Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

INFOLETTRE n°134 – Édito : « Satisfaction » // Un plan de 220 millions pour soutenir les Français de l’étranger // Rapport « Désinformation, cyberattaques, cybermalveillance : l’autre guerre du covid-19 » (O. Cadic & R. Mazuir) // La gestion de l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger en question // Ces enseignants détachés à l’étranger et rentrés en France sans autorisation // Crise sanitaire : mes questions à Jean-Yves Le Drian // États-Unis : nos étudiants bloqués par des charges locatives // STAFE : les conseillers consulaires veulent être consultés sur le redéploiement des crédits // Médias // En circonscription au QATAR : Doha (28-29 fév. 2020) / JORDANIE : Amman (1-2 mars 2020).

Lire : l’INFOLETTRE n°134 – 04 mai 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°134

Satisfaction

Au total, le gouvernement affectera 220 millions d’euros pour apporter à nos compatriotes qui résident à l’étranger un soutien à la fois sanitaire, éducatif et social face à la crise sanitaire.

Ce plan de soutien a été annoncé par la voix de trois ministres : Jean-Yves Le Drian et Jean-Baptiste Lemoyne pour le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, et Gérald Darmanin pour le ministère de l’Action et des Comptes publics.

En résumé, le plan d’urgence de 220 millions d’euros, se répartit ainsi : 20 millions pour le dispositif sanitaire, 50 millions pour l’aide sociale, 50 millions pour les bourses, 100 millions pour l’AEFE.

Gérald Darmanin a souligné que les fonds évoqués sont immédiatement mobilisables via le fonds d’urgence Covid-19.

Il concrétise ainsi l’article 1 de la proposition de loi « relative à la solidarité en faveur des Français établis à l’étranger » que j’ai déposé le 24/03/20 (lire la PPL n°390).

Cet article étend aux personnes inscrites au registre des Français établis hors de France le bénéfice du fonds d’urgence créé pour faire face à l’épidémie de covid-19.

Destiné à être efficace et à faire consensus, ce texte doit beaucoup à l’expérience de mon collègue Robert del Picchia, alliée à l’inspiration de sa collaboratrice Olivia Richard.

Cette PPL a été cosignée par des parlementaires appartenant à mon groupe Union Centriste (UC), mais également aux groupes Les Républicains (LR) ; La République en Marche (LREM) ; Les Indépendants et le Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Parmi les signataires, trois sénateurs représentant les Français établis hors de France : Robert del Picchia, Damien Regnard et Richard Yung. Rassemblés au-delà des clivages, nous avons été efficaces.

Voilà qui réjouira tous les conseillers consulaires qui réclament de longue date une solution pour financer la solidarité et l’entraide pour nos compatriotes les plus exposés.Visuel HL125

J’ai une pensée particulière pour Jean-Louis Mainguy, conseiller consulaire Liban-Syrie, qui m’alerte assidument, depuis décembre 2019, sur l’impérieuse nécessité de venir en aide aux Français du Liban (infolettre n°128). La crise exceptionnelle traversé par ce pays a plongé 45% de la population en dessous du seuil de pauvreté.

Le gouvernement sera aussi jugé sur sa capacité de répondre à cette urgence sociale que vivent nos compatriotes à l’étranger. Il cherche à se donner les moyens d’y répondre vite et c’est heureux.

Reste à garantir que ces moyens soient tous orientés vers le but recherché par les ministres.

Il est donc impératif que les postes diplomatiques s’appuient instamment sur les conseillers consulaires pour construire les plans de soutien et organiser l’attribution des aides directes ou indirectes. Rien ne serait plus désastreux que de reproduire le type de décision que nous venons de vivre avec le retrait de l’attribution des crédits Stafe 2020 aux conseillers consulaires, sans qu’ils aient été consultés (lire le billet).

Je me réjouis également des crédits supplémentaires accordés pour l’enseignement français à l’étranger qui répondent très exactement aux demandes que j’ai exprimées.

