La XVIIIe Conférence des ambassadeurs s’est déroulée du 25 au 27 août à l’Hôtel de Matignon, réunissant l’ensemble de nos représentants diplomatiques. Le Premier ministre a dressé le bilan d’une intense action diplomatique tandis que Président de la République a livré ses objectifs à l’échelle internationale.

Nicolas Sarkozy a commencé par rappeler à l’auditoire que le 12 novembre, la France prendra la présidence du G20 pour un an, et le 1er janvier prochain la France prendra la présidence du G8. « Ce sont deux très lourdes responsabilités. Je ne reviendrai pas sur le G20 qui représente 85% de la richesse de la planète. »

Face aux défis politiques et économiques planétaires, le président se félicite qu’un tabou soit enfin tombé : « Aujourd’hui, toute l’Europe s’accorde pour reconnaître qu’un véritable gouvernement économique européen est non seulement nécessaire et même indispensable ». Et de rappeler que l’Europe est une puissance économique de 500 millions de citoyens qui représente 30 % du PIB mondial. Par ailleurs, l’Europe est le premier importateur du monde et pèse 35 % du total mondial des investissements directs à l’étranger.

Selon Nicolas Sarkozy, le premier chantier qu’il faut régler dès l’année prochaine est celui de la réforme du système monétaire international. Le second chantier doit concerner la volatilité des prix des matières premières : « C’est une catastrophe. Et il suffit de voir ce qui se passe avec le blé », plaide le président. Enfin, il nous apprend que la France va proposer de créer un secrétariat du G20 pour suivre en permanence la mise en oeuvre des décisions prises et instruire les dossiers.

Le président a conclu que « ce dont le monde a le plus besoin, au XXIe siècle, c’est de nouvelles idées, de nouveaux projets, de nouvelles ambitions. » Superbe et imparable.

Pour sa part, François Fillon considère que « tenir notre rang dans une concurrence internationale impitoyable est un vrai défi », en rappelant qu’en 2009 la Chine est devenue le premier exportateur mondial, le premier pays en nombre de brevets déposés et le deuxième pays d’accueil des investissements étrangers. Sa croissance sera supérieure à 10%, un peu au dessous de son voisin indien qui avoisinera 8%.

Alors comment tenir notre rang ? « Les pouvoirs publics sont là pour aider les entreprises françaises à être au rendez-vous et en particulier sur les marchés émergents », s’engage le chef du gouvernement. Pour François Fillon, le salut des pays développés sera dans leur capacité à maintenir « leur avance technologique en innovant constamment. » A ce propos, il souligne que la France est le premier pays européen pour l’implantation de centres de R&D de groupes étrangers.

Discours video de Nicolas Sarkozy : « Les enjeux économiques et stratégiques européens« .

Discours video de François Fillon : « Grâce à notre réseau diplomatique, la France a été présente sur tous les fronts«