Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°74 – PLF / Action extérieure de l’Etat (édito) – En Bref du 13 nov. au 3 déc. 2016 – Simplification : la DSAE étudie le modèle néerlandais – En circonscription : BURKINA FASO / Ouagadougou et Kokologo (1-3 nov. 2016) – En circonscription : SENEGAL / Dakar et Saly (4-6 nov. 2016) – En circonscription : MAROC (COP22) / Casablanca et Marrakech (7-9 nov. 2016) – En circonscription : ROYAUME-UNI / Londres (10-13 nov. 2016) – UDI Actualités

Lire : l’HEBDOLETTRE n°74 – 23 décembre 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°74

Le 29 novembre dernier, je suis intervenu lors de la discussion générale concernant le projet de loi de finances 2017, en particulier sur le budget de l’action extérieure de l’État (programmes 185 et 151). Voir la vidéo ci-dessous.

J’ai évoqué la fuite en avant du gouvernement qui, au lieu faire évoluer la structure de pilotage de l’enseignement français à l’étranger, puise désormais dans le fonds de roulement des établissements en gestion directe du réseau de l’AEFE pour boucler son budget.

Un réseau qui, soulignons-le, n’accueille qu’un quart des enfants français vivant à l’étranger. On ne s’étonne pas que de plus en plus d’enfants français ne parlent pas… français.

A l’occasion de cette discussion budgétaire, il m’a paru opportun de saluer l’action des personnels de nos ambassades et consulats qui travaillent avec les moyens du bord. Ils doivent souvent pallier l’obsolescence et la défaillance de leurs outils par des trésors de patience et de dévouement.

J’ai adressé une mention particulière aux consuls honoraires, relais bénévoles de l’administration, dont l’abnégation dépasse parfois l’imagination.

Chers amis et compatriotes, je vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Découvrir l’HebdoLettre n°74

 

 

 

vidéo de 5m47s

HEBDOLETTRE n°49 – Parrainage des candidats à la présidentielle par les conseillers consulaires (édito) – En circonscription / Audit du plan Ecole du Royaume-Uni (22, 29 janv. 4 fév. 2016) – Vidéo : débat sur Public Sénat (Modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle) – 140 idées pour la France par les anciens de Sciences-Po – UDI Actualités et Médias

Lire : l’HEBDOLETTRE n°49 – 23 février 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°49

La proposition de loi relative à la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle » nous offrait une belle occasion de valoriser le statut des élus consulaires et leur travail, en leur accordant le droit de parrainer un candidat à l’élection présidentielle.

J’avais déposé un amendement en ce sens afin d’étendre cette prérogative à l’ensemble des conseillers consulaires, prolongeant ainsi la démarche initiée par Martine Schoeppner (UDI), vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire à Munich.Visuel HL48
Des positions similaires ont été défendues par Jacky Deromedi et Christophe Frassa, lors des discussions en commission des Lois.

Malgré la pugnacité de ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam en séance, la majorité du Sénat en a décidé autrement. A une nuance près, fruit d’un petit compromis en commission des Lois : les vice-présidents des conseils consulaires auront la capacité de parrainage, du moins si l’Assemblée nationale le confirme. On parle de 130 élus au total. Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°49

 

Déplacements au Royaume-Uni (Audit plan Ecole – 22, 29 janvier & 4 février 2016)

Au Royaume-Uni, le plan Ecole fut la réponse de la communauté française à la carence de places dans l’enseignement français. Au début des années 2000, les quelque 4000 places du lycée Charles de Gaulle ne suffisaient plus face à l’afflux des Français sur Londres. D’autant qu’aucune école secondaire française n’avait été construite depuis 1917…

Churchill_Lycee2Huit ans après son lancement, le plan Ecole a produit ses effets : le Collège Français Bilingue de Londres (CFBL) a ouvert ses portes en 2011, suivi en 2015 par le lycée international Winston Churchill (à l’image). Ce sont deux puissants symboles du renouveau scolaire à Londres. De plus, le plan a généré une dynamique expliquant la création récente de divers établissements privés (lire : « Sept ans après sa création, le plan Ecole est en pleine expansion » du 22 décembre 2014)

Comme je l’avais déclaré devant les parents de l’école des Petites Etoiles, dès ma prise de mandat de sénateur, mon travail s’articule autour de trois enjeux inspirés de mon expérience au Royaume-Uni : 1 – créer un nouvel élan pour l’enseignement français à l’étranger ; 2 – offrir une solution d’enseignement en français pour tous les enfants ; 3 – développer un projet qui vise à la totale transformation de l’aide à la scolarité (lire le détail de chaque point : « discours aux Petites Etoiles » du 04 octobre 2014).

