Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Lituanie – Vilnius (29 nov.-1er déc. 2019)

Merci à Philippe Berthaud, président de la Chambre de commerce France-Lituanie, qui est à l’initiative de ce 3ème déplacement à Vilnius depuis le début de mon mandat.

Gala de la chambre de commerce franco-lituanienne
Invité par Philippe Berthaud, j’ai participé au gala célébrant le 20ème anniversaire de la Chambre, en présence de Claire Lignières-Counathe, ambassadrice de France en Lituanie, d’Eric Lamouroux, ambassadrice de France en Estonie et de Bertrand Jacob, conseiller consulaire.

Un gala très réussi qui a mis l’honneur le cinéma français, tandis que notre ambassadrice a parfaitement mis en valeur la qualité des échanges commerciaux entre nos deux pays et rappelé que la France se classait au 3e rang des investisseurs en Lituanie au 1er trimestre 2019.

J’ai été honoré de prononcer un discours traduit simultanément en lituanien (lire le discours).

Félicitations à Philippe et son équipe et tous mes vœux de réussite à Ieva Pliuskiene, nouvelle directrice de la chambre de commerce franco-lituanienne. +d’images

Entrepreneuriat

Commerce extérieur

Déjeuner avec Philippe Berthaud, président de la Chambre, des CCEF, des membres du Board de la Chambre de Commerce Franco-lituanienne, et l’ambassadrice, Claire Lignières-Counathe

Une quarantaine d’entreprises à capitaux français sont présentes en Lituanie, employant environ 2700 personnes, dont : Roquette Frères, JC Decaux, Schneider, Eurovia Vinci, Consolis, Atos, Coface, Ipsen, Servier, Total, Schneider, Accor, Veolia. Le groupe Idex est le dernier investisseur important.

En données 2018, la France est le 8e fournisseur de la Lituanie et son 13e client. Le volume d’échanges a atteint 1,5 milliard d’euros en 2018, pour un solde commercial dont le déficit (67 millions d’euros) s’est réduit de 7% par rapport à 2017.

La Chambre regrette que son référencement par Business France ne lui procure que des sociétés françaises intéressées par la Lituanie. La Chambre n’a reçu que 3 dossiers de la part de BF, alors qu’elle en aurait reçu une dizaine de plus si son référencement avait été étendu à la Biélorussie. Il faut penser un référencement plus large dans ces petits pays.

Les points forts de la Lituanie sont la technologie laser, les Fintech, les biotechnologies, la mécatronique et la cybersecurité. Un champ d’opportunités à exploiter au plus vite en créant des partenariats. +d’images

Bazar diplomatique

J’ai participé à deux autres événements destinés à suivre l’activité économique des Français et de nos entreprises en Lituanie.

D’abord, une visite du stand France (et du stand du lycée français) au Bazar diplomatique avec Anne Chounet-Cambas, Première conseillère.

Puis, un entretien avec Jean-Baptiste Daguene (conseiller pour un fonds destiné start-ups en Lituanie), en présence de Luc Boyer, conseiller économique pour les pays baltes. +d’images

Communauté française

Réception

Réunion avec des représentants de la communauté française, en présence de Claire Lignières-Counathe, ambassadrice de France en Lituanie, et de Cécile Dousset, vice-consule, cheffe de la section consulaire.

Les participants étaient Florence Llopis (proviseure du lycée français), Isabelle Chandavoine-Urbaitis (cheffe d’îlot pour Vilnius), Jacky Clavreuil (UFE), Bertrand Jacob (AdFE), Caroline Paliulis (association « Lituanie-France »).

La présence française a été multipliée par 10 depuis l’indépendance de la Lituanie en 1992 !

Forte de 503 inscrits au registre consulaire, la communauté française présente en Lituanie a majoritairement moins de 25 ans, si on intègre les 350 étudiants Erasmus qui séjournent pour des périodes de 6 à 9 mois.

Témoignage de l’excellent esprit qui règne à Vilnius, Cécile Dousset, vice-consule, nous a assuré qu’elle continue à signer des certificats de vie, car aucune mairie lituanienne n’accepte de valider un document qui n’est pas établi en lituanien.

Il a été question de solidarité pour des personnes âgées dans le besoin et d’engagement bénévole de la part des représentants des associations UFE et ADFE.

Depuis mon dernier passage, il y a tout juste un an (compte-rendu), le lycée français de Vilnius a vu sa classe de seconde homologuée. L’homologation devrait être étendue à la première et à la terminale. Ce lycée affiche de remarquables résultats au brevet avec 24 reçus sur 24, dont 20 mentions « très bien ».

