Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Lettre de l’UFE : Le soutien scolaire via Magister Direct

J‘ai le plaisir de vous joindre la dernière lettre de l’UFE qui s’intéresse à l’enseignement à distance par Internet pour les enfants vivant à l’étranger. Les rédacteurs présentent Magister Direct, une association à but non lucratif de soutien scolaire sur Internet, fondée par un ancien expatrié.

Grâce à ce service, des cours particuliers sont dispensés par des professeurs diplômés, en temps réel via Internet, à des coûts modiques. Une salle de classe virtuelle permet au professeur et à l’élève de se voir, de parler et de partager des documents ou des exercices.

Pour connaître toutes les modalités voici la lettre de l’UFE (Magister direct), datée de septembre 2010.

Retrouvez aussi cette lettre sur le site de l’UFE.

Photo Flickr de PictureYouth

Travailler-en-angleterre.com, un site explicite

Je salue l’ouverture d’un nouveau site consacré à ceux qui veulent vivre et travailler en Angleterre. www.travailler-en-angleterre.com fourmille d’informations et de conseils pratiques qui me sont souvent demandés.

Emploi, santé, logement, impôts, banque, transport…le site promet de s’étoffer et s’avère déjà un complément intéressant aux sites officiels pour les candidats à l’expatriation au Royaume-Uni.

Le site est le support du livre «Travailler et vivre en Angleterre» de Loïc Vennin, journaliste à Londres pour l’AFP qui a vécu dans de nombreux pays : Chine, Canada, Allemagne notamment. Il s’est associé dans l’aventure internet avec David Talerman, spécialiste de l’expatriation et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet.

Nul doute que ce site aidera les Français qui désirent tenter l’aventure. Même si l’information ne peut être exhaustive, la page portail offres d’emploi leur fera assurément gagner du temps.

Il est important de rappeler que la société abritant le site ne garantit pas l’exactitude, la fiabilité ou l’exhaustivité de l’information fournie.

Joëlle Garriaud-Maylam se mobilise contre la violence conjugale

L’expérience commune des sénateurs des Français de l’étranger est mise à profit dans les débats actuels sur la loi visant à réprimer les violences faites aux femmes.

Plusieurs consulats français, notamment en Afrique du Nord, rapportent que les femmes étrangères sont confrontées au vol de leurs papiers d’identité et titre de séjour par leur propre conjoint, lors d’un voyage dans leur pays d’origine. De ce fait, l’épouse ne peut plus rentrer en France où elle a pourtant le droit de résider. Sur place, elle est souvent privée de ressource, désemparée, quand elle n’est pas séquestrée par sa belle-famille. Le mari peut alors engager une procédure de répudiation ou de divorce devant une juridiction locale, évidemment moins protectrice des droits des femmes que les tribunaux français.

Joëlle Garriaud-Maylam a déposé un amendement visant à permettre aux autorités consulaires françaises de délivrer un visa de retour à ces femmes étrangères. Notre sénatrice estime que le vol de documents par le conjoint est assimilable à une forme de violence conjugale. Cet amendement a été adopté à l’unanimité.

Par ailleurs, la sénatrice a veillé que les dispositions prévues par la proposition de loi soient pleinement applicables aux Françaises résidant à l’étranger, y compris lorsqu’elles sont binationales. Laisser à certaines juridictions étrangères le soin de gérer les violences faites aux femmes « pourrait parfois relever de la non-assistance à personne en danger,» estime-t-elle.

Ainsi, une Française vivant à l’étranger doit pouvoir revenir immédiatement en France pour fuir des violences domestiques. Il est donc indispensable que cette victime puisse avoir accès au juge aux Affaires familiales pour obtenir une ordonnance de protection (pour sécuriser la situation de la victime avant l’intervention du juge pénal) et les aides qui en découlent : par exemple, la proposition de loi tend à réserver, dans chaque département, des logements sociaux pour les victimes de violences conjugales.

