Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°57 – Vote électronique des Français de l’étranger à la primaire (édito) – Projet de loi République numérique – Travailleurs transfrontaliers (et « métro transmanche ») – En circonscription au Paraguay / Asunción (10 au 12 avril 2016) – En circonscription en Argentine / Buenos Aires (12 au 16 avril 2016) – En bref, semaine du 03 au 08 mai 2016 – UDI Actualités

Lire : l’HEBDOLETTRE n°57 – 17 mai 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°57

« 68.000 inscrits au Royaume-Uni, c’est l’équivalent de ce que compte la ville de Caen qui dispose de 3500 employés municipaux pour assurer la logistique du scrutin. Ici nous avons 150 agents ! » s’exclamait Antoine Anfré, premier conseiller à Londres au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle de 2012 à Londres.

Il soulignait ainsi la limite de l’exercice électoral organisé à l’étranger pour répondre aux nombreux dysfonctionnements observés.

J’avais alors réalisé un film pour plaider en faveur du vote par internet pour les Français de l’étranger aux élections présidentielles de 2017. Voir la vidéo.

Visuel HL55Ce fût le sens de la proposition de loi déposée par Thierry Mariani en 2013 et défendue par les députés UMP et UDI. Elle fût rejetée par le gouvernement et sa majorité. Lire les débats.

A la différence de la France métropolitaine, il ne sera jamais possible d’ouvrir des bureaux de vote dans chaque ville et village du monde.

La seule alternative pour mettre tout le monde à égalité est d’offrir le vote électronique à tous les scrutins pour les Français établis hors de France… Lire la suite de l’édito et découvrir l’HebdoLettre n°57

En circonscription en Argentine (Buenos Aires – 12 au 16 avril 2016)

WP_20160414_21_27_13_Pro (3) (g. à d.) Michel Menini, conseiller consulaire UDI en Argentine ; Michèle Goupil, conseillère consulaire et présidente de la section UFE Argentine ; Jean-Michel Casa, ambassadeur de France en Argentine ; Olivier Cadic ; Raphaël Trannoy, consul général

Après le Brésil et le Paraguay, j’ai atterri à Buenos Aires. La France et l’Argentine ont une longue tradition d’échanges commerciaux et culturels qui se traduit par une communauté forte de 15000 Français (immatriculés au consulat) et 260 entreprises membres de la CCI franco-argentine. Le réseau argentin de l’Alliance française est le plus grand du monde et emblématique de la francophilie ambiante.

Je remercie son excellence Jean-Michel Casa pour le temps qu’il m’a consacré lors de ce déplacement et notre consul général Raphaël Trannoy pour m’avoir organisé une rencontre avec la communauté française de Buenos Aires à la résidence.
Malgré un accident intervenu la veille de mon arrivée, Michèle Goupil, conseillère consulaire et pdte de la section UFE Argentine m’avait fait l’amitié de se joindre à nous.

J’adresse ma reconnaissance aux conseillers consulaires Michel Menini et Suzanne Thiais pour m’avoir accompagné à l’essentiel de mes rendez-vous, tout comme à Vivian Daroque, consul adjoint pour ses efforts dans l’organisation de mon séjour. J’ai été également content de pouvoir compter sur la présence de Charles-Henry Chenut, VP des CCE.

Politique – Groupe d’amitié sénatorial

Ar9Rencontre avec Carlos Foradori

J’ai rejoint le groupe d’amitié sénatorial France-Pays du Cône Sud (Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay) reçu par Carlos Foradori, vice-ministre des Affaires étrangères d’Argentine au ministère des Relations extérieures.

J’ai saisi cette opportunité pour saluer la dynamique engendrée par l’élection en novembre dernier de Mauricio Macri. L’Argentine a placé un entrepreneur à sa tête. Le FMI prévoit une croissance de 2,8% et le pays est désormais en mesure d’émettre sur les marchés financiers pour rembourser ses créanciers.

PdtSenatVisite du Sénat argentin

(A l’image) Discussion avec Federico Pinedo, « président provisoire » du Sénat argentin.

