Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

Personne n’est né pour haïr

18 juin : 3ème Journée internationale de la lutte contre les discours de haine.

Soutien à l’engagement de l’ONU pour apporter une réponse aux tendances alarmantes de la montée de la xénophobie, du racisme et de l’intolérance, de la misogynie violente, de l’antisémitisme et de la haine à l’égard des musulmans dans le monde.

“Le discours de haine est devenu l’une des méthodes les plus fréquentes pour propager une rhétorique et des idéologies qui divisent à l’échelle mondiale.

S’il n’est pas contrôlé, le discours de haine peut même nuire à la paix et au développement, car il jette les bases de conflits et de tensions, ainsi que de violations des droits humains à grande échelle.

La diffusion de propos haineux peut être un signe avant-coureur de violence, notamment d’atrocités criminelles.

Limiter les discours de haine pourrait contribuer à atténuer leur incidence.”

Le discours de haine est tout type de communication, orale ou écrite, ou de comportement, constituant une atteinte ou utilisant un langage péjoratif ou discriminatoire à l’égard d’une personne ou d’un groupe en raison de ce qu’ils sont.

Plus à l’occasion de la Journée internationale de la lutte contre les discours de haine célébrée mardi.

Sénat – Australie – Ambassade

Merci à Michel Canevet, président du groupe d’amitié sénatorial France-Équateur, de m’avoir offert l’opportunité de rencontrer Ivonne A-Baki, récemment nommée aux fonctions d’ambassadeur de l’Équateur en France.

Cette diplomate chevronnée arrive tout droit de Washington, où elle a représenté son pays pendant 4 ans, après avoir officié près de 3 ans comme ambassadeur de l’Équateur au Qatar et ambassadeur non résident de l’Équateur en Irak, au Koweït, au Liban, en Jordanie, à Oman et en Syrie.

L’ambassadeur a créé la fondation Beyond Boundaries pour améliorer la santé des populations pauvres de la République de l’Équateur. Cette fondation a été responsable de l’éradication de la cécité des rivières (onchocercose). Actuellement, la Fondation concentre ses efforts sur l’éducation au diagnostic et au traitement précoce de la tuberculose et du diabète.

J’ai indiqué à Ivonne A-Baki m’être rendu par deux fois dans son pays, grâce au soutien de Tannya Bricard, conseillère des FDE pour l’Equateur (CR fév 2019 : Quito + Guayaquil + Manta / San Vicente / Porto Viejo).

Au retour de ma mission en Amérique latine, qui a prolongé mon action de vice-président de la commission d’enquête sur le narcotrafic, nous avons échangé sur les ravages du narcotrafic en Équateur, pays de transit de la drogue. +d’images

Sénat – La géopolitique des événements sportifs

Ce 12 juin, notre commission des Affaires étrangères et de la Défense a organisé une audition sur le thème « La géopolitique des grands évènements sportifs ».

J’ai interrogé les deux chercheurs présents sur l’efficacité de la diplomatie du sport et aussi ses risques, au regard des grands événements sportifs organisés notamment par les pays du Golfe, comme outil de soft power qui sert autant leur diplomatie d’influence (notoriété, sécurité, maîtrise technologique…) que leur volonté de diversification économique.

« Si vous êtes un état comme l’Arabie saoudite ou le Qatar et que vous voulez normaliser votre image et attirer des touristes, des talents, des investisseurs et des entreprises, c’est le meilleur moyen », de l’avis de Jean-Baptiste Guéguan. Le chercheur estime, par ailleurs, que la France devrait davantage profiter de « l’effet d’aura » de ses champions au service de sa diplomatie.

Quant aux dangers, Lukas Aubin constate que « le sport est une arme à double tranchant, une plate-forme pour diffuser son propre narratif, mais qui peut aussi servir de tribunal pour le pays hôte », tout en précisant que ces critiques émanaient majoritairement des pays occidentaux.

Verbatim :

Vous avez rappelé l’approche de M. Poutine (organisation de Jeux parallèles à Paris) et je pense que ce n’est pas la première fois. En 1980, nous avons nous-mêmes boycotté les jeux olympiques de Moscou. Des jeux avaient été organisés pour les pays qui avait boycotté. En retour, en 1984, les Russes et les pays proches de l’Union soviétique avaient à leur tour boycotté les Jeux de Los Angeles.

Cette situation n’est donc pas nouvelle et les calomnies de M. Poutine n’engagent que ceux qui les écoutent.

Mais, effectivement, il y a quelque chose qui apparait, et on l’a vu avec la Coupe du monde de football au Qatar, en cherchant à se mettre en avant, un pays qui organise les jeux Olympiques, ou une Coupe du monde de football, ouvre la voie à tous les pays qui veulent le dénigrer.

J’ai l’impression que c’est ce qu’il s’est passé avec le Qatar et cela nous permettait de préparer ce qui allait se passer avec les Jeux Olympiques à Paris.

On peut imaginer que la prochaine Coupe du monde de football qui est organisée sur un continent va avoir, elle aussi, ses contradicteurs qui vont dire : regardez, pour passer d’un match à l’autre, il va falloir traverser tout un continent ! Lorsqu’on voit les reproches faits au Qatar sur l’empreinte carbone pour la Coupe du monde, on peut imaginer la suite.

Est-ce-que vous ne pensez pas que, désormais, quand on se porte candidat, on se porte aussi candidat au dénigrement ?

Quand j’observe, dans les pays du Golfe, l’importance accordée à cette diplomatie du sport comme on le voit avec le Qatar, puisque la Coupe du monde n’était que l’un des grands évènements qu’ils organisent, comme les Jeux asiatiques prochainement ; L’Arabie saoudite aussi est très engagée avec le golf, les compétitions automobiles, les jeux olympiques d’hiver…

Est-ce que selon vous cette stratégie de diplomatie du sport est efficace, et peut-on considérer qu’elle a apporté des avantages pour les pays qui s’investissement autant sur ce sujet ?<>/font>

Sénat – Taïwan – Ministère des Affaires étrangères

Benoît Guidée, directeur d’Asie et d’Océanie au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a été très percutant lors de son intervention devant le groupe d’amitié avec Taïwan présidé par Jean-Baptiste Lemoyne, ce 12 juin.

La Chine a d’abord tenté de séduire les Taïwanais sans succès. Fort de son poids économique, Pékin a ensuite tenté d’imposer une dépendance de l’île par le continent. Benoît Guidée nous a confié que cette tactique a échoué. En 2023, les USA sont passés devant la Chine pour les investissements à l’étranger par les Taïwanais.

Taiwan est complémentaire de la France pour contribuer à sa ré-industrialisation.

Cela justifie que la France renforce ses relations avec Taiwan, dont le PIB pourrait lui permettre d’intégrer le G20.

En réponse aux interrogations sur les menaces brandies par Pékin de faire usage de la force éventuellement pour annexer l’île à son territoire, à l’image de ce qui a été fait par le passé avec le Tibet et le Xinjiang, ou de l’isoler en imposant un blocus, Benoît Guidée a répondu que la France devait profiter de ses bonnes relations avec la Chine pour la dissuader en rappelant que la rupture du statu quo dans le détroit de Taiwan aurait un impact mondial majeur très dommageable pour les échanges économiques.

