Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Indonésie – Jakarta (24 & 25 sept. 2019)


Dans le prolongement de mon déplacement à Kuala Lumpur, je suis venu avec la volonté d’expliquer la position de la France et de l’UE au sujet de l’huile de palme à mes homologues indonésiens.

Malheureusement, d’importantes manifestations contre plusieurs textes de lois en discussion ont provoqué l’annulation de mes rendez-vous au parlement.  

(à l’image) Toute ma gratitude à Myriam Saint-Pierre, chargée d’affaires à l’ambassade. Rencontrée dans son précédent poste à Séoul en avril dernier, elle m’a accompagné d’un bout à l’autre de mon premier déplacement en Indonésie.

Economie

Huile de palme

Rencontre avec Agus Purnomo, directeur de la durabilité de Golden Agri-Resources (GAR).

Ancien directeur exécutif de WWF Indonésie, Agus Pernomo gère la mise en œuvre des engagements pour une huile de palme durable sur toute la chaîne de valeur (culture du fruit, transformation du fruit en huile de palme, raffinage et commerce).

Son entreprise représente près de 170 000 emplois dont 40% de petits producteurs. 

Contrairement à ce qui est imaginé en France, l’huile de palme est un facteur positif de développement qui a fait reculer la pauvreté et favorise le développement.

Les hauts responsables des pays producteurs sont conscients que certaines mauvaises pratiques dans cette culture peuvent avoir des conséquences négatives sur l’environnement.

C’est pourquoi, les grands producteurs se sont lancés dans des pratiques de culture durable. Ainsi, GAR conserve 72 000 hectares de forêt et lutte contre la déforestation. Il justifie d’une production 100% traçable pour ses usines et s’engage socialement en ayant créé plus de 230 écoles, 150 cliniques, tout en formant les petits producteurs ou ayant réintroduit 100 orangs-outans depuis 2011…

Agus Purnomo a partagé avec moi et Myriam Saint-Pierre sa frustration que l’huile de palme soit l’objet en Europe et particulièrement en France d’une discrimination par rapport au soja et au colza.

Je souhaite que les efforts entrepris en Indonésie dans ce domaine soient mieux pris en compte en France et forme le vœu que l’Indonésie consacre également plus d’énergie à communiquer pour mieux informer l’opinion publique européenne sur le sujet. +d’images

Entreprenariat

Chambre de commerce

Rencontre organisée par Philippe Augier, président de l’IFCCI, son équipe et des conseillers du commerce extérieur, en présence de Myriam Saint-Pierre, d’Alain-Pierre Mignon et Jacques Luçon, conseillers consulaires, et de Jean-Alexandre Egea, conseiller économique.

On compte près de 200 entreprises françaises en Indonésie, dont 31 entreprises du CAC 40.

Parmi les récentes implantations, Engie construit ses deux premières centrales géothermiques haute température au monde sur l’île de Sumatra ; Michelin vient d’investir 700 M$ dans une acquisition ; Décathlon prévoit d’ouvrir 100 magasins en 10 ans ; Veolia a posé la première pierre d’une usine de recyclage du plastique à Surabaya.

Témoignage de l’importance de l’Indonésie pour certains grands noms français : c’est le premier marché mondial pour ATR, le 5ème pour Airbus et Danone.

Je recommande la lecture de la brochure réalisée par Business France, intitulée : En 2019, osez l’Indonésie.

Merci à Philippe Augier pour son accueil remarquable et aux représentants des entreprises rencontrées qui ont bien voulu m’ apporter leur éclairage et partager leur expérience.

La soirée m’a offert l’opportunité de saluer le travail d’Alain-Pierre Mignon auprès de ses pairs qui le connaissent bien pour son action à l’AFE, dont je suis le témoin depuis 2006, et pour ses initiatives bienvenues depuis qu’il est président de la CFE, Caisse des Français de l’étranger.

En souvenir de mon passage sur ses terres et en gage de témoignage pour son travail, je lui ai remis la médaille du Sénat. +d’images

Entreprises

Visite de deux sociétés de la Tech : Idemia et Ali Dokter

IDEMIA est une société française de sécurité numérique spécialisée dans la biométrie, l’identification et l’authentification, la sécurité digitale, l’analyse de données et de vidéos.

