Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Lituanie – Vilnius (30 nov. – 02 déc. 2018)

Retour à Vilnius qui fut ma première destination en qualité de sénateur des Français établis hors de France (compte-rendu de nov. 2014).

J’ai été accueilli par notre ambassadrice de France en Lituanie, Claire Lignières-Counathe, en poste depuis septembre, mais qui fait déjà l’unanimité tant auprès de ses collègues que des représentants de notre communauté. Je lui exprime toute ma sympathie pour m’avoir assisté à toutes les étapes de mon second séjour à Vilnius. + d’images

Politique

Ministre des Affaires étrangères

Entretien avec Linas Linkevicius, ministre des Affaires étrangères, en compagnie de Claire Lignières-Counathe, ambassadrice de France.

Nous avons évoqué la question du Brexit, car 200.000 Lituaniens vivent au Royaume-Uni, c’est beaucoup si on considère la population totale de 2,8 millions d’habitants.

Concernant l’Europe de la Défense, nous avons discuté du projet de constitution d’une cyber-force, à réaction rapide, au sein de l’UE, dont la Lituanie revendique l’initiative ; puis, la mise en place d’un « Schengen militaire » pour garantir un déplacement plus fluide des forces militaires sur le territoire de l’Union.

Enfin, suite à l’interception des navires ukrainiens en mer d’Azov, nous avons considéré les possibilités de renforcement des sanctions à l’égard de la Russie. + d’images

Parlement

Heureux d’avoir retrouvé Arunas Gelunas, président du groupe d’amitié Lituanie-France, pour un entretien au Seimas, en présence de notre ambassadrice Claire Lignières-Counathe.

Arunas est francophone et francophile, c’est pourquoi le député lituanien est l’interlocuteur idéal pour comprendre l’approche diplomatique française, d’une part, et de nous faire partager la vision et les attentes de la Lituanie, d’autre part.

Le Parlement lituanien que j’ai visité incarne l’affranchissement du joug soviétique et l’indépendance retrouvée en 1990. Une Lituanie désormais membre de l’UE, n’en déplaise au voisin russe. + d’images

Entrepreneuriat

CCI franco-lituanienne / Soirée de gala

Philippe Berthaud, président de la CCI franco-lituanienne, m’a convié au gala annuel de la Chambre, où j’ai eu le plaisir de m’exprimer aux côtés de Claire Lignières-Counathe, notre ambassadrice et de Rojas Masiulis, ministre des Transports lituanien. Ce fut l’occasion de remettre à Philippe une médaille du Sénat pour son action de promotion de notre pays à l’international.

La CCI compte 70 membres et la soirée réunissait près de 200 convives.

Les fonds de charité récoltés seront destinés au projet de cinémathèque du lycée international français de Vilnius.

L’entreprise française Filorga était le sponsor principal de la soirée. Ce spécialiste du cosmétique a connu une expansion fulgurante à l’international, passant de 9 à 200 millions d’euros de CA en quelques années.

Pendant cette soirée, nous avons pu admirer le travail du designer Juozas Statkevičius qui a transformé le Palais des grands-ducs de Vilnius en ode à la mode et la beauté. + d’images

Décathlon

Visite du premier magasin Décathlon ouvert en Lituanie, juste une semaine avant mon arrivée. J’ai été reçu par Nicolas Fogola, directeur général, accompagné par Jean-Marie Sani, conseiller culturel et Philippe Berthaud, président de la CCI franco-lituanienne.

La Lituanie est le 50ème pays où l’enseigne française Décathlon s’est implantée. Le groupe pèse 12 milliards d’euros et emploie 90.000 personnes, réparties sur 1400 magasins.

Décathlon est l’une des sociétés des plus innovantes du monde. On ne compte plus ses produits cultes vendus sous ses propres marques, comme la tente « 2 secondes », les gants self heat ou le masque Easybreath avec tuba intégré.  Autre innovation technologique : les articles sont vendus sous étiquette RFID, ce qui automatise le passage en caisse et permet l’affichage d’un produit dérobé directement sur le smartphone du vigile…

Décathlon envisage d’ouvrir 4 à 6 magasins en Lituanie. + d’images

Communauté française

Trois réunions

La communauté française compte près de 500 inscrits au consulat, essentiellement installés dans la capitale.

