Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat
    

Les Matinales « Europe » de l’UDI : un bouquet de propositions pour redonner force et couleur à l’Union européenne

Nous avons fait l’union monétaire avant de faire l’union économique. Tout le dilemme de l’Europe repose dans ce constat qui a pris un tour dramatique depuis la crise de 2008.

Les premières « Matinales Europe » de l’UDI se sont déroulées dans ses locaux parisiens devant un public captivé (21 fev 2013)

Jean Arthuis, vice-président de l’UDI, Union des démocrates et indépendants, en charge du projet Europe, réveille la politique comme le veut le slogan du parti de centre-droit présidé par Jean-Louis Borloo.

Le 21 février dernier, à Paris, chacun a pu entrevoir diverses solutions en assistant aux Matinales « Europe », premier rendez-vous mensuel du groupe Europe de l’UDI organisé par sa secrétaire générale Sylvie Smaniotto, magistrate de la Cour des comptes.

On retiendra de la table ronde, présidée par Jean Arthuis, que l’Europe n’est pas un problème pour l’UDI, mais une solution face à nos insuffisances nationales, voire nos impasses. Un message qu’il faudra rendre audible lors des prochaines élections européennes de juin 2014, tandis que la croissance s’embourbe et que le scepticisme s’envole (lire : « Jean Arthuis veut s’entourer des Français de l’étranger » du 18 décembre 2012).

Les 17 pays (sur 27) qui ont adopté l’euro ont « contracté de nouvelles obligations sans commune mesure » avec ceux qui conservent leur propre monnaie, prévient Jean Arthuis. Les membres de la zone euro sont interdépendants, à leur grand regret parfois lorsqu’il faut sauver financièrement ceux qui ont plombé leur économie.

François-Xavier Priollaud a lancé ensuite la table ronde consacrée à la zone euro, au budget européen et à la fiscalité. En abordant à tour de rôle un thème spécifique, les interlocuteurs ont tous eu à coeur de démontrer qu’il était temps de dépasser nos logiques purement nationales et de s’engager vers une harmonisation de nos politiques budgétaire, fiscale et bancaire, le tout facilité par l’instauration d’un « gouvernement économique » permanent et légitime au sein de la zone euro.

Un président permanent

Pascale Andréani, ambassadeur et représentante permanente de la France à l’OCDE, est consternée par l’absence de « gestion quotidienne » de la zone euro. La faiblesse institutionnelle est telle que les pays ne prennent pas la peine de s’informer, en amont, des mesures économiques prises par leurs partenaires, explique-t-elle. On découvre dans le journal que l’Allemagne a augmenté de 3 points sa TVA.

Pascale Andréani propose la création d’un poste de président permanent, garant d’une concertation continue et approfondie sur les politiques économiques des 17. Loin d’entraver les souverainetés nationales, il faciliterait au contraire la tâche des divers parlements et gouvernements, conclut l’ambassadrice.

Jean Arthuis a cautionné cette idée jusqu’à proposer une fusion des fonctions de président du Conseil et de président de la Commission pour « incarner l’autorité de l’Europe », tout en stigmatisant le « temps partiel » exercé actuellement par Jeroen Dijsselbloem à la tête de l’Eurogroupe, puisqu’il demeure le ministre des Finances des Pays-Bas.

Un budget pluriannuel de 5 ans

Pour sa part, Dominique Riquet, député européen, s’est désolé que le budget européen soit voté dans un cadre pluriannuel de 7 ans, tandis que les élections européennes se déroulent tous les 5 ans, ce qui implique qu’une assemblée nouvellement élue est tenue d’exécuter un budget qu’elle n’a pas voté. Par souci démocratique, il propose que le budget corresponde à la durée d’une législature.

Fédéraliste convaincu, Dominique Riquet, rappelle que le budget de l’Union pèse seulement 1% du PIB de l’Europe (130 milliards par an) contre 28% aux USA ! Une austérité voulue et entretenue, justifie-t-il, puisque le crédo du moment est « moins d’argent pour l’Europe ».

Des ressources fiscales propres à l’Europe

Sébastien Allaire (associé dans un cabinet conseil international) estime que l’Europe doit développer ses propres ressources fiscales, à la condition absolue de ne pas alourdir les contributions de ses citoyens. Il s’agirait donc de diminuer des ressources nationales au profit de l’échelon européen, par un transfert de TVA par exemple.

De nouvelles pistes peuvent être suivies comme la mise en place d’une taxe sur les transactions financières. Jean Arthuis a également évoqué une écotaxe pour les camions de plus de 3,5 tonnes et une taxe carbone aux frontières, lorsque des produits destinés aux consommateurs européens ont été produits dans un environnement moins contraignant que celui de nos industriels.

Tout à son idée de créer des recettes pour alimenter le budget européen, Sébastien Allaire a déploré que la « taxe Google » de 60M€ qui vient d’être obtenue par le gouvernement français n’ait pas pu servir de modèle à une taxe numérique européenne (s’appuyant sur le concept de « travail gratuit » développé par le rapport Collin & Colin) uniquement destinée à financer des projets numériques européens (cybercriminalité, connexions haut débit entre l’Europe et les autres continents…).

Une harmonisation des règles bancaires

A la lumière de la crise apparue en 2008, Thomas Guittet, auditeur général d’une banque européenne, plaide ardemment pour l’harmonisation des règles bancaires. « Aujourd’hui, les banques sont européennes et cela n’a aucun sens de les réguler au niveau national », soupire-t-il. Il est absurde qu’une même banque implantée dans divers pays doive gérer un lot de contraintes régionales. Mais pas aux yeux des « régulateurs nationaux » qui ont chacun leur vision du marché, leur façon de gérer la crise, mais qui s’accordent tous sur un point : ne rien lâcher de leurs prérogatives. A l’arrivée, on ne favorise pas la construction européenne mais on multiplie des règles de supervision qui génèrent des distorsions de concurrence : par exemple, le prix de l’argent prêté varie selon le niveau de capital fixé pour couvrir les risques.

Pour Jean Arthuis aussi, l’Europe a besoin d’une « autorité de contrôle prudentiel et de résolution de problèmes auprès de la BCE, avec transfert des ressources des régulateurs nationaux ». Il ajoute que les secteurs de l’assurance et de la prévoyance, souvent intriqués aux banques, doivent suivre les mêmes règles de prudence.

Un pilotage économique

L’ancien député Patrick Hoguet pense que  la zone euro ne peut plus se dispenser d’un gouvernement économique. Pour soutenir sa proposition, il a égrené toutes les tâches, aujourd’hui plus ou moins en déshérence, dont « cette autorité de pilotage »   pourrait être chargée, au point de devenir la clé de voute des travaux des parlements nationaux.

Ce gouvernement économique aurait dans ses attributions de faire respecter les contraintes du Pacte budgétaire tout en définissant les orientations de la politique économique afin de renforcer la croissance et la compétitivité. Les mesures d’austérité qui affectent certains pays pourraient être reconsidérées à l’aune de cet esprit de relance et de croissance, en leur redonnant un peu d’oxygène.

Ses attributions s’étendraient évidemment au contrôle de la monnaie commune et des taux de change, le plus tôt serait le mieux, car aujourd’hui « Europe n’est pas pilotée », ponctue Jean Arthuis.

Jean Arthuis, vice-président de l’UDI et sénateur de la Mayenne

Une union budgétaire en filigrane

Très attachée au projet européen, l’UDI milite fortement pour une synergie des politiques monétaires, économiques et financières, par le jeu de nouvelles institutions assises sur une légitimité démocratique (lire : « Naissance de l’UDI, sous le signe de l’Europe » du 26 octobre 2012). Il faut rapidement créer l’instrument pour que les gouvernements des états membres « pétrissent ensemble la pâte budgétaire », image Jean Arthuis.

Le sénateur de la Mayenne a néanmoins attiré l’attention des auditeurs sur le Mécanisme européen de Stabilité qu’il analyse comme « une esquisse d’une mutualisation du surendettement ». Autrement dit, ce mécanisme, qui cohabite avec le budget pluriannuel dont il fut question, « préfigure l’union budgétaire » , a-t-il conclu sur une note confiante.