Sénat – Australie – Ambassade

À l’invitation de Cédric Perrin, président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, nous avons accueillis Gillian Bird, ambassadrice d’Australie en France, en compagnie de Michèle Gréaume, ce 11 juin 2024.

Malgré les volontés australiennes d’apaiser les tensions avec Pékin, un nouvel incident entre la Chine et l’Australie est intervenu début mai. Après avoir exercé des actes d’intimidation de la part d’un destroyer chinois sur une frégate australienne en mer de Chine, un chasseur chinois a effectué des manoeuvres dangereuses sur un hélicoptère australien. Ce dernier effectuait une mission de surveillance des sanctions des Nations Unies à l’encontre de la Corée du Nord dans les eaux internationales de la mer Jaune.

Gillian Bird a réitéré les propos qu’elle m’avait déjà tenus, en considérant que la situation dans l’Indopacifique est la plus dangereuse depuis la seconde guerre mondiale.

Preuve que la relation bilatérale est redevenue excellente depuis qu’Anthony Albanese est devenu premier ministre, l’Australie a soutenu la présence de la France et de ses trois collectivités (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna) pour leur accession en tant que membre du Forum des Iles-du-Pacifique.

Depuis deux ans, je profite de chaque échange avec l’ambassadrice d’Australie pour faire le point sur l’avancée du projet de convention de sécurité sociale bilatérale (compte-rendu).

Dès son élection, Serge Thomann, conseiller des Français de l’étranger pour l’Australie, m’avait suggéré de travailler sur ce dossier en action prioritaire pour que les retraités australiens en France ou français en Australie ne soient pas lésés.

L’ambassadrice était ravie de m’indiquer qu’un accord a été trouvé par l’Australie avec 23 sur 27 pays de L’UE et que les discussions bilatérales avec la France ont abouti.

D’un côté, l’Australie souhaite un accord pour les retraités, de l’autre, la France est partisane d’une solution pour le volet sécurité sociale.

Un rendez-vous était prévu avec le cabinet de Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités pour concrétiser un texte.

Mais cela était avant la dissolution de l’Assemblée nationale. +d’images

LÉGISLATIVES 2024

Tous les électeurs français inscrits sur une liste électorale consulaire sont appelés à élire leur député à l’Assemblée nationale, suite à la dissolution décidée par le président de la République.

Les listes électorales consulaires arrêtées ce lundi 10 juin sont définitives, sauf en cas d’erreur matérielle (article L20 du code électoral). Les personnes mentionnées à l’article L30 du code électoral peuvent également demander à être inscrites en cas de changement de situation après la clôture des listes électorales.

Pour les 11 députés représentant les Français de l’étranger, le vote se fera par Internet ou en personne (à l’urne ou par procuration). Exceptionnellement, le vote par correspondance postale ne sera pas disponible.

Les dates du premier tour :
>Par Internet : du mardi 25 juin à midi au jeudi 27 juin à midi, heure de Paris.
>En personne :
Continent américain et Caraïbes : samedi 29 juin.
Reste du monde : dimanche 30 juin.

Les dates du second tour :
Le second tour aura lieu les samedi 6 et dimanche 7 juillet 2024.

Dématérialisation des procurations :
Pour profiter de la dématérialisation complète, il est nécessaire de faire certifier son identité numérique via une mairie. Cette procédure renforcée, appelée “France Identité”, reste peu accessible pour les Français de l’étranger.
La validation de la procuration se fera principalement devant l’autorité consulaire, un tribunal judiciaire, une gendarmerie ou un commissariat. Une personne peut recevoir jusqu’à trois procurations, dont deux établies à l’étranger.
La procuration peut être donnée pour une durée maximale de trois ans ou pour un ou plusieurs tours de scrutin. Le formulaire peut être pré-rempli en ligne.

Candidatures et campagne :
Les candidatures pour le premier tour (scrutin majoritaire : un(e) candidat(e) et un(e) suppléant(e) sans obligation de parité) seront reçues du mercredi 12 juin jusqu’au dimanche 16 juin 2024 à 18 heures (heure locale légale).
Les listes de candidatures seront publiées au plus tard le vendredi 21 juin pour le premier tour. La campagne électorale débutera le 17 juin.

Sénat – États-Unis – Un leadership en difficulté (Vidéo Q/R 7’40)

Notre commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées a organisé, ce 29 mai, une audition intitulée : « Quelles perspectives et quels défis pour les États-Unis en cette année d’élections ? »

J’ai eu ainsi l’occasion d’interroger Alexandra de Hoop Scheffer, politologue, senior vice-présidente pour les questions géopolitiques au German Marshall Fund of the United States, pour connaître son opinion sur la capacité des États-Unis à assumer le leadership seul des démocraties face à la Chine et savoir si le travail interparlementaire ne pouvait pas être une solution d’avenir en complément de la diplomatie.

Je remercie Alexandra de Hoop Scheffer pour sa réponse perspicace et détaillée, soulignant que les vulnérabilités actuelles de la démocratie américaine et vingt années de lutte contre le terrorisme ont « effrité le leadership moral américain en tant que modèle ».

« Je crois beaucoup au futur du dialogue interparlementaire », a-t-elle commenté, et m’a invité à collaborer avec elle, rappelant que son travail au quotidien était « de mettre autour de la table tous les acteurs de l’écosystème de la relation franco-américaine : parlementaires, think-tanks, instituts de recherche et les industries de la tech qui ont une compréhension du terrain et qui sont totalement connectés aux réalités par rapport, parfois, à nos décideurs politiques ».

Verbatim

La question qui se pose à nous si on regarde la « big picture » c’est justement l’affrontement entre deux mondes, celui de la Chine avec un monde dictatorial, un monde de soumission pour les gens et le monde démocratique, avec les élections, la liberté d’expression.

La question qui se pose à nous, en fait : est-ce que les États-Unis peuvent assumer ce leadership des démocraties et est-ce qu’ils ont la taille critique pour pouvoir le faire seul ?

Dans le domaine de la lutte contre le narcotrafic : 120.000 morts, l’an dernier du fentanyl, qui vient des précurseurs chimiques chinois. On a vu leur ministre des Affaires étrangères à Pékin, et donc ils sont en situation d’échec.

Dans la lutte contre le trafic d’êtres humains : 500 000 migrants illégaux l’an dernier. Les cartels mexicains ont fait plus d’argent avec ce trafic qu’avec le trafic de drogue, donc ils sont encore en situation d’échec et on le voit au Texas, on le voit à Washington avec les camps de tentes.

Dans le domaine de la cyber, j’étais encore à Washington en mars dernier et on voit que dans la cyber, eux ne demandent pas une cyber-souveraineté, ils veulent une cyber-solidarité, puisqu’ils voient bien que dans le domaine de la cyber aujourd’hui ils n’ont plus la taille critique se pour confronter à la Chine seuls.

Il y a une autre bonne raison, c’est que les entreprises de la tech américaines ont, elles, besoin du marché européen. Donc, elles ne peuvent pas se soumettre à l’administration américaine telles que les entreprises chinoises doivent se soumettre à Pékin. Là aussi il y a une question de taille critique.

Il y a une évolution qui se fait, l’IPAC l’a montré, l’Alliance interparlementaire sur la Chine lancée en 2021. Ce n’est pas un hasard si la Chine a tout de suite attaqué cette interparlementaire et essayé de la hacker.
Le jeu de la Chine est d’isoler les États-Unis en réalité parce qu’ils ont bien compris que, peut-être, ils n’avaient plus la taille critique.
Et le jeu c’est justement de déconnecter tous les pays européens, les uns après les autres, vis-à-vis de la Chine.