Toujours en compagnie du groupe d’amitié sénatorial, nous nous sommes rendus au Sénat argentin, accueillis par son président et trois autres sénateurs membres de la commission des Relations extérieures : Julio Cobos, président, Ruperto Godoy, vice-président et Juan Carlos Romero, secrétaire.

Ces échanges furent l’occasion d’évoquer les négociations actuelles sur le traité de libre-échange entre le Mercosur et l’Union européenne.

En paraphrasant l’Abbé Pierre qui disait qu’il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien, j’ai considéré que l’élan politique insufflé par président Macri était propre à dynamiser les échanges commerciaux entre nos deux pays, sans devoir attendre la signature du traité.

Relations commerciales

Ar12Chambre de commerce franco-argentine

(A l’image) Autour de Liliana Hidalgo, directrice de la CCI France Argentine, en compagnie de Charles Henri Chenut, vice-président des conseillers du commerce extérieur et Michel Menini, conseiller consulaire.

La Chambre regroupe 260 entreprises et dispose d’un service Emploi qui a placé 130 personnes en 2015.

Fondée en 1884, la CCI possède une vaste expérience et un réseau de contacts pour appuyer les stratégies d’investissement et de développement de nos entreprises. La France est aujourd’hui le 9ème investisseur en Argentine.

Ar4Fuera Uber !

Lors de mon passage à Buenos-Aires, le service Uber venait d’être lancé trois jours plus tôt, au grand dam des taxis qui bloquaient les rues au cri de Fuera Uber ! (Dehors Uber)

La capitale argentine a déclaré que le service Uber était illicite, avec le soutien du président Macri. Toute infraction sera punie d’une saisie du véhicule et du paiement d’une amende de 70.000 pesos, soit environ 4600 euros. Dissuasif !

Communauté française

Ar6Réunion consulaire

Ma visite du consulat de France à Buenos Aires a été suivie d’une réunion consulaire réunissant (g. à d.) Raphaël Trannoy, consul général ; Vivian Daroque, consul adjoint ; Suzanne Thiais, conseillère consulaire ; Michel Menini, conseiller consulaire ; Olivier Cadic

Les sujets évoqués lors de cette réunion portaient essentiellement sur la sécurité de nos compatriotes, l’application de la convention bilatérale en matière de retraite et l’enseignement français. Sur ce dernier point, il s’est avéré nécessaire d’instaurer une réunion annuelle « plan Ecole » pour tenir deux objectifs : favoriser l’apprentissage de notre langue auprès tous les enfants français d’Argentine et évaluer régulièrement le niveau de français dans les deux établissements scolaires homologués, afin de s’assurer de la continuité pédagogique.

Ar1bisSoirée UFE

(g. à d.) Olivier Cadic ; Hervé de Guébriant, vice-président UFE Buenos Aires et Suzanne Thiais, élue consulaire.

Soirée conviviale donnée par l’UFE Buenos Aires, animée par Hervé de Guébriant, à laquelle je me suis rendu avec Michel Menini. Une quarantaine de personnes s’étaient réunies pour débattre des attentes des Français d’Argentine et de l’actualité de la politique française.

Enseignement

En Argentine, deux établissements à programme français sont homologués par le ministère de l’Education nationale : le collège Martinez qui a passé une convention avec l’AEFE et le lycée Mermoz qui est le seul établissement en gestion directe du continent.

CollegeCollège franco-argentin Martinez

Le collège Martinez est situé dans la banlieue nord de Buenos Aires. Cet établissement conventionné par l’AEFE est homologué jusqu’à la troisième. Les élèves qui font le choix de rester au collège au-delà de la troisième peuvent passer l’I.B. (International baccalauréat).

La rencontre avec les parents d’élèves a mis en évidence la nécessité d’évaluer régulièrement le niveau de français des élèves.

Andrea Andreani, présidente du conseil d’administration et Victoria Natter, chef d’établissement, m’ont réservé un excellent accueil et apporté des éléments d’information clairs et transparents.