Trois événements ont été organisés pour me permettre de rencontrer ses représentants.

Tout d’abord, un dîner à la Résidence de France organisé par notre ambassadrice, Claire Lignières-Counathe, le jour de mon arrivée ; puis, un déjeuner à dominante économique initié par Philippe Berthaud, président de la CCI France Lituanie ; et enfin un petit-déjeuner agencé par Geoffrey Party, conseiller consulaire, dans l’une des boulangeries de Thierry Lauvray, où nous avons longuement parlé de scolarité (à l’image).

Coup de chapeau à Thierry qui a créé un réseau de 13 boulangeries en Lituanie, 6 en Biélorussie et qui s’apprête à inaugurer sa première enseigne à Riga, au printemps prochain. + d’images

Éducation

Lycée français

Accueilli par Florence Llopis, proviseur et Thierry Lauvray, président du comité de gestion,

J’ai visité le lycée international français de Vilnius (LIFV), en compagnie de notre ambassadrice Claire Lignières-Counathe.

Créé en 1992, le LIFV accueille 505 élèves de la maternelle au lycée, dont 16% d’élèves français, boursiers pour plus de la moitié. L’établissement est sous convention avec l’AEFE.

Dans la perspective de soutenir sa croissance, l’objectif du lycée est de réunir ses deux sites sur un même lieu, à horizon 2020, afin d’atteindre une capacité de 700 élèves pour 2 classes par niveau. + d’images

Culture française

Institut français

Visite de l’Institut Français de Vilnius dirigé par Jean-Marie Sani, conseiller culturel.

La maison Franck que l’IF occupe avait été réquisitionnée par la Grande Armée lors de la retraite de Russie. Stendhal y aurait dormi, là même où se situe la médiathèque.

Équipée d’une salle d’exposition et d’une cinémathèque, l’Institut se finance à hauteur de 60% par ses cours de français.

Le souvenir de Romain Gary, natif de Vilnius, plane sur cet espace. Une statue le représentant enfant a été édifiée à l’endroit où il a vécu. Des admirateurs anonymes veillent à ce que ce monument soit toujours orné d’une fleur. + d’images

Devoir de mémoire

Grande Armée

Dépôt de gerbe au carré militaire français du cimetière d’Antakalnis devant le monument dressé à la mémoire des soldats de l’armée napoléonienne. J’étais accompagné par Claire Lignières-Counathe, ambassadrice, Geoffrey Party, conseiller consulaire, Stéphane Loechleiter, attachė de Défense et Fabrice Maïolino, Premier conseiller de l’ambassade.

L’un de mes ancêtres a participé à cette tragique épopée où s’inscrit l’épisode de la Berezina qui provoqua des milliers de morts. Il était revenu en France les pieds gelés, ce qui lui avait valu d’être démobilisé.

Au jour même de l’anniversaire du sacre de l’empereur Napoléon et de la bataille d’Austerlitz, j’ai voulu rendre hommage à tous ces soldats, dont le sacrifice appartient à notre mémoire collective. + d’images

HEBDOLETTRE n°73 – PLF2017 – François Hollande renonce (édito) – Primaire 2ème tour : vote des Français de l’étranger – En Bref du 01 au 13 nov. 2016 – CSG-CRDS non résidents : le gouvernement campe sur ses positions – En circonscription : ESTONIE – Tallinn (24 oct. 2016) – En circonscription : FINLANDE – Helsinki (20-22 oct. 2016)

Lire : l’HEBDOLETTRE n°73 – 02 décembre 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°73

Le Sénat a décidé de rejeter en bloc le projet de loi de Finances pour 2017.

Après deux mois d’examen en commission, des centaines d’heures de travail et la publication d’une trentaine de rapports, le constat est sans appel : jamais depuis l’entrée en vigueur de la LOLF un budget n’a été aussi insincère. Jamais les artifices comptables n’ont été aussi nombreux. Jamais les dépenses n’ont été sous-évaluées à ce point (lire : PLF 2017 : un budget électoraliste plein d’artifices comptables).

Le gouvernement mise sur une reprise économique l’année prochaine pour trouver des recettes imaginaires.