Issue de la fusion entre les sociétés Oberthur et Morpho, l’entreprise emploie 14 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros.

La société a installé un centre de recherche et développement à Jakarta qui réunit 250 ingénieurs indonésiens avec 4 expatriés.

Antoine Schweitzer, directeur général de Idemia Indonésie, m’a fait visiter ses installations et offert une démonstration convaincante de leurs nouvelles applications permettant l’identification faciale tout en protégeant les données personnelles.

ALO DOKTER est une start-up française spécialisée dans l’information médicale en Indonésien.
Son site compte 20 millions d’utilisateurs et son applet 600.000.

10.000 docteurs sont enregistrés sur le site afin de permettre les prises de rendez-vous. Ainsi 500 docteurs assurent 300.000 conversations médicales en ligne par mois.

Sébastien Poutignat, directeur financier, m’a confié que les Indonésiens risquent la faillite personnelle lorsqu’ils sont affectés par une maladie grave, ce qui les entraîne parfois à vendre leur maison pour payer leurs soins.

La source de revenus provient de la vente de police d’assurance médicale dans un pays où seule 2% de la population est assurée. De belles perspectives pour une start-up très prometteuse. +d’images

Communauté française


Ambassade

Afin de préparer les différents rendez-vous organisés à la faveur de mon premier passage à Jakarta, Myriam Saint-Pierre, chargé d’Affaires, m’a invité à une réunion de cadrage en présence des chefs de service de l’ambassade.

Je regrette de ne pas y avoir revu Olivier Chambard, à peine nommé ambassadeur de France en Indonésie, qui prendra ses fonctions quelques jours après ma visite. Nous nous étions vus cet été au Sénat et je lui suis reconnaissant d’avoir facilité la préparation de ce déplacement.

L’Indonésie représente plus du tiers de la population de l’ASEAN et environ 40% de son PIB. Comme en Malaisie, la manière dont l’huile de palme est actuellement considérée en France constitue une source de tension. +d’images

Consulat

Afin de me permettre de mieux appréhender les attentes de la communauté française en Indonésie, Myriam Saint-Pierre a organisé deux événements.

Tout d’abord, une visite du consulat et une rencontre avec Marie-Noëlle Duris, consule, en compagnie des conseillers consulaires : Alain-Pierre Mignon, Hélène Le Touzey et Jacques Luçon.

Enfin, pour conclure mon déplacement à Jakarta, auprès d’une cinquantaine de représentants de la communauté française.

4200 compatriotes sont inscrits au consulat en Indonésie, mais plus de 40% des passeports émis par Jakarta le sont en faveur de Français qui déclarent habiter en France.

Près de la majorité des Français d’Indonésie enregistrés vivent à Bali.

On comptait 288 000 touristes français en Indonésie en 2018. L’assistance consulaire aux Français de passage qui rencontrent des soucis est une problématique aigüe, notamment du fait de l’immensité de l’archipel.

J’ai salué l’action des trois conseillers consulaires qui, chacun dans leur domaine, ont apporté un soutien efficace à nos compatriotes et un réconfort salvateur pour aider certaines personnes en situation de grande difficulté.

Je salue aussi Marie-Noëlle Duris pour son humanisme et pour la patience dont elle fait preuve face au flot continu d’alertes. +d’images

Enseignement français


Lycée Français Louis-Charles Damais

Visite du lycée français de Jakarta (LFJ) en compagnie de Myriam Saint-Pierre et de Philippe Grangé, attaché de coopération pour le français, suivie d’une rencontre avec Brahim Ouailli, son proviseur, de son directeur, des membres du conseil d’administration et des représentants des parents d’élèves et des enseignants.

Cet établissement, conventionné avec l’AEFE, scolarise 450 élèves de la petite section de maternelle jusqu’à la terminale.

Il dispose de belles infrastructures et il a d’ores et déjà acquis des terrains jouxtant l’établissement qui vont lui permettre de s’agrandir.

J’ai été impressionné par le mur protection de l’école et plus généralement par les efforts entrepris afin d’assurer la sécurité des personnes fréquentant l’établissement.

