On peut le dire ainsi : au sein du réseau français, le centre Charles Péguy est le champion du monde des placements à l’étranger ! Un champion toutes catégories : en volume et en coût par placement.

Réunie le 10 mars dernier, la commission nationale pour l’Emploi et la Formation professionnelle a officialisé cette performance en délivrant les chiffres de l’année 2009 et les demandes de subvention pour 2010.

Le centre londonien affiche 663 placements pour l’an dernier soit 21,2% des placements réalisés dans le monde par les bourses à l’emploi. Dans le même temps, seuls deux autres centres au monde passent la barre des 200 emplois : Montréal (391) et Milan (226).

C’est hautement mérité : Péguy a reçu l’intégralité de la subvention demandée, soit 55.000 euros ce qui correspond à seulement 12,7% des 432 859€ affectés à l’emploi par le ministère des Affaires étrangères. Le centre justifie de recettes propres tout juste supérieures à la subvention.

Les crédits alloués aux autres villes du réseau par le ministère de Affaires étrangères et européennes sont globalement en baisse de 25%.

Le coût moyen par placement s’établit à 108 euros au centre Péguy. Autre record. A noter de fortes disparités en Europe : de 212€ par placement à Milan jusqu’à 1862€ à Francfort.

La rationalisation des dépenses a conduit à la fermeture de quelques bourses d’emploi en 2009 (Barcelone, Londres, Munich…). Certains désengagement sont évidemment nécessaires. Oslo et Copenhague cesseront leur activité cette année. En 2009, Oslo affiche 22 placements qui ont coûté 800€ chacun au contribuable français. Les 15.000€ demandés pour 2010 par ce centre ont été refusés par la Commission. Je m’étais du reste interrogé en 2008 sur l’opportunité d’un centre d’emploi à Oslo (qui ne justifiait d’aucun placement) et j’avais interpellé à ce sujet le directeur de la DFAE au Quai d’Orsay (lire : « Emploi (3) : Une Bourse d’emploi à Oslo… ubuesque ! » du 22 septembre 2008).

Je rappelle que l’action publique européenne en matière d’emploi est déjà coordonnée par le réseau Eures et je pense qu’il convient d’orienter les efforts du ministère vers certains pays émergents où le système d’aide à l’emploi local est défaillant.

Lire aussi : « Emploi (14) : Naissance du « plan d’emploi pour les jeunes » au Royaume-Uni » du 06 mai 2010

Photo Flickr de Goddam-M