Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Le métro transmanche, un projet toujours à quai.

Pourquoi le projet du métro transmanche n’avance-t-il pas ? Pourquoi une espérance si largement partagée, regroupant citoyens, entreprises, élus, et orientée vers le bien commun peine-t-elle à éclore ? Pourquoi les décideurs ne nous paient que de mots ? Parce que la démocratie, le pouvoir par le peuple, s’est laissée obscurcir par la technocratie, serait-on tenté de conclure dans un moment de découragement…

Richard Honvault, Olivier Cadic et Catherine Fournier au café Citoyen de Boulogne sur Mer

Richard Honvault, Olivier Cadic et Catherine Fournier au café citoyen de Boulogne sur Mer

Richard Honvault, lui, ne se décourage jamais. Candidat à la mairie de Boulogne sur Mer, dont il est conseiller municipal, il a organisé vendredi dernier un café citoyen sur le thème « comment sortir les Boulonnais du tunnel ? ». Richard m’a invité à cette rencontre, ce que j’ai accepté avec d’autant plus plaisir que je retrouvais Catherine Fournier, maire de Frethun et porte-étendard de ce combat pour le métro transmanche. L’enjeu est de taille, puisque ce nouveau moyen de transport ne peut que booster la performance sociale et économique de la côte d’Opale.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit de créer une catégorie de travailleurs transfrontaliers entre la France et l’Angleterre, plus précisément entre le Kent qui manque de main d’oeuvre et le Nord Pas-de-Calais qui se débat avec un taux de chômage très élevé atteignant des pics supérieurs à 15% à Boulogne/Mer et Calais.

Les travailleurs transfrontaliers présentent la particularité de traverser une frontière le matin, pour aller travailler, et le soir, pour rentrer chez eux. L’Allemagne, la Suisse ou la Belgique, par exemple, accueillent journellement un flot de Français.

Entre le Kent et la côte d’Opale, séparés par quelques kilomètres d’eau salée, aucun phénomène de ce type. Le moyen est cependant à portée de main : le tunnel sous la Manche. Le tunnel et non pas l’Eurostar, de toute façon hors de prix pour jouer les navettes entre Calais et Ashford. Voilà l’astuce : le tunnel n’est utilisé qu’à 52% de ses capacités, une marge suffisante pour ajouter quelques trains régionaux , afin de transporter des travailleurs transfrontaliers, à prix modique et en 30 minutes.

Par ailleurs, les résidents du Kent se réjouiraient de pouvoir se rendre en France aussi simplement qu’ils se rendent à Londres. Cette navette multiplierait les échanges et dynamiserait le commerce local des deux cotés de la Manche.

J’ai souligné à Boulogne sur Mer que la volonté des élus et des acteurs économiques n’avait pas faibli et que le bien-fondé du projet n’avait fait que se renforcer. Mais le temps a filé ! Il y a deux ans déjà, les médias s’emparaient avec enthousiasme du dossier, pour ne citer que la Voix du Nord (« Le métro Transmanche sur de bons rails ? », le 14 décembre 2011) et France 3 (lire : « Le métro transmanche s’invite sur France 3 » du 23 novembre 2011).

Deux ans déjà que notre sénatrice des Français établis hors de France, Joëlle Garriaud-Maylam, avait obtenu du ministre des Transports, Thierry Mariani, « un avis extrêmement favorable » ainsi que « de précieux encouragements aux porteurs du projet » (lire : « Le gouvernement acquiesce au projet de métro transmanche » du 14 décembre 2011).

A l’époque, on osait espérer notre métro pour les Jeux olympiques de Londres ! Et puis, rien de bien concret. En mai dernier, Edouard Braine, notre ancien consul général de Londres a rappelé qu’avant de devenir un projet économique, ce projet est éminemment politique (lire : « Emploi : Un métro transmanche nommé désir ! » du 21 mai 2013)

L’élan observé en fin d’année 2011 pour le métro transmanche s’est frigorifié au contact du conservatisme de gauche conforté en 2012, combiné à l’apathie du ministre chargé des Transports, Frédéric Cuvillier. Il s’était fait représenter par un sous-préfet pour débattre avec moi sur la question en mai 2013. On comprend que de nombreux élus de gauche freinent des quatre fers plutôt que de faciliter ce projet. Alors ministre du gouvernement Jospin, Martine Aubry, maire de Lille, déclarait « qu’il valait mieux être chômeur en France que travailleur en Angleterre ».

