Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Vincent de Rivaz honoré par les Britanniques pour son management d’EDF Energy

C’est une distinction fort prisée qui échoit à Vincent de Rivaz, fait commandeur de l’Empire Britannique au nom de Sa Majesté la Reine, en reconnaissance de son action au sein d’EDF Energy, dont il est le directeur général.

Ce titre récompense une organisation éminente des industries du gaz et de l’électricité au bénéfice de tout le Royaume-Uni, « le plus gros chantier d’avenir pour nos relations complexes avec nos amis », commente notre consul général, Edouard Braine, en considérant qu’il s’agit d’un « signal qui intervient au meilleur moment » et en espérant qu’il sera « compris au sud du british Channel » (lire aussi : « La coopération franco-britannique se bonifie avec le temps et les événements » du 27 février 2012).

Les autorités britanniques font mention de la « transformation remarquable d’EDF Energy » depuis que Vincent de Rivaz est arrivé au Royaume-Uni en 2002, préfigurant la prise de contrôle de British Energy en 2009, pour créer le premier producteur d’électricité à faible émission de carbone du Royaume-Uni. Le directeur français est salué pour assumer la « renaissance » de l’industrie nucléaire au sein d’une économie désormais préoccupée de développement durable et solidaire. EDF Energy s’est distingué en offrant un tarif social aux clients les plus faibles économiquement.

Cet ensemble d’engagements environnementaux et sociaux font d’EDF Energy « le partenaire développement durable » des prochains Jeux Olympiques et paralympiques.

J’adresse à Vincent de Rivaz mes plus cordiales et admiratives salutations.

A noter que sa distinction coïncide avec la nomination de Théodore Zeldin au titre de commandeur de la Légion d’Honneur que je félicite chaleureusement (lire aussi : « Conférence UFE Corporate (3) : Théodore Zeldin, l’Anglais qui adore la France » du 26 octobre 2011).

Crédit photo This is Money

Résultats du 1er tour de la présidentielle à l’étranger

Les sénateurs des Français de l’étranger, Joëlle Garriaud-Maylam et Christophe Frassa, viennent de me transmettre l’intégralité des résultats du scrutin de dimanche. J’ai le plaisir de les partager avec vous.
Ces résultat sont provisoires, dans l’attente des éventuelles rectifications opérées par le Conseil constitutionnel, seul habilité à proclamer les résultats officiels au plus tard mercredi 25 avril à 20h.

Résultats EUROPE du NORD (3ème circonscription)

Candidats
Voix    Résultats
Nicolas SARKOZY 9572 33,27%
François HOLLANDE 9319 32,39%
François BAYROU 3987 13,86%
J-Luc MÉLENCHON 2176 7,56%
Eva JOLY 2029 7,05%
Marine LE PEN 953 3,31%
N. DUPONT-AIGNAN 376 1,31%
Philippe POUTOU 207 0,72%
Jacques CHEMINADE 89 0,31%
Nathalie ARTHAUD 64 0,22%
Nombre d’inscrits 89526
Nombre de votants 29048
Blancs et Nuls 276
Abstention 60478 67,55%

– En 2012 au Royaume-Uni, Nicolas Sarkozy obtient 36,11% des suffrages contre 40% au premier tour de 2007.
– François Hollande recueille 33.26%, tandis que Ségolène Royal avait totalisé 31% en 2007.
– François Bayrou passe de 21.6% à 13.38% entre 2007 et 2012.

Il faut préciser que le taux de participation s’élève à 29.42% pour le Royaume-Uni, c’est légèrement inférieur à celui de 2007 (29,8%). La plus faible mobilisation des électeurs est enregistrée à Chesterfield avec 16,06%. A noter enfin que les 3 bureaux de vote en Ecosse dépassent tous les 40% de participation, avec un record 45,8% à Edimbourg.

Vous trouverez, dans le fichier joint, les résultats du vote des Français de l’étranger à l’occasion du 1er tour de l’élection présidentielle française :
– circonscription par circonscription,
– pays par pays,
– bureau par bureau
Lire : résultats du 1er tour_présidentielles 2012_bureau par bureau à l’étranger  (fichier pdf)

Pour une information plus détaillée, vous pouvez consulter le site du ministère des Affaires étrangères et européennes, sous l’onglet ‘les Français de l’étranger‘.