En ce début d’année, j’ai souhaité conduire un audit du plan Ecole du Royaume-Uni, en visitant plusieurs établissements en présence de tous les acteurs de l’enseignement français. Je remercie particulièrement Lorène Lemor, conseillère culturelle adjointe de l’ambassade, de m’avoir accompagné dans cette démarche. Ce travail de fond conduit en compagnie de Sophie Routier, conseillère consulaire, est destiné à préparer l’assemblée générale du plan Ecole et le comité de pilotage prévu en avril prochain.

Les Petites Etoiles

OC_Petites_Etoiles_videoDevant les caméras de Public Sénat et de London French TV, nous avons fêté le 5ème anniversaire de l’école Les Petites Etoiles, une maternelle bilingue du nord de Londres accueillant une cinquantaine d’enfants.
– Voir la vidéo de Public Sénat (émission Sénat 360)
– Voir la vidéo de London French TV

Ce fut l’occasion de rendre hommage à ses directeurs Amandine Alys, Philippe Fraser, et Olivier Bertin pour ce bénéfice inestimable qu’ils apportent aux jeunes enfants en les éveillant à une double culture. J’ai exprimé le souhait que cette petite école puisse être désormais homologuée, car elle répond à tous les critères requis.

Olivier Bertin est un élu de l’Assemblée des français de l’étranger (AFE) qui a participé au plan Ecole depuis son lancement en juin 2008.

Etoiles1J’aime rappeler que Les Petites Etoiles sont nées d’un véritable « big bang » engendré par le plan Ecole. En effet, c’est la création du CFBL (Collège franco-bilingue de Londres) qui a justifié le lancement de cette école.

J’étais précédemment venu le 4 octobre 2014, lors d’une journée portes ouvertes, où j’avais eu le plaisir de prononcer mon premier discours en qualité de sénateur représentant les Français établis hors de France… (lire: « Message depuis les Petites Etoiles, une école née du big-bang du plan Ecole » du 05 octobre 2014)

http://lespetitesetoiles.co.uk

NewVlc College

NewVlc1(g à d) : Lorène Lemor, conseillère culturelle adjointe de l’ambassade ; Olivier Cadic ; Eddie Playfair, proviseur

En présence de Lorène Lemor, conseillère culturelle, l’échange a été des plus intéressants avec Eddie Playfair, proviseur de NewVlc College, qui souhaite développer l’enseignement bilingue anglais-français.

Ancien élève du lycée Charles de Gaulle à Londres et binational, Eddie Playfair est naturellement enclin à développer une filière bilingue dans son établissement.

Le développement de l’enseignement bilingue est l’un des objectifs fondamentaux du plan Ecole, puisque l’on ne pourra pas multiplier à l’infini les établissements français au Royaume-Uni. L’objectif 2 du plan Ecole est de soutenir les écoles britanniques qui sont à priori disposées à ouvrir des filières bilingues. Face au manque de places et à la dispersion géographique des Français sur le sol britannique, je pense qu’il s’agit, à la fois, d’une solution pratique et d’une opportunité pour les élèves.

NewVlc2Au sixth form college (équivalent classes 1ère et terminale), 20% des élèves sont francophones. Du reste, le lycée accueille des élèves de tous les horizons, puisque 80 langues y sont parlées !

NewVlc College est situé dans la banlieue sud-est de Londres et il a fêté son 20ème anniversaire, l’an dernier.

Le staff du collège comprend plus de 300 personnes dévouées à la progression et à l’épanouissement des élèves pour les conduire avec succès vers l’enseignement supérieur.

http://newvic.ac.uk

Collège français bilingue de Londres (CFBL)

CFBL 1(à l’image) François-Xavier Gabet, proviseur du CFBL, a organisé notre rencontre en présence des élus consulaires Sophie Routier, Olivier Bertin, Roch Miambanzila et de Carole Chuquet, présidente de CFBL Parents..