L’espoir doit vivre. Richard Honvault ne se résigne pas à voir sa ville passer à 45% de logements sociaux alors que les forces vives commencent à déserter et que la population décline. En soutenant cette idée de transfrontalité au service de l’économie locale et de l’emploi, Richard Honvault est un élu visionnaire et volontariste en matière d’action publique.

En défendant avec énergie l’idée du métro transmanche et en œuvrant pour une mobilisation populaire en faveur de ce projet, Richard Honvault multiplie les propositions économiques pour rendre son lustre d’antan à Boulogne/mer. Cela n’a pas échappé à la Voix du Nord qui décrit: « Démographie en berne, perte d’attractivité du centre-ville, crise économique et entreprises en difficultés, déclin du port, mauvaises relations avec la CCI… la liste est longue. Aux électeurs de lui faire confiance en mars prochain s’ils veulent retrouver fierté et panache ».

Voilà pourquoi j’appelle les habitants de Boulogne-sur-Mer à voter en faveur de Richard Honvault lors des prochaines élections municipales.

Ateliers, workshops, formations : les nouveautés du centre Charles Péguy

Lors de la publication de son dernier rapport d’activité, nous avons pris toute la mesure de la « performance sociale » du centre Charles Péguy qui parvient à trouver du travail à près d’un millier de nos jeunes compatriotes, chaque année, au Royaume-Uni (lire : « Plan Emploi : le centre Charles Péguy toujours plus performant » du 02 décembre 2013).

Il faut aussi insister sur la culture innovante du centre qui expérimente continuellement de nouvelles approches pour répondre à la variété de besoins de ses adhérents. L’année 2013 fut un bon cru. Sans tomber dans un catalogue à la Prévert, je voudrais illustrer mon propos en vous présentant quatre initiatives.

L’atelier CV au centre Charles Péguy, nouveau service pour favoriser l’insertion professionnelle et sociale des jeunes francophones en Grande-Bretagne

D’abord, l’atelier CV, rendu possible par le recrutement d’une nouvelle bénévole au début novembre 2013, Emmanuelle Pradere, coach professionnelle.

Ce nouveau service de conseils personnalisés permet de libérer du temps aux conseillers permanents et prolonge le bénéfice de l’Atelier Emploi, mis en place, lui, en mars 2012.

Puis, la formation en anglais, depuis octobre 2013, qui se caractérise par une semaine de cours d’anglais intensifs (3h par jour) gratuits. Le but est de proposer un « déblocage linguistique » précise le centre, comprenez la révision des bases axée sur la recherche d’emploi.

Ensuite, les workshops, qui sont des ateliers gratuits et développés en partenariat avec des entreprises. Une première expérimentation concluante eu lieu en juin 2012 auprès des recruteurs d’EDF Energy. En 2013, 8 autres workshops ont été organisés attirant près d’une centaine d’adhérents dont le feedback a été très positif. Les entreprises participantes sont les sponsors du centre, comme EDF Energy et Bouygues UK, mais aussi des entreprises extérieures telles que Taskhub ou Flexijobs. Sur le principe, les jeunes sont reçus individuellement par des professionnels du recrutement anglophones pour une simulation d’entretien d’embauche, suivie d’une phase de conseils aux participants.

Ces workshops trouvent leur légitimité dans le fait que de plus en plus d’adhérents viennent à Londres pour y faire carrière, même si dans un premier temps tous sont ouverts aux petits jobs, notamment pour développer leurs compétences linguistiques. Rencontrer des professionnels du recrutement les aide à concevoir un projet à plus long terme et plus valorisant, à travers ces entretiens d’embauche « plus poussés », explique le centre.

Pour terminer, signalons qu’une carte de membre a été instituée donnant accès à tous les services du centre, mais également à des réductions auprès fournisseurs partenaires. Déjà, les premiers avantages ont été négociés auprès de The French BookShop (librairie francophone à South Kensington), Callan School (école d’anglais), Franglish (organisme d’échange de conversations) et différentes agences immobilières qui ne factureront plus de frais d’agence au possesseur de la carte. Et ce n’est qu’un début !