Une question sur le statut de l’école perdure. Le LFJ fait partie des 3 écoles d’ambassade d’Indonésie, avec celle de Corée et celle du Japon. Le statut d’école internationale lui permettrait d’accueillir des enfants indonésiens et de croître plus rapidement. Un arbitrage devra être fait car il orientera la stratégie à long terme de l’école. +d’images

Crèche UFE

L’UFE Indonésie a créé un espace de rencontre à proximité immédiate du lycée comprenant une crèche accueillant 20 bambins âgés de 6 mois à 3 ans, une bibliothèque et un bureau d’information.

J’ai pu observer à cette occasion que, très tôt, les petits Français considèrent que le déjeuner est une chose sérieuse et qu’ils manifestent ostensiblement le désir d’être servis avec célérité.

Présidée par Alain-Pierre Mignon, la section Indonésie de l’UFE apporte ici un service important à nos compatriotes qui mériterait d’être imité dans de nombreux autres pays. +d’images

Culture

Coopération

Superbe idée de Myriam Saint-Pierre et de Philippe Grangé de me permettre de rencontrer quatre personnalités indonésiennes du monde culturel et de la coopération.

Je leur ai posé cette question : Qu’est-ce qui permettrait de décrire l’Indonésie comme le plus beau pays du monde ? Ils m’ont répondu : la sincérité des Indonésiens et leur sourire spontané. 

Merci à Rahartati Bambang, traductrice des albums Astérix ; Joesana Tjahjani Tjhoa, enseignante à l’Universitas Indonesia ; Dutti Phiwedari, productrice de documentaires indonésiens et M. Pedcawanto, cadre chez Go-Jek, première licorne indonésienne valorisée 1 milliard de dollars, une sorte de Uber du scooter-taxi.

Durant le déjeuner, ils m’ont offert une conversation joyeuse et positive qui a agi comme un massage cérébral pour me permettre d’avoir les idées claires sur l’Indonésie. +d’images

Premier conseil consulaire de Londres : 3 avis et une élection

PrismeCe 26 juin, nous nous sommes réunis autour du consul général, Olivier Chambard, qui présidait le tout premier conseil consulaire réunissant les 9 conseillers élus pour Londres le 25 mai dernier : 4 de droite et du centre (Olivier Cadic, Véronique Cartoux, Stéphane Rambosson, Sophie Routier), 3 du parti socialiste (Morgane Marot, Renaud Digoin-danzin, Karine Daudicourt) et 2 indépendants (Olivier Bertin, Marie-Claire Sparrow).

En effet, la réforme de la représentation des Français de l’étranger décidée par les socialistes impose que les conseils consulaires soient présidés par un haut fonctionnaire, dans une vision toute jacobine de la démocratie.

Notre première démarche fut donc d’élire un vice-président. J’ai été élu avec 6 voix sur 9. Je remercie les deux conseillers indépendants d’avoir choisi de s’unir à nous. Ensemble, nous allons pouvoir défendre l’intérêt général des Français du Royaume-Uni, sans aucun esprit partisan.

Une position qui tranche avec l’attitude de la représentante socialiste qui a clairement exprimé qu’elle était présente pour représenter ses propres électeurs, réclamant par ailleurs une vice-présidence tournante du fait qu’elle dispose du tiers des voix… C’est un peu comme si l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet demandait à la PS Anne Hidalgo de partager son fauteuil de maire de Paris au prétexte que l’opposition détient près de la moitié des sièges des conseillers de Paris.

Je crains qu’il faille dire adieu à la politique consensuelle que nous avions pu construire jusqu’à présent avec les élus de tous bords. Comme les autres conseillers, j’ai senti poindre un sectarisme et une agressivité qui augurent une politisation de tous les débats et un esprit d’opposition systématique. Mais ce n’était que la première réunion, les dures réalités du travail de terrain adoucissent parfois les mœurs.

Ce conseil consulaire avait pour principal objet d’organiser nos futurs travaux.

Lors des questions diverses, j’ai déposé 3 avis. Les élus indépendants ont proposé des amendements que les élus de la droite et du centre ont approuvés.