Nous avons ainsi eu l’opportunité de faire collectivement un point sur le développement de l’établissement (de la maternelle à la 3ème), créé en 2011 à Kentish Town.

L’établissement a atteint sa pleine capacité avec plus de 700 élèves en primaire et en secondaire. Il fait partie des trois établissements scolaires francophones de Londres, avec le Lycée Charles de Gaulle et le lycée international Winston Churchill.

François-Xavier Gabet, les membres du Board et de l’équipe pédagogique font un travail remarquable qui se traduit par une moisson de mentions au brevet des collèges (lire : « Rentrée des classes historique à Londres » du 22 septembre 2011).

CFBL 2A remarquer que l’établissement peut s’appuyer sur des parents d’élèves particulièrement mobilisés et entreprenants. Leur gala de bienfaisance annuel contribue au financement des projets d’amélioration de l’école pour le bien-être des élèves et des initiatives culturelles du CFBL.

La 4ème édition du CFBL Gala, aura lieu le samedi 23 avril 2016 à partir de 18h30 au 5-star luxury St Pancras Renaissance Hotel. Cette année, la campagne de levée de fonds du Gala servira trois objectifs : contribuer au financement des différents projets pédagogiques de l’établissement (dont le projet Radio Récré), abonder le fonds de bienfaisance French Scholarship Foundation et financer l’acquisition de nouveau matériel informatique.

http://www.cfbl.org.uk

L’Ecole internationale franco-anglaise (EIFA) – Primaire

EIFA 1Située à deux pas d’Oxford Circus, L’Ecole internationale Franco-Anglaise (EIFA) est une école indépendante, privée, internationale, laïque et bilingue (français-anglais), dernier point qui ravit les parents binationaux.

Elle a été ouverte il y a tout juste trois ans par Sabine Dehon, directrice, et Isabelle Faulkner, en charge de la partie administrative, financière et du lien avec les parents (lire : « L’EIFA, une nouvelle école maternelle et primaire bilingue à Londres » du 26 janvier 2013).

Nouveauté annoncée de la prochaine rentrée : une crèche ! Celle-ci accueillera les enfants de 18 mois à 3 ans, dès septembre.

L’établissement compte déjà 167 élèves en primaire. L’ouverture du secondaire (6ème à 3ème) a eu lieu en septembre dernier. Les cours sont dispensés en deux langues pour faire bénéficier les élèves d’une double culture, en respectant le programme pédagogique de l’Education nationale et celui du ministère anglais de l’Education. Une bonne façon d’offrir «le meilleur des deux cultures», dit Sabine.

En 2013, l’ouverture de L’EIFA marquait l’arrivée à Londres de la Mission laïque française (MLF), deuxième opérateur français éducatif dans le monde. Cette association dont le slogan est « deux cultures, trois langues », gère un réseau de 110 établissements dans 41 pays (voir www.mlfmonde.org).

L’Ecole internationale franco-anglaise (EIFA) – Secondaire

EIFASec2L’enseignement secondaire (collège, lycée) de L’EIFA est sur le point de déménager dans un bâtiment à proximité, toujours à Marylebone. Nous avons visité les locaux encore en chantier.

L’école va considérablement gagner en superficie, mais demeura à « taille humaine » et ses classes comprendront toujours une vingtaine d’élèves. On découvrira bientôt un laboratoire de sciences à la pointe de la technologie, une salle d’art et une salle de musique.

Sabine Dehon et Isabelle Faulkner ont ouvert un collège bilingue à la rentrée 2015. Afin de compléter de l’offre existante qui prépare au baccalauréat français sur Londres, l’EIFA prépare les élèves à l’IB bilingue (International Baccalauréat (lire : Londres : L’EIFA se lance dans l’enseignement secondaire bilingue du 17 février 2015).

http://www.ecole-ifa.com

Ecole Jacques Prévert

Prevert1L’école primaire Jacques Prévert est née il y a 40 ans, c’est déjà beaucoup dire. Elle bénéficie d’une solide identité et d’une grande renommée auprès des parents, dont certains sont des anciens élèves… (lire : « 40ème anniversaire de l’école française de Londres, Jacques Prévert » du 10 octobre 2014).

