Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°117 – ÉDITO : La question (référendum) – QAG : Ma question sur les gilets jaunes – CONSEIL EUROPEEN : Mes questions à Nathalie Loiseau – PJL PACTE : Mes 11 interventions en vidéo – Question écrite : Quels sont les dossiers où l’intérêt national a prévalu sur l’INVESTISSEMENT ETRANGER ? – BREXIT : Conférence à Londres « Settled Status » & Conférence à Paris « Et maintenant ? » – En circonscription au PAYS-BAS – Amsterdam (29-30 janv. 2019) – REP. DOMINICAINE / Affaire Air Cocaïne : communiqué de Philippe Heneman – MEDIAS (Pacte et Brexit)

Lire : l’HEBDOLETTRE n°117 – 19 mars 2019Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°117

La question

Le grand débat arrive à son terme. Une fois l’exercice terminé, certains annoncent que nous devrions nous acheminer vers un référendum… Ce serait à mon sens gênant, malhabile et risqué.

Gênant, parce qu’il demeurera dans notre inconscient collectif que les gilets jaunes et les violences extrêmes observées le 2 décembre 2018 sont la cause directe ou indirecte de cet épisode inédit de démocratie participative. Quand bien même, on imagine mal que cet exercice démocratique puisse calmer les séditieux qui ont mis feu et désolation sur les Champs Élysées, ce 16 mars.

Malhabile ensuite, car le référendum sur le traité constitutionnel européen de 2005 a laissé des traces. Beaucoup de Français sont amers face au compromis du traité de Lisbonne qui a suivi. Ils estiment que leur « non » n’a pas été respecté, oubliant qu’une majorité de peuples avaient voté l’inverse. Ils seront tentés de prendre à contre-pied les élites qui soumettront la prochaine question.

Risqué enfin, car les partis populistes se régalent d’avance de cette perspective tendue sur un plateau, tant ils excellent dans les situations où l’on peut cliver les Français.

« Un référendum ? Ma réponse est non. Au fait, quelle est la question ? », s’amuserait Woody Allen.

Justement, quelle est la question ? Aucune importance pour près des trois quarts des Français, d’après un institut de sondage. Ils sont favorables à un référendum sans avoir besoin de connaître la question…
Visuel HL110

Irréfléchie et brutale, la question sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne a conduit ce pays vers une impasse. A J-10 de l’échéance, personne ne sait ce que Brexit signifie et ce qu’il va vraiment en advenir.

Une décision cela ne se prend pas, cela se construit. Dans une démocratie, cela nécessite un débat qui s’exerce dans la sérénité et dans la durée.

Voilà pourquoi j’ai déclaré lors de la séance de questions au gouvernement du 14 février : l’agitation de rue doit cesser. S’ils veulent manifester, très bien ; mais selon les règles républicaines : pas n’importe où, pas n’importe comment. Le mandat d’Emmanuel Macron s’achèvera dans 166 semaines. Au train où vont les choses, peut-on imaginer qu’il y aura un « Acte 166 » des gilets jaunes ?

Et ma question au ministre de l’intérieur était simple : quand comptez-vous faire rétablir l’ordre républicain ? C’était il y a plus d’un mois ! Découvrir l’HebdoLettre n°117

En circonscription aux Pays-Bas – Amsterdam (29-30 janvier 2019)

La situation de l’enseignement français à Amsterdam est en train de s’éclaircir : il se profile enfin une solution permettant le prolongement d’une scolarité en français après l’école élémentaire. Aujourd’hui, les enfants français et francophones doivent se rendre à La Haye au lycée Van Gogh ou bien à l’École Européenne de Bergen.

L’intérêt marqué de notre ambassadeur, Philippe Lalliot (à l’image), pour les questions d’éducation et son volontarisme ont fait éclore la réponse attendue par de nombreux parents d’élèves.

Enseignement français

Lancement du collège français d’Amsterdam : le rêve devient réalité !

Pour mon 300ème déplacement depuis le début de mon mandat, je suis revenu aux Pays-Bas (pour la 6ème fois) afin d’assister à la réunion d’information organisée par Philippe Lalliot, le représentant de notre diplomatie, et Franck Barro, directeur de l’école française d’Amsterdam, gérée par l’AEFE.