Le vote doit intervenir dans les prochains jours. Je consacrerai un billet détaillé à chacun des trois avis qui concernent des sujets sensibles et urgents :
Avis 1 : Par souci de transparence, nous souhaitons obtenir du consul général la liste des associations à qui il verse des fonds sur instructions de nos sénateurs et députés dans le cadre de leur réserve parlementaire qu’ils ventilent de manière discrétionnaire (environ 130.000 euros chacun).
Avis 2 : Par souci de transparence, nous souhaitons intégrer des élus de chaque tendance, des représentants des professeurs et des parents d’élèves, à titre d’observateurs, dans la commission d’affectation du lycée Charles de Gaulle qui détermine les enfants qui sont acceptés ou refusés dans l’établissement.
Avis 3 : Par souci de rapidité et à la demande expresse de nos consuls honoraires, je veux ramener à une semaine, au lieu de deux aujourd’hui, la cadence de la valise diplomatique entre Londres et Paris affectée aux demandes de passeports ou de carte d’identité des Français du Royaume-Uni.

Raphaël Hudry de French Radio London m’a questionné à la sortie du conseil consulaire. Au micro, j’évoque les trois avis déposés, ainsi que les relations avec les autres conseillers : www.frenchradiolondon.com/actualites/bilan-du-premier-conseil-consulaire

Crédit photo : Suidroot (Wikimedia)

Le Noël mémorable des Français de Londres, organisé par l’UFE GB

Chaleureux, formidablement chaleureux, fut le première Noël des Français de Londres, initié par l’UFE GB, à l’Institut français, le 27 novembre dernier.

Eric Simon a d’emblée réchauffé les cœurs en nous racontant cette joie de vivre des combattantes et combattants de la France Libre lors du fameux Noël 1941, lorsque le général de Gaulle leur fit la surprise de se joindre à eux, dans les locaux mêmes du lycée qui, un jour, portera son nom (voir la vidéo ci-dessous).

Elle nous est apparue lointaine et presque dérisoire notre crise économique au regard des défis que nos ainés ont eu à relever, mettant leur propre vie dans la balance. Intrépides, inconscients certainement, ils savouraient chaque instant de trêve et se faisait un devoir de fêter dans un grand tintamarre tout ce qui pouvait l’être, avec des moyens de fortune bien sûr et en trinquant aux copains qui n’étaient plus à bord…

Outre manger, rire et s’amuser, nous avons fait œuvre utile. Patricia Connell et son équipe de « France in London » avaient réuni une trentaine de lots pour une tombola, dont tous les billets ont été vendus !

Les fonds récoltés ont été partagés entre ces 4 associations : Société française de Bienfaisance ; Centre Charles Péguy ; Le Bleuet de France et l’association Parapluie (Fédération des petites écoles FLAM).

Je remercie notre consul général, Olivier Chambard, et toutes les personnes présentes pour leur générosité et leur implication.

Pour sa part, Eric Simon a abondé cette collecte par le versement de la moitié de ses ventes de livres dédicacés.

Christian Ravel, Président de l’association Parapluie nous a parlé de cette nouvelle fédération des petites écoles FLAM. Heureusement que Roch Miambanzila l’accompagnait car il fallait bien être deux pour transporter les bande dessinées offertes aux petites écoles pour l’occasion.

Des messages enthousiastes me sont parvenus dès le lendemain. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager celui de Brigitte Williams :

« Cher Olivier,

En tant que membre de l’UFE, ancienne de la communauté française, vice-présidente de la FAFGB et enfin déléguée de la « Fondation de la France-Libre », je tiens à te remercier d’avoir remis un « Noël » au sein de la communauté française. Rôle que jouait la « Fédération des Associations françaises » au lycée il y a bien longtemps maintenant.

Grâce à Patricia Connell et son équipe l’atmosphère était des plus conviviale, la tombola fut une excellente idée et les prix aussi (j’en sais quelque chose…….). J’espère que les fonds récoltés satisferont les associations intéressées.

Enfin, grâce à notre ami Eric Simon, tu as remis le « Devoir de Mémoire » sur la table qui nous permet de transmettre autour de nous et aux jeunes générations le souvenir de ce que nos anciens ont vécu ici à Londres.

Merci et Bravo pour ton action au sein de la communauté.

Bien à toi. »

La magie de Noël a opéré. L’UFE GB, Union des Français de l’étranger de Grande-Bretagne, s’en félicite et vous remercie de tout coeur.

Photo Flickr de Frits Ahlefeldt-Laurvig

Passeport biométrique : des progrès, mais toujours de la frustration

L’obligation de se rendre au consulat général de France pour faire une demande de passeport représente une forte contrainte pour les Français vivant éloignés de Londres. La situation est si astreignante pour certains parents qu’ils préfèrent demander un passeport britannique pour leur progéniture ! J’en ai reçu le témoignage personnel, lors d’une réunion publique à Bristol le 11 mai dernier.

