Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En Bref – du 6 au 12 mars 2017

Brexit : anticipation des entreprises (6 mars)

Ma collègue Jacky Deromedi a organisé un petit-déjeuner de travail de nature économique, à l’initiative de Jean-philippe Keil, conseiller AFE (circo : Allemagne, Autriche, Slovaquie, Slovénie, Suisse).

Riche débat avec des dirigeants d’entreprises françaises et suisses sur la nouvelle donne sur le marché européen suite au Brexit.

Travaux AFE : vote aux législatives (6 mars)

Dès le premier jour de la semaine de l’AFE, Matthias Fekl avait mortifié les élus en annonçant l’annulation du vote électronique pour cause de risque de cyberattaque (lire mon édito du 13 mars 2017).

Radya Rahal, élue AFE Afrique du nord (à l’image), a vertement réagi en rappelant la difficulté de se déplacer dans certains pays à l’exemple de l’Algérie. Le gouvernement a proposé de prolonger la possibilité de s’inscrire pour voter par correspondance jusqu’au 14 avril 2017.

Sénégal : UFE (6 mars)

(g. à d.) Philippe Certes ; Véronique Brigaud ; Olivier Cadic ; François Normant

Forte de plus de 400 membres, la section Sénégal de l’UFE fait partie des belles représentations du réseau. J’ai reçu un merveilleux accueil de toute l’équipe, en novembre dernier (lire l’article).

Parmi ses membres, Véronique Brigaud, secrétaire générale de l’UFE Sénégal et François Normant, pdt du comité de gestion du lycée Jacques Prévert à Saly, venu pour participer au CA de l’Anefe.

Diner des élus UDI-Monde (6 mars)

La veille d’un comité exécutif essentiel pour l’UDI, ce fut l’occasion de faire un tour de table pour connaitre l’opinion de chacun sur la stratégie de notre parti centriste dans la course à la présidentielle. Il s’en est suivi un débat riche, constructif et convergent sur l’essentiel.

Les élus et candidats UDI-Monde se sentent tous investis des aspirations de nos compatriotes sur tous les continents.

Conférence sur « l’avenir de la paix » (7 mars)

L’Institut Diderot a organisé un débat autour de Dominique de Villepin, à l’occasion de la publication de son dernier ouvrage « Mémoires de paix pour temps de guerre ».

« La paix n’est pas la paix du plus fort, c’est au plus fort de faire les gestes qui aboutiront à la paix », nous a dit l’ancien ministre des Affaires étrangères (2002-2004) et ancien Premier ministre (2005-2007).

Dans un monde complexe où la guerre se répand comme un virus, Dominique de Villepin pense que la France, fidèle à sa vocation, a un rôle essentiel à jouer dans la construction d’un nouvel ordre mondial plus juste et pacifique.

Réunion avec le directeur de l’AEFE (7 mars)

Christophe Bouchard a réuni les parlementaires représentant les Français de l’étranger, en amont de son prochain conseil d’administration, pour passer en revue diverses thématiques, notamment les aspects financiers.

Le directeur de l’Agence française de l’enseignement à l’étranger (AEFE) a reconnu que de nouveaux lycées étaient ouverts en fonction de la demande locale, et non parce qu’ils répondaient à des objectifs de développement dans des pays définis. Ce pilotage à vue est empreint de pragmatisme, compte tenu du fait de la limitation des moyens consacrés à l’Agence.

A ce propos, nous avons remis sur la table l’idée de créer un conseil d’orientation de l’Agence, à laquelle M. Bouchard ne s’est pas montré hostile.

Burex UDI : Le jour d’après (7 mars)

(aux côtés de Catherine Michaud, présidente de GayLib) La veille, Alain Juppé avait définitivement renoncé à se présenter à la présidentielle en critiquant sévèrement François Fillon qui conduit son camp dans une impasse.

A l’étranger, les commentaires ne sont pas tendres, comme j’ai pu en témoigner.

Le Bureaux exécutif de l’UDI a validé l’accord électoral pour les législatives prévu avec Les Républicains, tout en restant majoritairement sur une position d’attente vis à vis de François Fillon.

AG de l’ANEFE (8 mars)

(à l’image) André Ferrand s’exprime lors de l’assemblée générale de l’Anefe, Association nationale des écoles françaises de l’étranger, en présence de ma collègue Jacky Deromedi et de nombreux conseillers consulaires.

Fondée en 1975, l’Anefe regroupe les associations gestionnaires d’écoles conventionnées avec l’AEFE ou simplement homologuées.

Grâce à la mission particulière d’instruction de demandes de prêts garantis par l’Etat qui lui a été confiée, le président s’est félicité que l’Anefe ait pu participer à la construction, l’extension ou la rénovation de plus de 100 établissements d’enseignement français dans le monde !