Présidente de l’association Lituanie-France, Caroline Paliulis, est la petite-fille du fondateur de la première librairie lituanienne en 1905 à Panevezys. Après l’indépendance, elle est revenue au pays avec son père pour rouvrir les portes de la librairie, afin de diffuser de la littérature lituanienne très longtemps interdite. +d’images

Devoir de mémoire

Musée des victimes du génocide (Musée du KGB)

Visite du Musée des victimes du génocide (musée du KGB), en compagnie de Jean-Marie Sani, conseiller culturel. Ce sinistre endroit est l’ancien bâtiment du KGB, où durant 50 années ont été planifiés et exécutés les crimes soviétiques.

La prison intérieure du KGB a aussi été utilisée par les nazis et comprend un local d’exécution, où les condamnés recevaient une balle dans la tête. Les traces d’impact sont visibles sur les murs.

Des panneaux relatent la perte de l’indépendance lituanienne, les meurtres de masse des Juifs par les nazis à Kaunas et la répression du pouvoir soviétique, mais aussi la résistance obstinée des partisans de l’indépendance.

Comment ne pas penser que ce genre d’endroits fonctionnent aujourd’hui encore dans certaines parties du monde ?

En allant retrouver Ausrine Armonaite, députée et cheffe du parti de la Liberté, et l’ambassadrice, Claire Lignières-Counathe, j’ai réalisé, à travers cette visite, combien les habitants de ce pays étaient déterminés à répondre aux menaces de leur voisin russe. +d’images

En circonscription en Estonie – Tallinn / 24 oct. 2016

esto_amb1Je remercie Claudia Delmas-Scherer, ambassadrice de France en Estonie depuis quelques semaines seulement, d’avoir facilité mon déplacement et permis de rencontrer des parlementaires estoniens.

L’adhésion de l’Estonie à l’UE en 2004 et son adoption de l’euro en 2011 ont accéléré le rapprochement entre nos deux pays. 265 compatriotes ont fait le choix de vivre dans ce pays qui se trouve à la même latitude que l’Alaska.

Les finances publiques de l’Estonie sont exemplaires. En 2015, l’Estonie affichait un taux d’endettement public de 9,7% et dégageait un excédent budgétaire de 0,4%. Le taux de chômage s’établit à 6,2%.

La vieille ville de Tallinn, aux anciens remparts remarquablement conservés, a conclu un jumelage avec la ville de Carcassonne, qui s’incarne à travers des  activités de coopération culturelle et par un volet dédié à la formation professionnelle (métiers de l’hôtellerie).

Politique

esto_dinerhlDîner parlementaire (Russie et Brexit)

Notre ambassadrice, Claudia Delmas-Scherer, a organisé un diner pour me permettre d’échanger avec des parlementaires estoniens, notamment sur ces deux sujets d’actualité : les sanctions économiques de l’UE envers la Russie et la position de l’Estonie au sujet du Brexit.

A cette occasion, j’ai eu l’opportunité d’échanger longuement avec Anne Sulling, ancienne ministre du Commerce extérieur de l’Estonie, membre du Parti de la réforme (centre droit libéral).

Son parti dirige une grande coalition gouvernementale réunissant les sociaux-démocrates et le parti conservateur Union Pro Patria et Res Publica (IRL). Les élus du Parti de la réforme siègent au sein de l’ADLE avec l’UDI au parlement européen.

Tout comme Andres Herkel, président du Parti libre (conservateurs – groupe PPE au parlement européen), Anne Sulling réclame un renforcement des sanctions de l’UE envers la Russie pour imposer la fin du conflit en Ukraine. Jeune femme brillante et parfaitement francophone, elle affiche également sa solidarité avec la position européenne sur le Brexit : pas question de transiger avec les Britanniques pour leur offrir un accord qui aurait pour effet de restreindre la liberté de circulation, tout en leur permettant d’accéder au Marché unique.

A contrario, la représentante du Parti du centre, mené par le russophone Edgar Savisaar, affichait sa proximité avec Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine. Elle a développé des positions européennes de repli très proches de celles des nationalistes. Ce parti positionné au centre-gauche s’appuie sur l’électorat russophone (25% de la population). Isolé sur la scène estonienne, le Parti du centre est tenu à l’écart de toute participation au gouvernement de coalition. Tout comme le Parti de la Réforme, il siège aussi au sein de l’ALDE avec l’UDI au parlement européen.

Economie

esto_num1e-Estonia Showroom

(g. à d.) Olivier Cadic ; Indrek Onnik, project manager ; Jennifer Lacoste, consule de France en Estonie.

En compagnie de notre consule Jennifer Lacoste, j’ai découvert les innovations proposées par l’administration estonienne, exposées à l’e-Estonia showroom.