Le CEI annonce un boom des stages professionnels à Dublin

La crise économique frappe de plein fouet l’Irlande.

A l’attention des jeunes Français désireux d’une expérience professionnelle à l’étranger, je les informe que des offres de stages, de type cinq semaines non rémunérés, sont légion à Dublin. Il vous suffit de contacter l’antenne locale du CEI.

Philippe Gaud, directeur CEI Dublin ; Guillaume Dufresne, président du CEI ; Olivier Cadic (avril 2012)

J’ai souvent évoqué le CEI, Centre d’échanges internationaux, et à la faveur de mon déplacement à Dublin, j’ai eu le plaisir de revoir Guillaume Dufresne, son directeur général et par ailleurs président du centre Charles Péguy. Il m’a appris que 481 stages avaient été offerts l’an dernier par le CEI Dublin qui revendique déjà 240 placements pour le seul 1er trimestre de 2012 !

Le pays du Trèfle et celui du Coq s’estiment beaucoup, c’est un fait culturel. Il faut voir comme nos deux peuples fêtent la St Patrick dans les pubs parisiens ! C’est d’ailleurs pour répondre à la demande croissante des Français désirant vivre une expérience en Irlande que le centre est né il y a bientôt dix ans. Aujourd’hui, près de 500 compatriotes viennent chaque année s’immerger dans un environnement anglo-saxon pour découvrir le monde de l’entreprise et l’anglais au quotidien. Le plus souvent, c’est pendant les vacances scolaires ou juste après le bac qu’ils s’accordent volontiers quelques semaines pour étoffer leur CV.

Facteur essentiel, le CEI de Dublin garantit à nos Jeunes d’être logés au sein d’un réseau d’une centaine de familles triées sur le volet. L’immersion dans la culture irlandaise est donc totale et peut se compléter par des cours de langue.

Pourquoi préférer Dublin à Londres ? Aux yeux des familles françaises, explique Guillaume Dufresne, la capitale irlandaise est considérée comme une ville à taille humaine et plus sécurisante que Londres pour y envoyer ses enfants.

Il est vrai que les entreprises irlandaises leur réservent le meilleur accueil, la main d’oeuvre gracieuse des stagiaires étant devenue vitale. Près de 40 000 Jeunes de tout pays viennent gonfler leurs rangs chaque année. Rappelons que le  l’Irlande fut le premier pays touché par la crise financière, en novembre 2008.

Pour toute information, vous pouvez visiter le site du CEI de Dublin qui travaille en synergie avec les autres centres implantés dans 60 pays : www.cei-dublin.com

Lire aussi : « Le CEI ouvre le monde aux Jeunes » du 15 décembre 2010

Divorce, succession, donation… tout ce que vous auriez voulu savoir en passant la frontière

En passant la Manche, on laisse derrière soi bien plus qu’on ne le pense. A moins d’avoir pris des dispositions expresses, le droit britannique va désormais régir vos événements familiaux. Surprises garanties.

Rencontres notariales franco-irlandaises - 18 avril 2012 - Résidence de France à Dublin-

A l’invitation d’Emmanuelle d’Achon, ambassadrice de France en Irlande et de Me Benoit Renaud, président du Conseil supérieur du notariat français, j’ai eu le plaisir d’assister aux rencontres notariales franco-irlandaises à la résidence de France à Dublin.

De nombreux thèmes ont été traités par des notaires français et des solicitors irlandais.

En matière de régime matrimoniaux, Me Sylviane Plantelin nous apprend que 80% des Français ne font pas de contrat de mariage. « Les gens pensent qu’ils sont en communauté de biens parce qu’ils sont mariés sous le régime de la communauté. Hors, ce qui détermine le régime légal est le lieu où l’on s’établit. »

Les conséquences apparaissent lorsque l’on s’expatrie.

En effet, que ce soit en Irlande ou au Royaume-Uni, les conjoints se trouvent, de fait, en situation de séparation de biens. Sans le savoir, ils ont changé de régime matrimonial en traversant la frontière ! Dans les cas de succession, comme l’ont rappelé les solicitors irlandais, la donation entre époux n’existe pas en Irlande. Chaque époux devrait donc faire un testament en faveur de l’autre.