Cocktail GF. Seingry (8 mars)

Cocktail très convivial « Chez Françoise » organisé par le vice-président de l’AFE (Assemblée des Français de l’étranger) Georges-Francis Seingry pour annoncer officiellement sa candidature aux élections sénatoriales de septembre 2017.

Beaucoup d’élus se sont retrouvés représentant lors de cette soirée toutes les sensibilités de la droite et du centre. (g. à d. : avec les élus Nadine Pripp (Suède) Véronique Cartoux (RU) et Roland Raad (Arabie Saoudite).

Ecosse : David Lusseau (9 mars)

Avec David Lusseau, nous avons évidemment discuté de la situation au Royaume-Uni et plus particulièrement de l’Ecosse où il est élu conseiller consulaire UDI. J’avais fait escale chez David à Aberdeen en septembre dernier, lors de mon second Brexit Tour, avec Patricia Connell, élue consulaire Londres et candidate UDI aux législatives pour l’Europe du nord.

Comment le peuple écossais qui a voté à 62% pour rester dans l’UE va réagir lorsque Londres va activer le Brexit ? Nicola Sturgeon, premier ministre d’Ecosse déclare sa volonté d’organiser un nouveau référendum pour l’indépendance de son pays dans l’UE.

Pays-Bas : Hélène Degryse (9 mars)

(g. à d.) Olivier Cadic ; Hélène Degryse, conseillère consulaire Pays-Bas ; Anne Monseu-Ducarme, conseillère consulaire Belgique ; Olivier Bertin, élu AFE Europe du Nord

A la faveur d’un moment convivial pour fêter son anniversaire, Hélène Degryse nous a apporté une rectification utile aux propos de Matthias Fekl qui justifiait l’annulation du vote électronique en France à l’instar de la décision des Pays-Bas. Le vote électronique a bien été abandonné en 2008 aux Pays-Bas, mais il ne désignait pas le vote internet mais un vote sans papier où la machine remplaçait le bulletin et l’urne. Désormais, les Hollandais votent à l’aide d’un crayon rouge et d’un papier.

Hommage à C. Kammermann et JP. Cantegrit (9 mars)

(g. à d.) les sénateurs représentant les Français de l’étranger : Jacky Deromedi ; Louis Duvernois ; Christophe-André Frassa ; Jean-Pierre Cantegrit ; Christiane Kammermann ; Olivier Cadic ; Joëlle Garriaud-Maylam

Christiane Kammermann et Jean-Pierre Cantegrit feront leurs adieux au Sénat en septembre prochain. A l’occasion de la semaine de l’AFE, les élus consulaires se sont joints aux sénateurs UDI et LR des Français établis hors de France pour une soirée-hommage.

Christiane a fondé l’UFE Liban qui allait devenir la plus grande section du monde avec ses 2200 membres. Jean-Pierre a créé, en 1984, la CFE, une caisse autonome de sécurité sociale pour les expatriés.

Un grand moment d’émotion pour célébrer leur action au service des Français de l’étranger.

Réunion UDIL (11 mars)

Lors de la précédente AFE, l’UDIL (Union des démocrates indépendants et libéraux) constituait le groupe le plus important.

Après une messe en mémoire des disparus, Marie-Françoise de Tassigny (Suisse), ancienne secrétaire générale du groupe nous a réunis pour le traditionnel déjeuner des anciens au restaurant du Parc Montsouris.

HEBDOLETTRE n°67 – Bilan d’étape au tiers de mon mandat (édito) – Sénat : Réponse à ma question sur l’offre de service à l’international de Pôle Emploi – En circonscription – BREXIT TOUR 2 : Rép. D’IRLANDE (Dublin, 05 sept.) / IRLANDE du Nord (Belfast, 06 sept.) / ECOSSE (Aberdeen, 07 sept.) / LONDRES (08 sept.) – UDI : Législatives / formation des candidats UDI – Médias (Royaume-Uni & Etats-Unis)

Lire : l’HEBDOLETTRE n°67 – 04 octobre 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°67

Deux ans, déjà un tiers de mandat !

Depuis mon élection au Sénat le 28 septembre 2014, j’ai ressenti chaque jour fierté et bonheur de servir nos compatriotes. Aussi, je suis immensément reconnaissant aux grands électeurs qui m’ont confié ce mandat, aux côtés de Jacky Deromedi et Christophe-André Frassa.

Ma démarche consiste à être au plus proche des élus consulaires qui sont le lien avec les communautés françaises dans le monde. C’est pourquoi j’ai effectué 149 déplacements dans 47 pays en l’espace de 24 mois.