Il faut désormais s’assurer que la procédure d’attribution des bourses réponde à l’urgence et ne se transforme pas en méandres bureaucratiques qui conduiraient les parents à renoncer.

Je suis circonspect concernant l’aide au réseau d’écoles via l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). D’autant que nous n’avons toujours aucun élément d’appréciation de la situation. « Il n’y aurait rien de pire que d’édicter une même règle pour tout le monde », nous a dit Jean-Baptiste Lemoyne. Tout à fait d’accord, ai-je répondu, mais le problème, c’est que l’AEFE fait très exactement le contraire. Je fais référence, ici, à la décision absurde d’interdire aux écoles du réseau d’accorder des remises sur les frais de scolarité en fonction des circonstances locales.

Je forme le vœu que le gouvernement se penche désormais sur l’article 2 de ma proposition de loi. Il permettrait de créer un fonds d’appui pour soutenir les initiatives solidaires des entrepreneurs français à l’étranger par l’intermédiaire du réseau des CCIFI et celui des CCCEF, à l’image de l’opération SOS Business en Nouvelle Zélande. Il est le fruit du retour d’expérience de nos entrepreneurs victimes du séisme en Équateur en 2016.

Si l’article 2 de ma PPL entrait dans les faits, nous pourrions dire à nos compatriotes entrepreneurs : aidez-vous les uns les autres et la France vous aidera ! Découvrir l’InfoLettre n°134

En circonscription en Jordanie – Amman (1-2 mars 2020)

Second déplacement en Jordanie, où j’ai retrouvé Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie, auparavant en poste à Madagascar, et Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

(à l’image) Laurence possède une énergie inépuisable pour assister nos compatriotes en difficulté et pour venir en aide aux réfugiés.

Portée par une foi à déplacer les montagnes, elle m’a raconté l’histoire de ces 12000 chrétiens d’Irak réfugiés en Jordanie. Ils n’ont plus confiance en l’état irakien pour les protéger et ne veulent plus rentrer chez eux. Alors, ils attendent un visa pour l’Australie ou le Canada.

Son empathie fait de Laurence une élue consulaire exemplaire au sens de l’intérêt général. Quatre ans après mon premier passage à Amman (compte-rendu), elle a encore gagné en assurance et s’est révélée un guide formidable lors de ce déplacement.

Communauté française

Consulat

À la faveur de mon retour en Jordanie, j’ai tenu à visiter le consulat en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

En l’absence d’Isabelle de Marguerye, consule, nous avons été remarquablement reçus par l’équipe du poste, conduite par Abdeslam Kannibou, responsable des affaires consulaires.

1 540 compatriotes sont enregistrés au consulat. Cette communauté bien intégrée se partage entre des résidents de longue date, des hommes d’affaires et des compatriotes engagés dans l’humanitaire. 90% sont établis à Amman, les humanitaires sont présents dans les camps situés dans le nord du pays.

Du fait des crises régionales (Syrie, Irak, Yémen) et depuis la fermeture de notre ambassade à Damas en 2012, la section consulaire traite les demandes d’asile et de réinstallation des réfugiés irakiens et syriens. Un travail volumineux : 15.360 dossiers syriens ont été traités de 2011 à 2019 concernant 60.000 personnes et 3.160 dossiers irakiens sur la période 2014-2019 pour 9000 personnes.

Depuis 2018, le poste est confronté à une hausse du nombre de touristes français. Ils ont été 90.000 en 2019. L’ouverture aux compagnies low-cost se conjugue avec une recrudescence de Français de passage qui rencontrent des difficultés (hospitalisation, retour frontières, rapatriement…). Ainsi, en 2019, deux personnes sont arrivées au consulat en maillot de bain. Tout leur avait été volé : papiers, valises et vêtements.