Située dans le quartier de Brook Green à l’ouest de Londres, l’école avait proposé en 2011 un plan d’agrandissement de son superbe bâtiment victorien qui a été rejeté par la municipalité. Elle s’est donc engagée vers de nouvelles perspectives à l’horizon 2017. L’objectif n’est pas d’être plus nombreux, mais d’être encore mieux, résume son directeur, Patrice Possenti.

Prévert accueille 260 élèves de 4 ans à 11 ans (de la moyenne section au CM2) et comprend beaucoup d’enfants binationaux (près de 40%), ce qui explique que l’on parle principalement en anglais dans la cour de récréation, m’avait-on fait remarquer lors de ma dernière visite.

L’école se distingue par une forte cohésion entre l’équipe pédagogique, les parents et les élèves, qui se traduit par une mobilisation éclatante et un enthousiasme débordant lors de chaque événement scolaire.

Autre caractéristique louable, la direction s’évertue à maintenir des frais de scolarité de cet établissement conventionné à un niveau le plus faible possible.

http://www.ecoleprevert.org.uk

L’Ecole de Battersea

Battersea(g. à d) Frédérique Brisset, chef d’établissement ; Mirella Otten, principale ; Olivier Cadic ; Lorène Lemor, conseillère culturelle adjointe de l’ambassade

En septembre 2005, L’Ecole des Petits (Fulham) a ouvert une annexe à Battersea, quartier du sud-ouest de Londres. Cette école fut créée pour offrir, dans le prolongement de la maternelle, une scolarité élémentaire complète (de 6 à 11 ans).

Dix ans déjà que Battersea poursuit sa vocation bilingue, afin que les enfants soient aussi à l’aise en français qu’en anglais (à l’oral comme à l’écrit) lorsqu’ils quittent l’école. « C’est un cadeau qu’on leur fait pour la vie d’être bilingue », avait déclaré Frédérique Brisset au journal de 13 heures de Claire Chazal (Lire : « L’enseignement bilingue au Royaume-Uni à l’honneur au journal de TF1 » du 26 septembre 2012).

Aujourd’hui, les deux établissements scolarisent 255 élèves de la Petite section au CM2 (de 3 à 11 ans), dans des classes de petits effectifs. Précisons que Battersea est un établissement homologué qui suit les programmes de l’Education nationale, tout en intégrant une partie du curriculum anglais.

Mirella Otten a accompagné l’essor de l’enseignement français à Londres lorsqu’il est apparu nécessaire d’essaimer de nouvelles écoles et a participé à la création de la charte qui favorisait la continuité entre les écoles primaires et le secondaire à Charles-de-Gaulle. A l’heure où le plan Ecole devra faire le choix entre la poursuite du développement du réseau français ou sa consolidation, il était opportun d’écouter son analyse qui vise à garantir un développement harmonieux et concerté de chacun des établissements.

http://fr.lecoledespetits.co.uk/lecole–battersea

Soirée des Auvergnats de Grande-Bretagne

Auvergnats(debout) Sylvaine Carta-Le Vert, consule générale à Londres ; Olivier Cadic et Francoise Schembri, présidente de l’association, entourant Antoinette Chambeyron qui a reçu la médaille d’Officier du Mérite Amicaliste de la Ligue Auvergnate.

Après ma journée dans les établissements scolaires, le 29 au soir, j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver les Auvergnats de Grande-Bretagne qui avaient décidé une soirée « crêpes et bourrioles », juste après leur assemblée générale.

Une ambiance idéale pour présenter mes vœux, en présence de Sylvaine Carta-Le Vert, notre consule générale.