Bilan des opérations : Bercy omet d’inscrire 20 milliards d’euros supplémentaires, les impôts continuent d’augmenter et les dépenses ne sont toujours pas maitrisées. Cette manœuvre rend le budget illisible et nuit profondément à la sincérité des débats.

Le gouvernement reste sourd aux critiques et aux propositions du Sénat pour corriger sa copie.

Visuel HL55 La Haute Assemblée a ainsi collectivement estimé qu’il était nécessaire de tirer la sonnette d’alarme et d’envoyer un signal fort pour conclure ce quinquennat qui aura tant mis les finances de nos territoires, de nos entreprises et de nos familles à mal sans aucun résultat économique sur le front de l’emploi et de la croissance.

Cet échec économique et politique est patent. Hier soir, le président de la République, François Hollande, a finalement pris une mesure qui s’imposait : il a renoncé à briguer un second mandat. Découvrir l’HebdoLettre n°73

En circonscription en Estonie – Tallinn / 24 oct. 2016

esto_amb1Je remercie Claudia Delmas-Scherer, ambassadrice de France en Estonie depuis quelques semaines seulement, d’avoir facilité mon déplacement et permis de rencontrer des parlementaires estoniens.

L’adhésion de l’Estonie à l’UE en 2004 et son adoption de l’euro en 2011 ont accéléré le rapprochement entre nos deux pays. 265 compatriotes ont fait le choix de vivre dans ce pays qui se trouve à la même latitude que l’Alaska.

Les finances publiques de l’Estonie sont exemplaires. En 2015, l’Estonie affichait un taux d’endettement public de 9,7% et dégageait un excédent budgétaire de 0,4%. Le taux de chômage s’établit à 6,2%.

La vieille ville de Tallinn, aux anciens remparts remarquablement conservés, a conclu un jumelage avec la ville de Carcassonne, qui s’incarne à travers des  activités de coopération culturelle et par un volet dédié à la formation professionnelle (métiers de l’hôtellerie).

Politique

esto_dinerhlDîner parlementaire (Russie et Brexit)

Notre ambassadrice, Claudia Delmas-Scherer, a organisé un diner pour me permettre d’échanger avec des parlementaires estoniens, notamment sur ces deux sujets d’actualité : les sanctions économiques de l’UE envers la Russie et la position de l’Estonie au sujet du Brexit.

A cette occasion, j’ai eu l’opportunité d’échanger longuement avec Anne Sulling, ancienne ministre du Commerce extérieur de l’Estonie, membre du Parti de la réforme (centre droit libéral).

Son parti dirige une grande coalition gouvernementale réunissant les sociaux-démocrates et le parti conservateur Union Pro Patria et Res Publica (IRL). Les élus du Parti de la réforme siègent au sein de l’ADLE avec l’UDI au parlement européen.

Tout comme Andres Herkel, président du Parti libre (conservateurs – groupe PPE au parlement européen), Anne Sulling réclame un renforcement des sanctions de l’UE envers la Russie pour imposer la fin du conflit en Ukraine. Jeune femme brillante et parfaitement francophone, elle affiche également sa solidarité avec la position européenne sur le Brexit : pas question de transiger avec les Britanniques pour leur offrir un accord qui aurait pour effet de restreindre la liberté de circulation, tout en leur permettant d’accéder au Marché unique.

A contrario, la représentante du Parti du centre, mené par le russophone Edgar Savisaar, affichait sa proximité avec Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine. Elle a développé des positions européennes de repli très proches de celles des nationalistes. Ce parti positionné au centre-gauche s’appuie sur l’électorat russophone (25% de la population). Isolé sur la scène estonienne, le Parti du centre est tenu à l’écart de toute participation au gouvernement de coalition. Tout comme le Parti de la Réforme, il siège aussi au sein de l’ALDE avec l’UDI au parlement européen.

Economie

esto_num1e-Estonia Showroom

(g. à d.) Olivier Cadic ; Indrek Onnik, project manager ; Jennifer Lacoste, consule de France en Estonie.

En compagnie de notre consule Jennifer Lacoste, j’ai découvert les innovations proposées par l’administration estonienne, exposées à l’e-Estonia showroom.