A partir du 21 juin 2012, un nouveau règlement européen permettra aux citoyens européens de choisir leur loi successorale, d’ici à 3 ans. Il sera également possible de choisir le régime applicable en cas de divorce. L’Irlande, sanglée de règles très strictes en matière de divorce, n’acceptera vraisemblablement pas d’appliquer cette décision. La seule solution pour rompre rapidement les liens du mariage serait de déménager à l’étranger. Pas simple, mais dans cette hypothèse, en effet, une décision de justice étrangère s’imposera en droit aux autorités irlandaises.

Quant à l’évolution du droit français, Me Olivier Goussard nous a fait part de nouvelles dispositions tel que « le mandat de protection future« . Il est désormais possible en France d’organiser sa fin de vie en définissant, bien à l’avance, qui va s’occuper de vos intérêts lorsque vous n’aurez plus toutes vos facultés.

Ces rencontres notariales ont été riches d’intérêt pratique et si cet article éveille un besoin de clarification quelconque, je vous invite à consulter « le guide notarial des Français à l’étranger » sur www.notaires.fr, rubrique Kiosque.

Music’all, école d’exception pour apprendre la musique à Londres

Darwin a démontré que les caractères acquis n’étaient pas héréditaires. Soit, mais derrière Mozart, il y avait son père. L’histoire de Music’all est d’abord une histoire de parents. Pour l’amour de la musique et de leurs enfants, ils vont créer en 2008, une école de qualité : Music’all. Cette institution au statut de Charity a « naturellement rempli un vide dans le panorama éducatif londonien des écoles françaises et de certaines écoles anglaises », explique son chairman, Xavier Quattrocchi-Oubradous.

Née à South Kensington, l’école a migré vers Fulham en septembre dernier dans les locaux tout neufs du conservatoire Lady Margaret, doté d’infrastructures remarquables : petits studios avec pianos, vastes salles de cours, amphithéâtre de 180 places et un foyer… où se retrouvent les parents !

Olivier Cadic entouré des Trustees de Music’All : Fabienne Nacouzi, Natalie Lindsay, Xavier Quattrocchi-Oubradous, Elena Esper, Peter Ettedgui (avril 2012)

Sur place, 150 élèves de 5 à 18 ans étudient l’instrument de leur choix en cours individuels, suivent des cours collectifs (solfège, histoire de la musique) et vivent de diverses expériences musicales qu’il s’agisse de jouer (orchestre, chorale, ensemble de jazz ou de musique de chambre…) ou d’observer et d’entendre (sorties à des répétitions et des concerts (Young Musicians Symphony Orchestra)…

Les professeurs Music’All sont exclusivement recrutés parmi des concertistes professionnels. Gage de compétence, mais aussi de motivation pour les élèves. Il est très appréciable aux yeux de Vesselina Tchakarova, la directrice, que les élèves puissent voir leur professeur se produire sur scène en cours d’année. « Ils peuvent ainsi constater que si l’apprentissage d’un instrument demande beaucoup de travail, il procure aussi énormément de bonheur », avise-t-elle. Ce climat d’émulation et d’exigence artistique sert au mieux la préparation aux examens officiels de l’ABRSM (Associated Board of the Royal School of Music).

Ceux qui ne feront pas carrière dans la musique ne perdent évidemment pas leur temps, les meilleures écoles d’art, toutes disciplines confondues, sont aussi de grandes écoles humanistes. Xavier Quattrocchi-Oubradous explique le succès rapide de Music’All par l’expectative des parents « au-delà de l’aspect artistique : goût du travail en groupe, rigueur ou habitude de s’exprimer devant un public ».

Le site de Music’All (info@musicall.org.uk)

Lire aussi : « Jamais trop tôt pour le violon » du 15 octobre 2011 (ouverture de la Boule de neige, un club de violon pour enfants, à Londres)

Vos commentaires relatifs aux nouveaux bureaux de vote

Les déclarations des candidats à la présidentielle et les bulletins de vote viennent de vous parvenir par courrier.

Des efforts ont été accomplis avec l’ouverture de plusieurs bureaux de vote supplémentaires afin de rapprocher l’urne de l’électeur. C’est un progrès pour beaucoup d’électeurs. A l’inverse, certains notent qu’il est parfois plus rapide de se rendre à Londres que d’aller au bureau de vote choisi selon des considérations géographiques… Cela me vaut parfois des courriels assez sévères. J’avais soulevé ce phénomène lors des discussions sur la localisation des bureaux de vote, organisées par Edouard Braine, notre consul général.