Pour assister aux prochaines matinales de l’UDI ou rejoindre l’UDI au Royaume-Uni, vous pouvez me contacter à udi.ffe@gmail.com.

Le site de l’UDI

Surprenant, l’AEFE fait reculer la démocratie dans ses établissements EGD

La Commission permanente des parents d’élèves du lycée Charles de Gaulle à Londres a officiellement disparu l

J’ai appris cette nouvelle au cours du conseil d’établissement de novembre dernier avec stupéfaction. Le proviseur, Olivier Rauch, n’est pas en cause, puisqu’il s’est trouvé contraint de supprimer ce dispositif, dès lors que l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, n’avait pas prévu de commission permanente dans sa circulaire n°1894 (pdf), relative à « l’Organisation et fonctionnement des instances des établissements d’enseignement français à l’étranger relevant de l’AEFE » du 6/7/12.

Je m’empresse de vous dire que nous avons trouvé la parade, parce que le proviseur a la possibilité de créer des groupes de travail ad hoc. C’est ce que j’ai obtenu, lors du conseil d’établissement suivant qui s’est tenu jeudi dernier, avec le soutien des parents et des enseignants afin que nous puissions fonctionner comme précédemment, du temps de feu la « Commission permanente ».

Je vous parle de commission permanente, de quoi s’agit-il au juste ? D’un particularisme des Français de Londres pour le réseau d’enseignement à l’étranger, disons-le d’emblée.

Le 14 mai 2010, les acteurs du plan Ecole, soucieux d’une évolution démocratique du fonctionnement des établissements à gestion directe du réseau (EGD), étaient parvenus à une avancée significative : la création d’une commission permanente au lycée CDG de Londres.

Mon action d’administrateur de l’AEFE engagée depuis septembre 2009 pour, entre autres, permettre un contrôle plus démocratique de l’évolution des tarifs de scolarité enregistrait son premier succès. Une idée pleine de promesse et inspirée des bonnes pratiques de l’Education nationale en France avait pris vie (voir le document : La-commission-permanente_43591 – pdf).

Cette commission se composait de 5 membres de la direction, 5 enseignants et personnels et, enfin, 5 représentants d’élèves et de parents d’élèves, c’est à dire toutes les parties concernées par la marche d’un établissement scolaire. Sa mission visait à renforcer la concertation et le débat en amont des projets, afin de faire des choix stratégiques et budgétaires tenant compte des problématiques de chacun des interlocuteurs (lire : « Evolution de l’EGD à Londres, Yes we can ! » du 18 mai 2010).

Suite à ma visite à Francfort, fin 2010, les parents d’élèves avaient obtenu la même avancée (lire : « Quand le lycée de Francfort s’inspire du lycée de Londres » du 14 décembre 2010). Le lycée de Tananarive fut le troisième établissement à nous emboiter pas.

Devant l’engouement naissant, j’ai suggéré au conseil d’administration de l’AEFE, dès novembre 2010, que des commissions permanentes soient instituées dans tous les établissements EGD. En écho, François Denis, président de la prestigieuse Fapée, Fédération des associations de parents d’élèves à l’étranger, exprimait publiquement le souhait de voir ce type de commissions, essentielles en phase de choix budgétaires, se multiplier dans tout réseau scolaire français à l’étranger, en s’inspirant de l’expérience londonienne (lire : « La Fapée revendique une meilleure implication des parents dans les décisions » du 25 septembre 2010).

Trois ans durant, j’ai mis mon mandat d’administrateur de l’AEFE au service de cette cause en tentant d’essaimer les bonnes pratiques en cours à Londres, au travers de notre plan Ecole.

J’ai eu le sentiment d’avoir accompli ma mission en lisant la note d’Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE, diffusée à son conseil d’administration le 6 juin 2012, relative à « la place des parents d’élèves et des personnels dans les instances des établissements français à l’étranger » (voir: CA_6_Juin_2012_parents_personnels_instances_etablissements – pdf). Ce document envisageait clairement la création d’un « comité de gestion » tenu de se réunir avant la confection du budget annuel des établissements.

Nous avons été nombreux à nous réjouir de cette perspective, n’imaginant pas un seul instant un possible retour en arrière. Quelques mois après, la rédaction technocratique de la circulaire n°1894 précitée m’a fait l’effet d’une douche froide.

Mon devoir d’élu est de faire vivre la démocratie en imposant la transparence et une gestion participative pour contourner les obstacles administratifs et les mentalités figées.

Soutenu par les représentants des parents d’élèves et les enseignants du lycée CDG, comme je vous l’ai dit plus haut, j’ai obtenu de la part du proviseur Olivier Rauch la création immédiate d’un groupe de travail… qui aura les mêmes attributions que la défunte Commission permanente.

Dans un contexte tendu, je salue l’attitude constructive d’Olivier Rauch qui n’a jamais perdu le nord, c’est bien le moins pour un agrégé de géographie.

Je suis convaincu que Mme Descôtes appréciera la formule mise en oeuvre au sein du lycée. J’espère qu’elle rédigera une nouvelle circulaire qui respectera scrupuleusement les avancées de la note validée par le conseil d’administration du 6/6/2012.

Ma position est claire. Depuis 2010, je demande à l’AEFE d’officialiser et de généraliser les commissions permanentes, d’autant que ce type de commission existe dans tous les établissements secondaires en France (EPLE). Les représentants des parents ou des enseignants doivent pouvoir agir en amont sur toute décision susceptible de faire évoluer le budget et les frais de scolarité de leur établissement !

Pour consulter l’historique des articles publiés sur ce blog en rapport avec l’évolution de l’EGD, suivez ce lien

Photo Flickr de Bladsurb et Tiggywinkle

Arnaud Vaissié devient officier dans l’Ordre national du Mérite

Notre République a distingué Arnaud Vaissié le 5 février 2013 à Londres.

Arnaud Vaissié, président de la Chambre de commerce française de Grande-Bretagne et Bernard Emié, ambassadeur de France.

Bernard Emié, ambassadeur de France au Royaume-Uni, lui a remis les insignes d’officier dans l’Ordre national du Mérite pour son action au sein de la communauté d’affaires française et son esprit d’initiative au service de l’enseignement et de la culture française outre-Manche.

Etre au service de sa communauté, Arnaud Vaissié en a même fait son métier, dès 1985, en créant un service d’assistance médicale aux expatriés et voyageurs d’affaires. Le groupe International SOS, dont il est le Pdg, fédère désormais 10.000 salariés opérant dans 70 pays. Notons que l’entreprise compte parmi les mécènes les plus généreux et fidèles de l’Institut français de Londres.

Arnaud est aujourd’hui président de la Chambre de commerce française de Grande-Bretagne, après avoir présidé la Section des conseillers du commerce extérieur de la France au Royaume-Uni de 2003 à 2007. Sa réputation s’est également renforcée grâce au « Cercle d’outre-Manche », un think tank de dirigeants français qu’il a co-fondé en 2004 et dont les idées ont inspiré quelques mesures du gouvernement précédent. « Vous êtes un allié majeur de notre diplomatie d’influence et de notre réussite économique dans ce pays qui est notre premier excédent commercial dans le monde », a résumé notre ambassadeur.

Je vous invite à lire le discours haut en couleurs de Bernard Emié afin de découvrir le parcours émérite et international d’Arnaud Vaissié : Discours de SEM Bernard Emié – Cérémonie Arnaud Vaissié – 05.02.2013 (fichier pdf). Je vais, quant à moi, apporter mon éclairage dans le cadre du plan Ecole, où j’ai eu le plaisir de travailler à ses côtés.

Et le plan Ecole a eu grandement besoin de son expérience et de son intuition d’entrepreneur. Arnaud a le coup d’oeil, celui des grands généraux arrivant sur le champ de bataille, cette capacité de saisir instantanément une situation, ses tenants et donner la parade. « Vous avez été un acteur décisif et majeur dans la création du nouveau Collège français bilingue de Londres », a salué Bernard Emié, avant de rappeler que le dernier établissement secondaire ouvert dans la capitale britannique datait de…1915.