Je repars de chaque pays en dégageant à chaque fois une action prioritaire. A titre d’exemple, depuis ma visite à Dublin en septembre 2015, je soutiens l’action de notre ambassadeur Jean-Pierre Thébault qui vise à créer un « plan Ecole Irlande ».
Visuel HL55
Mes déplacements en circonscription se font en parallèle avec ma mission de parlementaire au Palais du Luxembourg, dont je vous livre ces éléments statistiques qui caractérisent mon niveau d’activité depuis deux ans :

> 557 Interventions en hémicycle, en commission des Affaires sociales et en délégation aux Entreprises
> 2 Questions d’actualité au gouvernement
> 26 Questions écrites
> 612 Amendements signés
> 13 Propositions de loi et de résolutions cosignées
> 1 Rapport : « Pourquoi le Royaume-Uni séduit les entrepreneurs français ? »
Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°67

Brexit Tour n°2 : En circonscription au Royaume-Uni : Belfast – Aberdeen – Londres / 6 au 8 septembre 2016

pc_oc(A l’image) Patricia Connell, déléguée consulaire UDI pour le Royaume-Uni et Olivier Cadic

Après l’étape de Dublin, nous sommes allés à la rencontre de la communauté française d’Irlande du Nord, d’Écosse et de Londres (lire aussi : Brexit Tour n°2 : En circonscription en Irlande – Dublin / 05 septembre 2016).
Nous avons également échangé avec des acteurs de la recherche, du secteur pétrolier et de l’enseignement à Aberdeen lors de rencontres organisées par David Lusseau, conseiller consulaire UDI pour l’Ecosse.

Belfast – Irlande du Nord – 6 sept.

belfast_meetingRéunion publique

Le Brexit est-il inéluctable ? Qu’est-ce qu’il implique pour les Européens installés au Royaume-Uni ?

Avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI pour le Royaume-Uni, nous avons répondu à l’invitation de nos compatriotes d’Irlande de Nord pour un moment privilégié et très chaleureux.

Je ne saurais dire qui d’eux ou de moi a le plus appris lors de cette rencontre. Certains ont vécu en Irlande du nord depuis plusieurs décennies et m’ont remarquablement narré leur histoire. Il ne faudrait pas que le Brexit réveille les vieux démons de l’intolérance et de la partition de l’ile en recréant une frontière.

Aberdeen – Écosse – 7 sept.

marinehlMarine Scotland Science (recherche européenne)

Nick Bailey nous a fait une visite passionnante du Marine Scotland Science, un centre impliqué dans divers projets de recherche européens. Il perçoit chaque année 2 millions de livres de la part de l’Union pour collecter des données statistiques sur 400.000 poissons !

Avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI pour l’Angleterre, Galles et Irlande du Nord et David Lusseau, conseiller consulaire UDI pour l’Écosse, nous avons bénéficié d’une présentation sur la définition des quotas de pêche et les conséquences du Brexit sur les accords communs (politique commune de la pêche).

En cas de sortie de l’UE, Marine Scotland Science redoute une limitation d’accès aux projets de recherche, qui sont par ailleurs ouverts à la Norvège et à l’Islande. Le Brexit serait synonyme de moins d’argent et moins d’emplois pour ce centre de recherche.

petrolehlRencontre avec le secteur pétrolier

Tour de table constructif auprès de dirigeants de sociétés du secteur pétrolier pour évoquer des conséquences probables du Brexit.

Chacun s’accorde à dire que la chute du prix du pétrole entraîne désormais un risque de pertes de compétences locales : en deux ans, le secteur pétrolier a perdu plus de 120.000 emplois sur Aberdeen !

Par ricochet, le prix de l’immobilier est en chute libre. Laurent Schirrer, président d’Oilgen, nous a confié qu’il avait doublé la surface de ses bureaux pour la moitié du prix payé précédemment !

L’un des participants à cette réunion nous a annoncé que les effets du Brexit conjugués à la crise pétrolière l’ont décidé à partir dans les prochaines semaines pour la France.

bibliohlRéunion publique

(A l’image) Patricia Connell fait face aux attentes de ses compatriotes installés en Écosse, réunis dans la superbe bibliothèque d’Aberdeen.

Nous avons tenté de répondre aux nombreuses interrogations d’ordre personnel des expatriés français : statut de résident, citoyenneté britannique, conjoints, enfants…

d_lusseauhl66Rappelons que David Lusseau, qui a organisé la réunion et l’a co-animée avec nous, a succédé l’an dernier à Véronique Marie Bévierre, (partie à Houston) pour représenter la communauté française d’Ecosse.

Sur ce blog, j’avais fait paraitre un portrait de David, en octobre 2015, lorsqu’il avait rejoint l’UDI (lien), puis publié une tribune où il prônait la révolution numérique des services consulaires en juin 2016 (lien).

 

totalhlTotal E&P UK

Elisabeth Proust, directrice générale de Total E&P UK, nous a reçus au siège de sa compagnie. Me Proust a précédemment dirigé les filiales Total au Nigeria et en Indonésie.