Afin de ne pas réitérer l’engorgement du lycée Charles de Gaulle observé en 2007 (2 à 3 heures d’attente) qui avait suscité un net mécontentement, l’administration a préféré s’en tenir à un strict découpage géographique. Vos réactions et commentaires sur le nouveau dispositif seront les bienvenus (voir la liste des bureaux dans l’article : « Faites de nécessité vertu, votez ! » du 11 avril 2012).

Vous pouvez signifier à l’administration vos remarques et suggestions, tout comme vos compliments, à cette adresse : ecrire.londres-fslt@diplomatie.gouv.fr
et je vous serais reconnaissant de me mettre copie : o.cadic@assemblee-afe.fr.

Avec votre concours, je suis persuadé que cette nouvelle expérience électorale nous permettra dans le futur d’améliorer encore notre organisation et d’étoffer la participation.

Je voudrais remercier l’équipe « Elections » réunie autour de nos consuls généraux, Edouard Braine à Londres et Pierre-Alain Coffinier à Edimbourg, dont je salue l’énergie inlassable dans la préparation de ces prochains scrutins.

Photo Flickr de Tonio Vega

Mon Infolettre n°13 d’avril est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon Infolettre n°13 qui liste les articles publiés en ce début de printemps, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, Monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Nous sommes le premier pays à avoir mis en place le passeport biométrique et le vote par internet. Pourtant, à l’heure où je vous écris, il faut désormais patienter 2 mois pour obtenir un rendez-vous au consulat de Londres afin de déposer une demande de passeport. Londres est le poste qui délivre le plus de passeports (18 000 passeports en 2011). Une seule machine de prises d’empreintes biométriques, des bouchons dans les flux informatiques, des failles dans le logiciel de prises de rendez-vous, la tension est à son comble.

Nicolas Chapuis, directeur des systèmes d’information m’a reçu au sein d’un des endroits les plus sécurisés de France au cœur du Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE). Il m’a promis que sitôt les élections passées, la solution aux failles du logiciel de rendez-vous sera une priorité.

A l’heure du web, il est temps d’abandonner le bon vieux télégramme diplomatique. Il est nécessaire de faire saisir les dossiers de bourse par les demandeurs plutôt que par des agents consulaires. Nous devons créer un espace collaboratif pour permettre aux élus de travailler avec les fonctionnaires et partager l’information avec les citoyens. Pour garantir la modernisation de notre système d’information, nous devons lui dédier une ligne budgétaire du MAEE. Nous ferons des économies et améliorerons la satisfaction des usagers.

Nous voilà arrivés à un moment déterminant pour fixer la ligne directrice qui doit guider notre pays. Des efforts ont été accomplis avec l’ouverture de plusieurs bureaux de vote supplémentaires afin de rapprocher l’urne de l’électeur et d’éviter l’engorgement du lycée Charles de Gaulle. Vos réactions et commentaires sur le nouveau dispositif seront les bienvenus.

Le 20 mars, lors d’une conférence de presse, j’ai annoncé ma candidature aux élections législatives dans notre circonscription. Mon action en tant qu’élu local a visé à défendre vos intérêts. Je souhaite à présent l’amplifier en vous représentant à l’Assemblée nationale. Déterminé à rechercher le consensus avant d’engager l’action, je me présente avec le concours de personnes représentant toutes les sensibilités politiques, de droite comme de gauche et de citoyens soucieux de faire participer la société civile à l’action publique.

Fidèle aux idées du centre droit, j’ai soutenu l’action du gouvernement en me consacrant à l’intérêt général, avant la défense de tout intérêt partisan. Le 24 avril prochain, en qualité de représentant de la majorité présidentielle et du rassemblement, je débattrai avec les candidats aux législatives du modem et du parti socialiste au King’s college.

Je présenterai l’intégralité de mon projet le 14 mai prochain, jour de l’ouverture de la campagne officielle des législatives lors d’une réunion publique organisée au lycée Charles de Gaulle en fin d’après-midi.

Je remercie tous ceux qui se mobilisent pour que la participation aux élections soit la meilleure possible.

Très cordialement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°13 (mars-avril 2012)

Photo Flickr de Leo Reynolds

Sciences Po Alumni UK organise une soirée électorale, dimanche 22 avril

Partant pour une soirée politique, électrique, et éclectique ?