Lorsque Marie Cordonnier et Aurélie Rimasson m’ont rencontré au Sénat, en octobre 2017, pour me présenter leur projet de création d’un collège français à Amsterdam, je me suis immédiatement engagé à soutenir leur initiative. Leur projet est devenu ma priorité d’action pour ce pays.

Dans un premier temps, nous avons organisé en commun une réunion d’information auprès des parents d’élèves d’Amsterdam, le 1er décembre 2017 (compte-rendu).

14 mois plus tard et toujours au The Student Hotel, l’ambassadeur de France, Philippe Lalliot, nous a annoncé que le projet de collège français d’Amsterdam verrait le jour dès la rentrée 2019 !

Un plan d’action rassurant

Lors de mon déplacement de décembre 2017, j’avais apprécié l’analyse lucide de Franck Barro sur les besoins en scolarisation francophone à Amsterdam. Une vision pragmatique parfaitement en phase avec l’état d’esprit constructif des parents d’élèves.

Ce 29 janvier, le directeur nous a présenté un plan étalé sur les trois prochaines années : ouverture d’une classe de 6ème pour les 11 ans (rentrée 2019) ; ouverture d’une classe de 5ème pour les 12 ans (sept. 2020), puis relocalisation de l’école sur un nouveau site à l’horizon septembre 2021. Une démarche qui a convaincu et rassuré tous les participants. 

Réunion avec l’équipe projet

A l’issue de la réunion, en compagnie d’Anne Genoud, consule générale et Hélène Degryse, conseillère consulaire, j’ai partagé du temps avec l’équipe qui a initié le projet et nous réjouir de ce succès, à savoir : Aurélie Rimasson ; Sylvie Luisetti ; Marie Cordonnier et Nicolas Castanet.

Je veux saluer leur sens du bien commun et leur pugnacité. Comme Hélène l’a tweeté, c’est grâce à eux que le rêve est devenu réalité ! + d’images

Communauté française

Consulat

Notre administration s’est installée dans ses nouveaux locaux le 14 janvier dernier !

La nouvelle configuration du consulat français permet d’améliorer nettement la qualité d’accueil.

Lors de la visite des lieux organisée par Anne Genoud, consule générale, j’ai découvert le plateau rassemblant les services du consulat, aux côtés des bureaux de l’Institut français et de Business France. + d’images

Élus consulaires

Après avoir échangé avec l’équipe du consulat, nous avons eu une réunion avec les élus représentant nos compatriotes installés aux Pays-Bas, qui rassemblait les conseillers consulaires Hélène DegryseCatherine Libeaut et Richard Bennahmias.

Leur tâche ira grandissant puisque les autorités néerlandaises ont déjà enregistré une croissance de 7% du nombre de Français présents dans le pays. Pour l’anecdote, depuis les fenêtres du consulat, nous avons observé le chantier de construction du bâtiment qui abritera l’Agence européenne du médicament et ses 900 employés… dont 12% de Français.

Culture française

Alliance Française

Visite de la bibliothèque de l’Alliance française d’Amsterdam à J-2 de son inauguration !

J’étais en compagnie Anne Genoud, consule générale ; Anne-Emmanuelle Grossi, COCAC et directrice de l’IFPB ; Hélène Degryse, conseillère consulaire ; Carine Bougnague, directrice de l’AF d’Amsterdam.

Située au sein de la bibliothèque publique OBA (Openbare Bibliotheek Amsterdam), la bibliothèque de l’Alliance française en langue française constituera le fonds le plus important de la partie internationale, surtout après une récente acquisition de 400 ouvrages supplémentaires. Ouverte en 2007, OBA est la plus grande bibliothèque publique d’Europe !

L’Alliance française prend aussi avantage des salles de cours et des infrastructures de la bibliothèque OBA pour enseigner notre langue et faire rayonner la culture française en synergie avec l’Institut français. + d’images

En circonscription aux Pays-Bas – Amsterdam (30 nov. – 3 déc. 2017)

(à l’image) avec Philippe Lalliot, ambassadeur de France et Hélène Degryse, conseillère consulaire.

