Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat
    

Les retraités français à l’étranger peuvent bénéficier de la carte Vitale

Sauf à continuer de cotiser au régime général de l’assurance maladie, on sait que les expatriés doivent restituer leur carte Vitale. La situation est toute différente pour les retraités français.

En effet, nos retraités peuvent s’établir à l’étranger et revenir se faire soigner en France, grâce à leur carte Vitale, et ainsi se faire rembourser.

Encore mieux, les retraités résidant à l’étranger qui n’auraient pas de carte vitale peuvent en obtenir une, sous trois semaines, en s’adressant à la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM) de leur dernier lieu de résidence en France, soit à la caisse du lieu des soins. Dès lors, ils pourront bénéficier du tiers payant total ou partiel.

Pour être complet, les adhérents de la Caisse des Français de l’étranger (CFE), actifs ou retraités, doivent s’adresser à la CPAM d’Indre-et-Loire pour l’envoi de leur carte Vitale ouvrant droit au remboursement de soins effectués en France.

Ces informations proviennent des services de notre ministre délégué aux Français de l’étranger et elles ont été publiées au Journal officiel. Cette clarification est le fruit du travail de Commission des affaires sociales de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), réunie dernièrement au début septembre.

Red Carpet Day Report (2) : Exporter vers le Royaume-Uni, une idée de bon sens

Je remercie Alain Milard, fondateur d’Industrie-Mag.com, d’être venu au Red Carpet Day et d’avoir réalisé la capture vidéo de mon discours d’ouverture que vous trouverez ci-dessous.

Le Red Carpet Day est un clin d’oeil aux propos de David Cameron, mais pas davantage puisqu’il n’y a aucune incitation à l’exil fiscal

A la tribune, j’ai souligné d’emblée que l’organisateur de l’événement était l’UFE Grande-Bretagne que je préside depuis 2005. Dans le monde, l’UFE, Union des Français de l’étranger, compte 170 représentations et près de 20.000 adhérents. Créée en 1927 par Gabriel Vernlé et reconnue d’utilité publique en 1936 par le gouvernement de Léon Blum, L’UFE est actuellement présidée par Gérard Pélisson, célèbre co-fondateur du groupe Accor.

Devant l’assistance, j’ai ensuite évoqué mon parcours d’entrepreneur qui a débuté à l’âge de 20 ans et connu un nouvel essor lorsque j’ai transféré le siège social de mon entreprise à Ashford, tout en créant la France Libre… d’entreprendre, une association pour accompagner les entrepreneurs français.

C’était en 1996. Je poursuis toujours cette même démarche d’entraide.

Beaucoup d’intervenants au Red Carpet Day ont spontanément déclaré qu’ils souhaitent aider leurs compatriotes à réussir leur développement commercial au Royaume-Uni. C’est grâce à des gens comme eux que j’ai pu lever près de 10 millions d’euros pour créer une place de marché internet. Après avoir cédé mes activités dans l’électronique, c’est encore des Français du Royaume-Uni qui m’ont conseillé pour créer ma maison d’édition Cinebook, devenue premier acheteur mondial de droits de traduction et de diffusion en langue anglaise de bandes dessinées franco-belges.

Cependant… le mythe de l’exilé fiscal a la peau dure. Certains médias collent cette étiquette à beaucoup d’entrepreneurs français qui réussissent à l’international.

C’est pourquoi j’ai martelé tout au long de la journée aux journalistes présents que le Red Carpet Day n’incitait en rien à l’exil fiscal, ni bien sûr à frauder le fisc.

Le nom de Red Carpet Day est certes un clin d’œil au propos de David Cameron, l’an dernier. Rappelons que le Premier ministre a déclaré qu’il déroulerait le tapis rouge aux Français refusant de payer 75% d’impôts sur des revenus supérieurs à 1 million d’euros. Une disposition qui sera votée à l’automne. Peut-on sérieusement penser que les gens qui gagnent plus d’un million d’euros sont venus au Red Carpet Day pour y trouver une solution de contournement fiscal ? Non, ces gens-là ont pris leurs dispositions depuis bien longtemps !

Comme je l’expose dans la vidéo, le séminaire du 10 octobre avait trois objectifs déclarés au service des participants :
1 – les aider à exporter au Royaume-Uni leurs produits et services (internet, intermédiaire, filiale…)
2 – les aider à trouver des financements pour leurs projets
3 – doper la capacité d’investissement des investisseurs

10 000 PME françaises exportatrices ont disparu en 10 ans. Il faut permettre à beaucoup  d’entreprises françaises qui ont l’impression d’être des hamsters en cage de sortir par le haut de leur problématique en s’internationalisant. Si votre produit est bon, il doit se vendre dans le monde entier, sinon vous n’existez simplement pas, c’est le nouvel adage dicté par la mondialisation. Et nous avons en France pléthore de sociétés imaginatives et performantes, il n’y a qu’à ouvrir n’importe quel magazine d’affaires ou regarder BFM Business.

Il s’agit d’exporter pour survivre. Vouloir commencer par le Royaume-Uni semble une démarche de bon sens, compte tenu des facilités offertes aux entrepreneurs et de l’universalisme de la langue anglaise.

Se développer à l’international ne signifie donc pas que l’on veuille frauder le fisc. Je l’ai récemment dit à Nicole Bricq, Ministre du Commerce Extérieur et Fleur Pellerin, Ministre des PME, en les priant de faire cesser les contrôles à répétition que subissent les exportateurs, forcément suspects aux yeux du fisc (lire : « 19ème session AFE : Fleur Pellerin présente un bouquet de mesures fanées aux PME-PMI exportatrices » du 18 septembre 2013).

Les Français qui entreprennent en France sont des héros, dit avec raison Pierre Gattaz, Président du Medef. Ils méritent que leurs compatriotes installés outre-Manche leur déroulent le tapis rouge vers un marché qui constitue le premier excédent commercial de la France depuis 5 ans.

Je veux terminer par une pensée pleine de gratitude vis à vis de Patricia Connell de France in London et à l’attention de son équipe de choc, pour son travail de relations presse et d’organisation générale du Red Carpet Day.

Red Carpet Day Report (1) : Internationaliser ses activités est suspect, forcément suspect

Que propose l’agence nationale « Invest in France » aux entreprises britanniques qui souhaitent conquérir le marché français ? Réponse : créer une filiale en France. Personne au Royaume-Uni ne s’en offusque. Au contraire.

A l’inverse, conseillez donc à une entreprise française d’ouvrir un établissement en Angleterre pour y exporter plus facilement ses biens et services, vous êtes immédiatement suspecté de tirer contre votre camp, d’être un mauvais Français, voire un traitre. L’article de Charles Gautier du Figaro est, à cet égard, révélateur à commencer par son titre persifleur (lire : « Ces patrons expatriés qui jouent les VRP de Sa Majesté à Paris », Le figaro du 10 octobre 2013).

Pour le fisc qui ne manque pas de flair, une odeur de soufre poursuit tout entrepreneur qui ose franchir nos frontières pour internationaliser ses activités en créant une filiale à l’étranger. Un nombre important d’exportateurs se plaignent à moi d’être l’objet de contrôles fiscaux tatillons. L’administration fiscale ne semble pas supporter que des Français puissent faire des affaires à l’étranger sans avoir à leur rendre des comptes. Certains ont même vu des fonctionnaires débarquer chez eux au petit matin sous les yeux interloqués de leur famille et de leurs voisins…

Le message est clair. Pour travailler à l’international, si vous ne voulez pas être suspecté d’être un fraudeur patenté, il faut quitter définitivement le pays avec armes et bagages, femme et enfants. Vous serez alors baptisé du titre d’exilé fiscal… c’est délirant !