Donc, est-ce que vous ne voyez pas plutôt dans la façon d’aborder les choses, compte tenu de la question américaine, enfin les faiblesses de la présidence actuelle…
Est-ce que vous ne voyez pas plutôt un futur pour que les parlements, les congrès américains, les sénats travaillent directement avec des parlements étrangers pour réfléchir à des moyens de lutter contre les Chine ?

Est-ce que vous pensez que le Congrès américain serait prêt à organiser un travail dans ce domaine, si les États-Unis voulaient toujours assumer un leadership ?

Est-ce que vous pensez que les parlements français, européen doivent développer justement une approche directe en complément de la diplomatie traditionnelle ?

Et pensez-vous que les Américains aient la capacité à assumer le leadership seul des démocraties face à la Chine, aujourd’hui ?

La biométrie bientôt au service des certificats de vie

A n’en pas douter, le « contrôle d’existence par reconnaissance biométrique » va constituer une excellente nouvelle pour nombre de pensionnés astreints à produire annuellement un certificat de vie.

Thomas Tracou, directeur de la communication de l’Union Retraite, nous a fait part, le 4 juin dernier, de cette grande nouveauté qui sera opérationnelle à partir de la rentrée.

Concrètement, l’assuré s’identifiera grâce à l’application « mon certificat de vie » à télécharger sur un téléphone portable. Ensuite, la capture d’image d’une pièce d’identité associée à une vidéo du visage seront les principales étapes pour créer le certificat qui sera expédié et archivé par l’appli. Ce document sera donc authentifié par la technologie et non plus par un tiers de confiance !

Si chaque assuré résidant à l’étranger est potentiellement éligible, le directeur a souligné qu’ils n’avaient « rien à faire » pour l’instant, jusqu’au jour où ils recevront un QR Code par courriel ou une lettre postale, en temps voulu.

Je mesure le chemin parcouru depuis que je suis entré au Sénat en 2014. J’avais organisé le 7 décembre 2017 une réunion pour faire le point sur les progrès accomplis par les caisses dans la perspective d’une simplification et d’une dématérialisation des procédures (Lire Certificat de vie : bientôt le bout du tunnel ?).

En 2017, pour des raisons de sécurité, les caisses voulaient obstinément du papier en occultant le fait que La Poste n’existe pas partout.

En 2019, nous avons connu une avancée considérable avec la création d’un système mutualisé inter-régimes, mis en place par l’Union Retraite. Depuis lors, tout assuré n’est enquêté qu’une seule fois par an au titre de l’ensemble de ses régimes de retraite.

Dans le même temps, la France a multiplié les conventions avec des pays voisins, comme l’Allemagne ou l’Espagne, leur permettant d’échanger des informations relatives au décès de leurs assurés. La liste s’allonge avec le temps. Ainsi, l’Italie ou le Danemark vont prochainement intégrer ce dispositif bilatéral.

Et puis, en 2024, la biométrie va faire son apparition.

Pour avoir assisté à une démonstration du fonctionnement de l’application, j’estime honnêtement qu’un « aidant » sera indispensable aux pensionnés peu familiers avec les outils numériques ou qui présentent divers types de vulnérabilités.

L’avancée reste louable pour faciliter la vie d’un grand nombre d’assurés répartis sur 216 pays !

Sénat – Égypte – Unesco

À l’invitation de Catherine Morin-Desailly, présidente du groupe interparlementaire d’amitié France-Egypte, j’ai participé au dîner qui suivait l’audition de l’ancien ministre des Antiquités et du Tourisme, M. Khaled El-Anany, en présence de M. Alaa Youssef, ambassadeur de la République Arabe d’Égypte en France et délégué permanent auprès de l’UNESCO.

Opportunité de revoir l’un et l’autre, depuis la réception à l’occasion de la fête nationale, l’année précédente (compte-rendu) et d’échanger avec l’actuel candidat de l’Égypte au poste de directeur général de l’UNESCO, dont l’élection aura lieu l’an prochain.

M. Khaled El-Anany a fait ses études secondaires dans un lycée francophone où il a passé son baccalauréat. Après avoir obtenu une bourse, il a entrepris des études d’égyptologie à l’université Paul-Valéry-Montpellier en France, où il a passé un DEA et un doctorat, puis y est revenu comme professeur invité pour y enseigner.

Son sens du consensus, sa pondération et sa volonté de se porter à l’écoute des pays membres de l’Unesco constituent de sérieux atouts pour sa candidature à la succession d’Audrey Azoulay en 2025. +d’images

Omaha beach – 80ème anniversaire du Débarquement – D-Day 80 – Mémoire

Ce 6 juin, j’étais présent aux côtés de Gérard Larcher, président du Senat et de nombreux collègues parlementaires pour saluer la mémoire de celles et ceux qui ont participé à la libération de la France et exprimer la gratitude éternelle de notre pays envers leur sacrifice.

Excellente organisation tout du long d’une longue journée qui s’est déroulée de 8.30 à 23.00.
Deux trains spéciaux étaient affrétés entre Paris et Caen pour les parlementaires et les diplomates.

Entretien privilégié avec Ioana Bivolaru, ambassadrice de Roumanie et Pavlos Kombos, ambassadeur de Chypre lors du voyage vers Caen.

La liaison routière entre Caen et Omaha Beach était fermée au public pour raisons de sécurité.

Temps d’échange avant la cérémonie avec les parlementaires et les diplomates. J’ai discuté avec les ambassadeurs de Djibouti, Yémen, Jordanie, Pakistan, Hongrie, Andorre, Arménie, Bosnie-Herzegovine, Mexique, Pérou, Brésil, Paraguay, Costa Rica, Argentine, Singapour… et fait une photo souvenir avec plusieurs d’entre-eux en compagnie du président Larcher.

Ovations à l’arrivée des vétérans et du président ukrainien Zelensky.

Ballet de nombreux chefs d’État, dont le président américain Jo Biden, le Prince William, le premier ministre Trudeau ou encore le chancelier allemand Scholz

Les Britanniques David Cameron, ministre des Affaires étrangères et Keir Starmer, pressenti prochain premier ministre labour, étaient assis côte à côte.

Keir Starmer est venu échanger directement avec le président Zelensky.

Le gouvernement français était très largement représenté autour du Premier ministre Gabriel Attal, Roland Lescure, ministre de l’Industrie et élu député pour l’Amérique du Nord, et Franck Riester, ministre du Commerce extérieur, de la Francophonie et des Français de l’étranger.

Les élus des Français de l’étranger qui ont participé sont les députés Christopher Weissberg, Amal Amélia Lakrafi, Alexandre Holroyd, député pour l’Europe du Nord, Meyer Habib, les sénateurs Samantha Cazebonne et Yan Chantrel.

Superbes chorégraphies d’enfants sur des musiques inspirantes avec Lambert Wilson en maître de cérémonie.

En clôture, le discours du Président Emmanuel Macron qui a rappelé : « Nous sommes tous des enfants du débarquement ! »

Avec une remarquable synchronisation, la patrouille de France est arrivée très exactement au moment, où Emmanuel Macron rendait hommage au courage du Président Zelensky, et du peuple ukrainien. +d’images

Paris cyber week : Discours d’ouverture

Les pays démocratiques doivent reprendre l’initiative.

