Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Vers un Fonds d’urgence pour les Français de l’étranger (vidéo 11m)

Ce 30 juin, le Sénat a adopté à l’unanimité l’instauration d’un fonds d’urgence pour secourir nos compatriotes résidant à l’étranger en cas de circonstances exceptionnelles (catastrophes naturelles, événements politiques…).

Je suis intervenu au nom du groupe UC en faveur de cette proposition de loi, portée par mon collègue Ronan Le Gleut et pour l’en féliciter.

L’objectif de son texte était en cohérence avec un des deux articles de ma PPL intitulée « Solidarité en faveur des Français établis à l’étranger en période de crise » (lire).

J’ai également salué les tentatives de ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam dès 2008 pour la création d’un tel fonds d’urgence.

Pour illustrer la nécessité d’un mécanisme d’aide solidaire et immédiat, j’ai rappelé le désarroi de Tannya Cerda-Bricard, conseillère consulaire en Équateur, lorsqu’elle a voulu aider financièrement les Français victimes du tremblement de terre de 2016. J’ai cité tous ces entrepreneurs de la ville de Manta qui se sont sentis totalement oubliés par la France, m’ont-ils dit.

Ce fut aussi l’occasion d’évoquer Jean-Louis Mainguy, conseiller consulaire Liban-Syrie, qui, en décembre 2019, m’alertait sur l’impérieuse nécessité de venir en aide aux Français du Liban. J’ai enfin salué Régine Prato, conseillère consulaire Égypte qui a toujours plaidé en faveur de ce fonds.

Mes deux amendements ont été adoptés par le Sénat avec l’avis favorable de la commission et du gouvernement, représenté par Jean-Baptiste Lemoyne :

Le premier visait à s’assurer que les conseillers consulaires soient consultés avant toute décision d’attribution des aides d’urgence.

Le second amendement visait à consulter l’Assemblée des Français de l’étranger sur les modalités d’application de ce fonds d’urgence, avant qu’elles ne soient fixées par décret.

Merci aux sénateurs des Français de l’étranger Robert-Denis Del Picchia, Joëlle Garriaud-Maylam et Damien Regnard d’avoir cosigné mes amendements, aux côtés de mes 14 collègues de l’Union centriste.

INFOLETTRE n°133 – Édito : « Fraternité sans frontières » // Français de l’étranger : point hebdo avec JB Lemoyne (2 & 9 avril) // Enseignement français à l’étranger : conférence du ministère (7 avril) // Note du Sénat sur le rapatriement des Français bloqués // Olivier Véran répond sur les mesures de précaution dans les aéroports // QE sur le remboursement des vols annulés // Comment améliorer le système d’enregistrement des FE ? // Coronavirus : point de situation en Europe et G7 // La CFE lance son offre Covid.19ExpatSanté // L’OMS doit pleinement collaborer avec Taiwan (tribune) & Remerciements officiels de Taiwan // En circonscription en TUNISIE : Tunis et Sousse (12-14 fév. 2020) / KENYA : Nairobi (20-21 fév. 2020) / ÉGYPTE – Le Caire & Alexandrie (23-24 fév. 2020) / EAU – Abou Dhabi & Dubaï (26-27 fév. 2020).

Lire : l’INFOLETTRE n°133 – 15 avril 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°133

Fraternité sans frontières

154.000 Français, qui étaient bloqués dans 140 pays, sont (enfin !) parvenus à rentrer chez eux. C’est une information avancée le 9 avril par notre ministre Jean-Yves Le Drian. Une donnée statistique à laquelle, comme d’autres collègues et élus représentant les Français de l’étranger, je peux associer des prénoms, des messages parfois désespérés et enfin, aujourd’hui, des sourires.

Chaque message de remerciement qui me parvient me fournit l’opportunité de préciser que rien n’aurait été possible sans l’implication personnelle des ambassadeurs, de leurs équipes, du CDCS et bien souvent aussi sans le mécanisme de protection civile de l’Union européenne.

