Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Emploi (15) : Charles Péguy champion du monde des placements !

On peut le dire ainsi : au sein du réseau français, le centre Charles Péguy est le champion du monde des placements à l’étranger ! Un champion toutes catégories : en volume et en coût par placement.

Réunie le 10 mars dernier, la commission nationale pour l’Emploi et la Formation professionnelle a officialisé cette performance en délivrant les chiffres de l’année 2009 et les demandes de subvention pour 2010.

Le centre londonien affiche 663 placements pour l’an dernier soit 21,2% des placements réalisés dans le monde par les bourses à l’emploi. Dans le même temps, seuls deux autres centres au monde passent la barre des 200 emplois : Montréal (391) et Milan (226).

C’est hautement mérité : Péguy a reçu l’intégralité de la subvention demandée, soit 55.000 euros ce qui correspond à seulement 12,7% des 432 859€ affectés à l’emploi par le ministère des Affaires étrangères. Le centre justifie de recettes propres tout juste supérieures à la subvention.

Les crédits alloués aux autres villes du réseau par le ministère de Affaires étrangères et européennes sont globalement en baisse de 25%.

Le coût moyen par placement s’établit à 108 euros au centre Péguy. Autre record. A noter de fortes disparités en Europe : de 212€ par placement à Milan jusqu’à 1862€ à Francfort.

La rationalisation des dépenses a conduit à la fermeture de quelques bourses d’emploi en 2009 (Barcelone, Londres, Munich…). Certains désengagement sont évidemment nécessaires. Oslo et Copenhague cesseront leur activité cette année. En 2009, Oslo affiche 22 placements qui ont coûté 800€ chacun au contribuable français. Les 15.000€ demandés pour 2010 par ce centre ont été refusés par la Commission. Je m’étais du reste interrogé en 2008 sur l’opportunité d’un centre d’emploi à Oslo (qui ne justifiait d’aucun placement) et j’avais interpellé à ce sujet le directeur de la DFAE au Quai d’Orsay (lire : « Emploi (3) : Une Bourse d’emploi à Oslo… ubuesque ! » du 22 septembre 2008).

Je rappelle que l’action publique européenne en matière d’emploi est déjà coordonnée par le réseau Eures et je pense qu’il convient d’orienter les efforts du ministère vers certains pays émergents où le système d’aide à l’emploi local est défaillant.

Lire aussi : « Emploi (14) : Naissance du « plan d’emploi pour les jeunes » au Royaume-Uni » du 06 mai 2010

Photo Flickr de Goddam-M

Emploi (13) : L’AFE plébiscite le centre Charles Peguy

La 12ème session de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) s’est tenue à Paris, du 1er au 6 mars dernier.

Les 155 conseillers de l’AFE, venus du monde entier se sont réunis pour une semaine de travaux, ce qui me donnera l’occasion de vous faire plusieurs annonces dans mes prochains billets.

Tableau d'annonces à Charles Péguy

La commission de l’Union européenne de l’AFE a adopté à l’unanimité une Motion (UE_1_10.03-1) en faveur du centre Charles Péguy.

Je me réjouis de ce vote positif qui couronne le travail des conseillers AFE du Royaume-Uni, impliqués sur ce dossier et très actif pendant la session, afin que l’action du Centre vis à vis de nos jeunes expatriés soit pérennisée.

Cette motion proposait que soient renouvelés dans leur intégralité les crédits alloués au centre Charles Péguy, mais aussi que soit prévue une augmentation de ses effectifs, tout comme la possibilité d’agrandir ses espaces d’accueil.

Il a été rappelé en effet que le bassin d’emploi de Londres est le premier lieu de recrutement des jeunes Français hors de France.

Le centre Charles Péguy, sous la tutelle du consulat de France, reçoit des subventions publiques pour accueillir nos concitoyens qui débarquent à Londres… de plus en plus nombreux.

La demande de subvention pour l’année 2010 sera étudiée mardi 9 mars par la commission nationale pour l’Emploi et la Formation professionnelle.

Lire aussi Emploi (8) : Nouvelle subvention demandée pour le centre Charles Péguy (du 11 décembre 2009)

Crédit photo : Loïc Dumas

Emploi (12) : Comment pérenniser l’action du centre Charles Péguy ?

Centre Charles Peguy

L’histoire retiendra que le lundi 22 février 2010, s’est tenue la première réunion du comité de pilotage pour le soutien à l’emploi des jeunes expatriés, consacrée aux «oubliés de Saint Pancras». Tout l’honneur en revient au consul général, Edouard Braine, dont je reprends les termes pour caractériser ces jeunes Français débarquant au Royaume Uni avec un sac à dos « pour apprendre l’anglais, perfectionner leur formation et affronter la première étape de leur « apprentissage de l’existence dans le monde globalisé », en comptant plus sur leur travail que sur le recours à la protection sociale française ».

Des compatriotes courageux et entreprenants qui ont été jusqu’à présent négligés par l’action consulaire et qui se déversent par vagues sur le centre Charles Péguy qui les aide, tant bien que mal (et plutôt bien) à trouver un travail, un toit, voire des amis.

