Rabat

Après avoir pris ses fonctions de cadre financier au sein d’un opérateur Telecom de premier plan, Nicolas devient très actif dans la défense des intérêts des salariés avec l’ADFEM, Association de défense des travailleurs français et européens résidant au Maroc, dont il est membre du bureau. Les avancées sont notables auprès de l’administration marocaine, notamment sur la problématique des contrats de travail.

Le succès est également au rendez-vous, en 2013, lorsque qu’il s’engage avec le consul général de France dans la création et la gestion d’un événementiel pour célébrer notre fête nationale. Ainsi, depuis quatre ans, Nicolas accueille tous les Français de Rabat pour ce moment privilégié.

Nicolas franchit un nouveau pas en 2014 en étant au cœur de la campagne des élections consulaires 2014. Sa liste d’union obtient un siège. Il fait aujourd’hui le choix de l’UDI pour ses valeurs et son mode de fonctionnement reposant sur « le respect et l’écoute de l’autre, et le lien direct avec nos élus ». Il choisit aussi l’UDI pour ce qu’elle n’est pas : « une énorme machine à faire gagner un homme ».

Nommé délégué UDI-Monde Rabat, en août dernier, ce challenge l’emballe dans une ville où « Il n’existe aucune représentation de centre droit, ni même de droite » ! Il compte s’appuyer sur le tissu des entrepreneurs français qu’il connait bien et sur les expatriés dont la principale association Rabatis est présidée par son épouse. La politique impose son tempo : Nicolas cogite déjà sur les actions de soutien à Pascal Capdevielle, conseiller consulaire à Fès et candidat UDI aux législatives 2017 dans la 9ème circ. (Maghreb – Afrique occidentale).

Chili : Jean-Marc Besnier, conseiller consulaire, rejoint l’UDI

L’envie d’entreprendre est un brasillement intérieur menacé par de nombreux éteignoirs, comme un plan de carrière assuré dans une multinationale. Jean-Marc Besnier a fait exception, en abandonnant ses responsabilités managériales pour mettre cap sur le Chili, en août 1990, au moment où débute la guerre du Golfe.

Jean-Marc Besnier, conseiller consulaire Chili depuis 2014

Jean-Marc Besnier, conseiller consulaire Chili depuis 2014

Le Chili, il n’y aurait jamais pensé sans sa femme, Veronica. Sur place, il découvre qu’il y a « tout à faire », une aubaine pour un entrepreneur dans l’âme. Il prospère aujourd’hui dans l’industrie vitivinicole et l’agriculture (Partner SA), ainsi que dans la potabilisation d’eau (Acuatierra).

Notre communauté a heureusement profité des talents de gestionnaire de Jean-Marc qui concède modestement qu’il aime « les choses bien faites ».

Durant huit années de présidence, il a restructuré l’Union des Français du Chili, afin qu’elle retrouve un équilibre financier, perdu depuis des années. Il s’est aussi impliqué dans la Chambre de commerce franco-chilienne qu’il préside depuis trois ans dans le but de la rendre financièrement autonome, tout en rehaussant la qualité de ses services.

Jean-Marc Besnier cultive la liberté d’entreprendre, comme la liberté intellectuelle : « ce qui m’attire à l’UDI est avant tout la diversité des courants libéraux qui y cohabitent et la liberté d’expression qu’on y trouve ».

Jean-Marc est le 35ème conseiller consulaire UDI. Il vient d’être désigné délégué UDI-Santiago.

Brésil : Denis Viala, conseiller AFE, rejoint l’UDI

Ingénieur civil et passionné d’informatique, il s’était promis de créer sa boîte avant d’avoir 30 ans.

Denis Viala : Conseiller consulaire de São Paulo et élu AFE pour la circonscription Amérique latine & Caraïbes

Denis Viala : Conseiller consulaire de São Paulo et élu AFE pour la circonscription Amérique latine & Caraïbes

Mais sans capital, dans la France de 1977, « il fallait soulever des montagnes administratives et financières », raconte Denis Viala. Il s’embarque alors pour le Nouveau monde et va devenir un pionnier de la CAO au Brésil. Marché vierge et souplesse administrative, le bonheur dure quinze ans jusqu’à l’embargo sur l’importation du matériel informatique.

Denis choisit de « rentrer dans le rang en étant recruté par Elf, puis Total », en tant que financier, avant de devenir CEO de la filiale chimique.