Pour accomplir un rapatriement d’une ampleur inédite, une longue chaine de solidarité s’est mise en place. J’en remercie tous les acteurs, animés au plus haut degré de l’esprit de fraternité, vertu républicaine qui brille d’autant plus quand les jours s’assombrissent.

Si chaque compatriote rapatrié constitue un soulagement, le contexte de crise sanitaire demeure et le tableau de bord clignote encore de partout.

Dans quelles conditions nos ressortissants débarquent-ils dans nos aéroports ? En France, les passagers de tous horizons entrent sans contrôle, ni remise d’information sanitaire. N’allez surtout pas soupçonner de la désinvolture de notre part, parce qu’il y a des panneaux d’information un peu partout, s’est défendu notre ministre de la Santé, en réponse à ma question orale (lire).

Certains compatriotes bloqués hors frontières ont parfois été contraints d’acquérir plusieurs billets d’avion pour faire face à la succession des vols annulés au dernier moment. J’ai demandé à notre ministre des Transports si le gouvernement envisageait de prendre une initiative auprès des compagnies aériennes dans le but d’accélérer le remboursement total, partiel ou forfaitaire de ces billets (lire).Visuel HL125

La crise révèle aussi que de nombreux Français vivent à l’étranger sans être inscrits auprès nos consulats. Il s’agit notamment de jeunes, souvent étudiants. Comment les contacter en cas de danger ? J’ai fait une proposition à notre ministre Jean-Yves Le Drian dans une question écrite (lire) pour assouplir notre dispositif et donner une possibilité d’enregistrement à tous nos expatriés. Un message que Laurence Haguenauer, directrice des Français de l’étranger m’a assuré prendre en compte lors de notre 4ème conférence téléphonique hebdomadaire avec Jean-Baptiste Lemoyne.

Sur le sujet de l’enseignement français à l’étranger, je suis reconnaissant à notre Secrétaire d’État d’avoir réuni des parlementaires dans un groupe de travail dédié. La première réunion m’a permis d’exprimer mes priorités pour répondre aux attentes des familles et de proposer des solutions pour permettre aux écoles du réseau de surmonter la crise (lire).

Par ailleurs, je soutiens la proposition de loi de mon collègue Robert del Picchia afin que toutes les écoles du réseau AEFE (EGD, conventionnées, partenaires) soient éligibles au fonds de solidarité pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Il utilise le même mécanisme que celui développé dans ma proposition de loi « relative à la solidarité en faveur des Français établis à l’étranger », qui fait appel au fonds de solidarité créé par la loi d’urgence du 23 mars 2020 (lire).

Nos deux PPL se complètent parfaitement : elles visent à couvrir l’ensemble des besoins dans le domaine éducatif et social, formant une réponse à ceux qui sont attachés à une fraternité sans frontières ! Découvrir l’InfoLettre n°133

En circonscription en Égypte (2/2) – Alexandrie (24 fév. 2020)

Communauté française

Consulat

Visite du consulat en compagnie de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire pour l’Égypte et de Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie.

Rodolphe Gaffet, consul adjoint, nous a ouvert le palais du consulat général de France à Alexandrie qui a fêté en septembre 2011 son centième anniversaire. Il s’agit du tout premier consulat de France au monde (1498), dans une ville portuaire de renommée historique qui entretient de longue date des liens particuliers avec la France, notamment par le biais de partenariats scientifiques, culturels et économiques.

Près de mille Français y sont actuellement immatriculés. +d’images

Enseignement

Lycée français

Jérôme Le Bars, proviseur, m’a présenté l’établissement qu’il dirige depuis 2013.

Le lycée français d’Alexandrie est un établissement d’enseignement à rayonnement international appartenant en pleine responsabilité à la Mission laïque française (MLF). Il propose dès l’âge de 3 ans l’apprentissage de la langue arabe, puis celui de l’anglais à partir de 6 ans.