La procédure vient d’évoluer vers plus de souplesse concernant les enfants. En conformité avec les exigences de la Commission européenne, depuis le 26 juin 2013, la France ne peut plus recueillir les empreintes digitales des enfants de moins de 12 ans sur « TES », la base de données centralisée dénommée « Titres Électroniques Sécurisés ». Avant l’âge de 12 ans, ils n’ont donc plus besoin de se rendre au consulat général de France à Londres pour obtenir un passeport.

Je me suis empressé de poser cette question à Olivier Tulliez, consul adjoint en charge des passeports : puisqu’il n’y a plus de prise d’empreinte pour les enfants de moins de 12 ans, peut-on déposer une demande de passeport auprès d’un consul honoraire ? Ils sont en effet une vingtaine à quadriller tout le Royaume-Uni.

Las, vous serez aussi désappointé que moi d’apprendre que l’Administration n’a pas prévu de formulaire pour une demande à distance ! Par conséquent, un parent doit toujours se déplacer à Londres pour déposer une demande de passeport au nom de son enfant… Quelle justification donne-t-on à ce périple exigé ? La demande doit s’effectuer « en face à face » et elle doit être signée de visu par le demandeur (le parent dans la plupart des cas).

Ce motif peut vous laisser sceptique et vous avez bien raison. En réalité, comme  c’était déjà le cas pour les enfants de moins de 6 ans (avant l’extension aux moins de 12 ans), le demandeur doit se présenter physiquement à Londres parce que le logiciel ne peut pas être exporté (pour l’instant) en dehors du consulat, pour des questions de sécurité essentiellement.

L’absence de formulaire pour une demande à distance repose sur cette considération informatique. Quelle solution pour l’avenir ? Si tu ne viens pas au consulat, le consulat viendra à toi. Puisque l’obligation de comparution est inhérente à la technologie du passeport biométrique (prise d’empreintes, photographie…), il nous faut un équipement itinérant à travers le Royaume-Uni. Nous attendons toujours la fameuse station mobile Itinéra, qui tiendrait dans une valise et qui permettrait de faire des saisies numériques dans le cadre de tournées administratives (lire : « Votre passeport biométrique sans se déplacer à Londres ? Le consulat s’y prépare » du 01 août 2011). Elle nous a été promise pour février, puis avril, puis septembre… Affaire à suivre, donc.

Nous avons évoqué, jusqu’à présent, la question du dépôt de la demande, considérons à présent le retrait du document.

La bonne nouvelle est qu’il est désormais possible de récupérer votre passeport des mains de votre consul honoraire. Du coup, les enfants de moins de 12 ans éloignés de Londres n’ont plus besoin de passer du tout par le consulat (ni pour le dépôt, ni pour le retrait). Vous trouverez, ci-dessous, la liste des consuls honoraires habilités à remettre un passeport à son titulaire, actualisée par un arrêté du 5 juin 2013.

Préoccupée par la gestion des passeports depuis longtemps, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a déposé une question écrite à l’attention de la ministre déléguée Hélène Conway au sujet de la simplification des procédures (Question écrite n° 07258 – publication au JO du 04/07/2013). Notre sénatrice souhaite notamment savoir si on pourrait envisager l’envoi des passeports par courrier sécurisé ou bien encore si le consulat pourrait confectionner le passeport le jour même de la demande (comme cela se pratique dans d’autres pays européens). Je vous tiendrai au courant de la réponse de la ministre.

Anachronique ! Ubuesque ! J’ai tout entendu et je sais combien ces procédures peuvent être source de frustration pour les Français du Royaume-Uni vivant éloignés du consulat général à Londres. Sachez que votre frustration est partagée par le personnel du consulat, lui-même, qui fait face à la situation avec beaucoup de patience et d’abnégation, compte tenu des moyens consentis par le ministère…

C’est pourquoi je tiens à féliciter l’équipe en charge de l’obtention et du renouvellement des passeports pour son organisation optimisée et son dévouement qui vient compenser les faiblesses du système.

Il faut prendre conscience que Londres est la ville qui délivre le plus de passeports au sein du réseau français à l’étranger !