Lycée franco-argentin Jean Mermoz

Ar5bis(g. à d.) Vivian Daroque, consul adjoint, Suzanne Thiais, Olivier Cadic, Joachim de Sousa, proviseur, Charles-Henry Chenut, Michel Menini

C’est le général de Gaulle qui a posé la première pierre du lycée, le 3 octobre 1964, sur un terrain d’un hectare offert par la municipalité de Buenos Aires à l’Etat français, à la faveur de cette visite officielle.

Conduit par le proviseur Joachim de Sousa, j’ai visité l’établissement en compagnie des conseillers consulaires Suzanne Thiais et Michel Menini et de Charles Henry Chenut, V-Pdt des CCE.

Le lycée franco-argentin est le seul établissement en gestion directe du continent américain. Homologué par notre ministère pour tous les niveaux d’enseignement, le lycée Mermoz est un établissement bilingue et biculturel qui a adopté comme démarche pédagogique la pratique conjointe du français et de l’espagnol. Du reste, les élèves qui passent le bac français peuvent, en se soumettant à 4 épreuves supplémentaires en langue espagnole, obtenir le bachillerato.

Lycee2Sur les 1365 élèves du lycée, 41% sont français. Parmi eux, 200 sont boursiers pour un coût global de 1,2M€. Ce taux de 35% représente près du double de la moyenne nationale.

Le tour de l’école a été suivi par deux réunions avec les représentants des parents d’élèves et des professeurs. Les parents s’inquiètent de la place trop grande accordée à l’espagnol qui menacerait la continuité éducative en français.

Les professeurs, pour leur part, déplorent le retard d’ajustement des salaires avec l’inflation galopante en Argentine.

Culture

Ar11Alliance française de Buenos Aires

(photo) avec le président de l’Alliance française de Buenos Aires, l’avocat d’affaires Maximo Bomchil

A Buenos Aires, j’ai visité l’une des plus belles et grandes médiathèques françaises du continent. J’ai découvert l’endroit en compagnie du groupe d’amitié sénatorial, des élus consulaires Suzanne Thiais et Michel Menini, ainsi que de Charles-Henry Chenut.

Bruno Simonin, DG de l’AF et délégué général en Argentine de la Fondation AF, nous a présenté son réseau qui est présent dans 74 villes d’Argentine, dont 53 Alliances, 6 antennes et 15 professeurs homologués. A noter que 27 Alliances sont propriétaires de leur bâtiment.

Ar11quatEn 2015, près de 16.000 étudiants y ont suivi des cours de français langue étrangère dans les Alliances du réseau argentin qui emploie 350 professeurs de français et 140 personnels administratifs et de service. Précisons encore que 440 événements ont été programmés en 2015, auxquels ont participé plus de 55.000 spectateurs.

Quant à l’AF de Buenos Aires, l’institution a fêté ses 120 ans en 2013 ! C’est donc l’une des plus anciennes du réseau mondial, mais aussi l’une des plus importantes avec ses 6556 étudiants. Sa médiathèque reçoit 150 visiteurs en moyenne par jour.

Institution de référence jouissant d’une excellente réputation, elle est une véritable entreprise avec 160 professeurs et personnels administratifs. Son budget en 2015 était de 2,1M€.

Solidarité

Ar2Emmaüs Burzaco

Michel Menini a été à l’initiative de cette visite à la communauté Emmaüs à Burzaco, situé à 60 kms au sud de Buenos Aires, qui existe depuis 1995.

(A l’image) J’ai rencontré Maria Christina de Urquiza qui fait un travail magnifique avec son équipe. Le mouvement Emmaüs, créé en 1949 par l’Abbé Pierre, possède des communautés dans 37 pays !

Emmaüs Burzaco se compose d’une école maternelle, la « casa del niño », d’une école technique, d’un centre de formation professionnelle et d’une boutique de vêtements !

Ar2bisChaque jour, le centre accueille les enfants du quartier pour leur offrir différentes activités : musique, dessin, soutien scolaire… L’organisation offre également un repas chaud quotidien et un goûter à 400 enfants et 180 adultes du quartier !