Parmi les 100 expatriés travaillant chez Total, 65 sont Français. Le Brexit préoccupe beaucoup ceux-ci, car chacun demeure dans l’expectative.

L’administration britannique a rajouté des contraintes à l’industrie pétrolière locale par rapport à une directive européenne. En cas de sortie de l’Union, il est possible que le gouvernement britannique se montre plus accommodant.

L’Écosse est confrontée au défi de relancer cette industrie sur son territoire. Il y a sans doute un futur pétrolier pour l’Écosse. Il n’y en a pas pour l’Angleterre.

ecole2hlEcole française Total

L’école privée du réseau Mission Laïque française (MLF) regroupe 74 élèves cette année et se prépare à ouvrir une petite section maternelle pour les enfants de 3 ans.

Nous avons été reçus par Laurent Lesert, son directeur, qui a dirigé auparavant des écoles MLF au Cameroun et au Gabon.

Deux réunions ont été ensuite organisées avec les parents d’élèves, puis les enseignants pour échanger sur les incertitudes liées à la conjoncture.

Londres – 8 sept.

stpeter1hlRéunion publique

Pour recevoir les Français de Londres avec Patricia Connell, nous étions entourés de trois avocats rompus aux problématiques de l’immigration : William Healing, Katie Newbury et Kim Wowden.

Lors de cette dernière réunion du Brexit Tour n°2, nous avons apprécié la présence à nos côtés de Carole Rogers, présidente de l’UFE-GB (Union des Français de l’étranger).

stpeter2hlPendant 2h30, les interrogations ont fusé de la part de la centaine de personnes réunies, avec un souci grandissant puisqu’aucune clarification n’a été apportée par le gouvernement britannique durant l’été.

Pour Theresa May, « Brexit means Brexit » et pour Boris Johnson, « le Royaume-Uni quittera l’UE mais pas l’Europe ».

Si nous ne savons toujours pas ce que veut le Royaume-Uni, nous savons déjà ce que l’Union européenne ne veut pas : d’une part, donner accès au marché unique sans liberté de circulation en contrepartie et, d’autre part, retarder un déclenchement du fameux article 50 dans un futur lointain.

InfoLettre aux Français du Royaume-Uni et d’Irlande – Invitations : évènements à Londres 3/9 – Dublin 5/9 – Belfast 6/9 – Aberdeen 7/9 – Londres 8/9 – Bristol 11/9

Notre dernière lettre aux Français du Royaume-Uni et d’Irlande annonce divers événements, tous liés à l’annonce du Brexit.

Ainsi, nous organisons, avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI à Londres, 4 nouvelles réunions publiques pour faire le point sur les options possibles suite au référendum et évoquer la situation des expatriés.

United_Kingdom_colorsAGENDA

March for Europe
Invitation LONDRES et autres villes – Samedi 3 septembre
Avec la vidéo de Margot Cadic (équipe Relations publiques)

Conséquences du Brexit
Invitation DUBLIN – Lundi 5 septembre
Avec Laurence Hélaili-Chapuis, conseillère consulaire UDI d’Irlande
Invitation BELFAST – Mardi 6 septembre
Avec Laurence Hélaili-Chapuis, conseillère consulaire UDI d’Irlande
Invitation ABERDEEN – Mercredi 7 septembre
Avec David Lusseau, conseiller consulaire UDI d’Ecosse
Invitation LONDRES – Jeudi 8 septembre
Avec Sophie Routier, conseillère consulaire UDI Londres

The3Million
Invitation BRISTOL – Dimanche 11 septembre
Avec Nicolas Hatton, délégué consulaire
(Il y a « 3 millions » de citoyens de l’UE vivant au RU)

INFORMATIONS & INSCRIPTIONS : Lettre aux Français du RU & d’Irlande

Éditorial de la lettre d’information

OCPL

Olivier Cadic (Sénateur des Français établis hors de France & Président UDI Monde) & Patricia Connell (Déléguée consulaire UDI Londres)

Madame, Monsieur, mes chers compatriotes établis au Royaume-Uni et en Irlande,

Comme beaucoup d’entre-vous, nous avons eu un réveil très pénible au matin du 24 juin. Depuis l’annonce du Brexit et les atermoiements du gouvernement britannique, même les plus optimistes des Français de Grande-Bretagne sont dubitatifs, voire inquiets quant à leur avenir.

Le 14 juillet dernier, à la Résidence de France, Boris Johnson s’est révélé incapable d’expliquer de quelle manière le Royaume-Uni allait sortir de l’UE.

Des millions d’électeurs britanniques ont été abusés par des arguments des partisans de la sortie qui se sont révélés totalement faux.

Deux millions de sujets britanniques vivant en Europe, trois millions d’Européens vivant au Royaume-Uni n’ont pas été autorisés à participer au scrutin.

Avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI, nous avons entrepris de répondre à vos interrogations en organisant des réunions à travers le Royaume-Uni. Cet été, nous sommes allés à votre rencontre à Edimbourg, Londres, Leeds, Bristol, Birmingham (comptes rendus en fin de cette infolettre).

Nous avons rencontré plus de deux milliers d’entre-vous. Partout, les échanges ont révélé un formidable esprit de solidarité entre Français et une foi inébranlable en l’Europe. Lire la suite de l’éditorial

 

BREXIT – Compte rendu réunion Londres – Vidéo 3/3

VIDEO 3 – QUESTIONS ET RÉPONSES DES EXPERTS

Nous avons bénéficié de l’expertise de trois avocats (g à d) maître William Healing, maître Andrew Tingley et maître Katie Newbury

Réunion sur les conséquences du Brexit – Londres, 2 juillet 2016

BREXIT – Compte rendu réunion Londres – Vidéo 2/3

VIDEO 2 – TEMOIGNAGE

Patricia Connell, franco-britannique, déléguée consulaire UDI s’était engagée dans la campagne du Remain

Réunion sur les conséquences du Brexit – Londres, 2 juillet 2016

BREXIT – Compte rendu réunion Londres – Vidéo 1/3

VIDEO 1 PRESENTATION

Olivier Cadic accueille la communauté française à l’Imperial College

Réunion sur les conséquences du Brexit – Londres, 2 juillet 2016

HEBDOLETTRE n°62 – Attentat de Nice (édito) – Sénat : Projet de loi Travail / Dette sociale / Question écrite (Ecosse) / En bref, au Sénat du 07 juin au 16 juin 2016 – Focus : Protection diplomatique (Naudin) / Baromètre CCI International – En circonscription au Maroc à Agadir (26-30 mai 2016) – Médias (Le Figaro, Public Sénat) – UDI Actualités

Lire : l’HEBDOLETTRE n°62 – 15 juillet 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°62

Communiqué de l’ensemble des sénateurs du groupe UDI-UC, en réaction à l’attentat à Nice :

« C’est sidérés et horrifiés que nous avons appris le dramatique et sanglant attentat qui a frappé Nice cette nuit et causé tant de victimes.

Nos pensées vont d’abord à leurs familles et à leurs proches. Nous leurs disons toute notre immense peine et les assurons de notre soutien.

Nos pensées vont également à l’ensemble de celles et ceux qui assurent notre sécurité et se battent pour sauver des vies. A nos forces de l’ordre sur-sollicitées et exténuées, aux soignants mobilisés pour le pire, à l’ensemble des secours, nous disons notre reconnaissance.

« Du fanatisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas », écrivait Diderot. La barbarie a frappé cette nuit. Elle a frappé des femmes, des enfants, des hommes venus célébrer, dans un moment festif, notre fête nationale.
C’est à nouveau un symbole de la République et de ses valeurs qui est touché.
Visuel HL55

Restons unis, droits, debouts, forts, autour de notre drapeau et de notre devise Liberté, Egalité, Fraternité, autour de notre République, autour de notre nation.

Nous devons mener avec détermination, et par tous les moyens possibles, une lutte contre l’obscurantisme, contre le fanatisme.

Notre pays va avoir besoin de force et de courage. Les sénateurs centristes feront, au Parlement et sur notre territoire, tout ce qui est en leur pouvoir pour contribuer à donner à la France les moyens de cette lutte. » Découvrir l’HebdoLettre n°62

Ecosse : ma question écrite sur l’opportunité de geler le transfert vers Londres des services du consulat d’Edimbourg

Depuis la fin de l’année 2014, le consulat d’Edimbourg était promis à devenir un consulat d’influence, par le transfert, dès ce mois de juillet, vers notre consulat de Londres de ses missions à l’égard des Français d’Ecosse. Ceux-ci s’en étaient immédiatement émus et une solution alternative et consensuelle n’a pas encore émergé (Lire : Consulat d’Edimbourg : plébiscite pour une solution « à l’allemande » du 21 décembre 2014).

A Edimbourg, le 30 juin au soir, 200 personnes ont participé à notre réunion publique UDI pour évoquer les conséquences du Brexit et le transfert programmé de certains services. (g. à d) David Lusseau, conseiller consulaire UDI Écosse ; Christian Allard, ancien député SNP du parlement écossais ; Patricia Connell, déléguée consulaire UDI Londres ; Olivier Cadic ; Christian Albuisson, conseiller consulaire Écosse

A Edimbourg, le 30 juin au soir, 200 personnes ont participé à notre réunion publique UDI pour évoquer les conséquences du Brexit et le transfert programmé de certains services. (g. à d) David Lusseau, conseiller consulaire UDI Écosse ; Christian Allard, ancien député SNP du parlement écossais ; Patricia Connell, déléguée consulaire UDI Londres ; Olivier Cadic ; Christian Albuisson, conseiller consulaire Écosse

Le Brexit est venu rebattre les cartes.