J’ose imaginer que des chercheurs en sciences sociales étudieront un jour l’activité du centre Péguy, présidé par Guillaume Dufresne et dirigé par Marine Deneux, véritable laboratoire social au service de l’emploi et de l’insertion des jeunes immigrants français en Angleterre.

Crédit photo : Centre Charles Péguy

Plan Emploi : le centre Charles Péguy toujours plus performant

Au 31 octobre, 603 adhérents du centre Charles Péguy avaient trouvé un emploi, soit un taux de placement de 76%, contre 64% sur la même période en 2012.

Ainsi, grâce au centre, près d’un millier de jeunes Français auront trouvé un emploi au Royaume-Uni en 2013.

Signe de reconnaissance et d’efficacité, le centre a enregistré cette année une augmentation de 25% du volume d’offres d’emploi postées par des employeurs !

Cette association à but non lucratif de droit anglais, créée en 1954, est aussi un modèle d’efficacité d’emploi des fonds publics : 50€ par personne embauchée ! En effet, le centre est subventionné à hauteur de 55 000€ par le ministère des Affaires étrangères.

On aimerait que Pôle Emploi puisse s’approcher d’un tel ratio !

Pourtant l’Administration a failli provoquer la fermeture du centre en envisageant de diminuer fortement sa subvention il y a quatre ans. Mais l’arrivée du consul général Edouard Braine fin 2009 à Londres a popularisé les « Oubliés de St Pancras » (lire : « Un premier pas vers les Oubliés de St Pancras » du 28 janvier 2010). Pour assurer le maintien des fonds publics, il a mis en lumière le rôle crucial du centre Péguy auprès de tous nos jeunes compatriotes débarquant à la recherche d’un emploi, parfois dans la plus grande improvisation. En parallèle, nous avons alors lancé le plan Emploi (lire : « Le centre Charles Péguy, pivot du plan Emploi » du 12 novembre 2010).

Afin d’amplifier l’action du centre Péguy, nous avons souhaité compléter son financement grâce à des entreprises privées. Une recherche fructueuse de sponsors a conduit, le 27 septembre 2012, à la signature d’une convention de partenariat auprès de 6 entreprises françaises implantées au Royaume Uni. En versant chacune un montant de £7,000 par an, sur une période de trois ans renouvelable, elles ont même permis l’embauche d’un troisième conseiller emploi. Un beau cadeau de départ pour Edouard Braine au moment de transmettre le flambeau à son successeur Olivier Chambard.

Ainsi, il y a un an, j’étais heureux de vous annoncer que le plan Emploi avait réalisé son premier objectif qui visait à accroître la capacité d’action de Péguy (lire Lire : « Le plan Emploi accomplit son premier objectif ! » du 22 octobre 2012).

Pour 2014, le président du centre Guillaume Dufresne vise 1300 placements. La reconduction de la subvention de 55,000€ par le ministère est essentielle puisqu’elle représente un bon tiers du budget de fonctionnement, à laquelle s’ajoute le montant des cotisations et celui du partenariat public-privé précédemment évoqué.

Mais l’incertitude règne comme il transparait dans le rapport d’activité 2013 de l’association : « Les financements du ministère des Affaires étrangères sont incertains d’une année sur l’autre et tardivement annoncés, il est important que nous puissions conserver le 3ème poste de conseiller emploi et accueillir toutes les personnes désireuses de s’inscrire, dès janvier, avec des niveaux d’anglais de plus en plus faibles et pourtant des diplômes de plus en plus élevés. »

L’incertitude est amplifiée par le fait que la subvention est décidée et versée en milieu d’année (mai et juin) !

J’avais présenté un vœu voté à l’unanimité par l’AFE en mars dernier, afin que la Commission nationale pour l’emploi et la formation professionnelle (CCPEFP) « se réunisse avant la fin de l’année calendaire pour déterminer les subventions accordées pour l’année suivante » (voir le diaporama ci-dessous). Le souhait était que les associations puissent démarrer l’année avec une avance de trésorerie pour leur permettre de faire face à leurs coûts. Ce vœu a été rejeté par l’administration (lire : Voeu n° 4 de la commission des Finances et des affaires économiques – Mars 2013).