Je me demande parfois si cette schizophrénie ambiante n’est pas davantage préjudiciable que notre taux de prélèvement obligatoire. L’Etat et les médias créent une bulle autour des Français pour les couper du réel. Tandis que de nombreux pays ont compris que la mondialisation était aussi une opportunité, la France enregistre 10.000 PME exportatrices en moins entre 2002 et 2012. Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, n’ose même pas imaginer un retour possible à l’excédent de notre commerce extérieur!

Le Royaume-Uni est notre premier excédent commercial depuis cinq ans. C’est ainsi : les Britanniques sont nos meilleurs clients. J’ai insisté sur ce fait au micro de Stéphane Soumier sur BFM Business TV au cours de son émission « Good morning Business », une heure avant le début du Red Carpet Day, le 10 octobre dernier.

Je le remercie de m’avoir donné la possibilité, en direct, de faire passer ces deux messages : il faut arrêter de stigmatiser les entrepreneurs français qui veulent exporter et il faut leur donner accès au premier pays européen en termes de prêts aux entreprises qui pèse, par ailleurs, 51% du capital risque européen.


Red carpet day : échange entre entrepreneurs… par BFMBUSINESS

« dernière minute » : deux personnalités connues des Français du Royaume-Uni interviendront au Red Carpet Day !

Le 10 octobre, à Paris, au Tapis rouge, nous aurons le plaisir d’accueillir Edouard Braine et Arnaud Vaissié à la tribune, le premier en fin de matinée et le second en clôture du séminaire.

Arnaud Vaissié

Je vous rappelle qu’Arnaud Vaissié est, depuis cet été, le président de l’UCCIFE, Union des Chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger, un réseau international de 111 établissements (lire : « Arnaud Vaissié, nouveau président de l’UCCIFE » du 26 juillet 2013. Une mission à la mesure du fondateur d’International SOS, un service d’assistance médicale aux expatriés et voyageurs d’affaires, présent dans 76 pays !

Edouard Braine

Je vous ai abondamment parlé d’Edouard Braine, consul général de Londres de 2009 à 2012, tant il a été sur tous les fronts, notamment sur celui de l’emploi en faveur de nos jeunes compatriotes au Royaume-Uni et sur celui du rapprochement entre le consulat et les expatriés (lire : « Edouard Braine, un consul d’exception » du 01 octobre 2012). Edouard a quitté ses fonctions de conseiller diplomatique du gouvernement, le 1er octobre dernier, en faisant valoir ses droits à la retraite

Dès le lendemain, Edouard Braine créait son entreprise. Une nouvelle vie d’entrepreneur s’ouvre à lui, en toute liberté et créativité.

Plus de 200 entrepreneurs se sont d’ores et déjà enregistrés pour participer au Red Carpet Day. Plus d’une vingtaine de journalistes couvriront l’événement.

Vous pouvez encore vous joindre à nous.

Il suffit de s’inscrire, gratuitement, sur le site Red Carpet Day

Pour les derniers inscrits, les rendez-vous pour un speed dating vous seront attribués lors de votre arrivée, en fonction des disponibilités des experts présents.

Une personne malveillante se fait passer pour moi

Quelqu’un a usurpé mon identité en utilisant cette adresse email fallacieuse : o.cadic.udi@gmx.com

En se faisant passer pour moi, cette personne cherche à recueillir des informations confidentielles sur l’UDI (Union des Démocrates et Indépendants), le parti présidé par Jean-Louis Borloo.

Une action visant à identifier et à poursuivre l’auteur de cet acte malveillant est en cours.

Si vous recevez un email provenant de l’adresse o.cadic.udi@gmx.com, je vous prie de bien vouloir m’en informer en écrivant à mon adresse officielle : o.cadic@assemblee-afe.fr

Julien Thierry, symbole de la nouvelle génération des Français du Royaume-Uni

Face à la gare internationale d’Ashford, Julien Thierry a ouvert, il y a quelques jours, les bureaux de sa start-up, Eclypsia, un site spécialisé dans la création de contenus en ligne autour de l’univers des jeux vidéo.

Quelques jours après l’inauguration, j’ai eu le plaisir de le rencontrer entouré d’une trentaine de nouveaux compatriotes fraichement débarqués. La plupart d’entre eux ont choisi de troquer un statut désormais incertain d’auto-entrepreneur en France pour un emploi stable et gratifiant dans une jeune entreprise prometteuse au Royaume-Uni. D’autres ont fait le choix d’abandonner leurs études pour ne pas rater un emploi de qualité. Ils sont positifs, dynamiques et enthousiastes.

A mes côtés, Julien Thierry incarne la nouvelle génération d’entrepreneurs français qui s’installe au Royaume-Uni. Je vous invite à l’entendre, jeudi 10 octobre prochain, au Tapis rouge à Paris, lors du séminaire Red Carpet Day organisé par l’UFE GB

Emblème de cette nouvelle génération qui a décidé de s’installer outre-Manche, Julien Thierry, a livré ses premières impressions dans les colonnes du Figaro où il affirme que sa « société a pu se développer cinq fois plus vite que ce qu’on aurait fait en France. » En effet, d’ici deux ou trois ans, Eclypsia prévoit d’employer une centaine de collaborateurs à Ashford pour un CA estimé à une dizaine de millions d’euros (Lire : « Un Français s’exile en Grande-Bretagne avec ses 40 salariés » par Florentin Collomp, Le Figaro, le 02/10/2013)

Julien Thierry fera partie des entrepreneurs qui animeront l’atelier « Story selling » dans le cadre du séminaire gratuit, Red Carpet Day, organisé par l’Union des Français de l’étranger à Paris le 10 octobre, à Paris. L’objectif est d’informer sur les opportunités d’exportation au Royaume-Uni, d’exposer tous les avantages offerts par le Royaume-Uni aux entrepreneurs et aux investisseurs, tout en cernant les difficultés attenantes à une implantation locale  (Lire : « UFE GB : Bienvenue au Red Carpet Day, le jeudi 10 octobre 2013, au Tapis Rouge à Paris ! » du 25 septembre 2013).

Je vous invite à venir entendre l’expérience de ce chef d’entreprise de 28 ans à peine, atypique et fort doué.

Lire : « Un Français s’exile en Grande-Bretagne avec ses 40 salariés » par Florentin Collomp, Le Figaro, le 02/10/2013

UFE GB : Bienvenue au Red Carpet Day, le jeudi 10 octobre 2013, au Tapis Rouge à Paris !

Vous souhaitez exporter, investir, créer, financer ou faire grandir votre entreprise au Royaume Uni ?

Depuis trois ans, l’ambition des Britanniques est de créer le système fiscal le plus compétitif des pays du G20 et de faire du Royaume-Uni l’un des meilleurs endroits pour créer, financer et faire grandir une entreprise. En septembre 2013, selon l’OCDE, l’économie britannique repart plus vite que les autres.

Du fait de sa proximité et de son attractivité, le Royaume-Uni est le premier excédent commercial de la France depuis cinq ans. Le Royaume-Uni est classé n°1 mondial par « Doing business (Source : Banque Mondiale et IFC) pour l’offre de prêt aux entreprises. Il représente 51% du marché du capital risque européen.

