Au printemps dernier, je m’étais fait l’écho de l’initiative de Gilles Quillot destinée à numériser 150 livres de cuisine rares et historiques. Pour recueillir les fonds nécessaires, le président de l’Association culinaire française (ACF) avait organisé à la médiathèque de l’Institut français une vente aux enchères de lots offerts par des sponsors. Les ouvrages numérisés sont accessibles à tous sur la Culturethèque de l’Institut (lire : « ACF : L’art culinaire français en partage » du 19 mai 2010).

Savez-vous que l’Association culinaire rassemble près de 250 chefs français expatriés au Royaume-Uni sur un total de 650 ! Gilles Quillot a transmis toute sa vitalité et sa créativité à ce groupement qui multiplie les événements gastronomiques comme vous pouvez le constater sur son site.

Et justement, un grand dîner de gala vous attend le samedi 20 novembre, au Brewery à Londres !

Tous les détails (prix, plan accès…) sont décrits dans cette invitation au prochain « ACF Annual Black Tie Dinner Dance« , dont les plats seront signés Erling Rugsten qui vient de remporter le prix du « Banquet de l’année ».

Dans cette attente, je vous recommande de lire le savoureux entretien de Gilles au Petit Journal du 4 octobre dernier, car il pressent que la cuisine française redevient à la mode à Londres. «Nous souhaitons que les peuples se connaissent davantage et en finissent avec les stéréotypes qui existent des deux cotés de la Manche.» disait Jack Straw, Foreign Secretary. Gilles brise un tabou en citant trois mets anglais qui peuvent trouver grâce aux papilles d’un grand chef français (seulement trois, il est vrai) : « l’agneau du Pays de Galles absolument phénoménal, la crème double qui est superbe pour les quenelles de veau ou encore le gibier et notamment la grouse ».

Mais s’il est un stéréotype dont nous sommes fiers, c’est celui de l’excellence culinaire hexagonale entretenue avec succès par Gilles et tous les chefs français du Royaume-Uni.