Pour l’anecdote, suite au lancement du plan Ecole par Maurice Gourdault-Montagne, le précédent ambassadeur, en juin 2008, j’avais demandé à rencontrer Arnaud Vaissié car je savais qu’il avait travaillé par le passé sur le projet d’une nouvelle école à Londres et… qu’il avait renoncé. Son constat fut net : sans le recours d’un professionnel aguerri, disponible à plein temps pour conduire le projet, nous n’avions aucune chance de réussir. C’est pourquoi Michel Monsauret et moi-même avons soutenu le recrutement d’un chargé de mission, au titre de la première action du plan Ecole. Ce nouveau collaborateur fut le brillant Frédéric de la Borderie. Un an plus tard, en septembre 2009, toutes les conditions étaient enfin réunies pour permettre à Arnaud Vaissié de donner toute la mesure de son talent et aussi faire jouer son réseau pour concrétiser une idée qui semblait, aux yeux de beaucoup, bien chimérique.

Nommé président du comité de gestion du futur collège bilingue, le CFBL, Arnaud Vaissié fait feu de tout bois. Il coordonne l’équipe qui va présenter le projet pédagogique et s’attelle aux aspects financiers et immobiliers de la question. Il devient l’un des trois «trustees» du French Education Property Trust, juridiquement une association qui va acquérir le bâtiment de l’école et obtenir la garantie de l’Etat. Entouré de Jean-Pierre Mustier, Richard Fairbairn et Frédéric de la Borderie, Arnaud s’attaque à la levée de fonds auprès de grandes entreprises et aux négociations bancaires pour décrocher des taux minimaux. Le montage mis en oeuvre repose sur le principe d’un portage financier qui permet de cautionner de futurs établissements (lire : « Kentish Town : Un modèle de financement inventif et pérenne » du 15 novembre 2009). Ce dispositif original « va servir de précédent, de référence à Londres et dans le monde pour les communautés françaises à l’étranger », souligne l’ambassadeur.

Ultime péripétie, l’équipe devra pallier la faillite du maitre d’oeuvre du chantier du collège qui ouvrira ses portes, comme prévu, en septembre 2011, dans le quartier de Kentish Town (lire : « Rentrée des classes historique à Londres » du 22 septembre 2011).

Toujours dans le cadre du plan Ecole (objectif 1), une nouvelle échéance attend Arnaud Vaissié en 2015 avec l’ouverture d’un troisième établissement à Brent, près de Wembley, déjà dument garanti par l’Etat et soutenu par l’AEFE, tout comme l’ambassade de France (lire : « Le troisième collège français de Londres ouvrira à Brent » du 19 décembre 2012)

« Vous avez montré l’exemple, cher Arnaud, en mettant votre générosité, votre temps mais aussi vos compétences au service de nos enfants, de leurs parents et plus globalement du renforcement de l’influence de la France au Royaume-Uni », distille en conclusion Bernard Emié, ce 5 février dernier, devant Claire, la charmante et contributive épouse d’Arnaud, ses enfants, tous ses amis et collaborateurs.

Compétent, assurément, jusqu’à forcer l’admiration de chacun, et généreux, absolument, au point devenir la figure tutélaire des Français de Grande-Bretagne, puisqu’on trouve partout trace de sa bienveillance et de ses initiatives, dans le monde des affaires, de l’éducation ou de la culture, nous l’avons vu, mais également sur le terrain social ou celui de l’accueil de nos jeunes compatriotes, comme on vous le racontera volontiers au Dispensaire français ou encore au centre Charles Péguy.

Photo Flickr de French Embassy in the UK

A quand une avenue Paoli à Paris ?

Chaque année, ils reviennent à Westminster Abbey pour déposer une gerbe devant son buste. Chaque premier vendredi de février, l’association des Corses du Royaume-Uni Pasquale Paoli (ACRUPP) rassemble tous ceux qui souhaitent honorer la mémoire de ce personnage hors du commun. Et certains d’entre eux n’hésitent pas à faire le voyage spécialement depuis leur île de beauté. Cette année, un des descendants des petits neveux de Pasquale Paoli était parmi eux et a lu l’inscription en anglais aux participants que chaque visiteur de l’abbaye de Westminster peut découvrir.

Stephane Chesnard, Olivier Cadic, Gabrielle Mulas, présidente de l’association des Corses du Royaume-Uni Pasquale Paoli (ACRUPP), Line Mariani-Playfair, Rolande Giacometti et le chanteur Xinarca, le 1er février 2013, à l’abbaye de Westminster sous le buste de Paoli.

Je ne suis pas Corse. Mais Gabrielle Mulas, présidente de l’ACRUPP sait combien je suis fasciné par cet esprit des lumières à propos duquel les Jésuites disaient qu’il faisait honneur à l’humanité. Paoli n’est pas seulement l’icône du peuple corse pour en avoir fait le premier état indépendant doté d’une constitution fondée sur la séparation des pouvoirs ; il est aussi celui qui a inspiré les fils de la liberté aux Etats-Unis d’Amérique et la constitution américaine. Il est un des mythes fondateurs de la République française.

Gabrielle m’a demandé de contribuer à mieux faire connaître Pasquale Paoli. Le 1er février dernier à Westminster Abbey, j’ai donc eu l’honneur et le privilège de retracer le destin exceptionnel de cet homme qui s’est éteint à Londres en 1807 (lire le discours : Discours Paoli du 01.02.2013 par O. Cadic).

Les Américains ont baptisé cinq villes de son nom. Les britanniques l’ont immortalisé au sein de leur plus prestigieux monument. En avril 1790, Paoli fut reçu en héros par Louis XVI, La Fayette, Mirabeau et Bailly, maire de Paris. Robespierre lui déclara : « Vous avez défendu la liberté dans un temps où nous n’osions l’espérer encore ».

Aussi, en ma qualité d’élu de la République, j’ai souhaité que Paris baptise une grande artère de son nom. J’espère que le Conseil de Paris entendra cette requête républicaine et légitime.

L’EIFA, une nouvelle école maternelle et primaire bilingue à Londres

Encore une bonne nouvelle pour les familles francophones de Londres et de ses alentours : l’Ecole internationale franco-anglaise (EIFA) a ouvert ses portes le 7 janvier dernier, entre Oxford Circus et Regent’s Park, accueillant déjà une trentaine d’élèves de la maternelle au CM2 dans des locaux provisoires.

L’Ecole internationale franco-anglaise a reçu ses premiers élèves dans ses locaux provisoires.

Les effectifs vont s’étoffer en cours d’année. A la rentrée de septembre 2013, l’école disposera de 8 classes de 20 élèves allant de la Petite section au CM2. C’est donc 160 places nouvelles qui viennent compléter l’offre d’enseignement francophone au Royaume-Uni.

L’EIFA est une école indépendante, privée, internationale, laïque et bilingue (français-anglais), qui répond à un enseignement traditionnel pour les enfants âgés de 3 à 11 ans. Pour fonctionner, l’établissement s’appuie sur la Mission laïque française (MLF), deuxième opérateur français éducatif dans le monde et partenaire de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Son slogan est «deux cultures, trois langues».

J’en suis très heureux, car j’ai toujours pensé que notre communauté avait besoin de voir cet opérateur dynamique et flexible s’implanter plus largement sur le sol britannique, au-delà de son école d’entreprise d’Aberdeen. Sans le soutien de la Mission laïque apporté au plan Ecole, nous n’aurions vraisemblablement pas pu concrétiser le projet du nouveau collège bilingue de Kentish Town (CFBL). Nous aurions bien besoin que la MLF enrichisse ici notre offre scolaire, disons d’une vingtaine d’écoles, à l’image de son réseau aux USA (voir www.mlfmonde.org).