Une force de dissuasion cyber internationale doit être créée pour détruire la cyber muraille de Chine sur commande.

Pour bâtir cette force, il faut du courage politique, de la solidarité et retrouver l’inspiration d’Alan Turing et de Bobby Fisher.

 

DISCOURS – traduit de l’anglais  (english version)

Madame, Monsieur,

Merci Sébastien pour cette invitation.

Je siège au Sénat depuis 10 ans pour représenter les Français de l’étranger.
60 % de mon temps à l’étranger. 537 déplacements dans 114 pays.
Je suis Vice-Président de la Commission Affaires Étrangères et de la Défense
J’ai intégré la lutte contre les « Fake news » dans la loi de programmation militaire de 2018.

Dans la dernière loi de programmation militaire de 2023, j’ai intégré la garantie de liberté de circulation maritime par notre marine militaire en mer de Chine méridionale et dans le détroit de Taiwan.

Je suis en charge de la cyber depuis 7 ans au Sénat.

Je suis un cyber paranoiaque.

En 1999, j’ai lancé ma market place sur internet, un vendredi à 15h00.
Le lundi, mon marketing manager se vantait des chiffres de trafic sur notre serveur étaient exceptionnels.
Mon IT Manager a demandé à me parler discrètement peu après : « Samedi à 3 heures du matin, quelqu’un est entré sur nos serveurs et a downloadé des films pour adultes.
Le monde entier les a téléchargés tout le week-end. »

Mon marketing manager m’a alors suggéré d’évoluer vers l’industrie pornographique.
J’ai préféré m’équiper de Firewall.
Vous comprenez maintenant pourquoi j’ai développé une cyber paranoia.

Demain, sera le 80ème anniversaire du jour J.

Il y a 80 ans, des milliers de soldats vivaient, aujourd’hui, la dernière journée de leur vie.
Je serai demain à Omaha Beach pour saluer leur mémoire et exprimer la gratitude éternelle de notre pays envers leur sacrifice.
La réussite du D.day doit beaucoup à Alan Turing qui a réussi à déchiffrer le code Enigma utilisé par l’armée allemande pour transmettre des informations militaires.
Ce code, qui changeait toutes les 24 heures et possédait des milliards de combinaisons, était réputé inviolable.
Turing a sauvé un nombre considérable de vies.
C’est encore Alan Turing qui a préfiguré l’intelligence artificielle en 1950.

Hier, nous discutions de ce que pourrait être la sécurité du Cyberspace dans 80 ans.

Quelque chose me dit que nos successeurs continueront à parler de sécurité, que des pays chercheront à décrypter les données cryptées comme il y a 80 ans et aujourd’hui.

L’informatique quantique les aura fait entrer dans une nouvelle dimension.

Il y a 80 ans, grâce à des héros, l’Europe a recouvré sa liberté.

Il y a tout juste 35 ans, le pouvoir chinois massacrait la liberté et ses étudiants sur la place Tiananmen, parce qu’ils réclamaient l’instauration de la démocratie.

Sa maîtrise de la technologie lui a permis de créer un cyber-mur pour imposer un contrôle social de sa population en combinant réseaux sociaux, caméras à reconnaissance faciale et intelligence artificielle.

Le Parti communiste chinois a fixé 2049, année de son centenaire, pour que la Chine impose son leadership au monde.

La question qui se pose à nous : Dans quel monde voulons-nous vivre en 2049 ?

Voulons-nous vivre dans un monde où la démocratie, les libertés individuelles seront respectées ou dans un monde où chacun doit se conformer à un ordre déterminé par le parti ou un autocrate ?

Nous sommes confrontés à une guerre hybride.

La dimension cyber qui comprend le secteur criminel, l’espionnage et l’action militaire qui nous préoccupe à la Paris cyber week, n’est pas le seul.

Il faudrait aussi évoquer la traite des êtres humains et de migrants envoyés par vagues pour submerger nos frontières… ou encore les crimes portant atteinte à l’environnement que sont l’exploitation minière illégale et le trafic de métaux et de minéraux.

Notre commission d’enquête sur le narcotrafic vient de rendre son rapport.
Les précurseurs chimiques chinois composent 70% de la cocaïne.
J’ai pu constater leur présence dans ces laboratoires au plus profond de la jungle, il y a deux semaines.
Ces produits chimiques de l’empire du Milieu sont la source des drogues synthétiques comme le fentanyl à l’origine d’environ 120 000 morts aux USA en 2023.

Avec Hong-Kong, devenu le trou noir du blanchiment, Pékin est aux deux extrémités de la “supply-chain” du Narcotrafic, une des composantes de la guerre hybride à laquelle les démocraties sont livrées.

Le blanchiment pour laver l’argent du crime organisé, éviter les taxes ou contourner les sanctions économiques.

Nous pourrions également développer tous les aspects de la désinformation.
Il n’y a pas de canon pour détruire un mensonge.

Des états totalitaires ou autoritaires s’en prennent quotidiennement aux démocraties et relativisent l’intérêt de respecter les droits de l’Homme. Dans cette bataille des opinions, les démocraties ne doivent pas se montrer naïves.

Au début de la crise du Covid en mars 2020, l’ambassade de Chine à Paris, a fait un communiqué indiquant que la France laissait mourir ses personnes âgées dans les EPADH.

J’avais produit un rapport, et réclamé la mise en place d’une “force de réaction cyber”, seule capable de réagir et de lutter offensivement contre les ennemis de nos valeurs républicaines.

15 mois plus tard, l’agence nationale Viginum voyait le jour en France pour détecter les attaques informationnelles.

Viginum traque désormais les ingérences étrangères sur internet.

Il se révèle précieux pour affronter les modes opératoires de plus en plus sophistiqués observés à la veille des Jeux Olympiques.

Le 25 mars dernier, le département de la Justice américain a dévoilé un acte d’accusation, contre 7 ressortissants chinois appartenant au groupe de hackers APT31 qui rapporte directement au ministère chinois de la Sécurité d’État.

116 parlementaires, issus de 15 pays, dont je fais partie, ont été attaqués par un groupe de hackers APT31 qui rapporte directement au ministère chinois de la Sécurité d’État.

Je remercie les services du FBI et du département de la Justice pour leur action et de nous avoir informé.

Il s’agit clairement d’un acte de cyber-guerre, commis par une dictature 2.0.

À partir de cette semaine, dans le cadre de mes prérogatives en matière cyber, nous avons commencé le travail du sénat français afin d’évaluer ce qu’il convient désormais de faire lorsque notre pays est victime d’un acte de cyber-guerre.

Je remercie à nouveau Sébastien de m’avoir permis de réunir au sénat ce lundi, certains des participants pour partager leur regard et ouvrir la séquence des auditions suite à l’attaque APT31.

Allons-nous rester sans réagir ?

J’ai créé mon entreprise à 20 ans.
Mon entreprise a collaboré à la création de plusieurs systèmes d’armes et j’ai travaillé avec Roland Moreno, l’inventeur de la carte à puce.
Je disais alors autour de moi : votre présent est mon passé.

Depuis que je suis au Sénat, j’ai l’impression que je vis dans le passé de quelqu’un d’autre. Nous sommes toujours en réaction.