Dans ce centre de démonstration, Indrek Onnik nous a fait une présentation complète de la simplicité des démarches et des fonctionnalités de la carte d’identité numérique.

En 2014, l’Estonie a été le premier pays au monde à offrir une « e-résidence » aux ressortissants de pays tiers. Ceux-ci ont dès lors accès à certains services en ligne, comme s’ils étaient des citoyens estoniens (création d’entreprises, opérations bancaires, signature numérique sécurisée, etc…).

esto_num2L’Etat estonien a pour objectif d’enregistrer 10 millions d’e-Estoniens à horizon 2025 (soit près de 8 fois sa population actuelle). Il compte déjà 13.000 e-résidents.

Pour les entreprises, le pays offre des conditions fiscales avantageuses : flat tax de 20% depuis le 1/1/2015, considérant que l’impôt sur les sociétés ne doit taxer que les dividendes et non pas les bénéfices ! 940 entreprises ont été déjà créé des sociétés virtuelles afin de faire des affaires dans l’UE… sans résider en Estonie.

A ce titre et en prévision du Brexit, une page d’information dédiée aux entrepreneurs britanniques explique comment faire en sorte que leur entreprise bénéficie de l’environnement virtuel offert par l’Estonie pour commercer dans l’UE, tout en demeurant au Royaume-Uni.

Entrepreneuriat

esto_cci2Chambre de commerce

(g. à d.) Jennifer Lacoste, consule de France ; Olivier Cadic ; Jean Michel Enard vice-président et cofondateur de la Chambre de commerce franco-estonienne ; Pascal Millard. chargé d’études économiques à l’ambassade

Arrivé en Estonie en 2012, Jean-Michel Enard a rêvé de rassembler les entrepreneurs français installés en Estonie au sein d’une chambre de commerce. Ce rêve s’est transformé en réalité l’été dernier lorsque la Chambre de commerce suédoise a appuyé son initiative et l’a accueilli en son sein.

Une personnalité hors du commun l’a soutenu dans sa démarche : Anders Edman, président de la Chambre suédoise et de la Fédération des chambres suédoises à l’étranger. Anders est devenu président de la nouvelle Chambre franco-estonienne. Ce suédois parle 11 langues, dont le français.

esto_cci1Jean-Michel a également pour modèle la réussite de la Chambre de commerce franco-lituanienne et il compte s’inspirer de l’action efficace du conseiller consulaire Geoffrey Party, installé à Vilnius.

Lui-même importateur de vins français en Estonie, Jean-Michel se réjouit de compter déjà JC Decaux et Vini food parmi les membres de la Chambre. Il a recensé et contacté toute une liste de membres potentiels de l’acabit de Renault, St Gobain, Paul Ricard ou Schneider…

Longue vie à la Chambre de commerce franco-estonienne !

esto_eo2Société française Eolane

Créé en 1992, le groupe Eolane, leader sur le marché des services industriels en électronique, compte parmi les (trop) rares success-stories françaises du secteur électronique. Il emploie 3500 personnes dans le monde, dont plus de 2000 en France.

Eolane a racheté en 2012 une unité de production du finlandais Elcoteq, afin d’accompagner localement la demande de ses clients.

esto_eo1Philippe Jego est arrivé l’an dernier pour diriger cette unité de production qui assemble des composants électroniques pour des clients prestigieux comme Airbus.

La principale difficulté rencontrée en Estonie est la carence de main d’œuvre. Un phénomène qui s’explique diversement : un taux de chômage peu élevé ;  l’attractivité des pays voisins, comme la Finlande, qui offrent de meilleurs salaires ; et l’attrait de tous les cieux qui semblent plus cléments sur un plan météorologique…

Culture française

esto_if2Visite de l’Institut français d’Estonie

L’Institut français de Tallinn est situé dans le cœur historique de la capitale estonienne.

Anne Chounet, directrice de l’Institut depuis un an, a commencé par redresser les finances d’une structure alors en difficulté, contrainte de fermer sa médiathèque à l’été 2015.

esto_if1Celle-ci se fixe comme priorité le développement de l’enseignement précoce du français. Déjà, l’Institut accueille l’Association des petits francophones de Tallinn créée il y a 5 ans. Cette structure rassemble 46 enfants de 3 à 14 ans chaque semaine, un effectif qui progresse chaque année.

La rentrée scolaire 2013-2014 a été marquée par l’ouverture de la première classe d’enseignement en français en Estonie, une classe de maternelle au sein de l’école européenne de Tallinn.

L’Institut français affiche 1000 inscriptions cette année pour suivre des cours de français. Le défi n’est pas mince puisque le français est la 4ème langue enseignée en Estonie après l’anglais, le russe et l’allemand.