Olivier Chambard, consul général, et Olivier Tulliez, consul adjoint en charge de ce service, scrutent au quotidien les flux et les listes d’attente. Ils travaillent dans un contexte tendu puisque 120.000 compatriotes sont enregistrés à Londres et ils ne peuvent résorber, avec les moyens du bord, les quelques semaines d’attente pour obtenir un simple rendez-vous afin d’établir ou renouveler un passeport.

Au Royaume-Uni, vous trouverez un consul honoraire habilité à remettre un passeport à son titulaire dans les villes suivantes : Aberdeen, Belfast, Birmingham, Bristol, Cardiff, Chester, Douglas, Douvres, Dundee, Georgetown (îles Caïmans), Glasgow, Jersey, Leeds, Lerwick, Manchester, Newcastle, Nottingham, Plymouth, Road Town (Tortola), Stornoway, The Valley (Anguilla).

Photo Flickr de Rémi Vincent

Mon Infolettre n°15 d’octobre est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon infolettre n°15 qui liste les articles publiés au cours de la rentrée 2012, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Je souhaite la bienvenue à Olivier Chambard, notre nouveau consul général à Londres et à son adjoint Eric Bayer qui ont désormais la lourde tâche d’administrer le plus important poste du réseau consulaire.

Notre précédent consul général Edouard Braine est nommé conseiller diplomatique du gouvernement. Sa mission s’achève par l’atteinte du premier objectif du plan Emploi : offrir au centre Charles Péguy des moyens supplémentaires pour lui permettre de placer 1000 jeunes par an au lieu de 700 auparavant. C’est chose faite grâce à la générosité de six entreprises (Bouygues UK, Edf Energy, Eurotunnel, Fondation Société Générale, Sos International, TLS Contact).

Le succès appelant le succès, le premier objectif du plan écoles, à savoir la création de 1 500 places à Londres, est désormais à notre portée. Le 24 octobre prochain, notre ambassadeur Bernard Emié réunira le comité de pilotage du plan Ecole pour étudier le dossier du troisième établissement d’enseignement secondaire français à Londres. L’Anefe (Association nationale des écoles françaises à l’étranger) a émis un avis favorable pour une garantie de l’Etat à l’emprunt qui financera l’acquisition du futur site.

Deux tiers de nos compatriotes ont leurs enfants scolarisés dans une école britannique et tous n’ont pas les moyens de s’offrir une formule d’enseignement payante. Aussi, j’ai proposé que le plan Ecole réunisse désormais une équipe dédiée à la création de free schools bilingues en s’inspirant de l’exemple réussi de l’Europa school UK de Culham près d’Oxford. A ce propos, le choix du gouvernement Ayrault de diminuer l’aide à la scolarité à l’étranger de 16M€ en 2013 est édifiant. Suite à l’annulation de la PEC et aux déclarations de François Hollande à Londres, ceux qui s’attendaient légitimement à davantage de générosité dans le système des bourses, en seront pour leurs frais, au sens propre.

Historique d’après le gouvernement Ayrault, son budget 2013 révèle, pour d’autres, une saignée fiscale qui pourrait ne laisser que l’impôt sur les os de certains. Augmenter indéfiniment les taxes ne réglera pas le triple défi de la croissance, de l’emploi et de la stabilité budgétaire. Je regrette la décision du gouvernement de maintenir son prélèvement social (CSG) de 15,5 % (à effet rétroactif au 1/1/12) sur les revenus immobiliers des non résidents. En effet, ces derniers ne bénéficient pas de la protection sociale française. Dans le cas des résidents du Royaume-Uni, cette taxe pèsera uniquement sur les foyers imposés aux tranches inférieures ou égales à 20%. Les autres pourront la déduire de la part d’impôt sur les tranches supérieures versée ici. C’est une forme de justice fiscale que les intéressés apprécieront.

A l’occasion du 11 novembre 2012, je vous invite à vous mobiliser pour créer des points de diffusion du Bleuet de France au Royaume-Uni et ainsi collecter des fonds au profit de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre. Si vous souhaitez créer un point de diffusion, merci de vous faire connaitre par email à cette adresse : bleuet2012uk@gmail.com.

Très cordialement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°15 (août-octobre 2012)

Photo Flickr de Leo Reynolds