J’ai eu le plaisir de visiter les locaux provisoires de l’Ecole internationale franco-anglaise  et son futur bâtiment, encore en travaux, qui recevra les élèves lors de la rentrée du 3ème trimestre. Ce bâtiment, situé à Marylebone, au coeur de la capitale britannique, abritera bientôt des salles de classe des plus accueillantes, ainsi qu’une équipe pédagogique chaleureuse et motivée. Les parents sont les bienvenus pour visiter les locaux et rencontrer les enseignants (pour l’instant 4 titulaires de classe, 4 assistantes et quelques professeurs engagés à temps partiel en art, théâtre, musique, ballet et sport).

Si les cours sont dispensés en deux langues, les élèves bénéficient en fait une double culture puisque le programme pédagogique suit, à la fois, les recommandations de l’Education nationale française et celles du ministère anglais de l’Education. Une bonne façon d’offrir «le meilleur des deux cultures», objectif affichée par Sabine Paradis-Dehon, la directrice.

A noter que les deux tiers du programme sont enseignés en français auprès des plus jeunes, pour permettre aux non francophones d’acquérir rapidement du vocabulaire, tandis que l’équilibre linguistique s’instaure au cours du cycle 3, où toutes les matières sont enseignées à part égales dans les deux langues.

Visite de la future bibliothèque de l’EIFA dans ses bâtiments en travaux, en compagnie de Sabine Paradis-Dehon, la directrice.

Il aura fallu quatre ans d’efforts communs à deux femmes passionnées et terriblement pugnaces pour fonder l’EIFA à coup de plans de financement, de projets pédagogiques et de recherches immobilières : Sabine Paradis-Dehon, directrice de l’école, et Isabelle Faulkner, en charge de la partie administrative, financière et du lien entre les parents et l’école.

Sabine Paradis-Dehon,  de nationalité belge, possède plus de 25 ans d’expérience dans les sciences de l’éducation. Au Royaume-Uni, elle a dirigé le département français d’une école anglaise, où elle a mis en place une formation CNED et piloté un département bilingue pour des enfants de 3 à 8 ans.

Pour sa part, Isabelle Faulkner, de nationalité canadienne, est avocate de formation (universités de Montréal et Ottawa) et solicitor en Angleterre, après avoir travaillé pour des firmes internationales au Canada et en Europe.

En voyant les élèves déambuler dans leur classe en chaussettes avec leur Ipad personnel mis à disposition par l’école, je me suis dit que, décidément, le monde avait changé. « Bien que l’école soit nouvelle, soyez assurés que vos enfants seront préparés à affronter le monde de demain », cette remarque de Sabine traduit à mon sens toute l’expérience internationale des deux fondatrices. Et c’est bien ce que veulent tous les parents, en définitive. A ce titre, l’Ecole internationale franco-anglaise relève le gant de faire de chaque enfant « un apprenant indépendant et un citoyen international ».

A ce jour, il reste encore 93 places disponibles pour la rentrée de septembre 2013, mais ne tardez pas, car la réputation de qualité de l’enseignement bilingue prodigué par la Mission laïque va vite se répandre à Londres…

Site de l’EIFA : www.ecole-ifa.com

Pour tout comprendre sur le système des bourses scolaires !

Le gouvernement vient de réformer le système des bourses scolaires à l’étranger.

Les parents dont les enfants fréquentent un établissement français vont trouver une aide précieuse dans la dernière lettre de l’UFE pour comprendre les nouvelles règles du jeu.

Dans son numéro de janvier 2013, la Lettre clarifie et détaille le nouveau mode de calcul des bourses scolaires, qui intègre désormais la notion de quotient familial, c’est à dire qu’on divise le revenu de référence par le nombre de parts.

Inutile de souligner à quel point le sujet est sensible pour de nombreux parents qui ne pourraient scolariser leurs enfants dans le réseau français sans une aide financière totale ou partielle.

Si les rédacteurs de la lettre de l’UFE apportent une réponse, point à point, une incertitude demeure sur la quotité finale, soit le pourcentage des frais de scolarité pris en charge par la bourse.

En effet, le nouveau gouvernement a inventé une nouvelle forme de taxation !

Désormais, pour rester dans l’enveloppe budgétaire, l’Etat taxera les boursiers, à la source, au moyen d’une « contribution progressive de solidarité » (sauf ceux qui sont éligibles à une bourse à 100%).

Pour justifier toute la nécessité du travail de vulgarisation et de simplification réalisé par la Lettre de l’UFE, je ne résiste pas au plaisir de vous reproduire le texte administratif de base : « Pour contenir les besoins exprimés au niveau mondial dans la stricte limite des crédits disponibles, la quotité théorique de bourse attribuée aux familles, bénéficiant d’une quotité partielle, est diminuée d’une contribution progressive de solidarité qui ne concerne pas les familles à 100%. La quotité définitive accordée aux familles tient compte de cette contribution. »

Sous couvert d’un discours de justice, le gouvernement réduit en fait simplement la voilure en matière d’aide à la scolarité. Il affiche même, dans le budget 2013, un objectif de réduction du coût moyen par élève pour l’Etat à l’horizon 2015. Le gouvernement peut compter sur l’assistance du journal « Le Monde » qui fait sa propagande dans un article intitulé « Français de l’étranger : l’aide à la scolarité ne favorise plus les familles aisées » daté du 17/1/13. Comme aux plus beaux jours de la Pravda, la présentation est partiale et les élus interviewés sont tous socialistes.

Contrairement à l’information délivrée dans le Monde, il n’y a pas 115 000 élèves français scolarisés à l’étranger mais environ 340 000 (335 417 en 2009). Le système des bourses scolaires ne bénéficie qu’à 7% des enfants français scolarisés à l’étranger. Ce système reste donc fondamentalement injuste et anti-républicain car il ignore délibérément les 2/3 de la population concernée qui bénéficient d’un enseignement local. Je proposerai dans le cadre de l’UDI un projet qui vise à la totale transformation de l’aide à la scolarité à l’étranger car l’action publique doit être exclusivement au service de l’intérêt général !

Ceci dit pour les personnes concernées, ne perdez pas de temps, la date limite pour le dépôt du dossier est fixée au 15 février 2013 (lire : « Bourses scolaires : moins d’argent pour chacun, des formalités toujours aussi contraignantes » du 10 janvier 2013)

La lettre de l’UFE de décembre 2013 (fichier pdf) : 2013 01 Réforme des bourses scolaires

Photo Flickr de Pierre Willemin

FundRaising 2013 : les parents d’élèves du lycée CDG vous convient à leur dîner de gala du 22 mars 2013

C’est désormais une tradition. Comme chaque année, au cours du second trimestre, notre communauté se retrouvera à l’initiative de l’APL, l’association des parents d’élèves du lycée Charles de Gaulle de Londres.

Cette soirée de gala sous-tend un enjeu financier clair : l’amélioration des conditions de travail de près de 4000 élèves répartis sur l’ensemble des sites de South Kensington, André Malraux, Marie d’Orliac et Wix. L’édition de 2012 avait permis de lever £137.000 ! Une telle générosité s’explique par une mobilisation qui dépasse le cadre des parents d’élèves et s’étend notamment aux entreprises.

Dîner de gala
Champagne, diner, soirée dansante
Vendredi 22 mars 2013
Park Lane Hotel, Piccadilly
(£110 par personne)

Florence Quattrochi, Présidente de l’APL, Virginie Royer, vice-présidente, Karin Gilles, Marie-Luce Drayson et les trustees des deux « Charities » sont aux commandes de la campagne FundRaising 2013 destinée à soutenir le Lycée :

Friends of the Lycée, permet de financer divers équipements, de rénover les locaux, de fournir des bourses et de contribuer à des projets éducatifs. En 2012, votre générosité a permis de rénover la salle de conférence Jacques Iselin, d’insonoriser une classe, d’acheter des tableaux interactifs.

APL Welfare Fund, contribue aux frais de scolarité, de cantines, de livres ou encore de voyages scolaires des enfants dont les familles traversent des difficultés financières. En 2012, £48.000 ont permis à plus de 30 élèves de poursuivre leur scolarité au Lycée.