10 sans-abris sont logés et travaillent pour Emmaüs Burzaco qui compte 17 salariés.

Devoir de mémoire

Park1Parc de la Mémoire – Expo : Aide de la France

En compagnie de mes collègues du groupe d’amitié sénatorial France-Pays du Cône Sud, de Michel Menini et de Charles-Henry Chenut, j’ai visité le parc de la Mémoire, espace public situé le long du Rio de la Plata, inauguré en 2007 en hommage aux victimes de la répression de la dictature militaire (1976-1983).

A cette occasion, nous avons découvert l’exposition de photographies dans l’espace muséal du parc, consacrée à l’aide de la France aux victimes de la dictature.
Park2Parc de la Mémoire – Victimes françaises

(A l’image) Rencontre émouvante avec le français Eric Domergue, au parc de la Mémoire, devant le mur des disparus qui porte le nom de son frère Yves.

40 ans après le coup d’État de 1976, Eric a écrit l’histoire d’une famille et de son frère, un Français qui a tout donné pour son pays d’adoption, l’Argentine. Son livre a été publié sous le nom de « Huesos desnudos » (« Les os nus ») qu’il a rebaptisé provisoirement « Un frère parmi tant d’autres ». J’espère qu’il trouvera un éditeur pour être publié en langue française. (www.yvesdomergue.com).

Dans les pas de l’abbé Pierre

On peut souffrir de diverses privations, mais rien n’est comparable à la détresse de se sentir socialement inutile. Personne pour vous confier un travail, ni personne pour vous accorder intérêt ou affection. C’est pourquoi Emmaüs porte plus qu’il n’apporte. Emmaüs incarne l’espérance, « cette petite fille de rien du tout » qu’affectionnait Charles Péguy, la petite Espérance, seule dans son coin, dont on remarque à peine la présence au milieu du tumulte des adultes.

La silhouette voutée d’un homme au béret noir, flanqué d’une vareuse grise, chemine dans le cœur de chaque Français. Depuis l’hiver 54, ses rêves fous d’amour du prochain, ses harangues contre l’indifférence, ses combats en tête d’une armée de chiffonniers devraient le rendre dérisoire à nos yeux, ils nous le rendent invincible.

Du reste, sur ce blog consacré aux Français du Royaume-Uni, mes premiers billets ont été consacrés à Emmaüs UK (lire : « Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques… » du 12 mai 2008), puis j’ai constamment relayé la démarche de son fondateur, Selwyn Image, qui me confiait, l’an dernier, lors du cinquième anniversaire de la disparition de l’abbé Pierre : « C’est malheureux à dire, mais on a de plus en plus besoin de nous » (lire : « Emmaüs UK fait honneur à son fondateur » du 22 janvier 2012).

Emmaüs UK vient juste de célébrer des 22 ans. L’association existe simplement parce que « la pauvreté n’a pas de frontière », nous a rappelé Bernard Emié, ambassadeur de France à Londres, le 1er juillet dernier. En organisant une soirée à la Résidence pour faire connaître l’association à des donateurs, il tenait à pérenniser officiellement le soutien apporté par son prédécesseur, Maurice Gourdault-Montagne, à l’œuvre internationale de l’abbé Pierre.

De l’aveu de Bernard Emié, sa visite auprès de la communauté Emmaus installée Cambridge fut marquante. L’aventure anglaise de l’association avait en effet commencé à Cambridge, en 1991, où trône depuis 2011 une sculpture en fer, haute de 4,60m, à l’effigie de l’abbé Pierre, réalisée et offerte par Tony Hillier (lire : « Emmaüs UK fête ses 20 ans ! » du 06 juillet 2011).

En compagnie de son épouse, Bernard Emié a longuement rencontré ceux qui furent un temps déclassés, fragilisés, puis marginalisés. Qu’espèrent-ils aujourd’hui ? « Une vie digne et, ce qui m’a beaucoup frappé en discutant avec les compagnons de Cambridge : un nouveau départ », rapporte l’ambassadeur.

