L’Espagne vient de remporter la coupe du monde, mais les Français, eux, sont les « champions de la mobilité », claironne Jean Bertsch, directeur de l’agence Europe-Education-Formation qui gère Erasmus en France.

Au vu des derniers résultats publiés (année 2008-2009), les Français ont réussi à détrôner les Allemands sur le terrain de la mobilité étudiante, via le programme Erasmus. Créé en 1987 et immortalisé par le film de Cédric Klapish, l’Auberge espagnole, Erasmus permet d’étudier sur le continent européen, entre trois mois minimum et un an maximum. Ainsi, 28.283 jeunes Français sont dernièrement partis accomplir un cursus ou faire un stage à l’étranger pour une durée moyenne de 7 mois. Cet appel du large représente une hausse de 35% depuis 2003 et de 9% par rapport à l’année précédente !

L’Espagne reste la destination privilégiée de nos étudiants (22,4%), mais elle est talonnée de près par le Royaume-Uni (18,7%), suivie par l’Allemagne (12%). On note un début d’engouement pour la Scandinavie et les pays de l’Est. Conclusion, le soleil et autres charmes méditerranéens ne semblent pas si prépondérants, puisque l’Angleterre attire trois fois plus de jeunes gens que l’Italie (6,7%) !

En conférence de presse, Valérie Pécresse a déclaré que la mobilité internationale des étudiants ne devait « plus être l’exception, mais la règle », en rappelant son objectif de 20% d’expatriés. Pour l’heure, seuls 5% des étudiants français décident de passer la frontière. La politique menée par la ministre, incluant la reconnaissance mutuelle des diplômes, n’est pas en cause puisque 4000 bourses n’ont pas été utilisées en 2008, sur un total de 27000 bourses mises à disposition…

Photo Flickr de Lounge!’s photostream