Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription au Cambodge (2) – Siem Reap (6 au 8 janv. 2018)

(A l’image) avec Arnaud Darc, devant le Malis, son somptueux restaurant cambodgien.

Siem Reap fut une étape passionnante avec la visite du chantier de rénovation archéologique du Mébon piloté et financé par la France, la préparation de la première Semaine française organisée par nos entrepreneurs, la galette des rois organisée par les associations ADFE et UFE ou encore la rentrée des classes de l’Ecole française.

Je soutiens totalement l’initiative d’Arnaud Darc qui réunit les énergies pour ouvrir une nouvelle Alliance française à Siem Reap à horizon de septembre 2018. Je remercie Laurent Triponey, Premier conseiller de l’ambassade, qui m’a accompagné lors de toutes ces étapes.

Entrepreneuriat

Semaine française

J’ai rencontré le comité d’organisation de la 1ère Semaine française de Siem Reap 2018, programmée en mars prochain.

Pour cette première édition, les organisateurs souhaitent réunir une trentaine d’entreprises pour créer une « envie de France ». J’ai été séduit par l’approche collective et dynamique de ces entrepreneurs locaux.

Ceux-ci s’étaient donné rendez-vous dans l’atelier du maître laquier, Eric Stocker, pour me présenter leur projet : Eric Raisina (couturier) ; Françoise Gouëzou (Biniky – accessoires voyages) ;  Loïc Dumas (Sirivan – prêt à porter) ; Vanessa Voukovitch (Brandrui – produits de beauté bio) ; Florian Bohême (B. Consulting – conseil en tourisme) ; Yannick Aillerie (directeur de l’aéroport de Siem Reap) ; Philippe Bes (directeur de l’école hôtelière Sala Baï) ; Arnaud Darc, président d’Eurocham – Chambre de commerce européenne). + d’images

Communauté française

Galette des rois

Merci à Jean Lestienne, conseiller consulaire pour le Cambodge (au micro), qui a animé à mes côtés la « Galette des rois » pour la communauté française de Siem Reap en présence de Laurent Triponey, Premier conseiller.

Une rencontre conviviale organisée par les deux associations Français du Monde – Adfe, représentée par son vice-président, Florian Bohême et l’Union des Français de l’étranger (UFE), représentée par Jean-Pierre Chennu, délégué. Nous nous sommes retrouvés au restaurant français le Barrio. 

Echange avec Marc Franiatte, consul honoraire, qui m’a confirmé tout l’intérêt d’une assurance rapatriement, au vu de nos compatriotes qui aboutissent à l’hôpital de Siem Reap sans être en mesure d’acquitter les soins reçus… + d’images

Lire aussi l’article de Raphël Ferry, correspondant Siem Reapois du LePetitJournal.com, que je remercie : ‘Les Français de Siem Reap, heureux de rencontrer le sénateur O. Cadic‘.

Enseignement

Ecole française

Quel plaisir d’avoir assisté à la rentrée scolaire de l’Ecole française de Siem Reap (EFSR), établissement homologuée et créé en 2003 grâce à une initiative privée.

Actuellement 84 élèves (61% de Français) sont scolarisés de la maternelle au CM2. Ensuite, c’est le CNED qui prend le relai avec l’assistance d’un tuteur.

Accompagné par Jean Lestienne, conseiller consulaire, et Laurent Triponey, nous avons été reçus par Aline Clément, dynamique directrice de l’EFSR qui partage son temps avec son rôle d’enseignante.

Pour l’anecdote, sa classe de CE2 était en train d’étudier « Le tour du monde en 80 jours » de Jules Verne. Ses élèves ont découvert que je vivais en Angleterre comme Phileas Fog et étaient curieux de connaître les 66 pays que j’avais traversés … + d’images

Culture française

Francophonie

L’antenne de l’Institut français à Siem Reap a dû fermer en 2014, pour des raisons budgétaires. Qu’à cela ne tienne, le serial entrepreneur Arnaud Darc, pdg de Thalias et président d’Eurocham, m’a présenté son projet de création d’une Alliance française.

Les locaux sont tout trouvés, flambants neufs, que nous avons visités au coeur d’une ville qui accueille 3 millions de touristes par an, dont 150.000 Français, ce qui signifie que les hôtels, restaurants ou commerces ont besoin de personnel parlant notre langue.

Outre les cours de langue, l’AF pourrait abriter une succursale de la chambre de commerce française au Cambodge.  + d’images

Coopération

Sauvegarde du patrimoine / Angkor

A Angkor, après l’achèvement de la restauration du temple du Baphuon (1995-2011), le MEAE pilote et finance désormais le chantier emblématique et complexe du Mébon (temple situé au milieu d’un lac, le Baray occidental).