Par ailleurs, Bernard Emié se montre toujours « fasciné par la capacité de nos amis britanniques à parler d’Emmaüs », un fait qui doit encourager la communauté française à jouer un « rôle d’ambassadeur » en faveur de l’association. Il a aussi salué l’engagement personnel de la duchesse de Cornouailles, épouse du prince Charles, en qualité de marraine de l’association britannique, qui mieux que personne sait mobiliser l’attention des médias sur le travail d’Emmaüs UK.

Le fondateur de la première communauté Emmaus à Cambridge, Selwyn Image, est revenu avec émotion sur sa rencontre avec l’abbé Pierre, il y a 22 ans. Depuis, Emmaus UK est devenu le second réseau dans le monde, après celui de la France ! La branche britannique du mouvement aide à ce jour 590 compagnons sans abri et s’articule autour de 24 communautés à travers tout le Royaume-Uni.

Duncan Gall, pour sa part, est venu raconter l’histoire édifiante de son père dont la vie bascula le jour où il reçut son avis d’expulsion. Sans logis, il sombra dans l’alcoolisme et tout le monde perdit sa trace. Emmaus UK lui a permis de retrouver un toit, un emploi, une dignité. Quelques années plus tard, son père l’invitait à son mariage entouré de 150 personnes de la communauté !

Par son récit touchant, Duncan a nous fait comprendre que donner un toit aux déshérités n’est qu’une première étape pour les communautés qui visent à reconstruire les individus en leur redonnant une utilité sociale, autrement dit un emploi.

Je vous invite à découvrir et soutenir l’action d’Emmaus en Grande-Bretagne : www.emmaus.org.uk
Vous pouvez les aider en contactant Anne Zwirlein au 01223 379 251 ou à cette adresse : contact@emmaus.org.uk

Emmaüs UK fait honneur à son fondateur

Le 22 janvier 2007, il y a cinq ans exactement, l’abbé Pierre rendait son dernier souffle, mais son esprit attise toujours cette petite flamme intérieure en chacun de ses Compagnons, comme lui dévoués, altruistes et infiniment humbles.

Depuis l’hiver 1954, le monde a tant changé, il s’est reconstruit et industrialisé, mais c’est une constante de toutes les époques : sans argent, vous dormez dans la rue. Et c’est le point de bascule, dont vous ne pouvez revenir seul. « C’est malheureux à dire, mais on a de plus en plus besoin de nous », me confiait Selwyn Image, fondateur d’Emmaüs UK, il y a quelques mois.

Il serait donc déplacé de parler de succès en précisant que Emmaüs UK compte désormais 21 communautés et un total de 505 Compagnons à travers le Royaume-Uni, offrant à des hommes et des femmes la possibilité de prendre un nouveau départ. L’aventure avait commencé à Cambridge, en 1991, ou trône depuis cet été une sculpture en fer, haute de 4,60m, à effigie de l’abbé, réalisée et offerte par Tony Hillier (lire : « Emmaüs UK fête ses 20 ans ! » du 06 juillet 2011).

La plus récente communauté, Emmaüs Hastings & Rother, qui a ouvert en juin 2011 mobilise déjà neuf Compagnons qui travaillent durement pour mettre sur pied un fonds de commerce à but social afin de parvenir à l’autonomie financière. Ils recherchent des fonds en parallèle pour achever les travaux d’aménagement devant offrir à terme une chambre à 23 Compagnons sur leur site.

Début 2012, deux nouvelles communautés, Emmaüs Norwich et Emmaüs Medway, devraient ouvrir leurs portes. Celles-ci n’émergent pas par hasard, puisque 15 groupes animés par des bénévoles travaillent à leur édification, de plus en plus effarés par la paupérisation galopante de nos sociétés.

Heureusement, l’abbé Pierre n’avait rien d’un illuminé, mais tout d’un brillant entrepreneur doublé d’un fin  »réseauteur », dirions-nous aujourd’hui, parvenant à s’implanter dans un quarantaine de pays en mettant les grands et puissants dans sa poche. Rappelons qu’il fut aussi résistant et député. Rien que les ventes d’objets récupérés rapportent plus d’une centaine de millions d’euros en France, auxquels s’ajoutent dons et subventions pour une part équivalente. Des montants colossaux, mais on ne gaspille pas un centime. Aujourd’hui, l’organisation perdure sur ce modèle de rigueur et d’autofinancement.