Dans ce centre de démonstration, Indrek Onnik nous a fait une présentation complète de la simplicité des démarches et des fonctionnalités de la carte d’identité numérique.

En 2014, l’Estonie a été le premier pays au monde à offrir une « e-résidence » aux ressortissants de pays tiers. Ceux-ci ont dès lors accès à certains services en ligne, comme s’ils étaient des citoyens estoniens (création d’entreprises, opérations bancaires, signature numérique sécurisée, etc…).

esto_num2L’Etat estonien a pour objectif d’enregistrer 10 millions d’e-Estoniens à horizon 2025 (soit près de 8 fois sa population actuelle). Il compte déjà 13.000 e-résidents.

Pour les entreprises, le pays offre des conditions fiscales avantageuses : flat tax de 20% depuis le 1/1/2015, considérant que l’impôt sur les sociétés ne doit taxer que les dividendes et non pas les bénéfices ! 940 entreprises ont été déjà créé des sociétés virtuelles afin de faire des affaires dans l’UE… sans résider en Estonie.

A ce titre et en prévision du Brexit, une page d’information dédiée aux entrepreneurs britanniques explique comment faire en sorte que leur entreprise bénéficie de l’environnement virtuel offert par l’Estonie pour commercer dans l’UE, tout en demeurant au Royaume-Uni.

Entrepreneuriat

esto_cci2Chambre de commerce

(g. à d.) Jennifer Lacoste, consule de France ; Olivier Cadic ; Jean Michel Enard vice-président et cofondateur de la Chambre de commerce franco-estonienne ; Pascal Millard. chargé d’études économiques à l’ambassade

Arrivé en Estonie en 2012, Jean-Michel Enard a rêvé de rassembler les entrepreneurs français installés en Estonie au sein d’une chambre de commerce. Ce rêve s’est transformé en réalité l’été dernier lorsque la Chambre de commerce suédoise a appuyé son initiative et l’a accueilli en son sein.

Une personnalité hors du commun l’a soutenu dans sa démarche : Anders Edman, président de la Chambre suédoise et de la Fédération des chambres suédoises à l’étranger. Anders est devenu président de la nouvelle Chambre franco-estonienne. Ce suédois parle 11 langues, dont le français.

esto_cci1Jean-Michel a également pour modèle la réussite de la Chambre de commerce franco-lituanienne et il compte s’inspirer de l’action efficace du conseiller consulaire Geoffrey Party, installé à Vilnius.

Lui-même importateur de vins français en Estonie, Jean-Michel se réjouit de compter déjà JC Decaux et Vini food parmi les membres de la Chambre. Il a recensé et contacté toute une liste de membres potentiels de l’acabit de Renault, St Gobain, Paul Ricard ou Schneider…

Longue vie à la Chambre de commerce franco-estonienne !

esto_eo2Société française Eolane

Créé en 1992, le groupe Eolane, leader sur le marché des services industriels en électronique, compte parmi les (trop) rares success-stories françaises du secteur électronique. Il emploie 3500 personnes dans le monde, dont plus de 2000 en France.

Eolane a racheté en 2012 une unité de production du finlandais Elcoteq, afin d’accompagner localement la demande de ses clients.

esto_eo1Philippe Jego est arrivé l’an dernier pour diriger cette unité de production qui assemble des composants électroniques pour des clients prestigieux comme Airbus.

La principale difficulté rencontrée en Estonie est la carence de main d’œuvre. Un phénomène qui s’explique diversement : un taux de chômage peu élevé ;  l’attractivité des pays voisins, comme la Finlande, qui offrent de meilleurs salaires ; et l’attrait de tous les cieux qui semblent plus cléments sur un plan météorologique…

Culture française

esto_if2Visite de l’Institut français d’Estonie

L’Institut français de Tallinn est situé dans le cœur historique de la capitale estonienne.

Anne Chounet, directrice de l’Institut depuis un an, a commencé par redresser les finances d’une structure alors en difficulté, contrainte de fermer sa médiathèque à l’été 2015.

esto_if1Celle-ci se fixe comme priorité le développement de l’enseignement précoce du français. Déjà, l’Institut accueille l’Association des petits francophones de Tallinn créée il y a 5 ans. Cette structure rassemble 46 enfants de 3 à 14 ans chaque semaine, un effectif qui progresse chaque année.