Ce remarquable parcours s’est toujours doublé d’activités associatives, puis politiques. Dans pratiquement toutes les organisations locales, Denis a passé plus de trente années à aider de 1001 manières ses compatriotes et œuvrer au rayonnement de la France. Et à 9.000 km de Paris, le moindre détail compte ! Par exemple, il se dit « fier d’avoir fait placer au lycée Pasteur une plaque commémorative aux Français de São Paulo morts pour la France, qui permet chaque année d’associer nos élèves au devoir de mémoire. »

Aujourd’hui, c’est nous qui sommes fiers à l’UDI Monde de son engagement à nos côtés. Il a trouvé dans notre organisation « un vent de liberté qui s’est éteint il y a longtemps dans les vieux partis, qui donnent plus d’importance à la discipline et ses sanctions qu’à la créativité et l’invention ». On ne saurait mieux dire.

Fonctions
– Elu AFE pour un 3eme mandat (2003, 2009, 2014)
– Vice-président du conseil consulaire de São Paulo
– CFO et membre du comité exécutif de la Chambre de Commerce France-Brésil.
– Administrateur de l’UFE São Paulo et ancien président
– Membre du conseil délibératif de la Fondation Pasteur qui administre le lycée Pasteur conventionné avec l’AEFE
– Membre du conseil de surveillance de la Société Française de Bienfaisance de Sao Paulo
– Vice-président de l’Alliance Française de São Paulo
– CFO de l’ANEFE présidée par André Ferrand.

1er congrès UDI-Monde & Congrès UDI à Versailles

Premier congrès UDI Monde (19 mars)

GroupeUDIMondeAvec Meyer Habib, député des Français de l’étranger, nous avons accueilli les délégués UDI-Monde au siège du parti en présence de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.

Animée par Maxime Duda, la réunion a porté sur quatre points : notre organisation (bilan d’activité, supports de communication…) ; ma réserve parlementaire (appel à projets 2017) ; la position de l’UDI-Monde vis-à-vis de la primaire ; nos priorités politiques.

Espagne : rencontre avec Carolina Punset, Ciudadanos (20 mars)

PuncetEn marge du congrès UDI, Jean-Christophe Lagarde s’est entretenu avec Carolina Punset porte-parole et députée européenne du parti espagnol Ciudadanos, venue participer à la table ronde du matin.

Pierre-Olivier Bousquet, conseiller consulaire UDI Espagne, a participé à cette réunion. Il avait organisé mes rencontres avec le parti centriste espagnol, lors de mes déplacements à Madrid et à Barcelone.

Ciudadanos appartient au même groupe que l’UDI au Parlement européen (ALDE) où il défend une vision pro-européenne et pro-entreprise.

Congrès UDI : table ronde sur l’Europe (20 mars)

TRonde(g. à d.) Carolina Punset, députée européenne Ciudadanos ; Dominique Riquet, député européen UDI ; Sarah Ludford, membre LibDem de la Chambre des Lords et Jean Arthuis, député européen UDI, président de l’Alliance centriste.

Lors de la table ronde sur l’Europe animée par Thierry Masson, délégué consulaire UDI Belgique, réunissant les députés européens, j’ai porté la contradiction à Dominique Riquet favorable au Brexit. Les Britanniques ont besoin de l’Union européenne et réciproquement. Le Royaume-Uni était le 2ème contributeur net de l’UE en 2013 et le 3ème en 2014.

Congrès UDI à Versailles (20 mars)

UDI_Versailles_1bisSur scène, toutes les composantes de l’UDI pour applaudir le discours conquérant de son président Jean-Christophe Lagarde en clôture du congrès (voir la vidéo).

Quelques heures plus tôt, mon collègue Jean-Léonce Dupont avait annoncé les résultats de la consultation interne : 66% des adhérents ont voté contre une participation à la primaire de la droite, en l’absence d’un accord avec Les Républicains (LR). Ils ont aussi donné mandat au bureau politique à 85% de « préparer le projet présidentiel et législatif ». Ainsi, les candidats aux législatives seront investis en juin.

Suisse : Jean-François Liess, délégué consulaire, rejoint l’UDI.

Jean-François Liess, délégué consulaire Suisse, succède à Marie-Françoise de Tassigny à la tête de la délégation UDI Genève. De nationalité franco-suisse, il réside sur les bords du lac Léman, depuis son mariage en 1982.