Au Sofitel St James, proche de Piccadilly Circus, un buffet-diner pimenté aux images de France2 vous permettra de vivre en direct la soirée du premier tour de la présidentielle.

Ce bain de jouvence républicain et collectif est l’oeuvre de Sciences Po Alumni UK , avec le concours de France in london, et des associations partenaires : anciens de Centrale, Dauphine, EM Lyon, ESCP Europe, Mines, X-Finance.

Rendez-vous le dimanche  22 avril, à partir de 18h00,
Sofitel St James, 6 Waterloo Place, London SW1Y 4AN
Réservations en ligne, suivez ce lien

Dîner de gala de Sciences Po Alumni UK, le 6 octobre 2011 (crédit : Scpouk)

Je me souviens avec émotion du dernier gala de charité organisé par les Sciences Po Alumni UK, le 6 octobre 2011, puisque j’avais rencontré Richard Descoings. Une personnalité magnétique, capable de figer tout un auditoire pour partager ses convictions généreuses et pénétrantes. La France a perdu un serviteur remarquable qui avait donné un nouveau souffle républicain en élargissant l’accès aux grandes écoles.

Un prix d’architecture pour l’AEFE !

Je vous parle souvent de l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, et je m’en voudrais de passer sous silence qu’elle vient de se distinguer pour une réalisation architecturale exceptionnelle.

Le jury de l’Afex (Architectes français à l’export) a décerné son Grand Prix au lycée Jean-Mermoz de Dakar, au Sénégal, conçu par l’agence Terreneuve (lire l’article sur le site de l’AEFE).

Le lycée, dit « nouveau Mermoz », a été entièrement reconstruit pendant deux ans pour un montant de 15,7M€ (valeur 2006) et inauguré à la rentrée scolaire 2010. Ce vaste ensemble de 17.000m2  accueille 2 400 élèves, de la maternelle à la terminale, qui se croisent joyeusement dans les nombreuses coursives, galeries et patios qui agrémentent les bâtiments. Ses architectes ont résolument pensé un projet « contemporain dans sa forme, économique dans les moyens et autonome dans son fonctionnement. »

Le jury de l’Afex a été particulièrement sensible à cette expérience d’architecture bio-climatique, dont l’agencement des vides et des pleins favorise la circulation de l’air pour un rafraîchissement naturel et permanent des espaces intérieurs.

Décerné tous les deux ans, le Grand Prix Afex 2012  sera solennellement remis à l’AEFE, maitre d’ouvrage, le 28 août prochain à Venise, à l’occasion de la Biennale internationale d’architecture. Pourquoi pas d’autres récompenses pour ses chantiers en cours (Alger, Amman, Le Caire, Francfort…) ?

Faites de nécessité vertu, votez !

A chaque élection, il y a un sujet sur lequel tous les candidats s’accordent à l’unisson : lutter contre l’abstention.

Quel que soit votre décision, vous aurez accompli un acte primordial pour la République. La République n’existe pas sans le vote libre et démocratique ! Et ce système politique est loin d’être dominant dans notre monde : chaque jour des gens continuent de perdre leur vie pour avoir, enfin, le droit de choisir leur dirigeant.

De plus, notre pays est l’une des rares démocraties à offrir à ses citoyens expatriés la possibilité de participer aux choix essentiels de la vie de la Nation. « Il s’agit, pour nous, de nous en montrer dignes », déclare notre consul, Edouard Braine dans la lettre d’information consulaire d’avril.

Mobilisés depuis des mois, les consulats auront fait, pour leur part, leur devoir pour recueillir les suffrages des électeurs inscrits à l’étranger. Le nombre de bureaux de vote a été doublé par rapport à 2007 en Grande-Bretagne et on pourra désormais se prononcer également par internet ou par correspondance dans le cadre des législatives, dès lors « le taux d’abstention lors des prochains scrutins mesurera objectivement notre civisme », en déduit notre consul. D’autant qu’Olivier Tulliez, consul adjoint, conduisant une équipe efficace et endurante a fait une chasse méticuleuse aux électeurs fantômes. Ces inscrits sur les listes ne pouvant plus voter puisqu’ils avaient quitté la Grande Bretagne, risquaient d’impacter négativement le taux d’abstention, de par leur grand nombre.