Si les interventions de Joëlle Garriaud-Maylam ont été des plus constructives, elle regrettera néanmoins que la future loi ne prenne pas en compte la violence que constitue la séparation durable entre les enfants et l’un de leur parent. Certes, le juge des Enfants ou le juge des Affaires familiales pourra interdire la sortie d’un enfant du territoire en cas de risque d’enlèvement. Cette disposition constitue un progrès, mais ne résout pas les cas de plus en plus épineux et de plus en plus nombreux engendrés par les séparations de couples de nationalité différentes.

Je rappellerai que dans notre pays une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups, que 75 000 femmes sont violées chaque année et que les mariages forcés concernent près de 8 000 adolescentes.

Joëlle Garriaud-Maylam a toujours été pugnace et décisive dans le combat pour le respect et l’égalité entre les sexes. On se souvient qu’en mars 2005 elle avait présenté un amendement, voté à l’unanimité au Sénat, afin de lutter contre les mariages forcés. L’âge minimum légal du mariage des filles en France a été porté de 15 à 18 ans. A l’époque, on estimait à 70.000 le nombre d’adolescentes victimes d’unions imposées en France.

Photo Flickr de European Parliament’s photostream

Cet été, découvrez gratuitement la Culturethèque

A l’occasion de son centenaire, l’Institut Français vient de lancer la Culturethèque, une plate-forme internet de contenus culturels et éducatifs en français.

Consacré au rayonnement culturel français et à la promotion de notre langue, ce site sera accessible les deux prochains mois sans bourse délier. A la rentrée, l’accès à certains contenus deviendra payant (£20/an, ou £5/mois).

Fruit d’un partenariat public-privé, la culturethèque est un projet novateur et ambitieux, exploitant toute l’interactivité du web 2.0 pour fédérer de nouveaux publics au sein d’une communauté.

Un outil furieusement de son temps en effet, puisqu’on prévoit déjà des déclinaisons vers les nouvelles pratiques de lecture (tablettes PC, smartphones…). Serait-ce pour mieux révéler intemporalité du beau, du vrai et du juste chez nos artistes et penseurs ?

Justement, pour séduire les francophones, les francophiles, les étudiants ou les simples curieux, la  culturethèque allègue un éclectisme éclairé plutôt que l’abondance numérique.

Plus de 5000 ebooks constituent la première bibliothèque numérique française du Royaume-Uni, où les classiques de la littérature voisinent avec des romans contemporains ou les guides de cuisine.  Par ailleurs, l’Institut numérise des livres anciens : plus de 200 éditions rares des XVII° et XVIII° siècles sont désormais consultables par tous, en version numérique. J’ai remarqué, en home page, un lien vers une belle édition de 1665 des Mémoires de la Reine Marguerite de Valois, autrement dite la Reine Margot. Elle est la première femme a avoir publié ses mémoires en nous offrant le seul témoignage écrit de la St Barthélémy qu’elle a vécue au Louvre.

La Culturethèque propose également des documents sonores (dont les 250 enregistrements des conférences qui se sont tenues à l’Institut français depuis 1957) et audiovisuels avec un fonds actuel de 500 films documentaires français traitant de tout sujet (immigration, religions…)

Le site de la Culturethèque
Le communiqué de presse du lancement de la Culturethèque (27 mai 2010)
Le site de l’Institut français

Une idée qui vole haut !

Joëlle Garriaud-Maylam n’est jamais à court d’idée pour valoriser la langue et la culture française hors de ses frontières. Sa dernière inspiration concerne les distractions en vol de la compagnie Air France. Notre sénatrice des Français de l’étranger lui suggère d’étoffer son bouquet de programmes avec une rubrique du genre « Langues et cultures ». Les voyageurs auraient ainsi le loisir d’apprendre quelques rudiments de français avant de débarquer, mais aussi de s’imprégner de notre histoire ou bien encore de découvrir nos atouts économiques. Et pour les enfants, il faudrait des modules de jeu pour l’apprentissage de notre langue. Un effort de promotion bien légitime pour une compagnie d’aviation nationale, estime-t-elle.