C’est d’autant plus incompréhensible que le ministère avance 50% de la dépense annuelle dès janvier aux 9 structures d’aides à l’emploi qui sont intégrées dans des consulats de par le monde. Le centre Charles Péguy exprime combien il est humainement pénible et financièrement risqué pour une association d’engager plus du tiers de son exercice sur la base de subventions incertaines.

Lors de la réunion à Londres du Comité consulaire local de l’emploi et de la formation professionnelle (CCEFP) du 18 novembre dernier, Olivier Chambard nous a appris une bonne nouvelle. En définitive le ministère a décidé de débloquer 20% de la subvention annuelle pour le centre Charles Péguy dès janvier ! Mon action n’aura donc pas été vaine. Je me réjouis de ce progrès et je remercie tous les élus à l’AFE d’avoir porté ce vœu partiellement exaucé. Guillaume Dufresne, la directrice Marine Deneux et toute l’équipe de Péguy pourront entamer 2014 plus sereinement.

La City de Londres, exemple de succès d’immigration qualifiée

L’immigration professionnelle et étudiante en France a fait l’objet d’un récent débat parlementaire au sénat les 24 avril et 29 mai derniers. Ce débat préfigure un projet de loi sur l’immigration prévu en juillet prochain.

David Blanc

David Blanc, associé chez Vestra Wealth LLP, vice-président de l’UFE GB (Union des Français de l’étranger) et membre du Cercle d’outre-Manche, a publié cette semaine un billet dans Les échos qui reprend le thème du dernier ouvrage du Cercle : « Immigration et Travail : Quelques bonnes pratiques à intégrer ». Le Cercle d’Outre Manche est un groupe de réflexion qui rassemble des dirigeants français de groupes internationaux opérant au Royaume-Uni et en France. Il a pour objectif de mettre en avant les meilleures pratiques des deux pays.

Dans cet article intitulé « Un exemple de succès d’immigration qualifiée : la City de Londres », David nous éclaire sur les bonnes pratiques qui valorisent l’apport d’une immigration qualifiée à une économie. Je vous invite à lire ce texte passionnant consacré à l’histoire de la City de Londres qui repose sur une addition continue de talents rares, souvent venus d’ailleurs…

« Il est utile de rappeler que l’immigration contribue à la prospérité économique d’un pays et c’est une nécessité pour un pays vieillissant, mais il est important de s’accorder sur le fait qu’elle doit être gérée de manière à augmenter les richesses.

Certains pays, comme le Royaume-Uni, ont fait le choix d’une immigration professionnelle qualifiée et ciblée dont l’objectif premier est l’intégration économique au sein de la société. La City de Londres en est une illustration.

Depuis le Moyen Âge, la City, qui n’était à l’origine qu’un vaste marché de poissons et de viandes, n’a jamais cessé d’attirer – et de retenir – les étrangers. Si l’on sait aujourd’hui qu’il s’agit du plus grand centre financier au monde, on oublie trop souvent qu’il s’est bâti grâce des flux d’immigration considérables. » Lire la suite sur le site Le Cercle – Les Echos

Rappelons que David Blanc était intervenu lors d’une table ronde consacrée au financement des entreprises, au cours de la conférence UFE Corporate du 20 octobre 2011, à Ashford (lire : « Conférence UFE Corporate (7) : Tout incite à financer les PME au Royaume-Uni » du 01 décembre 2011).

Emploi : Un métro transmanche nommé désir !

Le 16 mai dernier notre ancien consul général à Londres Edouard Braine, aujourd’hui conseiller diplomatique du gouvernement, est venu rendre une visite toute amicale aux entrepreneurs français du Kent, à Ashford. Ayant prévu d’assister ce jour-là au « Red Carpet Day » de L’UFE Corporate, reporté au 10/10/13 à Paris, Edouard Braine a maintenu son déplacement pour retrouver sans attendre les créateurs d’emploi du Kent. Une démarche à laquelle s’est volontiers associée Catherine Fournier, maire de Fréthun, toujours en quête d’idées et bonnes pratiques pour développer l’emploi (lire : « Les 2èmes Rencontres jobs transfrontaliers tiennent leurs promesses » du 18 octobre 2011).