Je vous invite à prendre connaissance du rapport annuel 2011 d’Emmaüs UK. Outre les informations financières, vous pourrez découvrir les messages de nombreux soutiens : SAR la Duchesse de Cornouailles, qui parraine Emmaüs UK ; la directrice générale, Arvinda Gohil ; le président du conseil d’administration, John Noble ; ainsi que le président d’Emmaüs UK, Terry Waite.

Vous lirez également le beau témoignage de l’un des premiers Compagnons, Mathieu Delarue, devenu leader de la communauté de Brighton.

Et n’oubliez pas, chaque fois que l’un d’entre vous fait découvrir à un Britannique l’action de l’Abbé Pierre, vous aidez Emmaüs UK à se faire connaitre.

Emmaüs UK fête ses 20 ans !

Lors de ma dernière rencontre, en février dernier, avec Selwyn Image, fondateur d’Emmaüs UK, je lui avais confié à quel point les Français du Royaume-Uni étaient heureux que l’action de l’abbé Pierre se pérennisait outre-Manche (lire : « Au revoir monsieur l’ambassadeur » du 21 février 2011).

François Jarrosson, un Français qui s’implique au sein de cette association, a bien voulu me tenir au courant des derniers événements. Il m’a préparé ce beau texte en français en collaboration avec Lois Momoh, Major Gift Fundraising Manager, qui témoigne de la vitalité de l’association britannique qui vient de célébrer son vingtième anniversaire :

L’Association Emmaüs fête sa 20ème année au Royaume-Uni

Les représentants des 26 Communautés et Groupes du Royaume-Uni se sont retrouvés à la Chambre des Lords en mai dernier pour rencontrer leurs députés et autres principaux soutiens au cours d’une réception marquant les 20 premières années d’Emmaüs au Royaume-Uni.
La réception était organisée par Lord Foulkes of Cumnock, représentant la Baronne Armstrong. Nous étions particulièrement honorés par la présence de Son Excellence Monsieur Bernard Emié, Ambassadeur de France au Royaume-Uni. L’événement était sponsorisé par Barbon Insurance.
La Baronne Hayman, en qualité de Lord Speaker, nous a souhaité la bienvenue et, après quelques mots d’introduction par Lord Foulkes, Terry Waite a évoqué de façon émouvante et avec beaucoup de passion le travail accompli par Emmaüs.
A la suite de cet événement, plusieurs députés ont prévu de rendre visite aux Communautés et aux Groupes.

Salon d’Emmaüs à Paris, 2011

La délégation d’Emmaüs UK a décrit le Salon de cette année comme étant le plus réussi de tous. Ils étaient 40 Compagnons, cadres et administrateurs venant des Communautés d’Emmaüs aux quatre coins du Royaume-Uni pour participer à la vente géante à Paris au profit des projets éducatifs et de développement durable d’Emmaüs en Amérique du Sud. En vendant leur stock très prisé de bric-à-brac (les tellières toujours en tête des ventes), cette équipe a levé la coquette somme de 6.367 euros. Melanie Lang, du Federation Office (bureau de coordination) d’Emmaüs, rapporte: « le succès du week-end est dû au travail intense de tous les participants et à leur volonté de travailler ensemble au nom de la solidarité ». Nous remercions chaleureusement Sea France d’avoir apporté leur soutien à ce voyage.

L'abbé Pierre représenté par une sculpture en fer haute de 4,60m, offerte par l'artiste Tony Hillier

Sculpture de l’Abbé Pierre à Emmaüs Cambridge

Emmaüs Cambridge a fait une journée portes-ouvertes le 18 juin pour célébrer son 20ème anniversaire. Les visiteurs ont pu suivre des visites guidées de la Communauté et ont eu la chance de profiter de notre nouveau café. Environ 900 personnes sont venues visiter la Communauté et le temps fut suffisamment clément pour leur permettre d’apprécier les stands en plein air et de voir la sculpture en fer de 4,60m représentant l’Abbé Pierre, faite et offerte par l’artiste local, Tony Hillier.