Avant de me rendre à Edimbourg, le 30 juin dernier, j’avais demandé par courrier à Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, de suspendre le transfert de nos services (Lire la lettre). Dans le même temps, j’ai déposé cette question écrite au Sénat :

Question écrite n° 22585

Olivier Cadic attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur l’opportunité de geler la fermeture des services de chancellerie du consulat général de France à Édimbourg tant que toutes les conséquences du vote en faveur du Brexit ne seront pas connues.

Il souligne que cette fermeture est prévue pour le 30 juin et que nos compatriotes installés en Écosse vont donc devoir se rendre, dès le 1er juillet, à Londres pour obtenir un nouveau passeport ou le faire renouveler.

Il suggère que les circonstances exceptionnelles amènent le gouvernement français à surseoir à cette décision de transfert, dans l’attente que soient précisés le calendrier et les modalités de sortie de l’Union européenne pour le Royaume-Uni ou certaines de ses nations constitutives,

Il indique qu’au-delà de la communauté française, cette décision constituerait un geste symbolique fort à l’égard des Écossais qui se sont majoritairement prononcés en faveur du maintien de leur pays dans l’Union européenne.

Il l’interroge donc sur l’opportunité de stabiliser l’organisation de la représentation française en Écosse en attendant de connaître le calendrier et le périmètre exact de sortie de l’Union européenne des quatre nations du Royaume Uni.

 

BREXIT – REUNION à BRISTOL – DIMANCHE 10 JUILLET 2016

I N V I T A T I O N

Avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI, nous avons programmé une réunion d’information à Bristol auprès de la communauté française pour répondre à ses interrogations et inquiétudes liées au Brexit.

picto_BristolDimanche 10 juillet 2016 / 14h30 à 16h30

Bradbury Hall Centre
Henleaze United Reformed Church
Waterford Rd, Bristol, BS9 4BT

Avec la participation de Annie Burnside (fondatrice de l’Alliance Française) ; Nicolas Hatton, délégué consulaire et Trustee de l’École Française de Bristol ; Josette Lebrat (Consule honoraire).

Inscriptions sur https://www.eventbrite.com/e/brexit-quel-futur-pour-les-citoyens-europeens-de-bristol-et-bath-tickets-26375316281

Cette rencontre fait suite à nos réunions précédentes à Edimbourg et Londres, la semaine dernière, qui ont rassemblé plus d’un millier de nos compatriotes au total.

HEBDOLETTRE n°61 – Brexit (édito ; nos réunions à Edimbourg & Londres ; débats sur LCI, Public Sénat) – Chili : JM Besnier, conseiller consulaire, rejoint l’UDI – Benelux : Investiture de C. Laporte par l’UDI (législatives) – En circonscription en Belgique / Bruxelles, Mouscron (18-20 mai 2016) – Plan Ecole Bristol (Nicolas Hatton) – En bref, au Sénat du 23 juin au 04 mai 2016

Lire : l’HEBDOLETTRE n°61 – 05 juillet 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°61

On se souviendra de l’annonce officielle du Brexit comme d’un moment de sidération général.

Etabli depuis près de vingt ans au Royaume-Uni, je vis désormais dans la plus totale incertitude sur ce qui va se passer, comme tous les Européens installés sur le territoire britannique. Et cela vaut également pour les Britanniques installés en Europe.

Dans mon précédent éditorial, je vous avais fait part des comportements xénophobes endurés par nos compatriotes pendant la campagne. Les actes de haine ont augmenté de 400% depuis le référendum !
Visuel HL55

David Cameron s’en est ému en les condamnant officiellement en séance au parlement.

Face aux injures ou aux provocations, j’ai appelé chacun à ne jamais baisser les yeux et ne pas hésiter à porter plainte.

Les Européens de Grande-Bretagne traversent une épreuve. Avec Patricia Connell, déléguée consulaire UDI de Londres qui s’est fortement engagée dans la campagne du IN, nous avons pris toute la mesure des craintes de nos compatriotes et cherché à y répondre.

Plus de 1000 personnes ont assisté à nos réunions publiques d’Edimbourg et de Londres… Lire la suite de l’édito et découvrir l’HebdoLettre n°61

BREXIT – Consulat d’Edimbourg : suspendons le transfert vers Londres !

J’ai demandé par courrier à Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international de surseoir à la fermeture des services de chancellerie du consulat général de France à Édimbourg.

Edim_consulatEn effet, à compter du 1er juillet, les Français d’Ecosse devront accomplir leurs formalités (renouvellement de passeport…) directement auprès du consulat français de Londres.