Fière de son cachet touristique, Amsterdam veut aussi être une terre d’élection pour les créateurs de start-up et un label pour l’innovation. Elle est devenue la 3ème ville mondiale pour l’attraction de projets d’investissements étrangers (IBM Global Location Trends 2016).

Le lancement d’un projet de collège français que je suis venu soutenir s’inscrit dans cette dynamique économique qui attire les cadres expatriés. Le besoin de scolarisation francophone devient de plus en plus criant, comme l’illustre la relocalisation imminente de l’Agence européenne du médicament (AEM) à Amsterdam et ses 900 employés, dont 12% de Français.

Depuis un an, je soutiens l’action d’Hélène Degryse, conseillère consulaire, qui vise à créer un plan Ecoles aux Pays-Bas sur le modèle de ce qui a été fait à Londres. Arrivé récemment en poste à La Haye, Philippe Lalliot, ambassadeur de France, a pris la mesure des enjeux éducatifs et a affiché son volontarisme pour développer notre enseignement aux Pays-Bas.

Enseignement

Lancement d’un projet de collège

(g. à d.) avec l’équipe projet : Aurélie Rimasson (secrétaire – gestion de projet, offre pédagogique) ; Sylvie Luisetti (communication digitale, site web) ; Marie Cordonnier (pdte – gestion de projet, sponsoring) ; Olivier Cadic ; Céline Castanet (marketing, RP) ; Nicolas Castanet.

Lorsque Marie Cordonnier et Aurélie Rimasson sont venues au Sénat, le 26 octobre dernier, me présenter leur projet de création d’un collège français à Amsterdam, elles ont d’emblée reçu mon soutien et ma promesse de participer au lancement.

L’histoire retiendra qu’il a eu lieu un 1er décembre au The Student Hotel, en présence des conseillères consulaires Hélène Degryse et Catherine Libeaut ; de Anne Genoud, consule générale; Xavier Rey, Premier conseiller de l’ambassade et de Anne-Emmanuelle Grossi, conseillère de coopération et d’action culturelle et directrice de l’IFPB et de Tanguy Le Breton, ancien conseiller à l’AFE.

Quelques jours auparavant, une réunion d’information auprès des parents d’élèves fut très encourageante en confirmant leur attrait pour un collège français bilingue, également exprimé par le biais d’une pétition (370 signatures au 28.11.2017).

La situation est désespérément claire à Amsterdam : aucune solution d’enseignement français après l’école élémentaire. Les enfants français et francophones doivent se rendre La Haye au lycée Van Gogh ou bien à l’Ecole Européenne de Bergen.

Que reste-t-il à faire ? Beaucoup. Dans les grandes lignes : finaliser le business plan ; trouver un local (avec l’aide de la mairie) et l’aménager ; recruter un responsable pédagogique…

Le terrain est favorable, notamment auprès des entreprises de la région qui ont besoin de faciliter l’expatriation de leurs employés francophones. L’offre est séduisante avec un cursus bilingue  français / anglais + langue néerlandaise. A terme, Aurélie veut proposer l’option internationale du baccalauréat (OIB), baccalauréat bilingue et bi-culturel (à ne pas confondre avec le baccalauréat international – BI).

Ecole primaire d’Amsterdam

(à l’image) Avec Franck Barro, proviseur ; Anne Genoud, consule générale ;  Anne-Emmanuelle Grossi, COCAC

L’école française d’Amsterdam est, depuis janvier 1989, une annexe du lycée français Vincent van Gogh situé à La Haye. Elle est, depuis 2006, dirigée par un directeur mais reste sous l’autorité du proviseur Franck Barro.

Dans le quartier du Pijp à Amsterdam, il s’agit d’une charmante école primaire (maternelle et élémentaire) qui scolarise les enfants jusqu’au CM2 uniquement. Le collège et le lycée sont à La Haye.

Communauté française

Réunion annuelle des consuls honoraires

J’ai rencontré les consuls honoraires des Pays-Bas au sortir de leur réunion avec Anne Genoud, consule générale, un moment important pour la cohésion du groupe et propice au partage d’expériences avec les élus consulaires.

En compagnie de notre ambassadeur Philippe Lalliot, nous avons salué l’état d’esprit de ces représentants locaux de la France auprès de nos ressortissants qui, à titre bénévole, assurent leur protection et facilitent leurs formalités.