Emmaüs Burnley et Emmaüs Hastings – respectivement 20ème et 21ème Communautés au Royaume-Uni

L’année 2011 est déjà une année passionnante et très chargée. Emmaüs Burnley a ouvert ses portes aux premiers Compagnons Permanents en janvier, elle est ainsi devenue la 20ème communauté à ouvrir au Royaume-Uni. Leur magasin a ouvert en mars et marche déjà très bien.
Emmaüs Hastings a accueilli ses premiers compagnons le 22 juin. La communauté avait déjà ouvert un magasin qui faisait les affaires depuis près de 2 ans grâce à des volontaires.

Lois Momoh & François Jarrosson

www.emmaus.org.uk

Lire aussi : « Anniversaire de la disparition de l’abbé Pierre » du 22 janvier 2010.

Anniversaire de la disparition de l’abbé Pierre

L’abbé Pierre nous a quittés il y a trois ans, le 22 janvier 2007.

Son œuvre se poursuit, plus utile que jamais, auprès d’une quarantaine de pays ! Une vingtaine de communautés sont actives dans toutes les régions du Royaume Uni, de l’Ecosse au Grand Londres, en passant par le pays de Galles.

Le froid polaire qui a sévi nous laisse imaginer le rude hiver 1954 au cours duquel l’abbé Pierre s’était insurgé sur Radio-Luxembourg, sensibilisant toute la France au sort des sans-abris.

Le fondateur des compagnons d’Emmaüs a démontré un immense talent d’entrepreneur en bâtissant au fil des ans un groupe international aux nombreuses ramifications.

La vente d’objets récupérés et recyclés rapporte environ 120M€ en France, auxquels s’ajoutent dons et subventions pour venir doubler ce montant.

Personnalité hors du commun, ce prêtre qui fut aussi résistant et député.

Merci de parler de la mission d’Emmaüs UK auprès des Britanniques et de penser à faire un geste.

Pour télécharger l’affiche de la campagne en faveur des sans-abris et obtenir des donations : Coldest Nights Campaign

www.emmaus.org.uk

Lire aussi « Que faire pour Emmaüs UK ? »

Photo Flickr de Oriol Lladó.

Que faire pour Emmaus UK ?

Chaque Français connait l’œuvre magistrale et la silhouette familière de l’homme au béret et à la vareuse grise. C’est moins le cas au Royaume-Uni.

Nous sommes plus de 300 000 Français en Grande Bretagne.

Si chaque Français faisait connaitre Emmaüs Uk à quatre Britanniques, ils seraient plus d’un million à pouvoir donner meubles, électroménager, vêtements, vélos ou argent.

Pensez-y lors de votre prochaine sortie au pub. Faire connaître Emmaus UK, c’est aussi les aider.

Pour toute information au sujet de cette association en plein développement :

« Emmaus Communities offer homeless people a home, work and the chance to rebuild their lives in a supportive environment. There are currently 19 Communities around the UK and several more in development. »

www.emmaus.org.uk

Lire aussi « Un diner de bienfaisance en faveur d’Emmaüs UK »

Photo Flickr de Ed Yourdon.

Un diner de bienfaisance en faveur d’Emmaüs UK

J’ai pris comme un grand honneur d’avoir été invité par Emmaüs UK au diner organisé par Maurice Gourdault-Montagne, ambassadeur de France à Londres, en sa résidence.

Selwyn Image a rappelé comment il avait fondé Emmaus UK. Je l’ai écouté avec beaucoup d’émotion raconter le jour où l’abbé Pierre lui avait donné un chèque d’Emmaus pour fonder la première communauté au Royaume-Uni.

Après avoir rendu hommage à l’action de l’association, notre ambassadeur a évoqué combien sa rencontre personnelle avec l’abbé Pierre l’avait marqué.