En synthèse, je retiendrai 3 points forts de notre réunion de lundi dernier, réunissant les élus de Grande Bretagne de l’AFE (Assemblée des Français de l’étranger), ainsi que les présidents des deux associations représentatives de la communauté française (UFE et ADFE) :

1 – Le consensus est général

Les avis dépassent tout clivage politique et convergent vers une même détermination : il faut absolument soutenir et amplifier les efforts de Charles Péguy. Rappelons que le centre n’emploie que deux consultants dédiés à l’emploi.

2 – L’enquête se déroule bien

Une étude a été lancée par le consulat pour mieux cerner les profils et les aspirations des jeunes expatriés (Lire: Emploi (11) : Une enquête pour mieux connaitre les «oubliés de St Pancras»). Déjà 300 questionnaires ont été recueillis. On apprend, par exemple, que les 3/4 des Oubliés ont le Bac et plus ou qu’une moitié d’entre-eux ne souhaite pas revenir en France… Nous reparlerons de cette enquête lorsqu’elle sera plus aboutie.

3 – Il faudra trouver des financements « innovants »

Dans le contexte présent, le maintien des ressources budgétaires pour le centre Peguy n’est pas encore acquis !

En revanche, il est ressorti 4 pistes de financement à explorer :

1. Le ministère du Travail et de l’Emploi

2. Le Haut Commissariat aux Solidarités actives,

3. Le budget communautaire (en s’appuyant sur le caractère pluri-national du CEI, Centre d’échanges internationaux, qui gère le centre Charles Péguy).

4. Le partenariat public/privé, reposant pour l’essentiel sur la contribution des entreprises françaises, intéressées par le traitement des candidatures opéré par le centre Charles Péguy.

Certainement faudra-t-il davantage de créativité et beaucoup de réussite pour soutenir, selon les mots de M. Braine, cette « part non négligeable et de bonne qualité du contingent, trop limité, de nos compatriotes véritablement exportables ».

Crédit photo : Loïc Dumas

Emploi (9) : Rencontre du deuxième type

Je partage absolument les propos du consul Edouard Braine au sujet la communauté française du Royaume-Uni, exprimés lors de la réunion du  comité consulaire pour l’Emploi et la Formation professionnelle (CCPEFP) du 10 décembre dernier.

Au côté d’une communauté « classique », celle qui bénéficie de l’action consulaire traditionnelle et dont les membres sont officiellement immatriculés (110.000 personnes), il existe une deuxième communauté française, aux contours assez flous et très peu desservie par l’aide consulaire.

Edouard Braine estime que la Grande-Bretagne n’a pas le même statut qu’un autre pays frontalier de la France, puisque car c’est « quasiment le point de passage obligé pour apprendre à se mesurer aux règles du jeu du village planétaire. »

Venir Outre-Manche c’est d’abord faire l’apprentissage de l’anglais, langue universelle. En second lieu, c’est évoluer loin du modèle social français dans une économie de marché souple et dynamique, mais dont il ne faut pas craindre précarité et emploi sous-qualifié. La crise aidant, de plus en plus de jeunes sont partants.

Le sac sur l’épaule et le courage en bandoulière, ils déferlent par vagues continues sur le Royaume-Uni. Ces aventuriers de la globalisation sont le cœur de cible du centre Charles Péguy, dont nous avons récemment parlé.

Photo Flickr de Eskimo Jo.

Emploi (8) : Nouvelle subvention demandée pour le centre Charles Péguy

J’ai profité de la réunion du comité consulaire d’Action sociale du 12 novembre dernier pour demander à Edouard Braine, notre nouveau consul général, de bien vouloir réunir un nouveau comité consulaire pour l’Emploi, cette fois. Le dernier ayant eu lieu le 22 janvier 2008 ! Une éternité. Cette démarche me parait indispensable pour conforter l’action du Centre Charles Peguy.

Edouard Braine n’a pas laissé trainer les choses : le comité consulaire pour l’Emploi et la Formation professionnelle (CCPEFP) s’est réuni à Londres, le 10 décembre sous sa présidence.

Le consul, fraîchement nommé, a saisi l’occasion de féliciter le centre Charles Péguy pour son travail remarquable et son dévouement au profit des jeunes Français expatriés.

Doté d’un statut de «Charity», Charles Péguy a pour vocation d’aider les Français de 18 à 30 ans dans leur recherche d’emploi, mais les services rendus sont multiples. L’année 2009 a été intense pour la douzaine de permanents puisque 10.000 candidats à l’emploi se sont pressés à leur porte. Fort d’une base de données de 1600 entreprises opérant dans tous les secteurs d’activité, le centre a déjà procédé à 627 placements en 2009.

Avant d’envisager un prochain déménagement, le Centre souhaite développer sa capacité d’accueil par le recrutement d’un nouveau consultant. Une subvention de 60.000€ sera demandée au ministère pour l’année 2010.

Lors des débats, les membres du comité ont noté que la fréquentation du Centre montait en flèche depuis le début de la crise économique et l’augmentation du chômage en France.

Le site du centre Charles Péguy

Photo : le nouveau logo du centre, adopté en janvier dernier.