Soirée APL 2012 : Anne Oppetit, élue à l’AFE pour le RU et ex-présidente de l’APL, Olivier Cadic, Joëlle Garriaud Maylam, sénatrice des Français de l’étranger et Stéphane Rambosson, entrepreneur, administrateur de l’UFE GB et ancien élève du lycée Charles de Gaulle

Les bénéfices du dîner seront équitablement répartis entre Friends of the Lycée et APL Welfare Fund, alors que les dons seront répartis selon vos vœux.

La fameuse vente aux enchères, condiment indispensable à cette soirée, pour laquelle vous pouvez offrir des lots de valeur, profitera aux Friends, tandis que les recettes de la tombola seront versées à l’APL Welfare Fund.

J’espère avoir le plaisir de trinquer avec beaucoup d’entre-vous, alors n’hésitez pas à venir croiser du monde et vous amuser, d’autant que c’est pour la bonne cause.

Ci-joint la brochure APL Appeal 2013 (fichier pdf) vous permettra d’effectuer votre réservation et de connaitre les détails pratiques, ainsi que la brochure Corportate : APL Corporate Brochure 2013  (fichier pdf)

Retrouvez-moi sur « 24 heures Chrono de l’international » consacré à Glasgow !

Je vous invite à regarder « 24h chrono de l’international », une opération qui consacre une heure d’antenne sur internet à toutes les grandes métropoles mondiales, sous l’angle de la vie quotidienne et des affaires.

J’ai participé à l’émission dédiée à Glasgow qui sera diffusée en direct :

le mardi 15 janvier 2013 à 18h00 (heure de Paris)

Pour suivre la vidéo, il vous suffit de vous connecter sur www.mondissimo.com (aussi bien pour le direct que pour le différé) ou encore uniquement pendant le direct sur www.tv5.org.

Il s’agit de la 7ème édition d’un événement médiatique qui vous offre de faire le tour du monde en 24 heures, à travers 24 villes et en 24 émissions ! Ainsi, après Glasgow à 18h, vous pourrez suivre un reportage sur Mexico à 19h, San Francisco à 20h ou Lima à 21h. En effet, 12 villes seront au programme le 15 janvier 2013 et 12 autres le lendemain, mardi.

Londres était à l’honneur l’an dernier et peut-être vous souvenez-vous de ce reportage auquel j’avais également participé (lire : « Les « 24 heures chrono de l’international » de News21.TV et TV5 Monde sont passées par Londres » du 01 février 2012).

Toutes mes félicitations à la sympathique équipe des 24H Chrono de l’international qui réalise un travail formidable et original.

Étudier en France après le Bac ?

Chaque année, ils sont 12.000 élèves à décrocher leur Bac hors de France dont près de 200 à Londres.

Et ensuite ? Pourquoi ne pas poursuivre des études secondaires en France ? Presque 30% des bacheliers du lycée Charles de Gaulle de Londres font ce choix.

La question se pose avec acuité puisque l’Hexagone abonde en filières d’excellence et offre un réseau incomparable de grandes écoles. De plus, le coût de la scolarité demeure sans comparaison avec d’autres pays occidentaux.
Pour nourrir leur réflexion ou trouver des idées d’orientation, les futurs bacheliers du réseau scolaire à l’étranger, ainsi que leurs familles, peuvent désormais compter sur une brochure remarquable intitulée « Étudier en France après le baccalauréat ».

Disponible en téléchargement, ce document gratuit d’une cinquantaine de pages est le fruit d’un partenariat, signé le 5 octobre 2011, entre CampusFrance et l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, deux grands opérateurs à l’international.

Ce mémento consacré à l’offre de formation dans l’enseignement supérieur français est d’abord surprenant par la qualité de sa mise en page, claire et esthétique, que l’on feuillette avec plaisir. Puis, on est comblé par la richesse de l’étude puisque les procédures et calendriers d’inscription se complètent de toutes les possibilités de financement des études, sans oublier les conditions de vie pratique pour les étudiants en France (logement, transports, loisirs…incluant une liste de prix courants, tel que le prix moyen du sandwich ou du café en France).

J’ai découvert cette brochure grâce à la dernière « Lettre UFE 7 jours », accompagnée des dernières news publiées sur le site UFE, Union des Français de l’étranger.

Télécharger  « Etudier en France après le baccalaureat – édition 2012 » (fichier pdf)

Bourses scolaires : moins d’argent pour chacun, des formalités toujours aussi contraignantes

Vous pouvez commencer à déposer votre demande de bourse scolaire auprès du consulat pour l’année scolaire 2013-2014, si vos enfants fréquentent le réseau de l’enseignement français en Grande-Bretagne ou bien s’ils vont l’intégrer. Même si vous êtes déjà bénéficiaire, votre demande de bourse doit être renouvelée chaque année. De plus, rappelons que ces demandes sont indépendantes de la procédure d’inscription de vos enfants.

La date limite pour le dépôt du dossier est fixée au 15 février 2013.
Le dépôt s’effectue auprès du consulat, après avoir pris rendez-vous sur son site internet.

Rendez-vous donc sur la page Bourses scolaires du site du consulat pour prendre connaissance des nouvelles modalités, télécharger des formulaires et planifier un RV en ses locaux.

Suite à la réforme des bourses, annoncée par notre ministre Hélène Conway, il est fort probable que de nombreux boursiers verront diminuer leur quotité (lire : « Réforme des bourses à l’étranger : Les familles boursières paieront pour les nouveaux boursiers » du 19 novembre 2012). D’après nos simulations, rappelons que seules 4.842 familles dans le monde recevront une bourse à hauteur 100%, au lieu de 7.421 familles précédemment.

J’ai demandé à l’Administration, lors de la session du bureau de l’AFE du 14 décembre dernier, si les familles potentiellement touchées par une baisse de 20% de leur quotité avaient été informées ou interrogées sur leur aptitude financière à poursuivre la scolarisation de leurs enfants. La réponse a été négative.

Un autre point me semble sensible : la procédure d’instruction des dossiers. L’Administration, autrement dit le ministère des Affaires étrangères, nous a signifié que cela ne valait pas la peine d’instaurer des demandes de bourses par internet. J’en ai pris acte, mais j’ai demandé à connaitre le coût du traitement pour l’Administration de la gestion des dossiers de bourses. Je n’ai pas obtenu d’estimation financière de la part du directeur des Français de l’étranger, mais seulement l’aveu que « c’est du coût papier et d’agents, c’est très lourd » et aussi que « la saison des bourses dans les consulats est particulièrement chargée ».

Donc, même si la procédure d’instruction des dossiers s’avère « lourde » pour l’Administration, cette année encore, Il va falloir que les parents de 25.000 élèves boursiers dans le monde se déplacent personnellement au consulat, après avoir pris rendez-vous pour déposer leur demande. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Photo Flickr de Daniel Y. Go

TF1 rend hommage au travail du centre Péguy

Le 27 décembre dernier, le centre Charles Péguy de Londres a fait l’objet d’un reportage diffusé au cours du JT de 20h de TF1.

Réunion d’information au centre Péguy de Londres auprès de candidats à l’emploi au Royaume-Uni (JT de TF1)

Le sujet s’intitulant « En quête d’un emploi, ces jeunes Français qui traversent la Manche », il aurait été impossible de faire l’impasse sur le travail exceptionnel du centre en faveur de l’emploi de nos jeunes compatriotes. Chaque jour ouvrable, deux ou trois d’entre-eux trouvent une embauche au Royaume-Uni. Aussi, sur l’année 2013, le centre Péguy prévoit de placer plus d’un millier de jeunes, notamment grâce au renfort récent d’un chargé Emploi, recruté grâce à la générosité de six entreprises françaises implantées localement.

Qui sont-ils ces jeunes déboulant plein d’espoir au centre Péguy ? 35% des candidats ont au moins le niveau BAC+4, contre 10% de jeunes qui n’ont aucune qualification.

Les autres constituent le cœur de cible du centre, soit des jeunes de 18-20 ans de qualification CAP à BAC+2 avec un faible niveau d’anglais, nous a précisé Marine Deneux, directrice du centre, lors de la réunion du comité consulaire pour l’Emploi et la Formation professionnelle du 6 décembre.