Outre-Manche, on se montre positif. Le fait que 16.650 personnes se soient inscrites en 2011 sur la liste électorale consulaire laisse clairement supposer que Français se feront un devoir de voter bien plus qu’à l’accoutumée (lire : « En cinq ans, le nombre d’électeurs inscrits a bondi de 30% à l’étranger ! » du 23 mars 2012).

Informations pratiques :

En 2012, vous êtes appelés à voter aux dates suivantes :
– L’élection présidentielle aura lieu les 22 avril et 6 mai
– Les législatives se dérouleront le 3 juin (et non pas le 10 comme en France) et le 17  juin. (pour la première fois, 11 députés issus de 11 circonscriptions représenteront les Français établis hors de France à l’Assemblée nationale)

En 2012, 27 bureaux de vote, répartis sur 10 sites, seront à votre disposition : (voir les centres de votes sur Google Maps) :
– 3 sites à Londres : 13 bureaux au Lycée Charles de Gaulle (South Kensington), 6 bureaux au Collège français bilingue de Londres (Kentish Town) et un bureau au Consulat général.
– 7 sites de vote hors Londres : Ashford, Belfast, Birmingham, Bristol, Chesterfield, Leeds et Liverpool.
– En Ecosse, les Français pourront voter à Edimbourg, Glasgow et Aberdeen (voir les adresses des bureaux de vote sur le site de l’ambassade).

Pour toute information sur les modalités de vote ou l’actualisation de vos données en ligne, consultez le site : monconsulat.fr

Véronique Revington anime un service de recrutement novateur à la Chambre de commerce

Véronique Revington

Le consulat le regrette bien, mais Véronique Revington va poursuivre ailleurs son action en faveur de la communauté française, cette fois dans le cadre d’une mission assez innovante au sein de la Chambre de commerce française de Grande Bretagne, vénérable institution londonienne née en 1883.

La directrice de la Chambre, Florence Gomez, en rêvait, elle l’a fait ! Forte de son expérience réussie en Chine en faveur de la création d’emploi, Florence a trouvé en Véronique la personnalité adéquate et les compétences marquées en ressources humaines pour lui confier la création d’un service de recrutement au bénéfice des 600 entreprises membres de la Chambre.

Les candidats et les recruteurs sont d’ores et déjà les bienvenus sur le site www.ccfgb.co.uk/recruitment, pour étoffer la base de données de leurs CV et annonces. Première nouveauté, les petites entreprises pourront confier l’intégralité du processus de recrutement à la Chambre qui capitalise ainsi sur sa connaissance des métiers, de la culture et des besoins de ses membres.

Une autre innovation significative s’inscrit dans le rapport de confiance particulier qui unit la CCI et les entreprises : le service « Spouse Mission« . Dans l’excellent article de Caroline Imbert paru dans l’Echo, Véronique Revington exprime son intérêt pour celles et ceux qui ont mis leur carrière entre parenthèses pour suivre leur conjoint en Grande-Bretagne, souvent en cas de mutation professionnelle (lien vers l’Echo, numéro de avril/mai 2012).

Durant la période d’installation de la famille, il faut bien s’organiser en partant de zéro et apprendre  comment fonctionne la société anglaise. Alors, souvent, l’un des conjoint se « sacrifie »,  d’autant s’il y a des enfants dans l’aventure. Aujourd’hui, Véronique Revington leur propose de recoller aux wagons de l’épanouissement professionnel avec la Spouse Mission, ce « service socialement responsable ». Il s’agit d’une forme de coaching pour d’abord reprendre confiance en soi, puis préparer le CV et les entretiens d’embauche. Enfin, les candidats vont intégrer le monde du travail en commençant généralement par des missions souples et ponctuelles (temps partiel, télétravail…) et au sein d’entreprises qui recherchent des francophones. En effet, « avec la Spouse Mission, résume Véronique dans l’Echo, nous voulons porter un regard nouveau sur l’emploi tout en répondant à une attente des entreprises et à un besoin fort au sein de la communauté française ».

Je ne doute pas un instant de la réussite de Véronique dans ces nouvelles attributions, pas plus que notre consul, Edouard Braine, qui l’avait embauchée il y a un an exactement pour concrétiser les actions du plan Emploi (lire : « Véronique Revington va incarner le plan Emploi » du 19 mars 2011).