Fondée en novembre 1974, l’Association des Auvergnats de Grande-Bretagne fut la première association régionale créée à Londres.

http://www.auvergnats.co.uk

Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°32 – octobre 2015 : Inauguration du lycée français Winston Churchill – CSG-CRDS des non-résidents – Maltraitance aux enfants – Déplacements en Europe du nord – Rapport: « Pourquoi le Royaume-Uni séduit les entrepreneurs français ? »…

Lire : l’INFOLETTRE n°32 – Octobre 2015Logo InfoLettre - Rond75

Edito de l’Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°32

Sénateur et entrepreneur, j’ai eu à cœur de faire venir à Londres la Délégation sénatoriale aux entreprises, dont je suis le vice-président. Ainsi au printemps, dix sénateurs ont rencontré des Français venus à Londres pour entreprendre. Ces échanges ont conduit à la parution de mon premier rapport intitulé « Pourquoi le Royaume-Uni séduit les entrepreneurs français ? » (voir le rapport).

Reconnaissant que l’environnement britannique séduit de plus en plus de compatriotes, il y a deux semaines, le président de la République est venu en personne inaugurer le nouveau lycée de Londres. Celui-ci porte le nom de Winston Churchill, un homme qui plaçait la persévérance au plus haut rang des vertus.
Visuel HL31 effet2
Il est vrai que du projet à la chose le chemin est parfois long. En 2006, lors de mon élection à l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger, l’engorgement du lycée Charles de Gaulle paraissait insoluble. Des centaines de places étaient non pourvues chaque année. Et pour cause : aucun nouvel établissement secondaire français n’avait été construit à Londres depuis…1917 ! Lire la suite de l’édito et découvrir l’Infolettre aux Français du Royaume-Uni n°32

HEBDOLETTRE n°32 – 21 septembre 2015 – Fiscalité des non-résidents – Déplacement en Irlande et Royaume-Uni – Maltraitance (question d’actualité)…

Lire : l’HEBDOLETTRE n°32 – 21 septembre 2015Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°32

Malgré un engagement de campagne de ne pas imposer les Français de l’étranger, François Hollande, sitôt élu, appliquait une CSG-CRDS aux revenus immobiliers des non-résidents.

Comme je l’avais anticipé, cette disposition a été condamnée par la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE) en février dernier. Les sommes collectées par l’Etat indûment depuis 2012 devront être remboursées. Des dizaines de milliers de réclamations ont été enregistrées par l’administration fiscale.Visuel HL31 effet2

Alors que les contribuables concernés attendaient un avis de remboursement, les avis d’imposition pleuvent depuis fin août en exigeant à nouveau le versement d’une CSG-CRDS sur les revenus immobiliers de 2014.

En réponse à l’avalanche d’interrogations, le serveur vocal du centre des Impôts des non-résidents (CINR) répète inlassablement: « Nous sommes en attente d’instructions sur ce sujet, inutile de nous contacter pour le moment ». Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°32

 

Déplacement au Royaume Uni – York (6 sept.) & Londres (10-12 sept. 2015)

Mon déplacement en circonscription « Europe du Nord » s’est achevé par le Royaume-Uni, terrain familier, mais riche en nouveautés: nouveau lycée français, nouveaux locaux pour le centre Péguy, nouvelle école Flam, nouvelle médiathèque jeune (rénovée)…
Ce fut également l’occasion de rencontrer Sylvaine Carta-Le Vert, consule générale et Loren Lemor, conseillère culturelle adjointe qui ont respectivement succédé à Olivier Chambart et Laurent Batut.

Consulat

1 ConsulatPremière rencontre avec Sylvaine Carta-Le Vert, nouvelle consule générale à Londres.

Arrivée de Zurich, où elle occupait la même fonction, la ville de Londres ne lui est pas inconnue : Mme Carta-Le Vert était 1ère secrétaire à l’ambassade, de 2003 à 2005, tandis que son mari occupait la fonction de… consul général à Londres.

Diplomate aguerrie, les élus consulaires se réjouiront de travailler avec une consule qui a également occupé la fonction de secrétaire générale du CSFE (précédent nom attribué à l’AFE) et qui connaît donc parfaitement leurs préoccupations.

Emploi

2 PeguyNouveaux locaux du centre Charles Péguy

Le centre a déménagé cet été, il est désormais à deux stations de métro de la gare St Pancras, son accès est donc plus facile.

(à l’image) Thibault Dufresne, directeur du centre, m’a présenté l’organisation du plateau et la synergie mise en place pour aider nos jeunes compatriotes à trouver un travail, un stage ou encore un logement dans la capitale anglaise.
.