Nous subissons tellement d’attaques cyber que j’ai l’impression que nous sommes des punchings balls.
Nous sommes dépassés.
Les Chinois font des choses sur nos réseaux que nous observons, mais que nous ne comprenons pas.
Ils préparent une guerre. Ils sont déjà chez nous.

Chacun d’entre nous a des vulnérabilités.
Les pays démocratiques doivent reprendre l’initiative.

Mon oncle m’a appris à jouer aux échecs.
Lorsque j’avais 10 ans, chaque jour, nous allions acheter le journal pour analyser les parties du championnat du monde qui opposait Bobby Fisher à Boris Spassky.
Seul, face aux grands maîtres soviétiques, qui dominaient le monde des échecs depuis plusieurs décennies, Bobby a été imprévisible.
Il a trouvé les failles et l’a emporté.

Face à la Chine, nous devons suivre son inspiration et agir de même.

Depuis trop longtemps, nous ne répondons pas aux cyber attaques.

On nous argumente que ce serait l’escalade.

Le PCC n’a plus peur de nous.

Il voit les démocraties comme des systèmes faibles et prévisibles.

Nous devons les surprendre.

Une force de dissuasion cyber internationale doit être créée pour détruire la cyber muraille de Chine sur commande.

Pour bâtir cette force, il faut du courage politique, de la solidarité et retrouver l’inspiration d’Alan Turing et de Bobby Fisher.

Il faut comprendre qu’aucun pays démocratique, même les Etats-Unis n’ont la taille critique pour rivaliser seul face aux menaces de la Chine à présent.

Face à une Chine hyper centralisée, les démocraties apparaissent divisées.
La fragilité de notre édifice, vient d’une fragmentation des Etats, et d’une séparation entre les acteurs publics et privés.

L’UE a fait de grands pas vers l’unité en faisant émerger une Europe de la cyber souveraineté.
Même unie sur le sujet, l’UE n’aura pas la taille critique.

Les Etats-Unis prônent une cyber solidarité. Ils ont raison.

Et je veux remercier Phil Stupak, de la Maison Blanche pour tout le temps qu’il m’a consacré et la confiance qu’il m’a accordée.

Un partenariat fort entre les États-Unis et l’UE, mais également avec les entreprises privées doit s’opérer.

A Washington, les gens de Google m’ont confié. La Russie est plus grande que l’Ukraine. Sur internet, Google est plus puissant que la Russie.

AWS a fait ses preuves pour permettre à l’Ukraine d’être résiliente au début de l’invasion russe.

La collaboration US-UE, Public-privé, doit pouvoir s’opérer comme nous le faisons dans le nucléaire et commencer par exemple en partageant nos vulnérabilités réciproques en toute transparence.

Je remercie Daniel Le Coguic, président de l’ACN, d’avoir promu cette idée.

Pourquoi les membres de l’IPAC (Inter-Parliamentary Alliance on China) ont été attaqués ? Parce que Pékin nous craint.

Je pense que nous devons construire une alliance interparlementaire internationale du cyber pour accompagner et soutenir une politique de cyber solidarité.

Il n’y a pas de système qui n’a pas de vulnérabilité.

Il existe des moyens de détruire la cyber muraille de Chine… de l’intérieur… et de libérer les Chinois de cette dictature 2.0.

Le Parti communiste chinois annonce fièrement leur plan à long terme pour diriger le monde d’ici à 2049.

Les démocraties ont également un plan à long terme.

C’est d’empêcher les communistes chinois d’accomplir leur plan.

Je vous remercie.

VERSION originale en anglais

ANEFE : 4 nouveaux membres et un renouvellement

Quatre nouveaux membres ont adhéré à l’ANEFE (Association Nationale des Écoles Françaises de l’Étranger), à la faveur du conseil d’administration que j’ai présidé, ce 27 mai :
– Le Collège du Léman de Genève (Suisse) ;
– L’OFALycée à Winchester (États-Unis) ;
– Le Lycée français international Georges Pompidou à Dubaï (Émirats Arabes Unis) ;
– L’École française de Bristol (Royaume-Uni).

La modification des statuts de l’ANEFE, intervenue fin 2023, autorise désormais les établissements non homologués par l’Éducation nationale à rejoindre l’association.

Cette démarche est destinée à réunir tous les établissements enseignant en français à l’étranger pour faciliter l’atteinte de l’objectif 2030 de doublement des élèves dans l’enseignement français à l’international, défini par le Président de la République.

Par ailleurs, la composition du bureau de l’ANEFE a également été renouvelée.

. Dana Gruia-Dufaut, secrétaire générale de l’Anefe, succède à Bruno Foucher, désormais ambassadeur de France en République centraficaine, et occupe désormais le poste de vice-présidente.
. Michel Monsauret devient secrétaire général.
. Pascal Rakovsky retrouve le poste de trésorier-adjoint, qu’il a occupé précédemment.

Le nouveau secrétaire général a également présenté la première version du futur site internet de l’ANEFE, ainsi que le nouveau “Guide ANEFE”, conçu pour informer au mieux les familles sur les prestations offertes par les établissements de notre réseau, qui facilitera des choix éclairés pour l’éducation de leurs enfants.

LE BUREAU DE L’ANEFE AU 27/05/2024 :
Olivier Cadic – Président
Dana Gruia-Dufaut – Vice-Présidente
François Normant – Vice-Président
Michel Monsauret – Secrétaire général
Sébastien Ricout – Trésorier
Balkis Kaouk – Secrétaire générale adjointe
Pascal Rakovsky – Trésorier adjoint

Médias – « Ingérences étrangères : « La désinformation est devenue une véritable arme de guerre », alerte Jean-Noël Barrot » (Public Sénat – 29/05/2024)

Alexis Graillot (Public Sénat) rend compte de l’audition du ministre de l’Europe, Jean-Noël Barrot, devant la commission d’enquête sénatoriale sur les influences étrangères.

Le ministre a dénoncé une « brutalisation des relations internationales » depuis une dizaine d’années, notamment à l’initiative de la Russie, dont il a pointé les « moyens sans commune mesure », dans la propagation de fausses informations.

Extrait

(…) le ministre citant également « la Chine, la Turquie et l’Iran ». On se souvient par exemple des cyberattaques chinoises, ayant touché en 2022, sept parlementaires français, parmi lesquels Olivier Cadic, qui s’en était particulièrement ému lors d’une question au gouvernement, fin avril dernier.

Lire l’article sur Public Sénat : Ingérences étrangères : « La désinformation est devenue une véritable arme de guerre », alerte Jean-Noël Barrot

INFOLETTRE n°234 – Mai 2024

Lire : l’INFOLETTRE n°234 – Mai 2024Logo HebdoLettre bleu - Rond75

ÉDITO

La Chine est aux deux extrémités de la “supply-chain” du Narcotrafic

Madame, Monsieur, chers élus, chers amis,

La commission d’enquête sénatoriale sur le Narcotrafic pour laquelle je me suis engagé en qualité de vice-président a rendu son rapport ce mois-ci.

De nombreux enseignements en ont été tirés, et je salue l’engagement et le travail du président, le sénateur Jérôme Durain et du rapporteur, le sénateur Étienne Blanc.