La priorité était de pérenniser l’action du centre Charles Péguy en recherchant des financements privés. Véronique s’est donc attelée à prospecter les entreprises avec un succès qui a permis de couvrir le coût de l’embauche d’un conseiller en recrutement supplémentaire.

Véronique s’est aussi illustrée auprès de nos jeunes compatriotes en les incitant à s’inscrire sur les listes électorales du consulat. Mission toute légitime puisqu’elle était rémunérée sur des crédits de vacation du consulat consacrés à la préparation des élections de 2012.

En dépit d’une activité soutenue, Véronique anime une association de parents d’enfants atteints de troubles de l’apprentissage scolarisés au Lycée français Charles de Gaule, «Dys à Londres». Un petit fait qui en dit long, je trouve, sur sa personnalité.

Les députés des Français de l’étranger seront membres de droit de l’AFE

Un arrêté du 26 mars 2012 du ministre des Affaires étrangères et européennes vient de modifier le règlement intérieur de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) en disposant que les futurs onze députés des Français de l’étranger sont membres de droit de l’AFE.

Les députés que vous choisirez en juin prochain auront donc le même privilège que les 12 sénateurs des Français vivant hors de France qui, eux, ne sont pas élus au suffrage direct mais par les 155 conseillers de l’AFE.

Lire l’arrêté du 26 mars 2012

Est-ce que votre ordinateur vous permet de voter par internet ?

Dans le cadre de l’organisation des élections législatives à l’étranger, et pour faciliter l’exercice de votre droit de vote, le recours à l’internet sera l’une des 4 modalités de scrutin proposées aux Français établis hors de France.

Le ministère des Affaires étrangères  a mis en ligne  un outil de test de configuration ‘Mon Vote Sécurisé’ à l’adresse suivante :

www.monvotesecurise.votezaletranger.gouv.fr

Cet outil vous permet de tester, dès aujourd’hui, la conformité de votre ordinateur avec les règles de sécurité requises pour voter par internet. En effet, la garantie du respect de l’anonymat et de l’intégrité du mode de scrutin n’est pas autorisée par toutes les configurations techniques.

Pour vous accompagner, un service d’assistance téléphonique et de courriel est également en place. Il répond à toutes les questions d’ordre technique. Ce service est accessible depuis le site de ‘Mon Vote Sécurisé’.

Je vous invite à lire le courriel que François Saint-Paul, directeur des Français à l’étranger et de l’administration consulaire, a adressé aux électeurs afin de les informer de cette mise en ligne (lire : Législatives 2012 – voter par internet en sécurité).

Photo Flickr de Mediajon

Cette jeunesse qui préfère l’étranger… pour faire rayonner la France

Dans le Figaro de vendredi dernier, page 2, Stephane Kovacs signe un article âprement intitulé : « Ces jeunes citoyens qui disent adieu à la France ». Son enquête l’a conduite à s’intéresser à ces moins de 30 ans qui sont « de plus en plus nombreux à partir « faire rayonner » leur pays à l’étranger. » La journaliste conclut néanmoins qu’ils « prévoient rarement un billet de retour »…

Je lui suis reconnaissant d’avoir reproduit mes commentaires au sujet de ces jeunes compatriotes qui m’inspirent beaucoup d’affection et d’admiration. La crise est devenue mondiale et anxiogène, certes. Mais tandis que certains se plaignent de tout et attendent le sauveur providentiel, d’autres tentent de s’inventer un avenir envers et contre tout. Selon une récente enquête, deux jeunes sur dix s’exilent dans le but de créer une entreprise.

Afin de compléter mes propos qui ont été partiellement repris, j’ai indiqué qu’environ un tiers des jeunes Français qui arrivent au Royaume-Uni repartent en France dans les trois ans. Ils poursuivent souvent le double objectif de parfaire leur apprentissage de la langue anglaise et d’acquérir une expérience internationale qu’ils espèrent valoriser à leur retour.

Et si les autres quittent la France pour longtemps, cela ne signifie pas pour autant qu’ils lui tournent le dos.

Lire : « Ces jeunes citoyens qui disent adieu à la France » sur le site du Figaro.