Olivier Cadic, président, David Blanc, vice-président, David Macdonald, trésorier, Frédéric Gayral, Katherine Passerieu et Stéphane Rambosson, administrateurs de l’UFE GB mobilisent la communauté  d’affaires française du Royaume-Uni pour dérouler le tapis rouge aux entrepreneurs, créateurs d’entreprises et investisseurs dynamiques et favoriser leur réussite.

Avec la participation de Gérard Pélisson, président de l’UFE Monde et co-fondateur du groupe Accor, d’Agnès Verdier-Molinié, directeur de la Fondation iFRAP, Fabrice Delon, Fondateur de Graines de Boss France et de New Sparks UK, François Bergerault, Atelier des Chefs – Croissance Plus, Catherine Fournier, maire de Fréthun et chef d’entreprise et de plus de 20 experts.

Le jeudi 10 octobre 2013, au centre de conventions le « Tapis Rouge » (67, rue du Faubourg Saint-Martin – 75010 Paris), vous pourrez participer aux événements suivants :

· 12 conférences et ateliers avec des experts et pour favoriser l’échange d’expérience avec des entrepreneurs déjà installés avec succès.
· 1 speed dating entre les experts et les visiteurs.
· 1 mini-salon au service des Français désireux de s’implanter au Royaume-Uni.

Places limitées. Inscription gratuite sur le site UFE Corporate

Mon Infolettre n°19 de septembre est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon Infolettre n°19 qui liste les articles publiés au cours de l’été et de la rentrée 2013, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Comme le chante si bien Laurent Voulzy, en regardant vers le pays de France, mon cœur est loin de l’indifférence. Depuis l’arrivée de François Hollande, en un an seulement la France a perdu 80.000 PME, 300 usines et 400.000 emplois. Il y a ainsi aujourd’hui plus de 40% d’écart entre les taux de chômage français et britannique. Reçu à Bercy par Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, j’ai évoqué la faiblesse de son dispositif pour les PME et relayé le message de ceux qui se plaignent d’être harcelés par notre administration fiscale désormais autorisée à utiliser des moyens abusifs pour les surveiller.

Pour pouvoir exporter, tout doit être entrepris pour faciliter la mobilité. C’est l’esprit du « Red Carpet Day » organisé par l’UFE GB à Paris au Tapis Rouge le 10 octobre prochain. Je remercie nos entrepreneurs qui partageront leur expérience avec ceux qui veulent exporter, investir, créer, financer ou faire grandir leur entreprise au Royaume Uni. Premier excédent commercial de la France, ce pays est la première destination non francophone pour nos compatriotes à l’étranger.

Cette année encore, ce sont plus de 1000 enfants qui n’ont pas pu trouver une place dans le système éducatif français au Royaume-Uni. Je me réjouis de la ténacité de notre ambassadeur Bernard Emié qui ne ménage pas ses efforts en faveur du plan Ecole. Le permis de construire vient d’être accordé pour le futur établissement de plus de 1000 places à Brent près de Wembley et dont l’ouverture est prévue en septembre 2015. C’est encore grâce à son appui et à la loyauté du poste diplomatique envers des engagements pris par leurs prédécesseurs que l’Ecole Internationale Franco-Anglaise a ouvert cette année à Marylebone avec le concours de la Mission Laïque Française. Mais cette orientation ne suffira jamais à combler une demande exponentielle et disséminée. Aussi, j’ai proposé au comité de pilotage du plan Ecole qu’une journée d’information soit organisée pour faciliter la création de « Free Schools » bilingues à l’image de celle de Culham près d’Oxford.

Londres est la ville qui délivre le plus de passeports au sein du réseau français à l’étranger ! Je tiens à féliciter Olivier Chambard, consul général et toute l’équipe du Consulat qui font remarquablement face dans un contexte tendu avec des moyens limités. Les procédures d’obtention d’un passeport sont source de frustration pour tous ceux qui vivent éloignés du consulat. Les Britanniques proposent un passeport électronique que l’on peut obtenir sans se déplacer et les allemands permettent la saisie à distance des empreintes biométriques par leurs consuls honoraires. La France a opté pour des tournées d’un fonctionnaire pourvu d’une station mobile «itinera» qui s’illustre pour sa faible productivité et son taux de panne élevé.

Il paraît urgent de simplifier les procédures administratives. Plutôt que d’entendre le directeur des Français de l’étranger se féliciter devant l’AFE de la création de 75 postes de fonctionnaires pour délivrer des visas, j’aurais préféré que nous imitions le Nigéria qui permet l’enregistrement et le paiement des visas en ligne.

La Commission européenne vient d’ouvrir une procédure d’infraction contre la France pour avoir appliqué une CSG (contribution sociale généralisée) de 15,5% sur les revenus du capital de source française (revenus fonciers et plus-values immobilières) perçus par les non-résidents. J’avais dénoncé cette décision du gouvernement Ayrault dès juillet 2012. En effet, les non-résidents ne bénéficiant pas de la protection sociale française, ils ne devraient pas y être assujettis. La semaine dernière, suite à ma demande en commission Finances, l’AFE a émis le vœu que le gouvernement prenne en compte le risque de condamnation encouru, et sursoie à cette mesure dès 2014.

Il y a un an, nous étions 300 à fonder l’UDI autour de Jean-Louis Borloo. Aujourd’hui, nous comptons 50 000 adhérents mobilisés pour la reconquête d’un projet européen conduit par Jean Arthuis. Un contre gouvernement de l’UDI prépare l’alternance. Si en regardant vers le pays de France, votre cœur est loin de l’indifférence, je vous invite à lui apporter votre contribution.

Fidèlement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°19 (juillet-septembre 2013)

Photo Flickr de Leo Reynolds

Venez découvrir les associations françaises à Londres !

Voici une idée de sortie en famille par excellence. La Fédération des associations françaises de Grande-Bretagne, la FAFGB, organise un grand Forum pour présenter les activités de ses membres.

 Forum des Associations
Organisé par la FAFGB
Samedi 12 octobre, de 13h à 17h
à Baden Powell House, South Kensington
– Entrée gratuite -

A la manière d’un salon, chaque association disposera d’un emplacement qu’elle va personnaliser pour valoriser et promouvoir son travail auprès des visiteurs et, par le fait même, séduire de nouveaux adhérents.

« C’est une occasion exceptionnelle pour la communauté française d’apprécier la diversité de ses associations, et pour celles-ci de gagner en visibilité », résume Anne Faure, présidente de la FAFGB.

Je m’associe à Anne pour vous inciter de venir nombreux et faire le buzz à propos de cet événement. Venez au moins par curiosité ! Au gré des 70 associations membres de la FAFGB, vous constaterez que les gens ne se réunissent pas seulement pour jouer au Bridge ou faire du Scrapbooking, ils s’investissent parfois dans des activités insolites, érudites ou excentriques.

Vous découvrirez également nos diverses associations régionales (Corses, Alsaciens, Auvergnats…) !

Ainsi donc, s’il vous prend l’envie de rencontrer des compatriotes partageant vos propres centres d’intérêts, il est impossible de ne pas trouver votre bonheur puisque le Forum va réunir toutes les familles d’activités possibles : loisirs, culture, spiritualité, business, bienfaisance, éducation, anciens élèves ou anciens combattants…

Toutefois, si vous ne présentez aucun atavisme pour la vie associative, vous ne perdrez pas votre après-midi qui sera ponctuée de dégustations de produits régionaux, d’une tombola et de diverses animations pour vous faire passer un moment festif et convivial.

L’entrée est gratuite pour le public. Informations pratiques et complémentaires sont disponibles auprès de la FAFGB.