Il a ensuite parrainé une vente aux enchères de biens ayant appartenus à l’abbé auprès des convives.

Près de £10,000 ont été recueillis !

La veille, Emmaus était à l’honneur à Westminster. De nombreux people avaient fait le déplacement dont Harry Enfield, Hilary Armstrong MP et Terry Waite.

Un discours a révélé que chaque communauté permettrait d’économiser £800,000 par an d’argent public, sur la base d’une étude conduite par l’Université de Cambridge. (Plus d’infos sur l’étude)

Le site d’Emmaus UK : www.emmaus.org.uk

Lire aussi « Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques… »

Photo Flickr de Ghislain Sillaume.

Soirée de soutien à Emmaüs UK par la communauté française

Comme vous le savez l’UFE GB a décidé de promouvoir l’association Emmaüs UK pour l’aider à se développer en Grande-Bretagne.

Grâce à Caroline Sivilia et Eric Jaoui du Groupe London Macadam, le London French Wednesday du mercredi 21 mai, au Maya, fut une très belle fête, mobilisant notre communauté. Je leur fais part, au nom de l’UFE GB, toute notre gratitude.

Une tombola a été organisée au profit d’Emmaüs UK. Pour constituer les lots, Galen Naturopathic Centre avait offert pour £600 de produits de beauté, Marc Levy avait donné son dernier roman dédicacé « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites », Cinebook avait apporté diverses BDs, tandis que les sponsors de London Macadam ont envoyé des T-shirts.

Je vous invite à écouter l’interview de Terry Waite, président d’Emmaüs UK sur London Macadam Radio: www.londonmacadam.com/radio

Un grand merci à Diane Fauconnier et Eve qui ont passé une bonne partie de leur soirée près de la caisse pour vendre près de 100 billets de tombola aux participants. Merci à Brigitte Williams pour son travail de préparation et de concertation avec Emmaus, à Katherine Passerieu et Robert Zaigue pour leur contribution dans la recherche des lots pour la tombola.

www.emmaus.org.uk

Lire aussi : « Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques… »

Photo Flickr de Drinksmachine.

Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques…

A l’initiative de Selwyn Image, un homme d’affaires de Cambridge, la première communauté Emmaüs vit le jour en 1992 à Cambridge. Elle compte désormais 30 compagnons.

Selwyn Image, homme d'affaires et initiateur d'Emmaüs UK

Toutes les communautés britanniques offrent le logement aux sans-abri, un travail et l’opportunité de regagner le respect de soi-même au sein d’un environnement qui les soutient.

Depuis 1992, 14 communautés ont ainsi été fondées. Emmaüs UK projette d’en compter au moins une vingtaine sur le sol britannique d’ici à 2010.

J’ai visité la communauté de Douvres l’été dernier, et je peux témoigner de leur vitalité. Selwyn Image m’a demandé ce que je pouvais faire pour aider Emmaüs UK à mieux se faire connaître. Je lui ai répondu : « Moi tout seul, pas grand-chose. Mais tous les Français connaissent l’abbé Pierre. Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques de leur connaissance, nous aurons fait connaître votre organisation à un million de Britanniques ».

L’UFE GB a décidé de promouvoir l’association Emmaüs UK pour l’aider à se développer en Grande-Bretagne.

London Macadam Group, London French Wednesday et l’UFE GB vous présentent « Sous les pavés, la fête ! », une soirée en l’honneur de l’association de l’abbé Pierre, le mercredi 21 mai à partir de 20h00, au Maya. Plus de 300 Français seront attendus.

Une tombola sera organisée au profit d’Emmaüs UK.

Vous trouverez ci-joint une affiche au format A4 que vous pouvez imprimer et afficher afin de favoriser la participation.

Pensez-y : simplement en racontant aux Britanniques le parcours de l’abbé Pierre, vous favoriserez la popularité de son organisation caritative.

Le site d’Emmaus UK : www.emmaus.org.uk.

Télécharger l’affiche : Sous les pavés la fête, avec Emmaüs Uk.