Toutefois, « leur nombre a diminué cette année au profit des 20-25 ans, nuance la directrice. On note également un glissement vers des profils BAC+2 à BAC+5 qui représentent aujourd’hui 60% des adhérents contre 50% l’an dernier ».

Sur la question des diplômes, Catherine Jentile correspondante à Londres de TF1 a expliqué, à juste titre, que « les Britanniques s’intéressent souvent plus à la personnalité qu’aux diplômes des candidats ».

Merveilleuse opportunité avec l’essor de la mondialisation ou dernier recours à l’emploi en période de crise, l’éventail des raisons de solliciter le centre Charles Péguy s’élargit chaque jour. C’est pourquoi, nous avons fait de cette institution, présidée par Guillaume Dufresne, le dispositif clé du plan Emploi (lire : « Le plan Emploi accomplit son premier objectif » du 22 octobre 2012).

Grâce au renforcement des équipes de traductrices bénévoles, au nombre de quatre cette année contre deux l’an dernier, Péguy a pu particulièrement aider les jeunes sans qualification et tous ceux dont l’anglais est balbutiant. Permettre à chacun de se sentir un peu moins seul, un peu plus en confiance est aussi la mission sociale du centre qui multiplie les activités et les rencontres dans ce but.

Voir le reportage du JT de TF1 : «En quête d’un emploi, ces jeunes Français qui traversent la Manche»

Mon Infolettre n°16 de décembre est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon Infolettre n°16 qui liste les articles publiés en cette fin d’année 2012, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Voici un beau cadeau de Noël pour notre communauté.

Je vous annonce l’acquisition par le French Education Property Trust (FEPT) d’un site à Brent (près de Wembley) pour y établir le troisième établissement secondaire français à Londres ! C’est un grand pas en avant pour le plan Ecole qui devrait atteindre son objectif initial de créer 1.500 places supplémentaires dans l’enseignement français à Londres d’ici la rentrée 2015. Les personnes impliquées dans le plan Ecole qui ont permis de concrétiser ce progrès tant attendu méritent la gratitude de notre communauté.

La ministre des Français de l’étranger Hélène Conway a présenté le 14/12/12 à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) un projet de réforme de la représentation des Français de l’étranger. Le gouvernement veut créer une strate de 442 élus supplémentaires, baptisés « conseillers consulaires ». Ceux-ci percevraient des indemnités mensuelles d’environ 300 euros pour tenir un rôle local très comparable à celui des présidents d’associations reconnues d’utilité publiques (UFE et ADFE) qui eux sont bénévoles. Vous ne serez plus autorisés à voter directement pour les conseillers à l’AFE. Leur capacité d’action sera considérablement réduite. Ils ne se réuniront qu’une seule fois par an à Paris. Prévue en juin 2013, l’élection de l’AFE pour les zones Europe et Asie est reportée au printemps 2014. Ce répit permettra au gouvernement de « charcuter » certaines circonscriptions pour construire une carte électorale à sa main en vue des prochaines sénatoriales de 2014. Les élus AFE d’Afrique et d’Amérique, majoritairement dans l’opposition, verront leurs mandats interrompus avant la sénatoriale 2014 à laquelle ils devaient participer. Nous nous éloignons de l’idée que je me fais du bon fonctionnement d’une démocratie !

L’administration a soumis aux élus une liste de 7,923 personnes dont l’inscription au registre consulaire de Londres date de plus de 5 ans. Elle souhaite les exclure de la liste électorale 2013 si nous ne sommes pas en mesure d’apporter la confirmation de leur présence sur le sol britannique sous deux semaines. Cette manœuvre peut altérer la représentativité du Royaume-Uni pour la future carte électorale et travestir les statistiques officielles sur la présence des Français établis outre-manche. C’est pourquoi j’incite chacun d’entre vous à vérifier la date de validité de votre inscription consulaire.

En juin dernier, j’appelais de mes vœux la création d’une force politique de centre droit au Parlement. Sous l’impulsion de Jean-Louis Borloo, l’UDI (Union des démocrates et Indépendants) est née. Je suis heureux de faire partie de ses membres fondateurs, et de participer à la commission en charge du projet « Europe » dirigée par l’ancien ministre des finances Jean Arthuis. J’invite tous ceux qui souhaitent participer à la construction de notre projet à prendre contact avec moi.

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année.

Chaleureusement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°16 (novembre-décembre 2012)

Photo Flickr de Leo Reynolds

Le troisième collège français de Londres ouvrira à Brent

Voici un beau cadeau de Noël pour notre communauté.

Je vous annonce l’acquisition par le French Education Property Trust (FEPT) d’un site à Brent (près de Wembley) pour y établir le troisième établissement secondaire français à Londres !

C’est un grand pas en avant pour le plan Ecole qui va atteindre son objectif initial de créer 1.500 places supplémentaires dans l’enseignement français à Londres d’ici la rentrée 2015 (lire : « Le comité de pilotage du plan Ecole unanime en faveur d’un 3ème établissement secondaire à Londres » du 01 novembre 2012).

Je vous reproduis le message de félicitations que vient de nous adresser Laurent Batut, conseiller culturel adjoint, auquel je m’associe pour témoigner toute ma gratitude aux personnes impliquées dans le plan Ecole qui ont permis de concrétiser ce progrès tant attendu.

Chers amis du plan Ecole,

Il y a près d’un an et demi, nous avions collectivement validé la nécessité de l’ouverture, en septembre 2015,  d’un troisième établissement secondaire français à Londres. Dans cette perspective un groupe de recherche immobilière avait été créé afin d’identifier les sites les plus propices à son implantation. Le site du Town Hall de Brent est rapidement apparu comme l’un de ceux qui réunissaient les qualités nécessaires à un tel projet. Le 1er  octobre dernier, dans le cadre d’un appel d’offres, French Education Property Trust (FEPT) a déposé une offre d’achat auprès des autorités municipales de Brent.

Nous avons le très grand plaisir de vous annoncer que cette offre vient d’être approuvée par le Conseil municipal.  FEPT  va pouvoir  effectuer le dépôt de la caution nécessaire à la sécurisation de l’achat. De nombreuses étapes administratives restent à franchir avant l’entrée effective du projet dans sa phase matérielle. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un pas décisif.

Le travail des trustees de FEPT, de l’équipe projet, Frédéric de la Borderie et Anne Gombert, et des membres de l’équipe de recherche immobilière, Virginie Royer, Sophie Routier, Myriam Vander Elst, Sabine Paradis et Catherine Cécillon, doit être particulièrement salué. Sans leur contribution, celle de tous les membres actifs du plan Ecole, mais aussi de l’AEFE et de l’ANEFE, nous n’aurions pu obtenir ce succès.

Afin d’améliorer encore l’information de tous, nous vous indiquons que désormais le nouveau blog du plan Ecole (www.planecoleroyaumeuni.wordpress.com) vous tiendra informé des étapes prochaines de ce projet, mais aussi des avancées effectuées sur les deux autres objectifs du plan Ecole.

Cordialement
Laurent Batut
Conseiller culturel adjoint
Attaché de coopération éducative
Ambassade de France

Jean Arthuis veut s’entourer des Français de l’étranger

Les Français expatriés venus de 16 pays différents répartis sur 4 continents en furent bien surpris : les sénateurs tenaient séance en ce samedi matin, au Palais du Luxembourg, comme l’attestaient les moniteurs installés dans tous les recoins du bâtiment. Puis, ils ont traversé la cour d’honneur pour se rendre au salon Champetier de Ribes, point de convergence traditionnel des sénateurs UDI – Union Centriste, où Jean Arthuis leur avait donné rendez-vous.

