Lors de la campagne électorale, j’avais soutenu qu’il était « incontournable de mettre le système des bourses scolaires à l’étranger en cohérence avec les vrais besoins de notre communauté avant d’attribuer l’enveloppe budgétaire. Cessons de faire les choses à l’envers » (Lire : « Plaidoyer pour le développement de l’enseignement français à l’étranger » du 28 mai 2012).

Comme je le craignais, le gouvernement sorti des urnes a opté pour la méthode traditionnelle, celle-ci consiste à déterminer préalablement une enveloppe puis, seulement, de construire une clé de répartition. Compte tenu de notre situation budgétaire, cette démarche revient à partager la pénurie entre les plus nécessiteux.

Aussi, la ministre représentant les Français de l’étranger, Hélène Conway, a-t-elle demandé à la Commission nationale des bourses de faire évoluer le système. Elle a préconisé une progression limitée de l’enveloppe des bourses tout en augmentant le nombre de familles boursières.

L’idée poursuivie par le gouvernement se résume à augmenter le nombre de bénéficiaires du système dans le cadre d’une enveloppe budgétaire aux contours figés. Chacun peut comprendre que ce seront donc les bénéficiaires actuels des bourses qui paieront pour les nouveaux boursiers.

Je salue au passage le travail de la Commission nationale des bourses et, en particulier, l’action de nos représentants de l’AFE, à savoir Hervé Leboucher (Grèce), Daniel Ollagnier (Allemagne) et Margaret Soledad (Espagne) qui se sont pliés à un exercice dont on ne peut ressortir qu’avec une extrême frustration.

Hervé Leboucher restitue parfaitement la nouvelle situation : « L’AEFE et la DFAE ont fait un travail remarquable dans des délais contraints et sur la base d’un cahier des charges exigeant. Il devrait permettre à de nouvelles familles d’accéder aux bourses. Mission accomplie, donc ! A ceci près que si c’est dans le cadre budgétaire dont notre ministre semble prête à se satisfaire cela se fera au détriment de familles déjà boursières par des pertes significatives de quotité».

Et les simulations sont rudes pour les boursiers du Royaume-Uni. Ce sont 161 familles qui devraient perdre plus de 20 points de quotité sur leur bourse. Précisons que le Royaume-Uni sera le 4ème pays le plus affecté par le phénomène, après l’Espagne (755 familles), Les Etats-Unis (430) et l’Allemagne (228) – voir l’étude d’impact présenté à la Commission nationale des bourses -.

Toujours d’après les simulations, seules 4 842 familles dans le monde recevront une bourse à hauteur 100%, au lieu de 7 421 familles précédemment.

Certains s’étrangleront du cynisme du gouvernement qui fait peser la charge des nouveaux boursiers sur les boursiers actuels.

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Cette simulation repose sur un nombre constant de demandes. Si le nombre total de demandes de bourses recevables augmente plus vite que l’enveloppe prévue pour les deux ans à venir, les bourses pourront être réduites au prorata des moyens affectés par le ministère. Par exemple, si une famille reçoit une bourse de 50% une année, le taux de l’année suivante pourra être inférieur même si ses revenus demeurent identiques.

Comment construire son budget familial dans une telle incertitude, tandis que les frais de scolarité ne cessent de croitre ?

Chaque année, au mois de novembre précisément, revient la lancinante question de l’évolution des frais de scolarité à l’occasion de la présentation du budget par les établissements.

La semaine dernière, lors de son conseil d’établissement, le lycée Charles de Gaulle a annoncé que les tarifs n’augmenteraient «que» de 8% en 2013-2014. C’est un progrès, puisque le précédent proviseur avait anticipé en 2010 une croissance annuelle des tarifs de 10% pour au moins les cinq années à venir (lire : « Frais de scolarité : l’impact du plafonnement de la PEC au lycée Charles de Gaulle » du 10 novembre 2010).

En décidant de rationner le budget de l’aide à la scolarité, le gouvernement reconnait qu’il n’a plus les moyens de financer une politique d’aide à la scolarité conforme aux besoins réels. Cependant, scolariser un enfant en cours préparatoire, constitue un engagement pour 12 années.

C’est pourquoi il me parait irresponsable de poursuivre cette politique qui va immanquablement plonger à terme des familles dans le désarroi de devoir retirer leur enfant du système français en cours de scolarité.

Lorsqu’on n’a plus les moyens de sa politique, il faut changer de politique.

Mais là, il faudrait du courage pour affronter les vrais enjeux auxquels est confronté l’enseignement français à l’étranger.

Photo Flickr de marco40134