Créée il y a juste 30 ans, et reconnue d’utilité publique depuis 1985, la Fapée, Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger, tenait son assemblée générale le 3 juillet dernier au Sénat. J’ai été heureux d’avoir été convié par son président, François Denis, à participer aux travaux de cette organisation totalement indépendante et résolument progressiste. Je ne le regrette pas d’autant plus que j’étais le seul élu de la majorité présent.

De gauche à droite, Jean Christophe Deberre, directeur général de la Mission Laïque Française, Olivier Cadic et Claudine Lepage, sénatrice

Il est ressorti sans surprise que les parents souhaitent être davantage associés dans le fonctionnement des écoles. Pour affermir leur sentiment appartenance, la fédération suggère aux parents de s’impliquer dans diverses activités scolaires qui font appel au bénévolat.

Sur un plan collectif, comment cultiver l’idée d’un partenariat institutionnel avec l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, dont la Fapée est membre du conseil d’administration ? Rappelons que l’agence, sous tutelle du ministère des Affaires étrangères, gère directement 77 établissements (les EGD) dans son réseau de 243 écoles.

Anne-Marie Descôtes, sa directrice présente à l’AG, a clairement répliqué aux parents qu’elle ne peut «envisager de cogestion en EGD» des moyens affectés au réseau par les pouvoirs publics : personnel, subventions, bourses. Elle souhaite néanmoins resserrer sa collaboration avec les parents d’élèves, à commencer par étoffer leur niveau information.

Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE et François Denis, président de la FAPEE

Trop peu pour contenter François Denis. Delphine Porta, représentante de la Fapée à Londres, s’est fait un plaisir d’évoquer l’existence d’une commission permanente créée au lycée Charles de Gaulle, qui donne un vrai droit de regard aux parents en les associant à toutes les réflexions stratégiques, tout comme au vote et au suivi du budget. J’ai été heureux d’entendre François Denis préconiser la duplication de ce mécanisme au sein d’autres EGD… Rappelons qu’à Londres cette commission comprend 5 membres de la direction, 5 enseignants et personnels et enfin 5 représentants des parents d’élèves et élèves.

En rapport direct avec cette aspiration vers une démocratisation du fonctionnement des EGD, la Fapée clôturera ses travaux en définissant cette priorité : la stabilisation des frais de scolarité. Une solution semble se démarquer : la contractualisation des frais sur trois ans, rendant impossible toute hausse avant l’échéance du contrat et permettant ainsi aux familles de maitriser leur budget. Pour ceux qui douteraient de la pertinence d’une telle proposition, un intervenant a raconté que les tarifs avaient bondi de 50% à Caracas, puis de 35% l’année suivante ! Et il parlait d’un établissement en gestion directe…

Enfin, au rang des vœux exprimés, il serait louable que les élèves en provenance du réseau AEFE cessent d’être obligés de passer un test de langue lors de leur retour en France.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu de l’Assemblée Générale de la FAPEE qui constitue une mine d’informations et une fiche descriptive sur le « métier de parent dans l’enseignement français à l’étranger ».

Site de la FAPEE

Lire aussi : « EGD (8) : Evolution de l’EGD à Londres, Yes we can ! » (du 18 mai 2010)