À l’issue d’une tournée en Amérique latine de 12 jours qui m’a conduit successivement au Pérou, Bolivie et Paraguay, dans lesquels j’ai rencontré les trois ministres de l’Intérieur et le ministre des Affaires étrangères du Pérou, j’ai tenu une conférence de presse à Asuncion, pour que l’on cesse d’opposer pays producteurs et consommateurs de drogue.

Ils sont les deux faces de la même pièce.

Je suis reconnaissant envers Eduardo del Castillo, ministre de l’Intérieur de Bolivie, de m’avoir invité à assister à une journée d’action des forces anti-drogue au plus profond de la forêt amazonienne, qui a nécessité hélicoptères, pirogues et marches dans la jungle pour détruire deux laboratoires fabriquant la cocaïne et une piste d’atterrissage clandestine utilisés par les narco trafiquants.

Ces forces sont en première ligne d’une guerre dans laquelle les pays occidentaux ne mettent que trop peu de moyens.

Pas surprenant que, dans ces conditions, le crime organisé nous submerge, comme notre commission d’enquête l’a constaté.

Les précurseurs chimiques chinois composent 70% de la cocaïne.
J’ai pu constater leur présence dans ces laboratoires au plus profond de la jungle.

Ces produits chimiques de l’empire du milieu sont la source des drogues synthétiques comme le fentanyl à l’origine d’environ 120 000 morts aux USA en 2023.

Avec Hong-Kong, devenu le trou noir du blanchiment, Pékin est aux deux extrémités de la “supply-chain” du Narcotrafic, une des composantes de la guerre hybride à laquelle les démocraties sont livrées.

En réponse à la déclaration “Défendre la liberté, la stabilité et la paix !” portée par William Lai nouveau président de Taïwan, Pékin a encerclé l’île en guise de “punition” et promis que ces “séparatistes” de Taïwan finiront “dans le sang”.

À la veille d’un vote déterminant pour les élections européennes, il apparaît qu’aucun des 27 états de l’Union européenne n’a la taille critique pour relever seul les défis imposés par la guerre hybride qui est livrée aux démocraties.

Depuis le 11 septembre, le leadership des États-Unis sur le monde occidental est affaibli.
Le Parti communiste chinois s’impose comme le leader de tous les régimes autocratiques qui piétinent les droits humains.

Les partisans d’un développement qui respecte les libertés individuelles ont besoin d’une Europe solide pour constituer un co-leadership aux côtés d’une démocratie américaine affaiblie.

Voilà pourquoi j’espère que les Européens voteront pour des listes qui cherchent à renforcer l’UE plutôt qu’à l’affaiblir.

Fidèlement,

Olivier CADIC

Sommaire :

HOMMAGE
. Jean-François Pactet, ambassadeur de France au Sri-Lanka

FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER
. Violences faites aux femmes françaises à l’étranger ; Roumanie ; Rwanda ; Fête des écrivains

EN CIRCONSCRIPTION
> Éthiopie ; Pérou ; Bolivie ; Paraguay

SÉNAT CYBERSÉCURITÉ
. Chine ; Cyber-attaque contre les parlementaires par des hackers chinois ; LPM : moyens Cyber

SÉNAT NARCOTRAFIC
. Rapport de la commission d’enquête sur le Narcotrafic

SÉNAT COMMISSION DES AFFAIRES ÉTRANGERES, DE LA DÉFENSE ET DES FORCES ARMÉES
. Belgique ; PPL Ingérences étrangères ; Taïwan

MÉDIAS
. Revue de presse

Découvrir l’InfoLettre n°234

En circonscription au Asuncion – Paraguay (17-19 mai 2024)

Mes remerciements à Pierre-Christian Soccoja, ambassadeur de France au Paraguay, qui m’aura organisé un remarquable agenda dans un temps très contraint et durant un week-end.

Il a su donner du relief et de l’éclat à ma mission et a démontré combien un diplomate expérimenté sait rendre l’action de la France, efficace et visible.

Je lui exprime toute ma gratitude.
.

Lutte contre le narcotrafic

Ministre de l’Intérieur

Il a fallu tout le talent et la bienveillance de notre ambassadeur Pierre-Christian Soccoja pour reconstruire mon agenda de déplacement au Paraguay écourté de 24 heures afin me permettre de participer à l’opération des forces spéciales anti-drogues en Bolivie (compte-rendu). Je lui en suis profondément reconnaissant.

Première séquence de mon retour au Paraguay, Enrique Riera Escudero, ministre de l’Intérieur, m’a fait l’honneur de m’attendre à l’arrivée de mon avion pour m’accorder un entretien privilégié.

Pas facile de contrôler un pays plus grand que l’Allemagne avec seulement 5 millions d’habitants.

Faible densité de population, faiblesse de contrôle aérien et vaste réseau fluvial, rendent le pays propice aux trafics. Le Paraguay est un des premiers pays producteurs de cannabis qui est exporté à 80% au Brésil. C’est également un pays de transit et de rebond pour la cocaïne.

Depuis 2023, le nouveau gouvernement a décidé de mettre en place une équipe de sécurité (conseil national de Défense) et d’investir 5 fois plus en matière de sécurité : radars, technologies, avions de combat…

En moins de dix mois, 60 tonnes de cocaïne avaient transité par le Paraguay pour aboutir en Europe grâce à des faits de corruption. Grâce à l’équipe de sécurité, les contrôles sont plus efficaces. Une tonne de cocaïne destinée à Madrid via la compagnie Air Europa a été saisie à l’aéroport d’Asuncion.

Le ministre assure qu’il est plus facile de combattre les narcotrafiquants en Amérique latine plutôt qu’en Europe. Il invite le gouvernement français à collaborer pour lutter contre le Narcotrafic, mieux prendre en charge les drogués et échanger l’information.

La sécurité est déterminante pour parvenir à un développement durable.

Très heureux de cette rencontre avec ce ministre francophile qui m’a permis de compléter l’information recueillie précédemment avec ses homologues au Pérou et en Bolivie.

Conférence de presse

À l’issue d’une tournée en Amérique latine de 12 jours qui m’a conduit successivement au Pérou, Bolivie et Paraguay, dans lesquels j’ai rencontré les trois ministres de l’Intérieur et le ministre Affaires étrangères du Pérou, Pierre-Christian Soccoja a invité des représentants des principaux médias locaux.

Trois jours après la conférence de presse tenue à Paris par le président et le rapporteur de la commission d’enquête sénatoriale sur le narcotrafic (compte-rendu), il m’est apparu important de mettre en valeur le fruit du travail sénatorial et de le compléter en partageant le fruit de mes observations latino-américaines depuis Asuncion.

Je remercie les journalistes qui ont marqué leur intérêt en soulignant mes préoccupations et l’urgence d’agir collectivement de manière à unir les forces face au fléau d’une criminalité organisée qui ne connaît pas de frontières. +d’images

Lire aussi :
« El narcotráfico y las mafias son una amenaza para nuestras libertades”, alerta el senador francés Olivier Cadic (ABC)
Senador francés se informará sobre tema narcotráfico (UltimaHora)
« El narcotráfico es una guerra con efectos civiles » (UltimaHora)

Diplomatie parlementaire

Sénat– IPAC

Le Paraguay fait partie des pays qui reconnaissent Taïwan comme un état indépendant et souverain. À deux jours de l’intronisation du président William Laï, le président du Paraguay s’était donc rendu à Taïwan.