J’ai visité ces deux monuments avec les explications de l’architecte Maric Baufeïst de l’Ecole française d’Extrême Orient (EFEO). En effet, la France opère au Cambodge dans le domaine de l’archéologie préventive et la restauration, notamment grâce à l’EFEO.

Le chantier du Mébon aura besoin de financements pour se poursuivre. + d’images

En circonscription au Cambodge (1) – Phnom Penh (4 au 6 janv. 2018)

Ma gratitude à Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France, qui a résolument placé ma visite sous le signe de l’entrepreneuriat à travers diverses rencontres avec des acteurs économiques français au royaume du Cambodge (CCEF, CCIFC, dirigeants, cadres, organisateurs de la Semaine française…). Face à l’omniprésence chinoise et l’activisme américain, les Européens doivent regagner un précieux terrain.

Je suis reparti de Phnom Penh avec un coup de cœur : l’ONG « Toutes à l’école » qui m’a été présentée par sa fondatrice, la journaliste Tina Kieffer.

Politique

Sénat cambodgien

(g à d) Oum Sarith, secrétaire général du Sénat ; T’y Borasy, pdte de la commission des Affaires  étrangères et de la Coopération internationale, pdte du groupe d’amitié Cambodge-France ; Olivier CadicEva Nguyen Binh, ambassadrice de France.

Depuis sa création en 1999, la Chambre Haute du Cambodge a accueilli dix délégations sénatoriales françaises, tandis que ses membres se sont rendus quinze fois à Paris, la dernière mission datant d’octobre 2017.

La sénatrice T’y Borasy défend avec vigueur la francophonie. Elle travaillait à organiser un séminaire, le 16 mars prochain, intitulé « La langue française : son apprentissage comme vecteur de développement de la francophonie cambodgienne ».

A la lumière de l’exemplarité de son parcours, nous avons évoqué la place de la femme dans la vie politique locale.

J’ai marqué ma préoccupation face aux évolutions de la politique intérieure cambodgienne. En réponse, Oum Sarith s’est prononcé en faveur d’une intensification du dialogue dans son pays, en voie de démocratisation.

Solidarité

« Toutes à l’école » (ONG)

(g à d) Olivier Cadic ; Chantal Thomass, marraine officielle de l’association ; Tina Kieffer, présidente-fondatrice de Toutes à l’école ; Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge.

Visite de l’école Happy Chandara, financée par « Toutes à l’école », association française créée par la journaliste Tina Kieffer en 2004, suite à son adoption d’une petite cambodgienne orpheline et nécessitant des soins médicaux.

L’école scolarise désormais 1181 jeunes filles du CP à la terminale, dont une centaine en internat. Une quarantaine d’élèves est envoyée en séjour linguistique chaque année en France.

Pour Tina, seule une bonne éducation peut garantir l’avenir de ses élèves. Saluons aussi sa vision inclusive, puisqu’elle offre un suivi social et sanitaire aux familles de ces jeunes filles. A ce titre, l’école dispose d’un dispensaire et d’un cabinet dentaire. Chapeau bas !  + d’images

Entrepreneuriat

Chambre de Commerce et d’Industrie

Petit-déjeuner avec les membres de la CCI France-Cambodge et son président, Guillaume Massin, ainsi que des représentants de l’EuroCham.

En 2017, la CCIFC a été l’initiatrice de plusieurs événements promotionnels, comme la Semaine française, l’opération « Goût de France/Good France » en mars, le Grand dîner français du 14 juillet qui a rassemblé plus de 1.300 convives et, enfin, le gala annuel, qui s’est tenu en novembre sur le thème de la coopération historique franco-cambodgienne en matière de valorisation du patrimoine.

En outre, la CCIFC a produit un ouvrage remarquable : « Entreprendre au Cambodge ».

EuroCham

Fondée en 2013, la Chambre de commerce européenne (EuroCham Cambodia) est présidée par Arnaud Darc.

Une subvention importante de l’Union européenne (2,5M USD sur cinq ans dans le cadre du programme ICI+) lui a permis de bâtir une équipe pour développer plusieurs lignes d’action. L’une des plus accomplie est l’Advocacy autour du Livre Blanc rédigé l’EuroCham qui rassemble ses recommandations aux autorités.

L’action d’EuroCham a largement relevé la visibilité et l’influence des entreprises européennes auprès des autorités, tout comme celle de leurs partenaires cambodgiens. Sur le terrain, les bannières concurrentes sont très actives, comme l’IBC américain (International Business Chamber), le réseau des chambres chinoises (1000 entreprises) ou le club d’affaires japonais (240 membres).