La rentrée scolaire 2013-2014 a été marquée par l’ouverture de la première classe d’enseignement en français en Estonie, une classe de maternelle au sein de l’école européenne de Tallinn.

L’Institut français affiche 1000 inscriptions cette année pour suivre des cours de français. Le défi n’est pas mince puisque le français est la 4ème langue enseignée en Estonie après l’anglais, le russe et l’allemand.

En circonscription en Finlande – Helsinki / 20-22 oct. 2016

Premier déplacement en Finlande, ce pays fêtera l’an prochain le centenaire de son indépendance. Pour un territoire qui fait les 2/3 de la France (couvert de forêts à 75%), le pays ne compte que 5,5 millions d’habitants.

fin-ac1bisJe suis reconnaissant à Serge Mostura, notre ambassadeur de France en Finlande, de m’avoir permis de rencontrer les représentants de notre communauté à l’ambassade et pour le tour d’horizon des opportunités économiques pour nos entreprises.

La France est le 11ème client et le 6ème fournisseur de la Finlande. L’amélioration de notre déficit commercial bilatéral, constaté ces dernières années, provient principalement de la livraison d’Airbus à la compagnie Finnair.

Membre de l’Union européenne depuis 1995, la Finlande est le seul pays nordique à faire partie de la zone euro. Du fait de sa non-appartenance à l’OTAN et de ses 1300km de frontière avec la Russie, la Finlande est un fervent défenseur de la politique de sécurité et de défense commune, à laquelle elle contribue activement.

Politique

fin-parl2bisParlement finlandais

Visite au parlement finlandais en compagnie de Serge Mostura, notre ambassadeur de France et d’Antoine Gosset, Premier conseiller.

(A l’image) Avec Tuula Haatainen, députée et présidente de la Commission des Affaires sociales du parlement. Membre du Parti social-démocrate de Finlande (SDP), elle fut jusqu’en 2007 ministre des Affaires sociales et de la Santé.

J’ai aussi eu le plaisir d’échanger avec une autre parlementaire, Anne-Mari Virolainen, présidente de la Commission des affaires européennes et du groupe d’amitié France-Finlande.

fin-parl1Ce fut l’opportunité de discuter de la mise en œuvre de leur réforme des retraites qui prendra effet au 1er janvier 2017 (65 ans avec une évolution vers 68). Par ailleurs, j’ai découvert les modalités de la mise en place expérimentale du revenu universel en Finlande : 2000 personnes en âge de travailler seront tirées au sort et bénéficieront d’une enveloppe mensuelle de 560 euros, destinée à remplacer toutes les aides sociales perçues. Le but poursuivi est double : encourager les gens à trouver un travail et simplifier le système des prestations sociales.

Concernant le Brexit, mes interlocutrices sont déterminées à faire respecter la liberté de circulation pour prétendre accéder au marché unique. Ce n’est donc pas du côté de la Finlande que les Britanniques pourront chercher à obtenir un passe-droit sur ce sujet.

 Communauté française

fin-ac2bisSection consulaire

(g. à d.) Kristina Haataja, agent chargé de l’accueil et de l’information du public ; Olivier Lubin, agent chargé des affaires diverses de chancellerie et des visas ; Sylvie Nicolaiew, consule-adjointe ; Olivier Cadic ; Claude Anttila, conseillère consulaire

A l’occasion de la visite de la section consulaire, j’ai retrouvé Claude Anttila, élue consulaire à Helsinki en compagnie de Geoffrey Party, conseiller consulaire installé à Vilnius. Claude est également présidente de l’AMOPA Finlande et fut professeure de français. Elle a trouvé sa vocation dans l’amour et la préservation de notre langue.

Sylvie Nicolaiew, consule-adjointe a partagé les derniers chiffres en termes d’inscription au registre des Français établis hors de France. La communauté française installée en Finlande compte 2577 inscrits, dont près de la moitié a moins de 25 ans.

56% des Français vivent dans le grand Helsinki, incluant les villes limitrophes d’Espoo et Vantaa. Il n’y aura donc qu’un seul bureau de vote à Helsinki ouvert pour les élections de 2017.