.
3 PeguyPrès d’un millier d’emplois sont directement trouvés grâce aux services de cette association, créée en 1954.

De nouveaux défis sont à relever pour Thibault. Parmi ceux-ci, il faudra compenser la baisse progressive des crédits alloués par le ministère des Affaires étrangères, jusqu’à leur disparition programmée.

Enseignement

4 LyceeOuverture du lycée international Winston Churchill

Photo (à droite:) Mireille Rabaté, proviseure, me reçoit entourée de son équipe.

Impliqué aux côtés de tous les acteurs du plan Ecole, j’étais impatient de découvrir le fruit de ce formidable investissement collectif. Ce nouveau lycée est superbe !

Les parents que j’ai rencontrés étaient radieux et louaient une organisation fluide et sans faille.

5 lyceeLe jour de la rentrée, en accueillant 475 élèves accompagnés de leurs parents, Mireille Rabaté a eu la charmante idée de se présenter entourée de la grande section de maternelle : sa future promotion de bacheliers 2028.

« Chères familles et chers élèves,

Aujourd’hui, ensemble, nous allons vivre une journée historique et donner naissance au nouveau Lycée International de Londres Winston Churchill. Pour célébrer cet intense moment, je vous dédie cette chanson interprétée par notre professeur de musique, Leslie Losardo. [Leslie chante a capella « It’s a wonderful world »]

Un monde extraordinaire en effet, et puisque nous bâtissons pour l’avenir, regardons loin devant : je vous présente donc la promotion des Bacheliers de 2028. »

6 lyceeLes équipes pédagogiques, administratives ou techniques me sont apparues totalement mobilisées et désireuses de faire du lycée Churchill une nouvelle référence de notre réseau d’écoles à l’étranger.

Je vous invite à vous rendre sur la page Facebook de l’établissement pour en suivre l’actualité et l’évolution.

Programme Flam

7 FlamPhoto (g. à d.) Yves Letournel, attaché de coopération pour le français ; Olivier Cadic ; Christian Ravel, président de « Parapluie Flam »

Nous avons fait le point sur le développement du programme Flam (Français Langue Maternelle), objectif n°3 du plan Ecole pour le Royaume-Uni, mis en place en 2008.

En sept ans, le nombre de ces « petites écoles du samedi » a explosé, passant de 13 à 42, dont 22 situées à Londres.

Initiées la plupart du temps par un groupe de parents ou d’enseignants, ces écoles dispensent des cours de français à des enfants francophones scolarisés dans le système britannique.

Christian et Yves unissent leur effort au sein de Parapluie Flam, une association qui aide ces initiatives à éclore par le biais de conseils pédagogiques ou administratifs, tout en facilitant l’entraide et la solidarité entre les structures Flam implantées au Royaume-Uni.

8 Flam« Et patati patata », nouvelle école Flam

J’ai retrouvé Caroline Sivilia Cassin, fondatrice de London Macadam, qui m’a annoncé que sa « petite école du samedi » avait obtenu l’accréditation Flam, cet été.

Baptisée « Et patati patata », l’école est ouverte à Fulham West – Kensington, et propose plusieurs niveaux d’apprentissage de la langue française auprès des enfants de 3 à 13 ans.

Pour intégrer le dynamique réseau Flam, Caroline a travaillé avec l’association « Parapluie Flam » et Yves Letournel, l’attaché de coopération pour le français à l’Institut français du Royaume-Uni.

Caroline a déjà beaucoup de demandes. Tous mes voeux de réussite l’accompagnent.

Culture française

9 MediaInauguration de la médiathèque jeunesse

Samedi 12 septembre, le célèbre illustrateur pour enfants, Quentin Blake, a inauguré une médiathèque qui portera son nom, au sein de l’Institut français de Londres.

Après d’importants travaux de rénovation, elle constitue un espace d’accueil pour les familles, un centre de ressources pour apprendre le français et un lieu d’activités scolaires. L’endroit avait accueilli 4000 élèves en 2014.

Cette médiathèque proposera, en novembre, une nouvelle édition du « South Ken Kids Festival », en faveur de littérature pour la jeunesse.