À l’image de ce que j’ai observé récemment en Tunisie, on retrouve pléthore d’histoires de coups de foudre. Comme le cas de cette Française venue visiter Pétra : arrivée un samedi, elle rencontre le lundi un Jordanien 20 ans plus jeune qu’elle, puis ils se rendent au consulat le jeudi … pour se marier.

Plus dramatique, les accidents fatals. Les assurances ont tendance à renvoyer l’assistance au rapatriement vers le consulat. Ces circonstances où il faut accueillir les familles en deuil ou en souffrance sont lourdes à porter pour les agents.

Enfin, la question des déplacements illicites d’enfants pèse sur l’action du poste. 8 dossiers sont en cours de traitement. Les agents regrettent que l’application systématique de la charria, dès lors que les familles sont musulmanes, se fasse au mépris du droit français. +d’images

Enseignement

Lycée français International d’Amman (LFIA)

Je me suis rendu sur le site de Yadoodeh du Lycée français International d’Amman, en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire et de Sophie Bel, conseillère culturelle.

Le LFIA est conventionné avec l’AEFE. Le site primaire à Deir Ghbar accueille 350 élèves de 2 à 8 ans. Celui de Yadoodeh, où nous a accueilli Philippe Gallienne, proviseur, reçoit 320 élèves de 9 à 18 ans.

Situé sur la route de l’aéroport, le lycée a été inauguré en 2013 pour accueillir le secondaire, rejoint par les élèves de CM1 et CM2 en septembre 2019.

Les effectifs ont progressé de 25% en 3 ans. Ils se composent d’un tiers d’élèves jordaniens, un tiers de français et un tiers affichant une autre nationalité.

L’association des parents d’élèves (APE) qui gère le LFIA, en lien avec l’AEFE et le poste diplomatique, élabore une stratégie sur 5 à 10 ans. Achat d’un terrain supplémentaire à proximité ou construction d’un niveau supplémentaire sur le bâtiment existant, tout est envisagé pour faciliter le changement d’échelle de l’établissement. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce & CCEF

Je remercie notre ambassadrice, Véronique Vouland-Aneini, pour avoir organisé un déjeuner avec les CCEF et le directeur de la Chambre de commerce pour faire le point sur la situation économique dans un pays qui compte 40% de chômeurs.

La Jordanie séduit plutôt les investisseurs, car le pays est bien géré sur un plan macro-économique. En outre, il présente de bonnes garanties en matière de stabilité politique et de sécurité publique.

Merci aux participants pour leurs précieux enseignements : Manal al Nammari, déléguée du pays de société Air France ; Alain Enjalbert, directeur régional de Carrefour Jordanie ; Nadim Abaouat, directeur général de la Société Générale de Banque Jordanie ; Stéphane Lapauw, directeur général de Total ; Ibrahim Kattan, directeur général de CAFRAJ, la CCI France Jordanie. +d’images

Politique

Diplomatie parlementaire

Entretien avec Issa Murad, sénateur et rapporteur de la commission des Finances, en présence de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie.

Ancien président de la chambre de commerce d’Amman, le sénateur Murad a exercé de très nombreuses responsabilités dans le monde des affaires et il est à la tête d’un groupe d’entreprises en particulier dans l’électronique et les produits électriques.

Nous avons évoqué la bonne tenue de la devise jordanienne et le sénateur m’a donné des assurances sur la solidité du système financier jordanien.

Membre du groupe d’amitié Jordanie-France, Issa Murad m’a assuré de sa détermination à conforter les échanges bilatéraux entre nos deux pays. Ce sera bien venu, car nous pointons en 3ème position pour l’Europe, derrière l’Allemagne et l’Italie. +d’images

Hydro-diplomatie

Ministre de l’Eau

Entretien avec le ministre de l’Eau et de l’Irrigation, Raed Abu Saud, en compagnie de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie et Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD.