Je serai évidemment de la partie en qualité de représentant de la section britannique de l’UFE, Union des Français de l’étranger, et je suis persuadé que nous serons très nombreux à répondre à cette belle initiative de la FAFGB, fédération créée en 1942, rappelons-le.

Je vous laisse découvrir la jolie affiche du Forum : Affiche FAFGB – Forum du 12 octobre 2013 (fichier pdf)

« Créer une free school bilingue: pourquoi pas vous ? » par Bénédicte Yue

Il y a un an, presque jour pour jour, j’inaugurais l’Europa School UK, une nouvelle free school multilingue près d’Oxford, en compagnie de tous les élus locaux et de Lord Hill, Schools Minister (lire : « Inauguration officielle de l’Europa School UK » du 30 septembre 2012).

Michale Gove, Secretary of State for Education, aux parents d’élèves: « Les gens se souviendront de vous parce que vous aurez été à l’origine des premières free schools » (« Free Schools Live! » du 29 juin 2013)

Parmi les parents d’élèves figurait Bénédicte Yue, dont je vous ai parlé en mai dernier puisqu’elle a proposé de fabriquer un « kit d’information » à l’attention des parents qui souhaitent créer d’une Free School bilingue.

Son initiative a pris corps en même temps que la constitution d’une équipe dédiée à l’objectif 2 du plan Ecole, inchangé depuis 2007 : doubler en 5 ans le nombre d’établissements offrant un enseignement bilingue français-anglais au Royaume-Uni. (lire : « Le plan Ecole va permettre de doubler le nombre d’écoles bilingues ! » du 31 mai 2013).

J’ai participé à la journée « Free Schools Live! » le 29/6/13 à Westminster en compagnie de Bénédicte. Le discours passionnant et visionnaire prononcé par Michael Gove, ministre de l’éducation britannique, offre des perspectives nouvelles pour les parents désireux d’obtenir un système éducatif répondant à leurs aspirations d’enseignement bilingue.

Rappelons que 2/3 des jeunes Français de Grande Bretagne fréquentent des écoles britanniques, principalement du fait de leur éloignement de Londres. Un  enseignement bilingue leur offrirait une ouverture culturelle française, tout en restant intégrés au système scolaire britannique.

Après l’Europa School en 2012, nous attendons l’ouverture en 2014 de l’école bilingue de Bromley (français/anglais) ou encore de l’International Academy of Greenwich (secondaire multilingue). Nous souhaitons que d’autres projets prennent forme et voient le jour en 2015. J’ai le plaisir d’ouvrir mes colonnes à Bénedicte Yue pour vous faire partager son expérience de création d’école à Culham et les informations recueillies lors du Free Schools Live conference and exhibition. Je la remercie vivement de cette contribution.

 Créer une free school bilingue: pourquoi pas vous ?  - Bénédicte Yue

Face à la saturation des établissements français sur Londres, le concept de free school pourrait s’avérer une alternative intéressante pour développer des écoles bilingues en Angleterre.

Les Free schools sont des écoles d’état anglaises disposant d’une gestion autonome sous contrôle d’un « Board of Governors ».  Elles sont indépendantes du contrôle des autorités locales et supervisées directement par le Department for Education, l’OFSTED et l’Education Funding Agency.

Les free schools disposent d’une plus grande liberté à plusieurs niveaux :
– Elles n’ont pas l’obligation de suivre le programme anglais (National curriculum) mais doivent offrir une éducation « vaste et équilibrée » ;
– Elles sont directement financées par l’Etat sur la base du nombre d’élèves et gèrent leur propre budget ;
– Elles ont également certaines libertés en matière de rythme scolaire ou encore de politique de recrutement et de rémunération ;
– Enfin, et ce qui n’est pas négligeable, elles sont « free » d’un point de vue financier.

Cette initiative, lancée par le gouvernement de coalition en juin 2010 et qui s’inspire des exemples américains (Charter schools) et suédois, connait un vif succès. Il y a aujourd’hui en Angleterre 171 free schools (24 ouvertes en 2011, 55 en 2012, 92 en 2013) et 115 ont déjà été approuvées pour ouvrir en 2014.

Très peu d’entre-elles axent leur curriculum sur un programme multilingue. On peut citer notamment Europa school UK (près d’Oxford) offrant 2 filières anglais/français et anglais/allemand et l’école de Brighton (primaire anglais/espagnol), Judith Kerr (primaire anglais/allemand), Tiger Primary school (primaire mandarin/anglais) et nous nous réjouissons de l’ouverture en 2014 de l’école bilingue de Bromley (fançais/anglais) ou encore de l’International Academy of Greenwich (secondaire multilingue).

La flexibilité qu’offrent les free schools en matière de programme pédagogique en font un véhicule idéal pour mettre en place des écoles bilingues/multilingues qui s’intègrent dans le système éducatif britannique.

Cela peut représenter une opportunité pour toutes les familles françaises ou franco-anglaises installées durablement en Angleterre qui tout en faisant le choix de l’immersion dans le système scolaire de leur pays de résidence peuvent continuer à offrir à leurs enfants une éducation multiculturelle. Cela favorise en outre l’intégration avec la communauté anglaise désireuse d’améliorer ses compétences linguistiques.  Enfin, cela peut également offrir une alternative aux familles qui n’ont pas de place dans les écoles françaises ou encore qui habitent en province.

Alors, quelle est la marche à suivre ?

1) Equipe. La première étape consiste à bâtir une équipe autour d’un projet éducatif dans une zone où la demande pour ce projet est forte. L’équipe est en général un groupe de volontaires de la société civile (parents, enseignants, associations, etc…) dont la multidisciplinarité est essentielle.  Pour créer une free school bilingue par exemple, il s’agira de démontrer des compétences en matière d’éducation tant du côté anglais que français, des compétences juridiques, et, ce sur quoi le Department for Education insiste de plus en plus, des compétences financières.

2) Projet. Il faut ensuite pouvoir articuler son projet pédagogique en respectant un format très précis.

3) Demande. Enfin, recenser la demande pour chaque niveau des classes à créer.

Notons qu’il n’est pas essentiel d’avoir identifié un site et que, si votre projet est retenu, l’Education Funding Agency sera à vos côté pour rechercher un site, en faire l’acquisition le cas échéant et engager les travaux.

(de g. à d.) Olivier Cadic, Natalie Evans, director New Schools Network, et Bénédicte Yue lors du « Free Schools Live » au Queen Elisabeth II Conference Centre, à Westminster.

Une fois ces trois conditions remplies (équipe-projet-demande), il conviendra de vous doter d’un statut juridique sous forme d’Academy trust sans but lucratif (charitable company limited by guarantee) et de déposer un dossier auprès du Department for Education selon le format indiqué sur son site internet ci-dessous.

En termes de calendrier, il faut compter minimum 18 mois entre le dépôt du dossier initial et l’ouverture de l’école.  Il existe maintenant 3 fenêtres par an pour déposer un dossier (septembre, janvier et mai).  Si votre dossier passe la présélection, vous serez ensuite convoqué 2 mois plus tard pour un oral de présentation devant un panel.  Suite à cet oral, vous aurez ou non un accord pour passer en phase de pré-ouverture.  A partir de ce moment-là, le gouvernement vous allouera des fonds pour mettre en place votre projet.  Vous serez en général assisté par des consultants spécialisés et si tout se passe bien, votre projet débouchera sur la signature d’un funding agreement, lequel constitue le véritable acte de naissance de l’école.