10 MediaQuentin Blake a eu les honneurs d’un magnifique discours de notre ambassadeur Sylvie Bermann. Ses propos témoignent que la jeunesse est assurément une cause qui la passionne.

La modernisation des espaces et le doublement de la superficie de la médiathèque ont été rendus possibles par le Trust « Friends of the French Culture Institute », présidé par Marc Mourre.

Photo (g. à d.) Marc Mourre, Quentin Blake et Sylvie Bermann

Dans son allocution, Marc a remercié les donateurs qui ont permis de rassembler près de 800.000 euros et invité chacun à participer à une dernière levée de fonds pour la troisième partie du projet, notamment un espace dédié au cinéma et à la musique (en savoir plus).

11 CinemaLondon’s Favourite French Film 2015

A l’invitation de l’organisatrice, Patricia Connell (FranceInLondon), je suis intervenu, le 10 septembre, pour évoquer la bonne santé cinéma français et son exceptionnel rayonnement international. Lire mon discours.

J’ai profité de cette tribune pour mobiliser la communauté française en faveur de Pascal Fauret et Bruno Odos, les deux pilotes français condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine, après une parodie de justice (lire : « République dominicaine : mon appel de Londres pour internationaliser le soutien à Pascal et Bruno » du 11 septembre, 2015)

Solidarité

12 BetsenGrand plaisir de revoir Serge Betsen, international de rugby, à quelques jours du début de la coupe du monde au Royaume-Uni.

Nous avons évoqué les préparatifs du dîner de charité qu’il organise le 8 octobre prochain, au profit de son association la Serge Betsen Academy qui oeuvre en faveur des enfants défavorisés du Cameroun : : Présentation & Réservation

En faisant découvrir le rugby à ces enfants, Serge souhaite leur transmettre des valeurs et des repères, tout comme les accompagner en termes de scolarité et de suivi médical. Il a déjà ouvert 5 centres localement.

Je lui souhaite tout le succès possible pour son événement caritatif.

Devoir de mémoire

13 YorkIntervention lors d’une commémoration militaire à Elvington, près de York, le 6 septembre dernier. Mon discours en anglais, traduit en français.

Organisée par le directeur du Yorkshire Air Museum, Ian Reed, cette journée commémorait conjointement les 75 ans de la Bataille d’Angleterre et le 70ème anniversaire du retour en France des deux escadrons français de bombardiers « Guyenne » et « Tunisie », basés à Elvington.

Un équipage sur deux n’est pas revenu (lire : « Allied Air Forces Memorial Day – Elvington / Yorkshire » du 10 septembre).

Photo : Avec le colonel de l’armée de l’air Patrice Morand, nous avons déposé une gerbe à la mémoire des équipages français

PLF 2015 : mon intervention sur l’aide publique au développement

La solidarité internationale doit aussi devenir un relais de croissance pour la France et l’Europe. Autrement dit, l’aide publique au développement est un investissement au profit de nos futurs partenaires et donc de notre commerce extérieur.

Africa globeCe postulat est l’un des axes majeurs de travail pour l’UDI dont j’ai exprimé la position avant l’examen des crédits de la « Mission Aide publique aux développement ». Cette conception de l’aide aux pays émergents rejoint le discours et l’action en Afrique de Jean-Louis Borloo (lire : « Aide au développement : Jean-Louis Borloo montre la voie » du 04 décembre 2014).

L’Etat ne mesure pas pleinement la nature stratégique de cette mission : l’aide de la France a fortement diminué ces dernières années, passant de 0,5 % de son revenu national brut (RNB) en 2010 à 0,41 % en 2013.

A titre de comparaison, le Royaume-Uni, malgré une politique rigoureuse de réduction de ses dépenses publiques, a sanctuarisé son aide publique au développement à hauteur de 0,7 % du RNB.

Il est également important que le gouvernement reconsidère le ciblage de notre soutien international. En effet, le Brésil, membre du G20, est le deuxième bénéficiaire de l’aide publique française en Amérique du sud. Nous versons aussi une partie de notre aide à la Chine et à l’Inde.

Lire : l’intervention d’Olivier Cadic sur la Mission Aide publique au développement, au Sénat du 03.02.2014

Photo Flickr de Irina Patrascu Gheorghita