Incubateur

Visite de l’incubateur « Confluences », accompagné de son fondateur Soreasmey Ke Bin.

Notre consulat recense 453 « artisans, chefs d’entreprises ou commerçants » parmi les 5.084 compatriotes enregistrés au Cambodge. Les entrepreneurs français, créateurs d’entreprises locales, sont donc surreprésentés dans notre communauté !

J’ai rencontré quelques-uns de ces entrepreneurs à des phases différentes de leur développement. Confluences a eu l’heureuse idée de mettre en place une activité de distribution au profit des PME françaises qui souhaitent accéder au marché cambodgien.  + d’images

Diner de la communauté d’affaires

Un dîner organisé par notre ambassadrice Eva Nguyen Binh a réuni une douzaine d’hommes d’affaires représentant une palette variée du savoir-faire français au Cambodge.

Une quarantaine de filiales et de bureaux de représentation constituent la vitrine de notre potentiel économique au Cambodge, dont certains poids lourds tels que Total, Vinci, Sanofi, Bolloré, Banques populaires (Bred)… J’ai salué le niveau de coopération de notre communauté d’affaires avec la Chambre européenne.

Mes remerciements à Arnaud Darc (pdg de Thalias et président d’EuroCham) ; Eloi Courcoux (pdg de Meas Development Holding – restauration), Serge Pak (pdg de Pex Pipes / Béton Block and Pave – construction), Antoine Fontaine (secrétaire général du comité des CCEF, Avocat), Guillaume Perdon (directeur de la banque Bred), Franck Touch (président de KhmerDev et pdg de K-Digidata – services informatiques), Pily Wong (pdg du groupe Hung Hiep – agroalimentaire), Soreasmey Ke Bin (vice-président de la CCIFC et directeur général de l’incubateur Confluences).

Communauté française

Ambassade

Accueilli par Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge, j’ai visité les locaux de l’ambassade et rencontré des agents très impliqués.

On estime que le nombre de Français résidant au Cambodge s’élève à 10.000 personnes, alors que la moitié seulement est référencée au consulat.

Il s’ajoute une population croissante d’enfants issus de mariages mixtes. Déjà 50 % des Français résidents ont la double nationalité. On constate un afflux régulier retraités masculins français venant profiter d’un coût de la vie plus adapté à leurs ressources.

Pour leur part, nos actifs (43%) sont fortement représentés au sein d’ONG et dans le secteur tourisme/restauration.

Élus et associations

Ma visite a été suivie d’une réunion de travail avec les élus consulaires et divers représentants associatifs.

Je remercie Theany Phal (conseillère consulaire), Bruno Bogvad (trésorier général de l’UFE), Yvon Chalm (président de Français du Monde-ADFE), Didier Fontenille (directeur de l’Institut Pasteur), Geneviève Hussenot-Labic (présidente de Phnom Penh Accueil), Rémy Hallegouet (responsable du développement du Volontariat international en Asie – France Volontaires).

(à l’image) Avec Yvon Chalm (UFE Cambodge) qui a rappelé l’importance de développer le réseau des écoles françaises, tant pour la communauté française que pour notre rayonnement et Borin Pin, pdt de Anvaya, l’association des khmers d’outre-mer qui m’a fait mesurer le dynamisme des jeunes franco-khmers.  + d’images

Problématiques

Les retraités français sont nombreux à fonder des foyers avec de jeunes femmes cambodgiennes. Cette situation participe évidemment à l’inflation des demandes de bourses scolaires.

(à l’image) Bruno Bogvad a attiré mon attention sur les Français non-assurés et la difficulté pour eux d’accéder à des soins. Il préconise que l’on oblige nos compatriotes à souscrire une assurance rapatriement, comme nous l’imposons aux Cambodgiens qui souhaitent venir en France.

Enfin, les administrations cambodgiennes, longtemps permissives, ont drastiquement renforcé leurs contrôles (permis de travail, fiscalité…) au grand dépit des Français en situation irrégulière.

Culture

Institut français

Visite de l’Institut français du Cambodge en présence de Laurent Triponey, Premier conseiller à l’ambassade et Eve Hermann, secrétaire générale de l’IFC.

L’Institut français du Cambodge est un acteur incontournable de la francophonie à Phnom Penh, grâce à son centre de langues qui est le premier opérateur dans le domaine des cours de français avec près de 5.000 élèves par an sur 4 sessions !  + d’images