Entrepreneuriat

Réunion économique

Lors d’un déjeuner à la Brasserie Flo, haut lieu culinaire et petit coin de France identifié par les Amsterdamois, j’ai pu cerner le climat des affaires aux Pays-Bas auprès de notre ambassadeur Philippe Lalliot, le chef du service économique, Mathieu Kahn, la directrice d’Atout-France, Fabienne Javault, le directeur de Business France, Georges Régnier, ainsi que Fanny-Marie Brisdet, avocate d’affaires et vice-présidente du comité CCEF Pays-Bas et Manoël de Goeij, responsable du desk France de PwC.

Fabienne Javault a souligné qu’en 2016, la France était le premier pays d’accueil des investissements étrangers créateurs d’emplois en provenance des Pays-Bas en Europe (37%), devant le Royaume-Uni (19%) et l’Allemagne (10%) !

J’ai retiré de nos échanges diverses idées pour alimenter mon rapport sur le cycle de vie des entreprises (au nom de la DSAE). Citons, par exemple, le dispositif de « turbo liquidation » qui existe en droit néerlandais, la souplesse contractuelle (contrat oral) ou le régime fiscal les capitaux-risqueurs.

TomTom ou la mobilité du futur

Découverte du siège de TomTom à Amsterdam, éditeur de logiciels de planification d’itinéraires et fabricant de systèmes de navigation GPS. Cette entreprise créée par trois Néerlandais et une Française, Corinne Vigreux, est déjà forte de 25 années d’expérience.

Le responsable produits, Louis Debatte-Monroy, nous a expliqué que TomTom était présent dans 38 pays et que sa réussite mondiale pouvaient s’illustrer par deux chiffres : 500 millions d’appareils connectés et 750 serveurs pour gérer les flux de données !

Le véhicule autonome et électrique est au cœur de sa stratégie de développement.

The Student Hotel ou garder son âme d’étudiant

Pour Nicolas Castenet, The Student Hotel (TSH) est « le produit hôtelier hybride le plus innovant de sa génération », ce qui explique la rapide croissance de ce groupe hôtelier aux Pays-bas et désormais en Europe.

Diplômé de l’Essec, Nicolas a fait ses premières armes au sein d’AccorHotels qui lui confiera, pendant 8 ans, la direction régionale du contrôle financier de la marque Sofitel à Bangkok, puis à Singapour. De retour à Paris, il est saisi par l’envie de repartir et deviendra ainsi le CFO de l’établissement The Student Hotel basé à Amsterdam.

Impliqué dans la vie communautaire française, Nicolas est le trésorier de la fondation pour la création d’un « Collège français bilingue à Amsterdam », qu’il sponsorise par ailleurs en mettant les salles de réunion de TSH à sa disposition.

Culture française

Alliance française

(g. à d.) Xavier Rey, Premier conseiller de l’ambassade ; Olivier Cadic ; Carine Bougnague, directrice de l’AF d’Amsterdam ; Anne Genoud, consule générale ; Anne-Emmanuelle Grossi, COCAC et directrice de l’IFPB.

J’ai visité les locaux qui accueilleront dès janvier prochain, l’Alliance française d’Amsterdam. Aux Pays-Bas, la première Alliance française fut fondée en 1888. On compte actuellement 33 Alliances françaises qui sont réunies en une fédération : l’Alliance française des Pays-Bas.

Ce réseau accueille plus de 7000 étudiants, accompagnés par 200 professeurs. En complément aux cours de langue, les AF proposent de nombreuses activités culturelles et des projets nationaux, comme le Concours de la Chanson ou le Concours Visions d’Europe qui remportent chaque année une grande adhésion. Le concours Visions d’Europe a par exemple mobilisé une trentaine d’établissements secondaires néerlandais.

Politique

Congrès ALDE / Amsterdam 1-3/12

(g. à d.) Olivier Cadic ; Benoit Mayrand, conseiller consulaire UDI Roumanie Moldavie ; Yves Robert, ancien conseiller gouvernemental, coordinateur ALDE membres individuels France ; Nicolas Bizel, délégué UDI en Serbie.