N’hésitez pas à informer Yves Letournel, attaché de coopération pour le français au service culturel de l’ambassade mail : yves.letournel@diplomatie.gouv.fr qui pourra vous mettre en contact avec d’autres équipes et faciliter la communication au sein de la communauté française.

Le gouvernement anglais a également mis en place le New School Network (NSN).   Le NSN, dirigé par Nathalie Evans, a pour missions de conseiller gratuitement les équipes sur le montage des dossiers.  Il dispose de nombreuses informations utiles sur son site internet référencé ci-dessous et propose également un programme de développement vous permettant de bénéficier de subventions et de conseils personnalisés.

Il ne reste plus qu’à vous lancer dans l’aventure !

Liens utiles:
News school network – Application guidance
Department for Education website – How to apply guide
Education Funding Agency – Recherche de site, acquisition  et construction

19ème session AFE : Fleur Pellerin présente un bouquet de mesures fanées aux PME-PMI exportatrices

Les premiers mots de Fleur Pellerin ont mis tout le monde d’accord et allumé la curiosité des membres de la commission Finances de l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger : « La rentabilité trop faible de nos entreprises freinent leurs investissements, ce qui nous conduit à la compétitivité par les prix et, dans ce cas de figure, nous sommes vaincus d’avance ».

Où en sommes-nous dans la compétition mondiale ? Une entreprise française sur vingt justifie d’une présence sur le marché international, contre… une sur dix en Allemagne. Une situation qui empire, en dépit des opportunités de la mondialisation, puisque le nombre des exportateurs nationaux régresse : 130.000 en 2002 contre 120.000 en 2012.

Fleur Pellerin, ministre chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique, lors des travaux de l’AFE, le 09 septembre 2013, est venue porter ce message de la part gouvernement : nos entreprises doivent se battre à armes égales.

Lorsque l’on sait que 30.000 entreprises démarrent à l’export chaque année, on ne peut pas nier une certaine dynamique. Dans le même temps, toutefois, 30.000 sociétés plient bagages et rentrent à la maison, a nuancé notre ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique.

Comment s’approcher dès lors de l’objectif fixé à Nicole Bricq, ministre du commerce extérieur, celui de rétablir l’équilibre de la balance extérieure d’ici 5 ans ? Un défi ambitieux ou insensé ?

Au rang des solutions, il faut d’abord être innovant. « 60% des entreprises qui innovent, exportent, ce ratio est très élevé », caractérise la ministre. Ensuite, il faut « créer de la synergie entre les acteurs ». Le modèle germanique est à nos portes, chacun connait cette technique de chasse en meute qui permet aux sous-traitants de s’engouffrer dans le sillage de leurs grands clients exportateurs.

Et quelles initiatives le gouvernement propose-t-il pour conquérir des marchés ? Tout commence par cette déclaration d’intention : permettre à nos entreprises de « se battre à armes égales », nous a transmis Fleur Pellerin.

Concrètement et pêle-mêle, on a noté le lancement de BPI France Export, dans le but de créer « une nouvelle offre financière simplifiée et démocratisée » vers nos PME-PMI, tout comme l’extension du crédit d’impôt aux dépenses d’innovation et le renforcement du statut de « jeune entreprise innovante ». Pour faire bonne mesure, il faut ajouter le recadrage des missions des pôles de compétitivité et encore l’antienne du développement de l’emploi des VIE, Volontaires international en entreprise.

La création des Maisons à l’international, sorte d’incubateurs dans les pays où la France peut avoir des marchés à conquérir, se veut être une innovation selon la ministre, alors que les expériences similaires tentées précédemment par les régions françaises se sont surtout révélées être des structures de frais fixes difficiles à amortir. Ce sera Boston et San Francisco dès cette année, puis un autre site en Chine, précise-t-elle. Décidément, l’imagination n’est pas au pouvoir !

Puis, ce fut le temps des questions émanant des membres de la commission.

Pour ma part, ce fut d’abord l’occasion de dire à notre ministre qu’il est illusoire de corréler le nombre de VIE avec l’amélioration du commerce extérieur. Une entreprise ne gagnera pas des marchés stratégiques à l’international en les confiant à un junior qui a tout à apprendre. L’Etat confie à UBI France un rôle d’entreprise de travail temporaire qui n’a jamais démontré son efficacité pour nos exportations depuis huit ans. J’ai ensuite souligné que ce que veulent les entreprises, ce sont des commandes. Est-ce que cette idée n’a jamais effleuré nos innombrables conseillers publics qui vous aident volontiers à monter un salon à l’étranger ou des tournées « touristiques » et s’en repartent le sentiment du devoir accompli ?

Fleur Pellerin : « La France est décrochée en termes de compétitivité. Elle est pourtant bien placée en R&D, mais cela ne se transforme pas en excellence sur le terrain de l’innovation et de l’exportation » (AFE, 09/09/2013)

En troisième lieu, j’ai profité de l’occasion pour apporter une nuance économique de taille à mon sens. Il existe, d’une part, des entreprises qui peinent à exporter et, d’autre part, des entreprises qui s’implantent à l’étranger et qui réussissent brillamment. Dans ce second cas, le poids de notre fiscalité les incite à organiser leurs activités internationales depuis des centres localisés en dehors de France. Malheur aux PME-PMI qui souhaitent avoir un pied en France et un autre à l’étranger, car elles deviennent hautement suspectes aux yeux du fisc.

« Le Président est sensible à cet argument, m’a répondu tout sourire Fleur Pellerin, il veut éviter le harcèlement des PMI », tout en complétant « qu’il faut trouver le bon équilibre entre le risque de détournement des nouveaux dispositifs et l’enjeu de la collecte des fonds pour l’Etat ». Mis à part « la priorité de redresser nos comptes publics », la ministre a évoqué une réforme de la plus-value de cession de valeurs mobilières dans le projet de loi de finance 2014. Le Président de la République annule le montage fiscal de son gouvernement voté à l’automne dernier et décrié par les « Pigeons », mouvement d’investisseurs dans les start-up internet. Que de temps perdu!

Pour sa part, Gérard Deleens, élu de la circonscription Chine-Corée-Japon, est resté perplexe devant tous ces mécanismes  gouvernementaux prétendument salvateurs pour notre commerce extérieur. Sa conviction est que « les vrais entrepreneurs n’ont pas besoin d’assistance ». Il fustige les systèmes d’aides et de subventions qui conduisent à une perversion des mentalités laissant penser que les entreprises doivent avoir « tout gratuit ». Désormais, celles-ci ne raisonnent plus en termes d’investissement, mais seulement en termes de coûts. Or, « vouloir aller en Chine représente un investissement commercial d’au moins trois ans, ce que comprend le vrai entrepreneur. »

Une occasion pour Fleur Pellerin de revenir sur son concept de Maison à l’international qui va dans le sens d’une mise en réseau des Français de l’étranger avec nos exportateurs potentiels. La prochaine maison ouvrira sur une colline de San Francisco, l’histoire dira si elle sera bleue, mais il n’est pas certain qu’on s’y retrouvera ensemble après des années de route… La cour des comptes pourrait passer par là avant !

Sciences Po Alumni UK organise son 6ème gala de charité, jeudi 26 septembre

Kenneth Clarke

Pour son diner annuel 2013, l’association des anciens élèves Sciences Po Alumni UK a prévu d’inviter une haute figure de la vie politique britannique, Kenneth Clarke.