JF_LiessLors de mon déplacement sur place, en octobre dernier, Jean-François Liess m’a offert avec malice le code du travail suisse, épais d’une centaine de pages seulement ! Son outil de travail en fait, puisqu’il est directeur des ressources humaines dans son entreprise familiale de 300 personnes et aussi juge des Prud’hommes.

Au quotidien, il est le dépositaire d’une autre vision du droit social, une vision libérale, définit-il, qui libère sans mettre en opposition l’homme et l’entreprise, à l’image de la confédération helvétique qui « offre une qualité de vie et de travail inégalée en Europe ». Si l’herbe du voisin semble plus verte, pourquoi ne pas s’en assurer ? Jean-François estime que l’élu consulaire doit se faire un devoir de diffuser les recettes qui fonctionnent à l’étranger auprès des politiques français.

Il s’y emploie avec un zèle de missionnaire en multipliant les relais et en finançant des think-tanks français, tel que l’Ifrap ou l’Institut des libertés. « Les idées vraiment libérales n’ont jamais été mises en application en France, notamment dans le lutte contre le chômage », déplore-t-il. Pour sortir d’un modèle économique périmé et retrouver « un chômage du niveau de 1974 », Jean-François Liess a rédigé un mode d’emploi au titre sans compromission : Révolution libérale.

A n’en pas douter, son enthousiasme et ses propositions auront toute leur part dans les réflexions de l’UDI.

Roland Raad, conseiller consulaire Arabie Saoudite, rejoint l’UDI

Roland Raad est né au Ghana et s’est retrouvé scolarisé en Belgique, avant que son père n’élargisse son horizon à l’Arabie Saoudite. Une révélation pour l’architecte qu’il est devenu : « C’est le pays des mille et une nuits ! » Palais ou fronts de mer, on aime rien tant que les idées démesurées que des centaines d’ouvriers réalisent en un tour de main. « On jette ses idées dans un croquis, et puis, un jour, on se balade réellement à l’intérieur de ses idées… »

Roland Raad, conseiller consulaire Arabie Saoudite et président de l'UFE Al khobar

Roland Raad, conseiller consulaire Arabie Saoudite et président de l’UFE Al khobar

Que du bonheur, mais aucun égocentrisme parce « mes parents nous ont éduqués à aider les démunis, à servir tout court », prévient-il.

A 29 ans déjà, il préside le conseil de gestion du lycée français l’Al khobar et côtoie les problèmes des Français expatriés. Il prend aussi conscience que, mis à part le lycée, il n’existe aucune représentation officielle française dans cette province orientale de l’Arabie Saoudite, poumon économique du royaume.

Aujourd’hui, notre communauté se retrouve dans la « Maison des Français », des salles spacieuses à l’intérieur du lycée, conçues par Roland et financée par Samir Al Binalipar, consul honoraire. Dans la foulée, Roland a fondé l’UFE Al khobar en 2007 qui comprend 250 membres ! Le besoin était donc réel.

Conseiller du commerce extérieur de la France (CCEF) en appui de l’ambassade et consul honoraires adjoint, en soutien du consulat, Roland devient, tout naturellement dirait-on, conseiller consulaire, il y a quelques mois.

« Je sers avec passion tout Français de tout bord et de toute origine ». Ce refus de tout sectarisme a conduit Roland vers l’UDI, un mouvement qu’il juge beaucoup plus ouvert d’esprit et plus collaboratif que les autres. Bien plus qu’un style de fonctionnement, c’est une clé universelle pour relever nos défis contemporains : « Il faut désormais être capable de bâtir une solution spécifique pour chaque problème », pointe-t-il.

Hugues Le Cardinal, nouveau délégué consulaire UDI en Italie

Suite au retour en France de Gaëlle Guyomard-Garandeau, son colistier Hugues Le Cardinal a été nommé délégué consulaire de la deuxième circonscription d’Italie (Milan) et, de ce fait, membre du bureau de l’UDI Monde. Il rejoint ainsi Eric Véron, conseiller consulaire et suppléant du député UDI Meyer Habib. Je lui adresse toutes mes félicitations et mes encouragements. Voici son bref portrait.