Après mes rencontres avec les divers acteurs de la communauté française, j’ai assisté au congrès de la ALDE (Alliance of Liberals and Democrats for Europe), samedi et dimanche à Amsterdam. Cette Alliance constitue l’un des groupes politiques du Parlement européen, dont l’UDI est membre. 8 Premiers ministre de l’UE en sont membres.

Précédents déplacements :

Reportage Public Sénat « 48h avec le sénateur Cadic » (Pays-Bas : La Haye, Amsterdam) / 25.01.2016 – vidéo.
– La Haye et Amsterdam / 21-22 janv. 2016.
– Amsterdam / 21 juin 2015
– La Haye et Amsterdam / 12-13 fév.2015.

 

Déplacement aux Pays-Bas (La Haye et Amsterdam – 21 et 22 janvier 2016)

Résidence 3A l’initiative de Tanguy Le Breton, conseiller consulaire, j’ai effectué mon troisième déplacement aux Pays-Bas, en 17 mois de mandat. Je suis très reconnaissant envers Laurent Pic, ambassadeur de France, (à gauche sur l’image) et Christina Vasak, consule générale. Ils m’ont une nouvelle fois organisé un excellent accueil et permis de faire les rencontres nécessaires à l’exercice de mon mandat.

Je remercie les élus consulaires Tanguy Le Breton (PB), à l’initiative de cette visite à laquelle se sont joints Maryse Imbault (PB) et Caroline Laporte (Bel.), mais aussi Hélène Degryse (PB) et Catherine Libeaut (PB) pour leur participation aux rencontres officielles. Je souhaite enfin saluer en particulier Georges Goyon , conseiller Politique intérieure et Presse, et Bernard Boidin, chef de la section économique de l’ambassade, pour leur implication et leurs éclaircissements afin de favoriser la réussite de mon déplacement.

Après ma rencontre avec la communauté française à La Haye, mes rendez-vous à Amsterdam avaient tous un objectif économique et entrepreneurial dans un pays qui se positionne comme la « porte de l’Europe », accueillant en effet 51% des centres de distribution européens.

Les 17 millions de Néerlandais compensent leur géographie étriquée par une mentalité ouverte et pragmatique qui se traduit dans le monde des affaires par une forte culture du commerce, une réglementation légère et un esprit pionnier, pourrait-on résumer de mes échanges à Amsterdam.

Communauté française

Residence 2Soirée citoyenne – La Haye

Photo : Conformément à l’engagement pris de partager le mandat entre colistiers, Maryse Imbault, élue AFE Benelux, a laissé son siège à Tanguy Le Breton, en ces termes : « C’est avec une confiance absolue que je te passe le relais, sachant combien tu as à cœur de défendre la cause de nos compatriotes ».

La soirée « Soirée citoyenne » s’est déroulée à la Résidence de La Haye, capitale administrative, où résident le gouvernement, la famille royale et de nombreuses ambassades.

Cet événement était placé sous le patronage de Laurent PIC, ambassadeur de France aux Pays-Bas en présence de Christina Vasak, consule générale de France et sous le parrainage de l’UFE Pays-Bas, représentée par son président, Henry Her.

residence(g. à d.) Olivier Cadic ; Maryse Imbault, conseillère consulaire Pays-Bas ; Laurent Pic, ambassadeur de France ; Caroline Laporte, conseillère consulaire Belgique (UDI) ; Tanguy Le Breton, conseiller AFE Benelux.

Thème de la soirée: Quels sont les rôles respectifs de nos élus à l’étranger?
Devant une centaine de compatriotes, nous avons pu expliquer la différence entre le rôle d’un ambassadeur, d’un consul général, et celui des élus des Français de l’étranger, sénateur, conseiller à l’AFE, conseiller consulaire ou président d’une association reconnue d’utilité publique comme l’UFE.

Relations commerciales

CCI2Réunion à la CCI France Pays-Bas – Amsterdam

Photo : Sous l’objectif de Public Sénat, (g. à d.) : Bernard Boidin, chef de la section économique de l’ambassade ; Olivier Cadic ; Patricia Schneiders, directeur de la Chambre

Depuis 1979, la CCI France Pays-Bas favorise les échanges commerciaux entre nos deux pays et son catalogue de services est particulièrement fourni à l’attention de nos entreprises, qu’il s’agisse pour elles de s’informer, s’implanter, prospecter ou bien communiquer.