Député depuis 1970, membre du cabinet ministériel de Margaret Thatcher dès 1979, puis au service de John Major, chancelier de l’Echiquier de 1993 à 1997, Kenneth Clarke est aujourd’hui ministre d’Etat, sans portefeuille.

Sous le patronage de Bernard Emié, ambassadeur de France au Royaume-Uni, vous êtes invités à vous rendre au

6ème gala de charité annuel des SciencesPo Alumni UK
Jeudi 26 septembre 2013, à partir de 19h
Royal Institute of Britsh Architects, sur Portland Place
Ticket standard : £100
Réservations en ligne, suivez ce lien

Comme chaque année, l’association propose une soirée au bénéfice du SciencesPo Alumni UK Charity Trust et nous permet de découvrir une personnalité atypique tout en passant un moment fort en convivialité dans un cadre raffiné.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Cécile d’Angelin à cette adresse
cbdangelin@yahoo.co.uk

Signature du livre d’Eric Simon, « Londres au fil de la France Libre », le 25 septembre 2013

Parmi ses passions, Eric Simon aime Londres. Depuis sa première visite en 1965, il a arpenté tous les recoins de la cité pour y ressentir ce frisson de nostalgie pour un passé mythique ou mystérieux.

Eric aime raconter l’histoire. C’est notre chance et c’est aussi pourquoi la télévision fait souvent appel à lui.

Après avoir publié « Londres, Balades au fil des ombres », Éric Simon nous renvoie aux années 1940 en mettant ses pas dans ceux du général de Gaulle et dans ceux de ses compagnons qui ont relevé l’honneur et l’espérance de tout un peuple.

Je vous invite à rencontrer ce romancier et historien des plus agréable, autour d’un verre, qui vous dédicacera son nouveau livre « Londres au fil de la France Libre » (Keswick Editions) :

Mercredi 25 septembre 2013
de 18h30 à 20h30
The European Bookshop
5 Warwick Street, Londres

Cet ouvrage est une promenade qui vous conduira à travers les nombreux endroits qui, de South Kensington à Soho, ont fait la légende de la France Libre. Vous découvrirez la BBC du temps des services français, le lycée Charles de Gaulle lorsque nos concitoyens aimaient se retrouver chaque week-end pour se distraire, les maisons secrètes de Londres à l’époque des réseaux d’espionnage.

Grâce à Eric, nous découvrons aussi l’histoire de ces héros ordinaires, ces ainés dont nous pouvons être si fiers. Il nous fera faire la connaissance de Pierre Dac, Romain Gary, Joseph Kessel, Violette Szabo, Muriel Byck, lycéenne parachutée en France, la famille Berlemont, propriétaire du glorieux French pub, de ce grand amateur de jazz qu’est Franck Bauer. Il partage les anecdotes d’Eddy Hasson, engagé dans les Forces Françaises Libres qui réside toujours aujourd’hui à Londres à près de 100 ans.

Bientôt, si vous êtes londonien, vous marcherez dans votre quartier avec un tout autre œil…

J’ai déjà publié un extrait de l’ouvrage, avant sa sortie, relatif au commando Kieffer : « Extrait de Londres, balade au fil des Français libres… » du 12 mai 2012

CSG sur les revenus mobiliers des non-résidents : la Commission européenne ouvre une procédure d’infraction !

Soudain l’été dernier, le gouvernement avait fait voter, dans son projet de loi de finances rectificative 2012, une CSG (contribution sociale généralisée) de 15,5% sur les biens locatifs des Français de l’étranger situés en France ! Et de manière rétroactive au 1er janvier 2012… J’avais dénoncé cette décision du gouvernement Ayrault. En effet, les non résidents ne bénéficient pas de la protection sociale française.

Claudine Schmid, députée des Français de l’étranger

Concernant cette extravagante affaire fiscale, nous étions en attente de la décision de la Commission européenne, sollicitée par Claudine Schmid, députée UMP des Français de l’étranger de la 6ème circonscription (Suisse) à propos du bien fondé d’un tel impôt.

Déjà, au tout début de cet été, la représentation en France de la Commission européenne avait répondu à notre parlementaire qu’elle était en attente de la réponse des autorités françaises à ses propres interrogations, ajoutant avoir été le réceptacle de « nombreuses plaintes » ! (lire : « CSG sur les revenus immobiliers des non-résidents : la Commission examine la conformité du dispositif » du 25 juin 2013).

Le temps de l’examen est désormais clos et c’est un pavé dans la mare que lance la Commission !

On peut ainsi lire sous la plume de Renaud Soufflot de Magny : « La Direction générale de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Inclusion de la Commission européenne a clôturé le dossier par un avis négatif. Une procédure d’infraction a donc été ouverte et une lettre de mise en demeure est en préparation. »

Nous sommes impatients de connaitre la suite donnée et, comme nous le promet Claudine Schmid sur son blog, elle ne manquera pas de vous tenir informés des suites de la procédure contre cet impôt inique.

Dans cette attente, je lui adresse mes plus vives félicitations.

Lire le courrier de la Commission européenne à Claudine Schmid, en date du 28 août.

L’UFE GB vous invite à une rentrée vitaminée, le lundi 23 septembre

Parmi vos bonnes résolutions de rentrée, j’espère avoir le plaisir de vous rencontrer à la prochaine réunion de l’UFE GB, Union des Français de l’étranger, d’autant que nous vous avons concocté un ordre du jour des plus savoureux.

Que vous soyez adhérent ou non de l’UFE, les membres du conseil d’administration se joignent à moi pour inviter :

LUNDI 23 SEPTEMBRE 2013
18h45 à 20h30
Hotel Pullman St-Pancras
100-110 Euston Road, London, NW1 2AJ

L’ordre du jour se déroulera en trois étapes :
1 – Rapport de la 19ème session de l’AFE (9-13 sept à Paris)
- intervenant : Olivier Cadic –
2 – Lancement de « The New Sparks » (Graines de Boss U.K)
- intervenant : Fabrice Delon –
3 – Les Français de Londres pendant la Révolution française
- intervenant : Eric Simon -

Ainsi, en début de réunion, je partagerai avec vous les moments forts de la 19ème session de l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger, qui se tiendra à Paris dans les prochains jours, notamment sur le sujet de la réforme de la représentation des Français de l’étranger votée cet été (lire : « Feu vert du conseil constitutionnel à la réforme de l’AFE » du 23 juillet 2013).

Au cours de ces travaux de l’AFE à Paris, la Commission finances de l’AFE auditionnera, le 9 septembre, Fleur Pellerin, ministre déléguée, chargée des PME-PMI, de l’innovation et de l’économie numérique. Je profiterai de cette opportunité pour vous faire part des  mesures décidées par le gouvernement pour aider les PME et PMI françaises à se développer à l’international.

Dans un second temps, il reviendra à Fabrice Delon de nous présenter The New Sparks (Graines de Boss U.K) – The Mentoring Network for Start-ups.

Suite au succès de Graines de Boss en France qui depuis 10 ans contribue à soutenir le développement de jeunes entreprises en collaboration avec la chaîne de télévision M6, Fabrice Delon, fondateur de Graines de Boss France viendra vous présenter le lancement de « The New Sparks » au Royaume Uni. Sur le modèle de Graines de Boss, The New Sparks fait appel aux compétences d’entrepreneurs et cadres dirigeants expérimentés qui ensemble contribueront au succès de jeunes entreprises sous la forme d’un concours annuel.

The New Sparks a l’ambition de créer une passerelle entre les entrepreneurs britanniques et français et est ouvert à toute entreprise en France ou en Grande-Bretagne qui a moins de cinq ans d’existence.