A l’heure où l’Ecosse se désolidarise du Brexit, il serait judicieux de suspendre le transfert de nos services vers Londres, en attendant de connaître les modalités de sortie.

En outre, ce report constituerait un geste symbolique fort à l’égard des Écossais qui se sont majoritairement prononcés en faveur du maintien de leur nation dans l’Union européenne, ai-je soutenu dans mon courrier au ministre.

J’ai repris cette demande dans une question écrite déposée au Sénat.

Lire : lettre à Jean-Marc Ayrault (pdf)

HEBDOLETTRE n°60 – God Save Europe (édito) – Référendum britannique (Patricia Connell) – Protection diplomatique (Meyssonnier à Roissy) – Sénat : Projet de loi Travail – Réponse question écrite (Venezuela) – En circonscription Maroc / Fès, Meknès et Casablanca (4 au 9 mai 2016) – Réseau consulaire / Edimbourg (David Lusseau) – UDI Actualités

Lire : l’HEBDOLETTRE n°60 – 21 juin 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°60

God Save Europe

La célébration de l’Appel du 18 juin à Londres, ce samedi, a marqué mon 120ème déplacement en circonscription depuis 21 mois de mandat et mes 10 ans de vie politique, puisque j’ai été élu pour la première fois conseiller AFE le 18 juin 2006.

Avec Patricia Connell, Carole Rogers et Sophie Routier, élues consulaires de Londres, nous avions organisé pour l’occasion une réunion de l’UFE GB consacrée au plan Ecole et au Brexit, en présence de ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam.

Nous avons salué la mémoire de la députée travailliste Jo Cox, assassinée jeudi dernier. Dans son hommage, Thibault Lavergne, président de la communauté protestante française de Grande-Bretagne, a rappelé l’histoire des Huguenots venus chercher refuge en Angleterre. Pour qu’ils soient accueillis dignement, le roi avait été contraint d’encourager ses sujets chaque dimanche aux offices pour surmonter leurs réticences.

En m’engouffrant dans le taxi qui devait me conduire à la réunion, je me suis retrouvé le nez face à un poster « Leave ». Le chauffeur ne m’a pas adressé un seul mot de tout le trajet puis, à l’arrivée, il m’a tendu mon reçu sans regard ni merci.

Visuel HL55

Surpris par cette animosité, j’ai partagé l’anecdote avec les participants. Les témoignages concordants ont fusé. Une compatriote qui parlait français dans les rues de Fulham a été traitée de « bâtarde d’étrangère » et de « p… française » par un passant. Un restaurateur français, pourtant installé depuis 17 ans à Londres, s’est vu brutalement interpellé sur ses origines étrangères.

Très étonnant aussi les propos de cet Afghan et cette Portugaise, tous deux naturalisés britanniques de fraiche date, qui prônaient le Brexit pour mettre un frein à l’arrivée de nouveaux étrangers. Une fois rentrés, eux, ils veulent fermer la porte et… jeter la clé.

Un épais malaise s’est saisi de nos compatriotes de Grande-Bretagne. Le fait de résider au Royaume-Uni depuis des décennies ne change rien à l’affaire. Un vent mauvais s’est levé et chacun sait que les extrémistes ne s’embarrasseront pas de nuances.

Sur le continent, les nationalistes rêvent du Brexit, parce qu’il pourrait provoquer un effet domino au sein de l’Union européenne. Résolument opposée à cette tendance mortifère du chacun pour soi, Jo Cox « croyait en un monde meilleur et se battait chaque jour pour cela », a dit son mari.

Par les temps qui courent, il faut croire qu’on peut en mourir. Même au cœur de la plus vieille démocratie parlementaire d’Europe.

Jeudi prochain, je veux croire que les Britanniques feront le choix de l’Union pour retrouver apaisement et espérance.

God save Europe !

Découvrir l’HebdoLettre n°60

Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°35 – Référendum – Consulat d’Edimbourg – Le Royaume-Uni à l’honneur au Sénat – Entrepreneurs français du RU au Sénat – Français du RU – Plan Ecole (Audit du plan Ecole du Royaume-Uni, plan Ecole Bristol, Coup de chapeau, Coup de pouce) – Enseignement français – Français de l’étranger – Mobilité/Emploi

Lire : l’INFOLETTRE n°35 – Juin 2016Logo InfoLettre - Rond75

Edito de l’Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°35

Le 23 juin, le Royaume-Uni aura un rendez-vous historique avec l’Europe.

J’adresse mes félicitations à Patricia Connell, déléguée consulaire UDI, pour sa mobilisation en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, ainsi qu’à tous nos compatriotes qui, d’une manière ou d’une autre, ont œuvré dans ce sens.