Force de soutien commercial, je souligne que la chambre est une fondation qui s’autofinance grâce aux cotisations de ses 200 membres et la vente de ses services.

Patricia Schneiders, directeur de la CCI, se félicite de la dynamique de coopération entre la France et les Pays-Bas. On récence près de 400 filiales françaises sur place et 650 filiales néerlandaises implantées en France (répertoire www.cfci.nl)

CCI1La France est le 7ème fournisseur (surtout appareils et combustibles) et le 3ème client des Pays-Bas. Inversement, les Pays-Bas sont le 8ème fournisseur et le 7ème client.

Les entreprises françaises apprécient la politique fiscale favorable aux investisseurs, tout autant que l’excellence des firmes néerlandaises qu’elles n’hésitent pas à racheter. Parmi les opérations les plus médiatiques, citons : Air France et KLM, Danone et Domico (produits bébé) ou Pierre & Vacances et Center parcs.

Les Pays-Bas se distinguent dans le secteur Transport et logistique par la combinaison des ports et de l’aéroport de Schiphol (3ème aéroport européen en termes de fret). Les Néerlandais ont aussi une expérience séculaire de la gestion de l’eau et les fleurs (n°1 européen ; 35% du total de leurs exportations)

Les investisseurs et les créateurs français prennent en compte que les Pays-Bas font partie des pays les plus avancés dans la haute technologie (lithographie, appareils médicaux…), la chimie, la santé ou les énergies renouvelables.

Entrepreneuriat

C_VasakRencontre avec nos entrepreneurs – Amsterdam

J’ai beaucoup apprécié que Christina Vasak, consul général (débout à l’image), réunisse des entrepreneurs français au consulat pour partager leur expérience de terrain.

Ils nous ont expliqué que l’environnement fiscal et social était conçu pour être propice à l’éclosion des entreprises. Cela peut sembler des détails, mais mis bout à bout, ceux-ci changent la donne pour un entrepreneur venu de France. Par exemple, les contributions à divers organismes sont centralisées : un seul paiement, une seule échéance.

Dans le même esprit, les statuts d’auto-entrepreneur ou de travailleur à temps partiel (un employé sur deux !) ne sont pas considérés comme des sous-catégories contingentes du salariat, mais valorisés en tant que tels, y compris par l’Administration.

HelenePhoto : Hélène Degryse, conseillère consulaire Pays-Bas, convertie au mode de circulation préféré des Amstellodamois, nous rejoignant au consulat français d’Amsterdam.

Faire des affaires aux Pays-Bas est assez plaisant, m’ont expliqué mes compatriotes. Généralement, les relations avec les clients et fournisseurs hollandais sont sobres et très respectueuses de la parole donnée. C’est l’effet d’une éducation portée sur le sens de la responsabilité individuelle.

Il est relativement aisé de faire connaitre ses produits et services sur un marché donné, puisque les entreprises néerlandaises sont des organisations principalement horizontales, où les relations de travail sont plutôt informelles.

AmsterdaminbusinessVisite de Amsterdam in Business

(g. à d.) Maryse Imbault conseillère consulaire Pays-Bas ; Reiniera van Pallandt, directrice de Amsterdam In Business ; Olivier Cadic et Tanguy Le Breton, conseiller AFE Benelux

Pour faire foisonner les innovations et les investissements, il faut mettre en place tout un écosystème pour attirer les créateurs de start-up, en leur assurant qu’ils seront choyés et stimulés par un climat permissif vers la réalisation leurs rêves. Amsterdam in Business leur délivre ce véritable message d’amour, jusqu’à offrir sur son site une cartographie du millier de jeunes pousses déjà implantés à Amsterdam.

Sa directrice, Reiniera van Pallandt, nous a décrit l’écosystème d’Amsterdam qui reflète l’esprit d’aventure et de résilience de cette ville : incubateurs, accélérateurs, entreprises partenaires, universités, fonds d’investissement… et administration locale qui joue pleinement son rôle dans cette démarche public/privé.

Reiniera n’a aucune crainte dans l’avenir, elle a pour mission de le dessiner.