Pour la sénatrice, ce type de programme pourrait se décliner vers tous des pays desservis par Air France prouvant notre respect de la diversité culturelle, mais aussi notre respect des us et coutumes, s’évitant ainsi incompréhensions et indélicatesses.

Une idée qui paraît évidente, mais qui n’existe pas. Encore fallait-il y penser.

Joëlle Garriaud-Maylam a officiellement soumis son projet au ministre des affaires étrangères et européennes par une question écrite (n°13559 – JO du Sénat du 20/05/2010).

Photo Flickr de Austinevan

Bienvenue au site LatitudeFrance

Le ministère des Affaires étrangères et européennes lance un site internet pour rendre compte de l’activité de tous les acteurs du réseau français à l’étranger.

Un projet convivial, vivant et très ambitieux, puisque LatitudeFrance se prétend à la fois vitrine, centre de ressources, magazine, lieu de débats ou encore plateforme de coopération pour les agents du ministère.

Le site veut notamment refléter et valoriser auprès des relais d’opinion les initiatives des institutions publiques (instituts français, alliances françaises, ambassades, médiathèques, lycées…) et des opérateurs du ministère (AEFE, Campus France, Canal France International, Ubifrance, France Coopération International…).

On appréciera aussi l’ergonomie et l’esthétique de ce portail du réseau français, où chacun trouvera son compte dans la foule de rubriques relatives à la culture, l’économie, les enjeux planétaires, la linguistique, les sciences ou encore l’enseignement.


Visibilité et attractivité sont les maîtres-mots de cette belle réalisation pleine de promesses.

Adresse web : www.latitudefrance.org

Une nouvelle version de l’application « conseils aux voyageurs » pour téléphone mobile

On ne présente plus le service « conseils aux voyageurs » disponible sur le site du ministère des Affaires étrangères et européennes qui collationne pour chaque pays toute information utile sur la sécurité, la santé, les infrastructures de transport ou bien les conditions d’entrée/sortie.

A la manière d’une agence de presse, des dépêches tombent constamment pour vous alerter de tout danger ou perturbation dont vous pourriez être victime dans votre pays de destination.

On imagine à quel point il est pertinent de recevoir ces informations au quotidien et gratuitement sur son mobile. C’est chose faite depuis longtemps au moyen d’une application iPhone, Ipod-Touch et téléphone sous Androïd avec un succès retentissant puisque 100.000 téléchargements ont été déjà enregistrés.

Le ministère annonce aujourd’hui une modernisation de son application « conseils aux voyageurs » pour téléphones mobiles, grâce à de nouvelles fonctionnalités comme l’accès aux différents pays via une carte du monde.

Par ailleurs, un système de “push” permettra aux voyageurs de recevoir instantanément les dernières actualités.

On annonce enfin que les possesseurs de Blackberry et de téléphones fonctionnant sous Windows Mobile seront les prochains bénéficiaires de ce service exceptionnel.

Crédit photo : ministère des Affaires étrangères

Comment obtenir une équivalence de vos diplômes à l’étranger ?

Vous pourriez être concerné : comment faire valoir officiellement votre diplôme sur un autre territoire ? Au sujet de la reconnaissance de vos titres, deux cas peuvent se présenter :

1 – Obtenir une équivalence de diplôme étranger en France

Le principe juridique d’équivalence n’existe pas en France ! Vous pouvez obtenir une attestation de comparabilité pour un diplôme obtenu à l’étranger. C’est un document qui évalue le diplôme soumis par rapport au système français et que vous pouvez présenter à un employeur, à une administration organisatrice d’un concours ou à un établissement de formation.

2 – Obtenir une équivalence de diplôme français à l’étranger

Vous devez vous adresser au centre NARIC ou au centre ENIC du pays dans lequel vous souhaitez faire reconnaître votre diplôme. Les démarches sont différentes selon les pays.

Le centre ENIC-NARIC France est le centre français d’informations sur la reconnaissance académique et professionnelle des diplômes. Il existe un centre NARIC au Royaume Uni.