Photo Flickr de Svadilfari

Le plan Ecole prévient tout favoritisme

Julien Balkany, candidat à l’élection législative en Amérique du Nord, dénonce le système d’inscription au lycée français de New York qui favoriserait les enfants de stars, au détriment des enfants français (lire : « Trop d’enfants de stars au French Lycée de New York ? » du 30 mars 2012).

J’ai été interviewé par le Times qui voulait savoir si des pratiques semblables pouvaient exister à Londres. J’ai répondu que tout favoritisme me semblait désormais très difficile (Lire « French revolution at New York lycée » – lien payant).

Il fut un temps où la pénurie des places générait immanquablement d’amicales pressions ou de petits mots de recommandation pour faciliter l’accession de certains élèves au lycée Charles de Gaulle.

Dès la création du plan Ecole, j’ai demandé une clarification des critères d’accès au lycée  et la transparence sur la procédure de sélection. Il y a quatre ans déjà, une commission a été créée en ce sens, au sein du plan Ecole. A l’époque, nous avons même revu les critères d’attribution qui sont impartiaux et disponibles sur le site internet du lycée Charles de Gaulle.

La commission d’attribution des places est composée du proviseur Bernard Vasseur, du conseiller culturel, Laurent Burin des Roziers, et du conseiller culturel adjoint, Laurent Batut. Toutes leurs décisions donnent lieu à un procès-verbal paraphé.

Je me réjouis de n’avoir jamais entendu un soupçon sur leur probité, ni relevé la moindre erreur ou incohérence dans l’exercice de leur mission.

Dans le cadre de ma candidature à l’élection législative, j’ai prévu de reprendre l’idée que j’ai avancée lors de mon mandat : je souhaite que cette commission d’attribution des places puisse également inclure deux élus de sensibilité différente, un représentant des parents d’élèves, un représentant du corps enseignant et un autre de la Chambre de commerce. Le proviseur ainsi serait à l’abri de toute pression extérieure.

Photo Flickr de Samboussek

Europa School UK lance sa campagne d’inscription (date limite : 30 avril 2012)

Je vous reparle avec plaisir de la nouvelle free school qui va ouvrir ses portes à Culham près d’Oxford pour vous alerter sur l’ouverture du processus d’inscription qui se clôturera le 30 avril prochain.

L’Europa School UK constitue un projet exceptionnel puisque cette école d’Etat anglaise gratuite offrira dès la rentrée deux filières bilingues : franco-anglaise et germano-anglaise (lire : « La première « free school » bilingue franco-anglaise va ouvrir ses portes en 2012 près d’Oxford » du 30 octobre 2011).

Bénédicte Yue, représentante des parents d’élèves, m’a transmis ces quelques informations pratiques :
Six classes de 28 élèves  sont proposées pour la rentrée 2012 :
– 2 classes de « Reception » pour les enfants nés entre le 1er septembre 2007 et le 31 août 2008 ;
– 2 classes de «  Year 1 » pour les enfants nés entre le 1er septembre 2006 et le 31 août 2007
– 2 classes de « Year 2 » pour les enfants nés entre le 1er septembre 2005 et le 31 août 2006.

A chaque niveau correspond une classe franco-anglaise  et une classe germano-anglaise. 

Le programme pédagogique sera basé sur le « curriculum » européen et anglais.

Je rappelle que cette free school s’inscrit dans la continuité de l’Ecole européenne de Culham dont la fermeture progressive s’étalera jusqu’en 2017. C’est pourquoi, chaque année, de nouvelles classes seront ouvertes, par effet de vase communicant.

A terme, l’Europa School UK accueillera des élèves de 4 ans à 19 ans pour les conduire jusqu’au au baccalauréat européen, dès son homologation européenne.

Toutefois, l’Ecole européenne actuelle continue d’accueillir des enfants à partir de la deuxième année de primaire (équivalent au CE1 dans le système français pour les enfants nés avant le 01.01.2006) et dans les toutes classes de primaire et de secondaire jusqu’au  baccalauréat européen.  Rappelons que la section française de l’école européenne est homologuée.

Pour vos inscriptions auprès de l’Europa School UK, je vous invite à consulter son site internet. Soulignons enfin que cette école sera gratuite et que la sélection des élèves dépendra de la localisation des familles intéressées par rapport à quatre points géographiques situés dans la région d’Oxford.

Europa School UK : www.europaschooluk.org
Ecole européenne : www.esculham.eu