David Rosenberg, dirigeant de SBE que j’ai le bonheur de rencontrer régulièrement depuis une quinzaine d’années nous a une nouvelle fois ouvert ses portes. La société française de réparation d’appareils informatiques, premier employeur d’Ashford (Kent) se porte bien, remarquablement bien.

Chez SBE à Ashford (Kent), le 16 mai 2013 : David Rosenberg, directeur de SBE UK ; Olivier Cadic ; Edouard Braine, conseiller diplomatique du gouvernement ; Jean-Claude Cothias, Consultant en developpement International ; Catherine Fournier, maire de Fréthun

« C’est la dynamique anglaise qui booste les résultats du groupe SBE qui emploie 1,500 personnes », indique David. Il y a 18 mois, il a annoncé la création d’une filiale canadienne à Toronto lors de la conférence de l’UFE Corporate (lire : « Conférence UFE Corporate (1) : SBE marque les esprits » du 21 octobre 2011). « On est parti de zéro pour arriver à 400 personnes, en quelques mois », annonce David. Après avoir conquis sans coup férir 60% du marché canadien, l’Australie est désormais dans sa ligne de mire…

Seulement voilà, SBE peine à recruter ! Pourtant, à quelques battements d’ailes de mouette de ses ateliers d’Ashford, « Calais se débat dans un chômage structurel », déplore Edouard Braine. Constat, SBE compte très peu de collaborateurs français alors qu’ils sont une majorité venus des lointains pays d’Europe de l’Est.

C’est rageant, mais « le Pôle Emploi n’est pas linké avec le Job Center » résume David Rosenberg. Cet organisme continue de travailler le dos tourné à la mer au nom « des blocages institutionnels » soulignés par Edouard Braine.

Il n’en fallait pas moins pour raviver la conversation autour de ce merveilleux projet de « métro transmanche » pour lequel je milite depuis fin 2007. Rien à voir avec l’Eurostar, en termes de cible voyageur et de prix de transport.

Rappelons qu’il est question de créer une navette journalière entre le Calaisis et le Kent destinée à transporter des passagers pour un prix modique. Cela créerait une nouvelle génération de travailleurs transfrontaliers. Dans ce schéma, la région Nord-Pas-de-Calais mettrait à disposition des trains régionaux qui feraient l’aller-retour, en une demi-heure, entre la station TGV Calais-Fréthun et celle d’Ashford empruntant le tunnel sous la Manche seulement utilisé à la moitié de ses capacités !

Conquis par cette idée, Edouard Braine avait fait du métro transmanche un objectif majeur de notre plan Emploi.

Le métro transmanche verra-t-il bientôt le jour ? Les Français du Nord-Pas-de-Calais pourront-ils traverser la frontière le matin et rentrer chez eux le soir même, avec la même évidence que les Alsaciens employés en Allemagne ? Pourtant adoubé par le précédent gouvernement grâce au soutien de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam (lire : « Le gouvernement acquiesce au projet de métro transmanche » du 14 décembre 2011), le chantier fait les frais des « conservatismes et petitesses françaises », stigmatise Edouard Braine

Avant de devenir un projet économique, le projet est éminemment politique. C’est dire s’il doit suivre une progression sinueuse contournant les rigidités administratives, esquivant les rivalités de personnes et aplanissant les querelles de clochers.

L’idée du métro transmanche a la force de l’évidence, mais il lui manque certainement un soutien populaire propre à interpeller les élus locaux, uniquement centrés sur des projets qui leur garantissent des retombées électorales personnelles, comme une crèche ou une ligne de tramway. Faciliter l’emploi au niveau régional grâce au métro transmanche ne peut aboutir sans une mobilisation de toutes les parties prenantes dans le cadre d’un plan qui converge vers l’intérêt général et seulement cela (lire : « Le métro transmanche s’invite sur France 3 » du 23 novembre 2011).

Catherine Fournier, Edouard Braine et moi-même sommes convaincus qu’il est urgent de recréer une dynamique d’optimisme et de réalisation en France. Ce projet constitue un merveilleux espoir de développement transfrontalier.