Vous trouverez plus d’informations sur cette courte vidéo « Graines de Boss 9th édition » (4m)

Enfin, en dernière partie, nous accueillerons à nouveau l’historien Eric Simon, qui nous avait tant passionnés lors de la dernière réunion de l’UFE GB en nous présentant son dernier livre « Londres, ballade au fil de la France Libre ».
Cette fois, il nous entraînera aux heures sombres de la Révolution française. A l’occasion du 220ème anniversaire de la funeste loi des Suspects, il évoquera le destin de ces Français qui ont fui la Terreur pour s’installer à Londres. Bon nombre d’entre eux reposent au cimetière de St Pancras.

Il va sans dire que nous prolongerons la soirée autour du verre de l’amitié !

L’entrée est libre. Pour vous inscrire, il suffit d’envoyer un mail à event@ufecorporate.org.uk, en nous laissant vos coordonnées.

Dans l’attente de cette soirée exceptionnelle, je vous souhaite une bonne rentrée !

Photo Flickr de KGBKitchen

Passeport biométrique : des progrès, mais toujours de la frustration

L’obligation de se rendre au consulat général de France pour faire une demande de passeport représente une forte contrainte pour les Français vivant éloignés de Londres. La situation est si astreignante pour certains parents qu’ils préfèrent demander un passeport britannique pour leur progéniture ! J’en ai reçu le témoignage personnel, lors d’une réunion publique à Bristol le 11 mai dernier.

La procédure vient d’évoluer vers plus de souplesse concernant les enfants. En conformité avec les exigences de la Commission européenne, depuis le 26 juin 2013, la France ne peut plus recueillir les empreintes digitales des enfants de moins de 12 ans sur « TES », la base de données centralisée dénommée « Titres Électroniques Sécurisés ». Avant l’âge de 12 ans, ils n’ont donc plus besoin de se rendre au consulat général de France à Londres pour obtenir un passeport.

Je me suis empressé de poser cette question à Olivier Tulliez, consul adjoint en charge des passeports : puisqu’il n’y a plus de prise d’empreinte pour les enfants de moins de 12 ans, peut-on déposer une demande de passeport auprès d’un consul honoraire ? Ils sont en effet une vingtaine à quadriller tout le Royaume-Uni.

Las, vous serez aussi désappointé que moi d’apprendre que l’Administration n’a pas prévu de formulaire pour une demande à distance ! Par conséquent, un parent doit toujours se déplacer à Londres pour déposer une demande de passeport au nom de son enfant… Quelle justification donne-t-on à ce périple exigé ? La demande doit s’effectuer « en face à face » et elle doit être signée de visu par le demandeur (le parent dans la plupart des cas).

Ce motif peut vous laisser sceptique et vous avez bien raison. En réalité, comme  c’était déjà le cas pour les enfants de moins de 6 ans (avant l’extension aux moins de 12 ans), le demandeur doit se présenter physiquement à Londres parce que le logiciel ne peut pas être exporté (pour l’instant) en dehors du consulat, pour des questions de sécurité essentiellement.

L’absence de formulaire pour une demande à distance repose sur cette considération informatique. Quelle solution pour l’avenir ? Si tu ne viens pas au consulat, le consulat viendra à toi. Puisque l’obligation de comparution est inhérente à la technologie du passeport biométrique (prise d’empreintes, photographie…), il nous faut un équipement itinérant à travers le Royaume-Uni. Nous attendons toujours la fameuse station mobile Itinéra, qui tiendrait dans une valise et qui permettrait de faire des saisies numériques dans le cadre de tournées administratives (lire : « Votre passeport biométrique sans se déplacer à Londres ? Le consulat s’y prépare » du 01 août 2011). Elle nous a été promise pour février, puis avril, puis septembre… Affaire à suivre, donc.

Nous avons évoqué, jusqu’à présent, la question du dépôt de la demande, considérons à présent le retrait du document.

La bonne nouvelle est qu’il est désormais possible de récupérer votre passeport des mains de votre consul honoraire. Du coup, les enfants de moins de 12 ans éloignés de Londres n’ont plus besoin de passer du tout par le consulat (ni pour le dépôt, ni pour le retrait). Vous trouverez, ci-dessous, la liste des consuls honoraires habilités à remettre un passeport à son titulaire, actualisée par un arrêté du 5 juin 2013.

Préoccupée par la gestion des passeports depuis longtemps, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a déposé une question écrite à l’attention de la ministre déléguée Hélène Conway au sujet de la simplification des procédures (Question écrite n° 07258 – publication au JO du 04/07/2013). Notre sénatrice souhaite notamment savoir si on pourrait envisager l’envoi des passeports par courrier sécurisé ou bien encore si le consulat pourrait confectionner le passeport le jour même de la demande (comme cela se pratique dans d’autres pays européens). Je vous tiendrai au courant de la réponse de la ministre.

Anachronique ! Ubuesque ! J’ai tout entendu et je sais combien ces procédures peuvent être source de frustration pour les Français du Royaume-Uni vivant éloignés du consulat général à Londres. Sachez que votre frustration est partagée par le personnel du consulat, lui-même, qui fait face à la situation avec beaucoup de patience et d’abnégation, compte tenu des moyens consentis par le ministère…

C’est pourquoi je tiens à féliciter l’équipe en charge de l’obtention et du renouvellement des passeports pour son organisation optimisée et son dévouement qui vient compenser les faiblesses du système.

Il faut prendre conscience que Londres est la ville qui délivre le plus de passeports au sein du réseau français à l’étranger !

Olivier Chambard, consul général, et Olivier Tulliez, consul adjoint en charge de ce service, scrutent au quotidien les flux et les listes d’attente. Ils travaillent dans un contexte tendu puisque 120.000 compatriotes sont enregistrés à Londres et ils ne peuvent résorber, avec les moyens du bord, les quelques semaines d’attente pour obtenir un simple rendez-vous afin d’établir ou renouveler un passeport.

Au Royaume-Uni, vous trouverez un consul honoraire habilité à remettre un passeport à son titulaire dans les villes suivantes : Aberdeen, Belfast, Birmingham, Bristol, Cardiff, Chester, Douglas, Douvres, Dundee, Georgetown (îles Caïmans), Glasgow, Jersey, Leeds, Lerwick, Manchester, Newcastle, Nottingham, Plymouth, Road Town (Tortola), Stornoway, The Valley (Anguilla).

Photo Flickr de Rémi Vincent

EM Lyon, l’école au service de l’esprit entrepreneurial

Tanneguy Cazin d’Honincthun, responsable de l’EM Lyon Forever UK, a accueilli François Bergerault, créateur de l’Atelier des Chefs et Olivier Cadic, à Londres, le 27 juin 2013.


Le 27 juin dernier, à l’invitation de Tanneguy Cazin d’Honincthun qui représente à Londres les anciens élèves de l’EM Lyon (EM Lyon Forever UK), j’ai eu l’honneur de partager la scène du sélect Adam Street Club avec François Bergerault, co-fondateur de l’Atelier des Chefs en 2004, et lui-même diplômé de l’EM Lyon. A coup d’anecdotes, nous avons illustré nos parcours d’entrepreneurs ayant réussi le double pari de fonder leur entreprise et de s’implanter au Royaume-Uni.