Nommé une première fois à ce même poste en 2005 et après avoir été ministre des Travaux publics et du Logement (2004-2005), Raed Abu Saud est retourné au ministère de l’Eau en octobre 2018.

Le ministre m’a confié qu’il avait côtoyé à Harvard le Dr Fadi Comair qui co-organise avec moi les colloques annuels au Sénat sur l’hydro-diplomatie.

La Jordanie est l’un des pays les plus pauvres en eau de la planète : l’approvisionnement en eau renouvelable ne couvre que la moitié de la demande, autrement dit la consommation d’eau est deux fois supérieure au renouvellement de la nappe.

Le ministre a rappelé que cette situation complexe a été aggravée par l’arrivée des réfugiés, notamment syriens, depuis 2011 (1 million de personnes environ soit 10% de la population totale), puis ceux venant d’Irak. De fait, la quantité d’eau disponible par habitant a été divisée par deux en quarante ans.

Le secteur de l’eau en Jordanie doit faire face à deux défis majeurs : d’une part, une faible disponibilité des ressources en eau nécessitant une forte consommation d’énergie qui en obère les coûts et, d’autre part, une situation financière structurellement déséquilibrée, notamment due à l’insuffisance du prix de l’eau, notamment pour des raisons sociales.

Les principaux enjeux actuels concernent :
1 – la restructuration des tarifs de l’eau et la réduction des pertes physiques et commerciales en eau ;
2 – l’amélioration de la gestion et de la performance des opérateurs du secteur ;
3 – l’optimisation des coûts de l’électricité pour le secteur.

La question de l’usage inefficient de l’eau agricole constitue également un grave sujet de préoccupation, non adressable politiquement en raison des pressions des tribus et de puissants intérêts fonciers. La manifestation que j’ai observée à mon arrivée devant son ministère en témoignait. +d’images

Réunion préparatoire sur l’Eau

Afin de préparer mon entretien avec le ministre jordanien, Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France a organisé, à la Résidence, une rencontre sur le thème de l’eau avec Thierry Caboche, Premier conseiller ; Najwan Nakho, adjointe du conseiller économique ; Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD ; Gilles Mori, responsable dossier eau et énergie ; Myriam Ababsa, chercheur associé, Ifpo.

Dans le prolongement de la conférence que j’avais organisée au Sénat sur le bassin du Jourdain, en 2016, avec le Dr Fadi Comair, nous sommes revenus sur le dossier mer Rouge-mer Morte et ses développements récents

L’ensemble des ressources en eau disponible totalise près de 1 milliard m3 par an qui est à peu près également partagé entre les usages agricoles d’une part, industriels et domestiques d’autre part. Ainsi la disponibilité annuelle d’eau douce avoisinant 500 Mm3 n’excèderait pas, chiffre indicatif, 80 m3/habitant/an, une des plus faibles de la planète.

Pour répondre à la demande croissante en eau, le projet régional mer Rouge-mer Morte avait pour objectif, dans sa première phase, de fournir 65 Mm3 d’eau potable à la Jordanie. La préparation du projet est achevée sur les plans technique, financier et environnemental depuis 2018.

Face au blocage politique actuel avec Israël, la Jordanie envisage le lancement d’un projet alternatif, autonome (Aqaba-Amman Water Desalination and Conveyance Project), qui resterait néanmoins compatible avec le projet mer Rouge-mer Morte et qui viserait un approvisionnement à terme de 130 Mm3 dans une première phase, à l’horizon 2025.

L’échos des circos / Octobre 2018

Croatie – Équateur – Inde – Irak – Islande – Jordanie – Maurice – Serbie – Royaume Uni – Thaïlande

MONDE

Fapee (1eroct.)

Entretien au Sénat avec François Normant, président de la Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger (FAPEE) et Virginie Royer, vice-présidente EGD et APE, non gestionnaires de la FAPEE.