Jean Arthuis et Olivier Cadic ont reçu les Français de l’étranger au Sénat, samedi 15 décembre 2012

Le sénateur de Mayenne et ancien ministre des Finances confiait d’emblée que les débats en cours sur la loi de finance rectificative prenaient un tour intéressant : « Deux tabous de la République vacillent : la baisse des cotisations sociales et la hausse de la TVA ». Une occasion de nous rappeler qu’il existait une arme anti-délocalisation dans notre économie globalisée : la baisse de charges sociales  compensée par une augmentation substantielle de la TVA, considérant que les consommateurs, eux, « ne sont pas pas délocalisables ».

L’assistance acquiesçait, silencieusement, suspendue aux lèvres d’un orateur captivant. J’ai été ravi de voir autant de monde répondre à mon invitation, ce 15 décembre au Sénat. On comptait pas moins de douze conseillers élus des Français hors de France, de la Chine à la Colombie, en passant par la Tunisie, l’Algérie, Madagascar, ou la Cote d’Ivoire. A l’occasion des législatives de juin, certains d’entre-eux ont connu une sévère désillusion, celle de constater que leur travail de terrain ne procurait aucune légitimité dans la course aux désignations officielles. Copinages et parachutages en ont ulcéré quelques-uns au point de prendre le chemin de la dissidence. Ces pratiques « corporatistes ruinent la république », condamne Jean Arthuis avant de ravir l’aréopage des élus en déclarant que les Français de l’étranger devraient être représentés par… des Français de l’étranger (lire aussi : « Les élus des Français de l’étranger débattent avec Jean Arthuis de l’avenir du centre et de la droite » du 12 septembre 2012).

Les futurs élus de l’UDI se le tiendront pour dit. Encore faut-il être convaincu d’intégrer l’Union des démocrates et indépendants, ce tout nouveau parti (lire : « Naissance de l’UDI, sous le signe de l’Europe » du 26 octobre 2012). Une UDI pour défendre quelles valeurs ? Clairement identifié au centre-droit, ce mouvement porte aujourd’hui tous les espoirs de son vice-président, Jean Arthuis, qui rêve enfin de « sortir la politique du théâtre d’ombre qu’elle est devenue ». Alors, il martèle que l’UDI doit privilégier le fond. Concrètement, « sa première mission doit être de faire vivre un débat de société pour que les citoyens soient davantage responsabilisés ». En effet, il devient malsain, pour ne pas dire dangereux, que la classe politique entretienne toujours la fascination du chef et l’idée qu’on peut tout attendre de l’Etat. « Un Etat fort, ce sont des citoyens forts », résume Jean Arthuis.

Cette envie d’établir un lien direct avec le citoyen, de retrouver un sens collectif à l’action, est le propre de tous ces « humanistes de droite qui privilégient la gestion participative et se méfient du centralisme. » Ces « modérés » se distinguent nettement de l’autre grande famille de droite que Jean Arthuis aime appeler « les Bonapartistes »…

Au sein de l’UDI, il est en charge de l’Europe qu’il évoque toujours avec un engouement teinté de froide lucidité. A l’entendre on se dit qu’il est assurément le plus européen de nos acteurs politiques. Selon lui, une vision purement domestique de nos problèmes ne conduit qu’à de vaines gesticulations : « Le jour où nous sommes passés à l’euro, nous avons pris un aller simple vers le partage de souveraineté et une forme de fédéralisme. »

« On ne peut plus attendre, nous sommes condamnés à réussir », avertit Jean Arthuis, entourés des Français expatriés.

La gestion de l’euro scandalise toutefois celui qui en fut l’un des instigateurs. S’il se félicite que la monnaie commune ait désormais éradiqué l’instabilité monétaire et les fameuses dévaluations compétitives, le sénateur fustige tour à tour l’absence de gouvernance de cette « monnaie orpheline d’Etat », la transgression des règles à peine édictées par le pacte de stabilité, la complaisance générale vis à vis de la Grèce ou bien l’aveuglement des agences de notation qui jusqu’en 2009 « pensaient que l’Europe était un état fédéral et la banque centrale était l’équivalent de la FED ». Au résultat, un profond malaise politique, une crispation croissante de l’opinion, une image caricaturale de l’Europe devenue « le kaléidoscope de toutes les faiblesses et démagogies nationales », illustre Jean Arthuis.

Avec Jean-Louis Borloo, tous deux veulent résolument que l’UDI soit un parti européen, ce que le projet politique devra fidèlement reflèter. Deux mois après l’assemblée constituante, qu’avons-nous à vendre précisément ? Aucun guide du parfait militant n’est encore disponible, et c’est tant mieux, nous l’avons vu samedi dernier. Il reste en effet du travail et, soyons honnête, la route sera plus ou moins longue, certainement chaotique. Mais la route sera belle, pense Laurence Helaili, expatriée en Irlande: « C’est excitant de savoir qu’il y aura des débats et que nous allons devoir construire notre propre projet au lieu d’adhérer à un pack idéologique, déjà tout prêt, comme dans les autres partis ».

Pour participer aux réunions UDI au Royaume-Uni et en Irlande ou nous rejoindre, écrivez-moi à udi.ffe@gmail.com

Les demandes d’abandon de la nationalité française se multiplient

Gérard Depardieu a utilisé son droit de circuler librement au sein de l’Union européenne et de s’établir où bon lui semble.

Personne n’est fondé à porter un jugement sur une démarche personnelle, à commencer par le Premier ministre qui a qualifié son comportement de « minable ». Un jugement de pure démagogie qui ne rehausse pas sa fonction. L’acteur français s’est senti, à juste titre, insulté et il a répondu avec humour : « Minable, vous avez dit minable, comme c’est minable ! ». Dans la foulée, il a décidé de renoncer à sa nationalité française. Je comprends son coup de sang.

L’occasion m’est donnée de vous dire que, malheureusement, je reçois de plus en plus de demandes d’information au sujet de l’abandon de la nationalité française. On me demande clairement quelle est la procédure à suivre. Des Français de l’étranger vivent mal d’être souvent stigmatisés en France. Certains quittent notre pays car ils ont le sentiment d’être spoliés par un Etat qui mène grand train à leurs frais. Ce gouvernement les insulte. Est-ce digne et approprié de la part des plus hautes autorités de l’Etat?

J’ai averti le consul général à Londres de la situation par courrier électronique, en juin dernier, suite à une lettre émanant d’une famille de trois Français ayant obtenu leur naturalisation britannique. Ils souhaitaient renoncer à la nationalité française, par l’intermédiaire de notre consul honoraire de Douvres, pour des « raisons politiques ».

Je respecte les motivations de chacun, mais l’idée que certains se sentent contraints de divorcer avec la nation française m’attriste profondément.

Damien Regnard, mon collègue à l’Assemblée des Français de l’étranger, élu de la circonscription de Houston au Texas, a posé une question orale sur l’abandon de la nationalité française de nos ressortissants vivant aux USA. Il avait besoin de précisions sur l’interprétation de l’article 23_7 du code civil, suite aux questions de quelques futurs ex-compatriotes.

Je vous joins la réponse de l’Administration, en date de vendredi dernier. Elle liste tous les cas de perte de la nationalité en rappelant que le demandeur doit apporter la preuve d’une nationalité étrangère et l’absence d’attaches familiales et professionnelles en France. Dans le cas de Gérard Depardieu, il sera interessant de voir si l’administration exige de lui qu’il cède ses activités professionnelles en France pour accepter sa perte de nationalité française. L’administration évoque également les conditions de déchéance de la nationalité par décret du Conseil d’Etat (art. 25 du code civil). En gros, il faut avoir été l’auteur de crime, d’acte de terrorisme ou de conspiration. Cette précision me semble utile depuis qu’un député socialiste a eu le mauvais goût de proposer d’étendre la déchéance de nationalité aux exilés fiscaux (lire : 121214 Question orale perte nationalité – fichier pdf).

J’ai écrit, ce jour, à Jean-Louis Borloo, député et président de l’UDI, ainsi qu’à Jean Arthuis, sénateur et vice-président de l’UDI, pour leur demander d’exercer un suivi sur le nombre de renoncements à la nationalité française. C’est un phénomène naissant qui mérite d’être observé.

Il semble désormais que la liberté chérie puisse en remontrer à l’amour de la patrie.