Pour les pays qui n’ont pas de centre ENIC ou NARIC, vous devez vous adresser à l’ambassade de France sur place qui vous indiquera la procédure à suivre.

Photo Flickr de Thomas Botrel

Kouchner clôt les tracasseries des Français nés à l’étranger

Le 11 février dernier, Joëlle Garriaud-Maylam, sénateur des Français établis hors de France, adressait une lettre à Bernard Kouchner pour attirer son attention sur les difficultés rencontrées par certains de nos compatriotes, nés à l’étranger ou de parents nés à l’étranger, pour renouveler leurs titres d’identité ou de voyage.

La réponse du ministre des Affaires étrangères vient de lui parvenir.

Elle nous annonce qu’il a cosigné le 1er mars avec le ministre de l’Intérieur une circulaire commune visant à « simplifier considérablement » ces démarches, précisant notamment que « quand le demandeur possède déjà un titre d’identité sécurisé, la seule présentation de ce document suffira et qu’il ne sera même plus nécessaire de fournir un acte d’état civil ».

Cette circulaire vient d’être adressée aux préfets et aux chefs de poste diplomatiques et consulaires. Ces dispositions « qui répondent aux attentes de millions de nos compatriotes qui se plaignaient, avec raison, de tracasseries inutiles » devraient être « très prochainement » confirmées dans un décret.

Je partage ma satisfaction avec Joëlle devant une telle avancée, si souvent réclamée par notre Assemblée.

Copie de la Lettre de Bernard Kouchner à Joëlle Garriaud-Maylam

Photo Flickr de World Economic Forum

Lettre de l’UFE : Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l’étranger multiplié par 4, au plus tard le 1er janvier 2011

Il est presque toujours nécessaire de racheter des trimestres pour carrière à l’étranger lorsque l’on a cotisé dans différents pays, même lorsque tous ces pays ont signé une convention avec la France.

L’article 72 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2010 modifie les conditions de rachat de trimestres effectués à l’étranger. Un assuré âgé de 60 ans et disposant de revenus supérieurs à 34 620 € annuels (plafond de la tranche A) devra verser au minimum 4 273 € pour racheter un trimestre, au lieu d’un maximum de 1 533 € avec le dispositif actuel.

Voici la Lettre de l’UFE du 31 janvier 2010 sur les conséquences de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 sur le rachat de trimestres pour carrière à l’étranger.

Retrouvez aussi cette lettre sur le site de l’UFE
.

UFE vous informe sur la pension de réversion

La Lettre de l’UFE, parue aujourd’hui, concerne la retraite de réversion, un sujet sensible qu’il me paraît important de partager avec vous. En effet, en cas de décès du conjoint, la procédure n’est pas automatique pour bénéficier d’un minimum de revenus dans une situation déjà éprouvante.

Vous trouverez au sommaire de ce document joint :

1. Comment obtenir une retraite de réversion ?

2. Comment est calculée la retraite de réversion ?

3. Comment est fixé le point de départ ?

4. Comment faire votre demande ?

5. Quelles ressources sont prises en compte dans le calcul de votre retraite de réversion ?

Télécharger : la Lettre l’UFE Monde – décembre 2009

Photo Flickr de Ilgigrad.

Quelle assurance médicale pour les expatriés français ?

Beaucoup de nos compatriotes installés au Royaume-Uni m’interrogent sur la couverture médicale à adopter afin de pouvoir être soigné aussi bien au Royaume-Uni qu’en France.

J’ai invité Raymond Leprêtre, un expert en matière d’assurance médicale à faire une conférence aux adhérents de l’UFE GB sur le sujet pour faire suite à notre Assemblée générale.

Voici sa présenation intitulée : « Assurance médicale : quelles solutions pour avoir la liberté de choix entre le Royaume-Uni et la France ? »

J’espère qu’elle vous sera utile.

pour le plein écran, cliquez sur la touche ‘full’ et ‘Echap’ pour revenir au blog.

.