Les autorités britanniques ont donné leur autorisation : une nouvelle école secondaire internationale ouvrira ses portes en septembre prochain dans  la région du sud-est de Londres, bénéficiant du statut de Free school.

Il s’agit de L’Académie internationale de Greenwich, une belle initiative de parents d’élèves et d’éducateurs pour la plupart français ou francophones, pour laquelle j’avais lancé un appel à soutiens l’an dernier (lire : « Un projet d’école internationale à Greenwich » du 11 mai 2011).

Dès la rentrée 2013, une centaine d’élèves de Year 7 (11 ans) seront accueillis pour suivre le programme de l’IB middle years  (11-16 ans), sous le régime de la Free school, autrement dit une école « accessible à tous et c’est ce que nous avons souhaité : une école gratuite et non sélective », insiste Susannah Hickling, la directrice marketing et communication du projet.

A l’horizon 2015, l’établissement prévoit d’intégrer des étudiants Sixth form (16-18 ans), pour leur dispenser le programme du prestigieux diplôme de l’International Baccalaureat (IB). Pour l’année prochaine cependant, les élèves de Year 6 constitueront la principale cible. Les parents ayant des enfants en Year 6 peuvent donc poser leur candidature sur le site internet de l’école, avant le 11 février 2013, date limite.

Toute l’équipe est flattée et galvanisée par le soutien du Department of Education qui a certainement été sensible à une vision pédagogique « axée sur l’apprentissage des langues par immersion », résume Susannah.

Parents et enseignants veulent absolument justifier l’appellation d’académie internationale en donnant une forte place aux langues, et notamment au français.  « Nous croyons qu’il est essentiel d’apprêter nos jeunes pour une mondialisation croissante du travail et les études. » justifie Nick Zienau qui dirige l’équipe d’organisation.

Ce succès administratif est l’aboutissement de plusieurs années de travail et fait suite à un premier dossier refusé. Pourtant, la fraicheur et l’enthousiasme dominent comme au premier jour dans la phase actuelle la recherche de locaux, rendue possible grâce au  « budget de préouverture ».

« Un travail difficile nous attend, juge Nick Zienau, mais nous sommes convaincus que l’Académie internationale de Greenwich comblera une lacune importante ».

Je suis doublement ravi par ce résultat. Il contribue à l’atteinte de l’objectif 2 du plan école qui vise à doubler le nombre d’écoles locales bilingues au Royaume-Uni. Ensuite, comme pour Culham, cette école aura le statut de Free school. Aussi, j’adresse mes plus vifs et cordiaux encouragements à tous les promoteurs de la future académie internationale de Greenwich (www.internationalacademygreenwich.org.uk)