Hugues Le Cardinal

Hugues Le Cardinal

Pourquoi l’Italie ? Pour l’amour ! Après 18 ans de vie à Paris, Hugues et son épouse milanaise ont décidé de s’installer à Milan avec leurs 3 enfants. Cela a été rendu possible par sa démission de la fonction publique française et la création de sa société de conseil VELICA S.A.S., mettant à profit sa double expertise aéronautique et nautique.

Sur place, il participe activement aux travaux d’un groupe d’entrepreneurs français. Ce chef d’entreprise bien occupé s’investit aussi dans la vie politique parce que, justement, elle ne doit pas être réservée aux professionnels de la politique, justifie-t-il.

Hugues se retrouve totalement dans les grands choix de l’UDI : « le centre droit a toujours été pour moi le positionnement politique intelligent. Une bonne idée n’est ni de droite ni de gauche, elle est bonne ! »

Notre nouvel élu compte bien exploiter toute idée susceptible d’améliorer la situation des français d’Italie. Ingénieur dans l’âme, il va s’attacher aux plus minimes améliorations. Hugues se souvient, par exemple, avoir lancé une discussion, lors de la préparation des élections consulaires, qui a finalement conduit à modifier les horaires et le système des rendez-vous au consulat de Milan.

Hugues sait que le travail de terrain est primordial. Celui-ci commence par l’écoute : « nos concitoyens sont intéressés principalement par trois thèmes : la fiscalité, l’école française et les services consulaires. »

Pour mieux servir ses compatriotes, il ambitionne comme une évidence d’étoffer l’équipe UDI à Milan, « parce qu’on est toujours plus intelligents en équipe que seul ».

Un 1er Conseil UDI-Monde en présence de Jean-Christophe Lagarde

Le premier Conseil UDI-Monde qui s’est tenu le 3 octobre au Sénat a été ouvert par Jean-Christophe Lagarde, soucieux que notre famille politique entende les aspirations des Français de l’étranger.

Sur les marches du palais du Luxembourg, le Conseil de l'UDI-Monde autour de Jean-Christophe Lagarde

Sur les marches du palais du Luxembourg, le Conseil de l’UDI-Monde autour de Jean-Christophe Lagarde

Le président de l’UDI a pris à témoin les élus du monde entier que « les choses avaient bougé » dans les pays où ils vivaient, à l’inverse de chez nous. Au résultat, « tout le monde retrouve des perspectives sauf nous », ce qui alimente le flot « des gens qui veulent réussir ailleurs ». Si partir peut être légitime à bien des égards, ce n’est jamais le cas lorsque les porteurs de projets sont brimés en France.

Devant un parterre de Français de l’étranger, l’occasion était belle pour le président de leur demander de lui remonter des informations. Il n’a trouvé que des oreilles favorables à l’idée que l’UDI Monde puisse devenir un formidable think tank, pourvoyeur d’idées du monde entier, selon l’expression de Maxime Duda, coordinateur de l’UDI Monde.

Ce travail de réveil de la politique passe aussi par la conviction qu’il faut de véritables réformes pour « gagner en équilibre, en force et en perspectives » au lieu de passer notre temps à seulement corriger, amender et étoffer l’existant.

Un exemple : Emmanuel Macron a provoqué un tollé en se posant la question du statut de la fonction publique. « Il n’est pas un pays qui ne se soit posé la question des services qu’il veut rendre au public et n’ait pas réformé », souligne le président. « Ce sont deux choses distinctes que de rendre la justice ou servir des repas à la cantine. Pourtant les statuts sont les mêmes », illustre-t-il.

Les médias étant obnubilés par la prochaine présidentielle, Jean-Christophe Lagarde ne s’étonne pas d’être systématiquement interpellé sur ses intentions.

S’il a précisé que le débat s’ouvrirait en janvier prochain au sein de l’UDI, il s’est dit frappé que « tant de gens se posent la question du comment, au lieu du pourquoi ». En d’autres termes, « Que voulons-nous porter ? Que voulons-nous apporter ? » lors de la prochaine présidentielle.

Pour le président de l’UDI, la seule question qui vaille est « comment rendre une alternance utile ? », sous-entendu que « depuis 34 ans, aucune des alternances n’a permis à la France de se redresser ».

Il ne faut plus perdre un instant et se focaliser sur le message, parce que l’année 2017, « échéance dangereuse » dit Jean-Christophe, se profile de plus en plus nettement.