L’opportunité de faire le point sur les mesures souhaitées par la fédération afin de concrétiser l’ambition affichée par le Président de la République de doubler le nombre d’élèves dans notre réseau d’enseignement d’ici à 2025 ou 2030.

JORDANIE & IRAK

Conseillère consulaire (1eroct.)

Retrouvailles avec Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak que j’avais rencontrée lors de mon déplacement à Amman.

Outre les problématiques de nos compatriotes du Proche-Orient, nous avons évoqué ma conférence sur l’hydro-diplomatie du 10 décembre qui portera sur le Tigre et l’Euphrate. La Jordanie est l’un des pays au monde qui manque le plus cruellement d’eau.

Nous avons également parlé du sort des chrétiens d’Orient et des réfugiés fuyant le conflit en Syrie.

ÉQUATEUR

Conseillère consulaire (1eroct.)

A Paris pour les travaux de l’AFE, Tannya Cerda-Bricart, conseillère consulaire pour l’Équateur, a partagé ses observations sur la situation du pays qui connait un fort afflux de réfugiés en provenance du Venezuela.

Nous avons aussi évoqué l’action des ONG locales que j’avais visitées lors de mon passage à Quito en 2015 et des progrès de la chambre de commerce France-Équateur.

THAÏLANDE

Délégation de parlementaires (1eroct.)

Heureux d’avoir participé à un déjeuner de travail organisé par ma collègue Jacky Deromedi, présidente du groupe d’amitié France-Asie du Sud-Est, à l’occasion de la visite d’une délégation du parlement thaïlandais.

J’étais aux côtés du président de l’Assemblée nationale législative de Thaïlande, Pompetch Wichitcholchai. J’ai souligné l’attractivité de son pays, puisque 13.000 Français ont fait le choix d’y vivre et que 800.000 de nos compatriotes y viennent chaque année faire du tourisme.

Parmi les acteurs économiques présents, nous avons échangé avec les représentants de Transdev et Michelin, dont j’avais visité l’une des cinq usines en Thaïlande à Leam Chabang, en janvier dernier (CR janv 2018).

INDE

Opportunités économiques (8 oct.)

A l’invitation de Nicolas Ribollet, associé Mazars Inde, administrateur de la CCI France International et de la CCI France-Inde, j’ai participé à l’événement intitulé «les clés de la réussite sur le marché indien».

Pour mettre en valeur les immenses opportunités de ce marché qui affiche 8% de croissance, de prestigieux intervenants ont apporté leurs témoignages et retours d’expérience : Vinay Mohan Kwatra, Ambassadeur de l’Inde en France ; Philippe Castagnac, Pdt du Groupe Mazars ; Paul Hermelin, Pdg CapGemini ; Laurent Scheer, DAP Pernod Ricard ; Paul Joyce, VP service consommateurs Orange Business service ; Karim Vissandjee, VP Sanofi….

Il ressort que la clé de la réussite consiste à confier la structure à un encadrement indien, le plus à même de trouver le business model adéquat et développer des produits pour le marché local.

Le poids de la bureaucratie et l’absence d’infrastructures (600 millions d’indiens n’ont toujours pas accès à l’électricité) sont flagrants. Dans un tel contexte, l’esprit entrepreneurial se marrie forcément avec beaucoup l’ingéniosité (jugaad innovation). + d’images

MAURICE

Chambre de commerce (9 oct.)

Rencontre avec Catherine Dubreuil-Mitaine, présidente de la CCI France Maurice, et Ingrid Génillon, présidente du Centre des Jeunes Dirigeants International.

Ensemble, nous avons notamment évoqué mon prochain déplacement dans l’Océan Indien, à Maurice, à la Réunion et à Madagascar, pour contribuer à développer et dynamiser les échanges économiques dans cette région.

ISLANDE

Entrepreneur français (9 oct.)

J’ai rencontré Damien Degeorges, docteur en science politique et entrepreneur français en Islande, afin de m’éclairer davantage sur les enjeux nordiques et arctiques.