Quelques jours avant le référendum, cela fera tout juste 10 ans que j’ai l’honneur de vous représenter, puisque j’ai été élu pour la première fois conseiller AFE le 18 juin 2006.

Devenu sénateur des Français établis hors de France le 28 septembre 2014, j’ai déjà couvert 41 pays à travers 117 déplacements (dont 59 pour le seul Royaume-Uni) afin de rencontrer nos compatriotes. C’est seulement ensemble que nous pourrons relever chacun des 31 défis de mon programme de campagne.
Visuel HL34 effet2
Vous pouvez suivre mes pas en circonscription, ainsi que mon travail au Sénat, en vous abonnant à mon hebdo lettre ou en me rejoignant sur les réseaux sociaux.

En qualité de conseiller au Royaume-Uni, un de mes premiers objectifs a été de favoriser l’enseignement français outre-Manche en rassemblant notre communauté. Cela s’est traduit par la création du plan Ecole… Lire la suite de l’édito et découvrir l’Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°35

David Lusseau, conseiller consulaire UDI d’Ecosse : « Oui aux économies, non à l’idéologie centralisatrice »

Dans le cadre de la rationalisation de notre réseau consulaire, les missions du consulat d’Edimbourg seront reconfigurées à compter du 1er juillet 2016. Dès lors, les Français d’Écosse devront s’adresser au consulat de Londres pour les dossiers d’état-civil, l’inscription au registre ou la liste électorale. Ils devront même se rendre sur place pour déposer une demande de passeport.

David Lusseau, conseiller consulaire d’Ecosse, m’a fait part de son sentiment, à travers le texte ci-dessous :

David1bisA quand la grande révolution numérique des services consulaires ?

Il y a plusieurs façons de faire des économies sur les services consulaires.

Le gouvernement a choisi la centralisation.

Nous avons deux leviers à notre disposition pour économiser sur nos dépenses administratives à l’étranger : nous pouvons diminuer nos effectifs en centralisant les démarches et nous pouvons moderniser les procédures administratives, particulièrement accroître leur flexibilité et, donc, d’introduire plus de ‘self-service’. Le gouvernement a choisi la centralisation sans toucher aux procédures.

Cette option permet de faire des économies sur les effectifs, mais le fait que cette centralisation ne soit pas accompagnée d’un regain de flexibilité pour livrer des services administratifs aux personnes situées loin de Londres est une faute.

Une faute qui, je tiens à préciser, n’est pas imputable à nos fonctionnaires chargés d’implémenter cette centralisation, car dans beaucoup de cas (Edimbourg par exemple – et je tiens à saluer les efforts de toute l’équipe consulaire) ceux-ci ont cherché à trouver des options pour adapter les services aux besoins de ressortissants français vivants loin de Londres.

Au 21ème siècle, je pense qu’une modernisation des procédures permettrait de maintenir les services de chancellerie avec un budget réduit. Oui, cela voudrait toujours dire des baisses d’effectifs, mais pas au prix de la disparition de services de proximité pour tous les Français de l’étranger.

Quelles pourraient être ces solutions ?

Tout d’abord, nos consuls honoraires pourraient être davantage mis à contribution. Ces derniers mois, on a souvent évoqué la solution « à l’allemande », pays dont les consuls honoraires saisissent les empreintes biométriques. Impossible nous répond-on pour des questions de sécurité.

Ensuite, en Europe en général, nous ne mutualisons pas notre infrastructure commune. Par exemple, au Royaume-Uni, un grand nombre de bureaux de la Royal Mail, ou encore les commissariats de police, ont des dispositifs de prise d’empreintes biométriques. Malheureusement, nous ne pouvons pas les utiliser car nos banques de données biométriques ne peuvent pas être interrogées à distance. Donc, des empreintes biométriques prisent avec, par exemple, un système britannique ne peuvent pas être traitées par nos services consulaires. De même, le système britannique ne peut pas interroger nos banques de données.

Compte tenu des mouvements des personnes en Europe à l’heure actuelle, comment peut-on se limiter aux banques de données distribuées localement dans tous les consulats français ? Bien sûr, une banque de données unique européenne serait la solution la plus facile et la plus logique, mais ceci est un autre débat.

Dans tous les domaines (économique, social, etc.) nous avons pu apporter une révolution numérique, d’une façon sécurisée, à nos interactions et nos transactions. Ainsi, il y a eu un bel effort avec le vote en ligne. A quand la grande révolution numérique des services consulaires ?

David Lusseau, conseiller consulaire d’Ecosse

Lire aussi sur ce blog :
1ère réunion au Sénat destinée à permettre aux consuls honoraires d’enregistrer les demandes de passeport.
Consulat d’Edimbourg : plébiscite pour une solution «à l’allemande».
Autorisons les consuls honoraires à traiter les demandes de passeport ou mon amendement anti-déplacement !