Deuxième séquence de mon déplacement, une rencontre avec les sénateurs Gustavo Leite et Eduardo Nakayamaw, tous deux membres de l’IPAC (Alliance interparlementaire sur la Chine). J’avais croisé Gustavo Leite, lors de ma précédente visite à Asuncion, et organisé une rencontre au Sénat lors de sa visite à Paris, comme ministre du commerce extérieur. Gustavo s’est rendu 13 fois à Taïwan dont 6 fois en qualité de ministre.

La proximité affichée entre Xi et Poutine et le soutien évident du régime de Pékin à la Russie permet d’anticiper que la situation internationale va se dégrader, avant de redevenir meilleure.

Les deux sénateurs paraguayens pensent que seule l’alliance démocratique USA-UE a la taille critique pour se confronter aux agissements du Parti communiste chinois. Ils remarquent que la Chine agit désormais en prédateur sur tous les continents, s’ingère dans les élections et n’hésite pas à soutenir des candidats qui leur sont plus favorables.

Maria Alejandra Benavides (IPAC Colombie) participait à la réunion pour partager les progrès de notre réseau en Amérique latine.

Nous avons prévu de nous retrouver prochainement … à Taïwan. +d’images

Diplomatie économique

CCEF – Chambre de commerce

Ce fut l’ultime séquence de mon second déplacement au Paraguay, l’ambassadeur Pierre-Christian Soccoja m’a organisé un échange privilégié avec Benoit Libourel, unique CCEF du Paraguay et président de la chambre de commerce France-Paraguay qui compte près de 100 membres.

Benoit a plusieurs entreprises dans des activités très différentes. Une activité de distribution industrielle dans le domaine des matériaux de construction qui fonctionne d’autant mieux que le pays se développe et construit beaucoup. S’y ajoutent, une activité boulangerie-pâtisserie et une activité d’exportation de rhum.

Benoit souligne le cadre fiscal et juridique très intéressant du Paraguay pour les entrepreneurs qui exportent.

Le Paraguay dispose de 100% d’énergie renouvelable. Son bilan carbone exceptionnel n’est pourtant jamais relevé en France.

Le pays offre un coût opportunité très bas qui sera mis en valeur à la faveur de la célébration prochaine des 40 ans de la chambre de commerce France-Paraguay.

Paracan – Minage de Bitcoins

“On reçoit les serveurs, on les configure, et on s’occupe de leur maintenance”. Ainsi résumé, l’activité de Paracan paraît toute simple. C’est pourtant une des plus grandes entreprises pionnières dans l’industrie du minage de cryptomonnaies, avec des centres de données situés au Paraguay et en Éthiopie.

Il m’aura fallu 3 minutes de conversation avec Andy Jasmin, la veille au soir, lors de la rencontre avec la communauté française, pour me convaincre de visiter son entreprise d’un nouveau genre.

Ce jeune entrepreneur de 25 ans a déjà 7 années d’expérience derrière lui. Il exploite et prépare les infrastructures qui permettront à l’intelligence artificielle de donner sa pleine mesure.

Pour faire tourner les 1000 ordinateurs spécialisés dédiés à la résolution de problèmes mathématiques complexes, présents sur le site visité, Andy a besoin de 9 Mw. Avec cette puissance, il pourrait alimenter 90 stations spatiales internationales en orbite autour de la terre. Il lui faut donc beaucoup d’énergie pour ses 8 installations qui abritent ses 11 000 ASICS de nouvelle génération.

Voilà pourquoi, Andy et son associé Jhony ont décidé d’installer une structure près du nouveau barrage hydroélectrique de la Renaissance en Éthiopie.

Merci à Andy de m’avoir offert une heure de bain de jouvence technologique. Il a rechargé mes batteries qui avaient visiblement pris un coup de vieux. +d’images

Communauté française

Réception

Très belle soirée organisée à la Résidence de France par Pierre-Christian Soccoja, ambassadeur, avec les représentants de notre communauté établie au Paraguay, en présence d’Edmond Suchet (à gauche) conseiller des Français de l’étranger.

Plus de 1500 compatriotes sont établis au Paraguay. Mon précédent passage, en avril 2016, avait précédé de quelques semaines la fermeture du consulat général à Asuncion (compte-rendu).

Près de huit ans plus tard, il semble légitime de s’interroger sur la pertinence du transfert de cette activité vers Buenos Aires. Si les tournées consulaires permettent d’éviter des déplacements vers la capitale argentine pour faire renouveler son passeport, il apparaît que cette décision a été catastrophique pour l’attractivité de nos établissements d’enseignement supérieur auprès des jeunes Paraguayens. Ces derniers doivent prendre l’avion pour aller chercher leur visa à Buenos Aires… sans garantie de l’obtenir.

Beaucoup de participants m’ont parlé du sentiment de déclassement du Paraguay, par le MEAE, suite à cette décision. Analyse bien compréhensible au regard de la situation dans les pays environnants d’Amérique latine.

Merci à toutes celles et ceux qui sont venus à ma rencontre pour échanger. +d’images

Enseignement

Lycée français international Marcel Pagnol

Visite des locaux du lycée Marcel Pagnol d’Asuncion, en compagnie de Lionel Mazoyer, directeur.

Lors de mon précédent passage en 2016, le lycée était fréquenté par 500 élèves. La promesse était de passer à 700 élèves, suite à l’agrandissement prévu.

L’objectif est atteint avec un cylindrage à deux classes par niveau complet en septembre 2024, avec l’ouverture d’une seconde terminale. Les effectifs sont désormais de 725 élèves pour une capacité totale de 750 élèves.

Un terrain de 380 mètres carrés vient d’être acquis pour développer des activités sportives.

L’objectif est de proposer une offre éducative améliorée et variée pour le périscolaire l’après-midi : sportif, culturel, théâtre, artistique, échecs, escrime, arts martiaux…

La politique des langues bilingue français-espagnol s’enrichit de l’anglais et du guarani dès le CP, allemand et portugais dès la 6ème.

Plus de 82% des élèves fréquentant l’école sont désormais internationaux contre 66% en 2016. Preuve que l’enseignement français attire s’il sait s’adapter à un nouveau public. +d’images

Culture

Alliance française

Arrivé tout juste depuis une semaine, Christophe Chavagneux, nouveau directeur de l’AFA, (Alianza Francesa de Asunción) reprend un poste qui était vacant depuis 8 mois.

Rejoint par Pierre-Christian Soccoja, ambassadeur, j’ai visité l’AFA et Campus France.

Les cours sont suivis par 500 étudiants, soit la moitié de la fréquentation durant la période pré-covid.

La qualité des infrastructures proposées, qui se sont améliorées depuis mon précédent passage en 2016, et le niveau d’engagement de l’équipe que j’ai rencontrée permettent d’être optimiste pour le futur.

La crêperie « la galette » et sa tonnelle en terrasse qui a des airs de Provence, la salle de théâtre « Molière » de 232 places, la pyramide de verre dans la cour centrale qui se donne des airs de cour du Louvre, le petit Prince de la médiathèque… partout où le regard se pose, l’AFA démontre qu’elle a le sens du détail pour mettre la France en valeur.

Tout mon soutien à l’équipe de l’AFA et Christophe Chavagneux ! +d’images

Convention fiscale entre la France et le Rwanda – Réponse à ma question écrite

De retour de mon déplacement au Rwanda du 5 au 9 avril (compte-rendu), j’ai relayé l’attente exprimée par les Conseillers du commerce extérieur de la France (à l’image) en interrogeant notre gouvernement pour savoir à quelle échéance la convention fiscale, signée en juin 2023, entre la France et le Rwanda sera présentée devant notre Parlement pour approbation.

