La charmante jeune fille qui avait sollicité une mission de service civique auprès du lycée Charles de Gaulle ne pouvait imaginer un tel accueil : un parterre d’une centaine de spectateurs, comprenant ministre, ambassadeur, élus ou proviseur, venus assister à la signature de son engagement sous le crépitement des flashes.

Signature de l'engagement de la première volontaire du service civique au lycée français

En effet, ce 18 octobre au lycée français de Londres, Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE, et Marc-Philippe Daubresse, ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives, étaient présents pour signer une convention sur l’extension du service civique aux établissements scolaires français à l’étranger.

A cette occasion, un débat, animé par M. Petel (professeur de philosophie), a été organisé entre les élèves délégués de premières et terminales et le ministre.

Né de la loi du 10 mars 2010, à l’initiative de Martin Hirsch, le service civique remplace le service civil volontaire voulu par Jacques Chirac, en 2002, après la suppression du service militaire.

Ce dispositif permet aux jeunes de 16 à 25 ans d’effectuer une mission au service des autres, pendant 6 à 12 mois, généralement au sein d’une association ou d’un établissement public opérant dans la santé, l’humanitaire, l’éducation, l’environnement, la culture, etc.

Outre le bonheur de se sentir utile, ce projet citoyen est une opportunité d’acquérir des compétences et d’élargir son horizon culturel, notamment grâce aux expériences à l’étranger. Le volontaire peut accessoirement se constituer un petit pécule de 440€ par mois, indemnité prise en charge par l’État.

Pour revenir à notre demoiselle du lycée CDG, elle travaillera dans un esprit de solidarité et de soutien qui pourra se traduire par l’aide aux élèves en situation de handicap ou de difficultés, l’organisation de sorties, l’animation d’ateliers hors temps scolaire concernant l’art, la culture, le sport… Attendue le 1er janvier à Londres, elle sera rejointe par deux ou trois autres volontaires.

Grâce à la convention nouvellement signée, chacun se félicite que les 77 établissements gérés directement par l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) puissent désormais accueillir des jeunes volontaires dans le réseau. Anne-Marie Descôtes s’est fixé un objectif clair dès 2010 : intégrer 50 jeunes en mission dans 20 établissements et 10 pays. 

Le 18 octobre au lycée Charles de Gaulle (de gauche à droite) : Bernard Vasseur, proviseur du lycée ; Anne-Marie Descôtes, directrice de l'AEFE ; Marc-Philippe Daubresse, ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives ; Maurice Gourdault-Montagne, ambassadeur de France au RU

Dans un même esprit en faveur des jeunes et de l’emploi, j’ai profité de l’occasion pour remettre Marc-Philippe Daubresse, successeur de Martin Hirsch, un exemplaire du dossier concernant les « Oubliés de St Pancras » et l’inviter à revenir pour visiter le centre Charles Peguy (Lire aussi : « Un premier pas vers les oubliés de St Pancras » du 28 janvier 2010).

Si vous souhaitez consulter ou publier des offres de missions en ligne, je vous encourage à visiter le site du service civique qui vous explique toutes les modalités d’application.

Crédit photo AEFE