Unique lycée français d’Alexandrie, il accueille 1000 élèves, de la maternelle à la terminale, sur deux sites. L’école ne comptait que 370 élèves en 2013. C’est pourquoi un terrain de 2 hectares a été acquis pour construire un nouveau lycée susceptible d’accueillir 2500 élèves en 2022.

L’objectif à long terme du proviseur est de créer 10 écoles françaises en Égypte en 5 ans.

Jérôme Le Bars a pris avantage de mon passage pour organiser une rencontre avec des Français d’Alexandrie afin d’évoquer mes colloques organisés au Sénat sur le bassin du Nil. +d’images

Université Senghor

Accueilli par Jean-François Fau, directeur du département Culture à l’université Senghor, j’ai animé une conférence auprès des étudiants de l’université en présence de Régine Guillermin Prato et de Jérôme Le Bars.

L’université Senghor à Alexandrie (officiellement dénommée « Université internationale de langue française au service du développement africain » ou UILFDA) a été créée suite au Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays francophones, en mai 1989 à Dakar.

Son nom rend hommage à Léopold Sédar Senghor, grand promoteur de la francophonie et ancien président de la République du Sénégal.

Les participants à la conférence ont suggéré qu’une base de données des profils des diplômés de Senghor soit constituée. J’ai suggéré qu’elle soit partagée avec le réseau des CCI françaises à l’international.

Pour l’anecdote, on remarque l’ascenseur, non seulement intéressant par son habillage graphique, mais aussi parce qu’il est tombé en panne lors de l’inauguration, en octobre 1990, laissant les présidents Mitterrand et Moubarak coincés pendant une heure

Merci à Régine de m’avoir fait connaître ce lieu formidable et permis d’échanger avec une jeunesse africaine pleine d’enthousiasme. +d’images

Entrepreneuriat

Suez

Bertrand Le Moat m’a permis de visiter l’usine d’assainissement de Suez à Alexandrie, en compagnie de Régine Guillermin Prato et Jérôme Le Bars.

Suez et son partenaire Arab Contractor construisent actuellement l’unité de valorisation énergétique des boues générées par l’usine de traitement des eaux usées d’Alexandrie-Est d’une capacité de 800 000 m3/jour.

Ce projet représente un montant de 65M€ pour Suez.

Les deux partenaires accompagnent depuis 2008 la ville d’Alexandrie dans la modernisation de ses infrastructures d’assainissement, un enjeu crucial dans un contexte de croissance démographique et d’urbanisation.

Ils ont ainsi réalisé la réhabilitation et l’extension du traitement primaire de l’usine d’Alexandrie-Est et la construction d’une ligne de traitement biologique, dont ils assurent actuellement l’exploitation, celle que nous avons visitée.

Un avenant au contrat a été signé avec le gouvernement égyptien pour la construction de l’unité de valorisation énergétique des boues issues du traitement. Cet avenant prolonge le contrat d’exploitation de l’usine pendant la durée des travaux.

Le financement du projet est assuré par l’AFD et l’État égyptien. La nouvelle unité de valorisation des boues produira 50% de l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’usine. +d’images

Culture française

Institut français d’Égypte

Avec Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire, nous avons retrouvé Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie en compagnie de la dynamique équipe de direction de l’Institut français d’Égypte (IFE).

Installé dans un palais du XIXème siècle, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie intervient aussi bien dans le secteur culturel que dans l’enseignement du français et l’accompagnement de candidats aux études en France. Il compte ainsi 5000 apprenants par an de la langue française et dispose d’un centre d’information et de conseil pour les candidats aux études en France (Campus France).

Par ailleurs, l’IFE organise régulièrement des manifestations culturelles pour tous les publics alexandrins et facilite les coopérations entre acteurs culturels égyptiens et français. L’Institut dispose de deux grands espaces d’accueil pour des expositions et abrite un théâtre d’une capacité de 240 places. Sa superbe médiathèque propose un fonds abondant de livres en français et accueille des conférences (en français et en arabe).

Enfin, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie est un lieu de convivialité renommé : dans ses jardins, le café-restaurant, Le Boudoir, offre de tentantes pâtisseries. +d’images