Les anciens élèves de cette fameuse Ecole de Management de Lyon qui travaillent désormais en Grande-Bretagne sont légion. François Bergerault, venu inciter nos amis britanniques à découvrir les secrets de l’art culinaire à la française, en fait partie. François place la notion de plaisir au cœur de son dispositif qui se décline en trois univers distincts : celui des ateliers où l’on rencontre les chefs, le site web et enfin l’univers des marques destiné aux partenaires (www.atelierdeschefs.com).

Près de 80 anciens élèves de l’EM Lyon se sont retrouvés à la conférence, organisée à l’occasion de la remise des annuaires 2013

Si l’EM Lyon fabrique de l’étoffe de héros, en se définissant elle-même comme « le lieu où naissent les entrepreneurs », il faut savoir que l’école est elle-même une succès story ! En effet, au palmarès 2012 du Figaro / Étudiant, construit sur une base de 12 critères, EM Lyon s’est hissée à la troisième place, derrière HEC et l’ESCP  (lire : « Classement écoles de commerce: des surprises au sommet » sur Le Figaro / Etudiant, du13/11/2012).

Il s’agit d’une immense reconnaissance pour la direction de l’école lyonnaise et ses 99 professeurs qui ont brûlé la politesse à l’ESSEC sur le podium en 2012. De plus en plus attractive, l’école a enregistré près de 6500 candidats au concours 2012. Cette même année, EM Lyon accueillait 395 étudiants issus des classes préparatoires. A n’en pas douter, certains d’entre-eux ont déjà rejoint le campus de l’école à Shanghai ou encore son incubateur de jeunes pousses (1100 entreprises incubées depuis 1984 !).

Je félicite Tanneguy pour l’organisation de cet événement et le remercie de m’avoir fait passer une soirée chaleureuse et enrichissante.

Site de l’EM Lyon

Retraite : on peut racheter ses périodes d’activité à l’étranger

Si vous avez exercé une activité salariée à l’étranger et que vous n’avez pas cotisé pendant cette période pour votre retraite de base, il vous reste la possibilité d’effectuer un rachat de cotisations concernant ce temps d’expatriation.

Combien coûte un rachat ? Comment faire une demande ? Ou encore quelles sont les périodes qui peuvent-être rachetées ?

Dans sa nouvelle lettre d’information destinée aux Français de l’étranger,  la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse) vous informe de manière claire et synthétique sur le sujet (lire : LIFE Juin-Juillet 2013, fichiers pdf).

Photo Flickr de Elitatt

Arnaud Bamberger, nouveau président de la Chambre de commerce de Grande-Bretagne

Sise à Londres depuis 130 ans, la Chambre de commerce française en Grande-Bretagne (CCFGB) se distingue à tous points de vue de ses homologues à travers le monde, notamment par la gamme des services offerts. Plus de 600 membres voguent à bord de ce paquebot dans un esprit de fertilisation croisée et de découvertes partagées autour d’une cinquantaine d’événements par an.

Arnaud Bamberger

Le 8 juillet dernier, l’assemblée générale de la CCFGB a décidé de confier la barre à Arnaud Bamberger. Directeur exécutif de Cartier UK, l’homme justifie d’une brillante carrière internationale, il est aguerri à toutes les situations et connait parfaitement la maison puisqu’il siège au comité de direction depuis 18 ans.

Arnaud Bamberger succède ainsi à Arnaud Vaissié, appelé à diriger l’ensemble du réseau des chambres de commerce françaises à l’étranger (lire : « Arnaud Vaissié, nouveau président de l’UCCIFE » du 26 juillet 2013). Le nouveau patron a tenu à rendre « un hommage spécial » à son prédécesseur, ainsi qu’à Peter Alfandary, vice-président sortant, tout en soulignant le travail remarquable accompli par Florence Gomez, au poste de directeur général, et celui de son équipe.

Arnaud a également exprimé sa satisfaction de pouvoir travailler aux côtés de Richard Brown, promu vice-président de la Chambre, qu’il apprécie particulièrement.

Toujours attentif à valoriser son entourage, fin diplomate et homme de synthèse, Arnaud Bamberger n’en est pas moins un battant et un meneur d’hommes au tempérament forgé par la compétition internationale, où il faut demeurer rivé sur l’effort sans jamais perdre la vision globale.

Il endosse un rôle taillé à sa mesure qui lui permettra d’exprimer la plénitude de ses talents et sa fraicheur d’esprit au service du développement des relations économiques et commerciales entre la France et le Royaume-Uni.

J’adresse tous mes félicitations à Arnaud Bamberger et je lui souhaite les vents les plus favorables.

Crédit photo : José Farinha – ccfgb.co.uk

La Marelle fait la fête !

Cette année, le soleil a répondu à l’invitation de La Marelle et il a grandement contribué à la réussite de sa kermesse d’été ce 13 juillet, lui permettant de déployer ses attractions dans tout l’espace extérieur de l’école !

Le spectacle d’élèves, point d’orgue de la kermesse d’été

Le charme opère toujours comme chaque année, depuis quatre ans déjà, lorsque La Marelle, « petite école du samedi », fut créée à Dartford dans le Kent par Emma Burrows et Hassina Harris, sa directrice pédagogique (lire : « La Marelle, à peine trois ans et des ambitions de géant » du 14 mai 2012).

J’ai dit tout mon bonheur aux parents de me trouver parmi eux et je les ai félicités pour leur choix d’offrir à leurs enfants un apprentissage de la langue française, dans un contexte pédagogique optimal. En effet, qui dit « petite école du samedi » dit des parents qui s’astreignent à accompagner leurs chérubins à La Marelle au lieu de se détendre le week-end…

La démarche porte ses fruits. Et de beaux fruits. Les parents le constatent tous avec fierté, c’est pourquoi La Marelle accueille plus de 130 élèves qui sont répartis comme suit :

Les classes françaises
Section maternelle : Les Fourmis (2-3 ans) – Les Coccinelles (3-4 ans) – Les Abeilles (4-5 ans) – Les Bourdons (5-6 ans)
Section primaire : Les Chenilles (6-7 ans) – Les Papillons (7-8 ans) – Les Libellules ( 8-9 ans) – Les Lucioles (9-10 ans)
Les classes FLE
Section FLE : Snails-Escargots (3-4 ans) – Frogs-Sauterelles (5-10 ans)
GCSE – General Certificate of Secondary Education (secondaire 12-14 ans)

Tout ce petit monde est dûment encadré par 13 enseignantes, 9 assistantes, une secrétaire, une trésorière, une présidente, une directrice, + un comité de Trustees (5 personnes) très impliqué m’a-t-on expliqué.

Hassina Harris, Olivier Cadic et Emma Burrows, réunis sous le soleil radieux du Kent

Ce jour de fête fut l’occasion de revoir Hassina Harris, quelques semaines après la journée historique du 16 juin 2013 où les écoles Flam ont décidé de se doter d’une structure pour les fédérer toutes au Royaume-Uni (lire : « Création d’une fédération des écoles Flam au Royaume-Uni » du 21 juin 2013). Cette structure va aussi servir à fédérer les savoir-faire, les bonnes pratiques et les bonnes volontés des postulants pour entrer dans l’aventure et étoffer le réseau actuel de 46 écoles de ce type au Royaume-Uni.

Pendant ces « Premières rencontres Flam », Hassina a passionné l’assistance lors d’une table ronde consacrée à la gestion d’une l’équipe pédagogique Flam. Je vous reparlerai bientôt de l’avancée de son projet de Free school primaire bilingue au sein de l’Ecole Tricolore à Bromley.

Toutes mes félicitations à Emma Burrows et Hassina pour leur travail remarquable et aux bénévoles qui ont concretisé cette belle kermesse.