Photo Flickr de Jinod

L’UFE GB étoffe son conseil d’administration et présente France Experts

Le 27 novembre dernier, l’assemblée générale de l’UFE GB, section britannique de l’Union des Français de l’étranger, a réélu, à l’unanimité, les trois membres sortants de son bureau et étendu la composition du conseil d’administration à 10 personnes suite à la réforme de ses statuts. Nous avons donc le plaisir d’accueillir 7 nouveaux membres afin d’amplifier l’action de l’UFE GB au service de nos compatriotes du Royaume-Uni.

Les membres sortants et réélus du bureau de l’UFE GB : Katherine Passerieu, Anne Vigouroux et Olivier Cadic

Voici la composition du nouveau conseil d’administration:
Président : Olivier Cadic
Vice-présidents : David Blanc (en charge de l’UFE Corporate), Carole Rogers ( siègera aux comités consulaires Action sociale, Emploi et Anciens combattants)  et Anne Vigouroux
Trésorier : David Macdonald
Secrétaire Générale : Laurence Helaili
Sophie Routier (siègera au Plan Ecole – Commission locale des Bourses)
Katherine Passerieu (Lien social – Associations)
Frédéric Gayral et Stéphane Rambosson (UFE Corporate)

Je félicite et remercie nos nouveaux élus et tous les adhérents qui s’engagent au sein L’Union des Français de l’Etranger présidée par Gérard Pelisson, association créée en 1927 et reconnue d’utilité publique en 1936.

L’autre événement marquant de cette journée fut la présentation de France experts, par son président Philippe Roisin.

France experts est une structure créée à l’initiative de l’UFE, dans le but de gérer à distance tous vos problèmes personnels, familiaux et patrimoniaux, un « assistant personnel de confiance pendant toute votre vie d’expatrié, de votre départ jusqu’au retour en France ».

Philippe Roisin chapeaute un réseau multidisciplinaire de 50 experts afin d’offrir un éventail complet de services et de répondre à tous vos besoins : retraite, juridique, fiscal, notarial, patrimoine, assistance familiale, immobilier, assurances, santé, prévoyance, transition professionnelle, recherche d’emploi, coaching expatrié, soutien psychologique…

Je vous invite à regarder le film projeté lors de l’assemblée générale qui met en scène un cas concret d’accompagnement d’une famille d’expatriés, en suivant ce lien http://youtu.be/tS9dIVmQKtI

Pour plus d’information assistance@france-experts.fr ou www.france-experts.fr

Un job de Noël en Angleterre ?

La dernière lettre d’information du centre Charles Péguy vous explique comment s’y prendre pour intégrer un « Christmas staff » et donc devenir salarié temporaire pendant la période des fêtes.

A condition de ne pas perdre de temps, vous avez de sérieuses chances d’embauche, notamment auprès des chaines de grands magasins qui recrutent à tour de bras en fin d’année. La lettre d’information en fournit une belle liste en indiquant à chaque fois le lien internet dédié pour postuler au Christmas staff d’enseignes telles que Boots, Argos, Next ou encore celui de la Royal Mail.

Si vous vous sentez frileux à l’idée de vous retrouver vendeur au rayon littérature anglaise, mettez en avant des aptitudes et motivations qui vous placeront plutôt en coulisses (stocks, mise en rayon, vente en ligne…). A la clé, vous aurez vécu un moment palpitant et peut-être une première expérience à coller sur votre CV, vous ouvrant la voie à des postes similaires sur le marché du travail, pensez-y.

Le centre Péguy rappelle que ses traductrices peuvent vous aider à rédiger vos « applications forms » (mardis & jeudis sur rendez-vous)

Les autres thèmes et rubriques contenus dans la lettre d’information sont les suivants : Conseils juridiques : les congés payés ; les bons plans ; cours d’anglais : la recette du Christmas Cake ;  les informations sur le Centre Charles Péguy ; les ateliers de l’emploi et les cafés de l’emploi. Lire Newsletter_Peguy_decembre_2012 (fichier pdf).

Jean Arthuis invite les Français de l’étranger à s’exprimer, samedi 15 décembre 2012

Tous les Français résidant hors de France sont concernés par une réunion qui s’annonce passionnante, samedi 15 décembre, au Sénat.

Par-delà mon mandat d’élu à l’AFE, c’est en qualité de membre fondateur de l’UDI et chargé de la Fédération des Français de l’étranger par le conseil exécutif de l’Alliance centriste que je serai de la partie.

Jean Arthuis, vice-président de l’UDI, Union des démocrates et indépendants, en charge du projet européen, est heureux d’inviter les Françaises et les Français établis à l’étranger à une rencontre

 Samedi 15 décembre 2012
de 10h à 12h30

au Sénat – Palais du Luxembourg
15 ter, rue de Vaugirard – 75006 Paris
Salle Champetier de Ribes

L’introduction de Jean Arthuis portera sur :
– La construction de l’UDI, deux mois après l’assemblée constituante
– L’UDI, parti européen : le projet politique de l’UDI pour l’Europe
– Les prochaines échéances électorales pour les Français de l’étranger

La présentation sera suivie d’échanges ouverts et du verre de l’amitié.

Il y a quelques semaines, j’avais eu le plaisir d’exprimer la pensée de Jean Arthuis. Sur l’Europe, son crédo est le fédéralisme, seule avancée capable de nous sortir de la crise. Il soutient que l’Union pourrait commencer par créer une institution dédiée à la gouvernance de la zone euro, après dix ans d’un funeste laisser-aller (lire : « Naissance de l’UDI, sous le signe de l’Europe » du 26 octobre 2012).

Si vous souhaitez participer à cet événement, merci de vous inscrire par email avant le 10 décembre, à cette adresse : UDI.francaisetranger@gmail.com

Dans votre courrier, merci de fournir les informations suivantes :
– Prénom et Nom – Pays
– Adresse
– Adresse de courriel
– Numéro de gsm
Un email de réponse confirmera votre participation.

Ne perdez pas de temps, le nombre de places est limité !

En France, l’UDI est aujourd’hui le parti qui réveille la politique. Je compte chaleureusement sur votre présence pour discuter de son projet à l’aune de votre expérience et la lueur de vos idées.

Assurance retraite : un « tchat » sur les carrières à l’international, le jeudi 06 décembre

Lorsqu’on travaille à l’étranger, rien n’est plus légitime que de se poser, au moins de temps en temps, des questions sur sa retraite en termes de droits ou de démarches à faire.

L’Assurance retraite (la Cnav et son réseau de caisses régionales), dont je relaie régulièrement les lettres d’information sur ce blog, va consacrer, du 3 au 7 décembre 2012, une semaine aux carrières à l’international sur son site www.lassuranceretraite.fr

Dans le cadre de cette semaine particulière, un dialogue en direct sera organisé sur internet entre internautes et la Cnav :

 TCHAT
Jeudi 6 décembre 2012
de 14h00 à 15h00 (heure française)
www.chatconference.com/chat/cnav_chat/s_344881

« Carrière en France et à l’étranger : quel impact pour ma retraite ? « 

Annie Rosès
directrice des relations internationales,
répondra en direct aux internautes qui veulent connaitre leurs droits en matière de retraite

On imagine la diversité des préoccupations de chacun selon son parcours, son âge ou son niveau de revenus. Nul doute cependant que cyber événement répondra à beaucoup de questions d’intérêt général, telles que connaitre les conditions pour continuer à cotiser en France, les démarches à effectuer pour demander sa retraite lorsqu’on réside à l’étranger ou bien encore les pays ont signé des accords de sécurité sociale avec la France.

Elément important, dès le 22 novembre, vous pouvez commencer à poser vos questions sur une plateforme dédiée, en cliquant sur le lien suivant : http://www.chatconference.com/chat/cnav_chat/s_344881

Sur la forme, on ne peut que saluer cette initiative originale et interactive. La Cnav polisse son image et nous laisse imaginer qu’elle saura adapter son métier à la mentalité des futurs retraités, largement familiers des outils web 2.0.