Enseignement

fin_ecole1École française d’Helsinki

(g. à d.) Olivier Cadic ; Marie-Laure Lions-Olivieri, attachée de coopération éducative ; Véronique Kauraniemi, adjointe de direction

Visite de l’école française Jules Verne d’Helsinki, fondée en 1976, qui propose un cursus scolaire français, tout en permettant de découvrir la culture finlandaise et la langue finnoise.

Il s’agit d’un établissement sous convention avec l’AEFE qui accueille environ 150 élèves, de la maternelle jusqu’au CM2.

Grâce à un partenariat, les élèves en âge d’intégrer le collège effectuent leur scolarité dans la section française de l’Ecole européenne d’Helsinki (EEH) , située seulement à quelques centaines de mètres de l’école Jules Verne. Ils bénéficient toujours d’un accès aux demandes de bourses françaises délivrées par l’AEFE.

fin_ecole2Enseignement bilingue

En plus de l’école française Jules Verne à Helsinki et de l’Ecole européenne d’Helsinki, il faut souligner que la Finlande dispose de filières bilingues francophones dynamiques.

Structures originales au sein du système scolaire finlandais, les filières bilingues finnois-français correspondent au désir d’ouverture internationale de trois villes importantes de Finlande : Helsinki (792 élèves), Tampere (177) et Turku (187).

Celles-ci bénéficient du soutien des autorités éducatives finlandaises, mais aussi de l’appui de notre ambassade et de l’Institut français de Finlande. Au total, 1.156 élèves suivent un cursus bilingue francophone. Un exemple très instructif.

Culture et francophonie

j_b_finlandehl70Institut français de Finlande

Visite de l’institut français de Finlande qui a emménagé le mois dernier dans des bureaux fonctionnels en plein cœur d’Helsinki.

J’ai eu le plaisir de retrouver Jeannette Bougrab que j’avais rencontrée il y a cinq ans, lorsqu’elle occupait le poste de secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative.

Devenue conseillère culturelle, l’ancienne ministre dirige l’Institut français de Finlande avec beaucoup d’enthousiasme.

Elle est entourée d’une équipe tout aussi motivée pour animer l’action culturelle de la France. La direction des cours de français a été confiée à Marie-Laure Lions-Olivieri, ancienne entrepreneure devenue attachée de coopération linguistique.

fin_if1bisQu’ils soient extensifs ou intensifs, personnalisés ou en ligne, les cours offerts sont adaptés à tous les niveaux (www.france.fi). L’Institut est aussi le seul centre de passation en Finlande des certifications de type TCF, DELF et DALF. Approuvées par l’Education nationale, ces certifications connaissent une forte croissance avec 849 candidats enregistrés en 2015, contre 666 en 2010.

Avec plus de 21.000 apprenants dans le système éducatif finlandais (pour env. 563.000 élèves au total), la langue française conserve son rang de 3e langue étrangère dans le pays après l’anglais et l’allemand, sauf à Helsinki où elle figure au 2e rang, devant le russe et l’espagnol.

Commerce extérieur

Chambre de Commerce franco-finlandaise

A l’ambassade, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Sébastien Cailliau, administrateur de la Chambre de commerce franco-finlandaise (CCFF). Account manager chez Selmic (composants électroniques), il fait profiter la communauté d’affaires française, francophone et francophile de ses 15 années d’expérience en Finlande et de son dynamisme.

La CCFF (www.ccff.fr) est considérée par ses membres comme un outil très efficace pour découvrir des opportunités et multiplier les contacts. Sébastien souhaiterait que la Chambre développe ses services à l’attention des jeunes entrepreneurs qui ont des besoins parfois différents de leurs ainés.

Les moteurs de croissance traditionnels (électronique, bois) en Finlande peinent à trouver nouveau souffle, tandis que le tourisme et l’agro-alimentaire souffrent des sanctions à l’égard de Russie.

Pour redonner du dynamisme économique au pays, un « pacte de compétitivité » a été signé entre partenaires sociaux pour réduire le coût du travail. En Finlande, les bas salaires dépassent le SMIC français.