Cette réponse vient de me parvenir :

RÉPONSE de Mme la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des relations avec le Parlement (30/05/2024)

La France et le Rwanda ont signé le 22 juin 2023 à Paris une convention fiscale en vue d’éviter les doubles impositions en matière d’impôts sur le revenu et de prévenir l’évasion et la fraude fiscale. Le projet de loi de ratification de cet accord devrait être soumis au Parlement à partir de la fin de l’année 2024, en vue d’une promulgation au cours du premier semestre de l’année 2025.

Rappel de ma question n° 11408 adressée à Mme la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des relations avec le Parlement (25/04/2024)

M. Olivier Cadic interroge Mme la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des relations avec le Parlement sur le calendrier d’approbation de la convention fiscale entre la France et le Rwanda, signée le 22 juin 2023 à Paris. Dans l’attente de la ratification de ce texte, essentiel pour la promotion de nos intérêts économiques dans ce pays, nos entreprises sont limitées dans leur développement au Rwanda. En effet, la double taxation actuellement en vigueur pénalise les investissements français, les gains de part de marché obtenus ces dernières années ayant été inférieurs à ce qu’ils auraient dû être. Alors que le Président de la République s’est rendu à Kigali en 2021 et qu’une antenne de l’agence française de développement (AFD) ainsi qu’un nouveau centre culturel francophone ont été ouverts à Kigali, la ratification de cette convention permettrait de franchir un nouveau pas dans le rapprochement avec le Rwanda. La convention fiscale est diffusée sur le site internet du ministère de l’économie et des finances alors que le Parlement n’a pas encore été saisi. Il lui demande ainsi dans quels délais le projet d’accord bilatéral sera présenté au Parlement pour approbation.

Ministère chargé de l’Égalité – Violences faites aux femmes à l’étranger

Ce 29 mai, Aurore Bergé, ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations et Franck Riester, ministre chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger, m’ont convié à un déjeuner d’échanges sur la thématique des violences faites aux femmes, afin de prendre en compte la situation particulière des femmes françaises de l’étranger, soumises à un droit différent.

Mes collègues sénatrices Olivia Richard et Samantha Cazebonne ; et des députés des Français de l’étranger Éléonore Caroit, Marc Ferracci, Amélia Lakrafi, Frédéric Petit, Stephane Vojetta et Christopher Weissberg ont participé à ce déjeuner et apporté un regard et des observations, toujours pertinents, fruit de leur expérience et de leur implication sur ces sujets.

En introduction, Franck Riester a confié que les services lui ont communiqué 109 signalements de violences intrafamiliales et 12 viols en 2023.

L’existence de la plateforme SaveYou destinée à aider et soutenir les femmes en détresse est trop peu connue.

Plusieurs idées ont été avancées et pourront utilement nourrir la réflexion des ministres.

J’ai apprécié particulièrement l’idée de Franck Riester de permettre à France Consulaire d’étendre son périmètre, pour prendre en compte les appels de détresse.

J’espère qu’il pourra la mettre en œuvre et je la soutiendrais de toutes mes forces.

Merci à Aurore Bergé et Franck Riester pour leur invitation, leur écoute et leur engagement sans frontières en soutien aux femmes victimes de violences.

Sénat – Roumanie – French Tech

La French Tech Bucarest est la section qui compte le plus grand nombre de membres du réseau.

Très reconnaissant envers Grégoire Vigroux, président de French Tech Bucarest et serial entrepreneur, de m’avoir invité en compagnie de ma collègue Olivia Richard, et de Benoit Mayrand, CFDE Roumanie à une fête FrenchTech mémorable à l’ambassade de Roumanie à Paris, qui comptait 200 invités, ce 21 mai.

Intitulé « French Tech – Romanian Touch », l’événement était destiné à renforcer la relation bilatérale et à célébrer le dynamisme des startups françaises et roumaines en marge de Vivatech.

Le lendemain, en compagnie d’Olivia Richard, nous avons accueilli à notre tour, au Sénat, sur une initiative de Benoît Mayrand, Grégoire et une délégation roumaine de la French Tech Bucharest, Dylan Delhommois, Jasseem Allybokus, Stéphane Lopes Da Cruz, mais également Emmanuel Skoulios, président de la CCI France-Moldavie, Jean-Pierre Vigroux et Christophe Gamon, de la CCI Nice Côte d’Azur, qui contribue à promouvoir les échanges entre entreprises françaises et moldaves.

Merci à eux de mettre tant d’enthousiasme et d’énergie au service de notre diplomatie économique !

Belgique – Partenariat militaire de Défense

Ce 21 mai, Sébastien Lecornu, ministre des Armées recevait son homologue belge Ludivine Dedonder pour un entretien bilatéral à l’hôtel de Brienne.

J’ai assisté à la conférence de presse sur les relations de défense entre la France et la Belgique qui a suivi, et à la signature d’une lettre d’intention concernant l’approfondissement du partenariat CaMo (Capacité Motorisée) entre nos deux pays et ses déclinaisons industrielles concrètes.

A travers le projet de fusion entre l’entreprise belge John Cockerill Defense et le français Arquus, les deux pays entendent créer un champion industriel des véhicules dits « bas du spectre » (notamment les véhicules blindés légers).

La filière petit calibre française a disparu. L’objectif est donc d’en recréer une en s’appuyant sur les compétences belges. Le premier volet de ce partenariat entre les deux pays passe par la création d’une ligne d’assemblage de munitions en France.

LPM – Garantie de la circulation maritime dans le détroit de Taïwan – Vidéo Q/R (2’12)

Dans le débat sur le « Bilan de l’application des lois », je suis intervenu au nom du groupe UC pour interpeler notre gouvernement sur le rôle de la France dans la défense du droit à la circulation dans le détroit de Taïwan face à l’attitude de plus en plus belliqueuse de Pékin.

Je remercie Marie Lebec, ministre chargée des Relations avec le Parlement, de ses éclaircissements sur la présence française dans la zone indo-pacifique « où nous sommes pleinement investis ».

Verbatim

La recrudescence des incidents observés en mer de Chine méridionale et dans le détroit de Taïwan, depuis un an révèle la volonté de Pékin de s’approprier cet espace maritime international.

Un amendement adopté dans la LPM rappelait que la France, seul pays européen présent dans l’indo-pacifique, devait contribuer à la défense du droit à la circulation maritime dans cette région, notamment dans le détroit de Taïwan.

Peut-on évaluer la mise en œuvre de cette disposition et l’action de la marine française sur place ?

Jeudi dernier, Pékin a militairement encerclé Taïwan, en guise de “punition” contre les propos du nouveau président Lai au prétexte qu’il a promis de défendre la démocratie de l’île.

Les “séparatistes” de Taïwan finiront “dans le sang”, a commenté le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Est-ce que la France dispose d’un plan d’intervention maritime sur zone dans l’éventualité où la Chine ferait le blocus de Taïwan, violerait le statu quo et menacerait nos intérêts ?

Lire aussi : LPM – Mon amendement adopté – Liberté de circulation maritime en mer de Chine et détroit de Taïwan