Cet entretien me sera très précieux pour préparer le déplacement que je réaliserai vraisemblablement au printemps 2019.

CROATIE

Ambassadeur (9 oct.)

Entretien au Sénat avec Filip Vučak, ambassadeur de Croatie en France, pour échanger sur les différents aspects du déplacement que j’ai effectué dans les Balkans, et notamment en Croatie, il y a quelques semaines (CR sept 2018).

Notons que 600 000 Français se rendent chaque année en vacances en Croatie.

La Croatie prendra la présidence de l’UE au premier semestre 2020.

Premier Ministre (16 oct.)

A la Sorbonne, j’ai assisté à la conférence donnée par le Premier ministre de Croatie Andrej Plenković, intitulée «La Croatie et l’avenir de l’Union européenne».

La Croatie affiche de bons résultats économiques qui lui permettent de réduire la fiscalité tout en améliorant la protection sociale. Ce pays veut intégrer la zone euro et l’espace Schengen au plus tôt.

Le Premier ministre souhaite que les pays des Balkans occidentaux aient une perspective d’adhésion dès lors qu’ils respectent les critères. Cette espérance sera le meilleur antidote au populisme montant et aux « fake news » lancées par certains États qui veulent destabiliser l’UE.

La Croatie prendra la présidence de l’UE au premier semestre 2020.

Culture (16 oct.)

A l’invitation de l’ambassadeur de Croatie, Filip Vučak, j’ai assisté au vernissage de l’exposition «La Croatie pleine de couleurs» par le Premier ministre, Andrej Plenković.

Au Carrousel du Louvre, j’ai ainsi découvert les clichés Davor Rastuhar, en présence de l’ambassadrice de France en Croatie, Corinne Meunier, de l’ambassadeur Philippe Meunier et de plusieurs personnalités croates rencontrées lors de mon déplacement à Zagreb. + d’images

MONDE

Mobilité internationale (16 oct.)

(g. à d.) Guillaume Dufresne, directeur général du groupe CEI ; ma collègue Catherine Fournier, sénatrice du Pas-de-Calais et Thibault Dufresne, directeur du centre Charles Péguy de Londres.

Nous avons exploré une piste pour résorber le chômage grâce à la mobilité, notamment dans les Hauts-de-France. Rappelons que le centre Péguy fournit un emploi à près d’un millier de nos jeunes compatriotes, chaque année. Pour sa part, Catherine a été à l’initiative des «Rencontres jobs transfrontaliers» à Fréthun qui accueillent des dizaines de recruteurs français, britanniques et belges.

SERBIE

Adhésion à l’UE (16 oct.)

J’ai eu le plaisir de retrouver Nicolas Bizel au Sénat. En charge de la réforme de l’État de droit en République de Serbie, au sein d’une délégation de l’Union Européenne, Nicolas a facilité mes deux derniers déplacements à Belgrade (CR nov 2017 et CR sept 2018).

Le pays est candidat officiel à l’adhésion depuis mars 2012. Les négociations ont démarré en janvier 2014. Rejoindre l’UE est le vœu le plus cher du président de la République, Aleksandar Vučić. Je l’ai encouragé sur cette voie lors de notre rencontre, suivie d’une conférence de presse, en septembre dernier.

Nicolas est délégué UDI.

ROYAUME-UNI

Brexit (16 oct.)

Rencontre avec Fiona Godfrey, co-présidente de British In Europe, et Christopher Chantrey, président de la section française.

Les deux millions de Britanniques résidant en Europe sont aussi inquiets par la probabilité d’un « no-deal » au regard de leurs droits. Actifs, retraités ou étudiants, leur statut risque d’être reconsidéré en fonction de l’attitude des autorités britanniques vis-à-vis des citoyens européens.

L’absurdité du Brexit est d’autant plus criante pour les expatriés britanniques qui se mobilisent en nombre au sein de l’association British In Europe.