Depuis son retour en France, Edouard Braine mobilise toutes les énergies coté français pour repartir de l’avant.

Pour ma part, je participerai à un débat le jeudi 23 mai 2013 à Boulogne sur Mer, organisé par le Cercle Côte d’Opale Synergie. Ses animateurs Thaddée Segard et Thierry Degraeve militent sans relâche depuis des années en faveur de cette navette transmanche. Le thème : « les atouts et opportunités de la coopération transfrontalière ».

Frédéric Cuvillier, ministre chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, constatera alors que nous poursuivons tous notre action en faveur de ce métro transmanche avec ténacité et constance, dans un esprit de consensus et d’unité qui transcende tous les courants partisans !

Le CEI annonce un boom des stages professionnels à Dublin

La crise économique frappe de plein fouet l’Irlande.

A l’attention des jeunes Français désireux d’une expérience professionnelle à l’étranger, je les informe que des offres de stages, de type cinq semaines non rémunérés, sont légion à Dublin. Il vous suffit de contacter l’antenne locale du CEI.

Philippe Gaud, directeur CEI Dublin ; Guillaume Dufresne, président du CEI ; Olivier Cadic (avril 2012)

J’ai souvent évoqué le CEI, Centre d’échanges internationaux, et à la faveur de mon déplacement à Dublin, j’ai eu le plaisir de revoir Guillaume Dufresne, son directeur général et par ailleurs président du centre Charles Péguy. Il m’a appris que 481 stages avaient été offerts l’an dernier par le CEI Dublin qui revendique déjà 240 placements pour le seul 1er trimestre de 2012 !

Le pays du Trèfle et celui du Coq s’estiment beaucoup, c’est un fait culturel. Il faut voir comme nos deux peuples fêtent la St Patrick dans les pubs parisiens ! C’est d’ailleurs pour répondre à la demande croissante des Français désirant vivre une expérience en Irlande que le centre est né il y a bientôt dix ans. Aujourd’hui, près de 500 compatriotes viennent chaque année s’immerger dans un environnement anglo-saxon pour découvrir le monde de l’entreprise et l’anglais au quotidien. Le plus souvent, c’est pendant les vacances scolaires ou juste après le bac qu’ils s’accordent volontiers quelques semaines pour étoffer leur CV.

Facteur essentiel, le CEI de Dublin garantit à nos Jeunes d’être logés au sein d’un réseau d’une centaine de familles triées sur le volet. L’immersion dans la culture irlandaise est donc totale et peut se compléter par des cours de langue.

Pourquoi préférer Dublin à Londres ? Aux yeux des familles françaises, explique Guillaume Dufresne, la capitale irlandaise est considérée comme une ville à taille humaine et plus sécurisante que Londres pour y envoyer ses enfants.

Il est vrai que les entreprises irlandaises leur réservent le meilleur accueil, la main d’oeuvre gracieuse des stagiaires étant devenue vitale. Près de 40 000 Jeunes de tout pays viennent gonfler leurs rangs chaque année. Rappelons que le  l’Irlande fut le premier pays touché par la crise financière, en novembre 2008.

Pour toute information, vous pouvez visiter le site du CEI de Dublin qui travaille en synergie avec les autres centres implantés dans 60 pays : www.cei-dublin.com

Lire aussi : « Le CEI ouvre le monde aux Jeunes » du 15 décembre 2010

Le plan Emploi fête ses deux ans

Guillaume Dufresne présente les installations du centre Charles Péguy qu'il dirige à l'ambassadeur Bernard Emié

Il y a deux ans, le 22 février 2010, Edouard Braine exauçait le vœu que j’exprimais un mois plus tôt dans ma lettre aux Français du Royaume-Uni et réunissait une équipe motivée pour créer un plan Emploi sur le modèle du plan Ecole. Nous avons célébré ses deux années de vie au centre Charles Péguy, lieu le plus symbolique de sa légitimité et de son efficience.

En effet, la première préoccupation des acteurs du plan Emploi fut de sauver l’existence même du centre Péguy, menacé par de fatales coupes budgétaires. Un an plus tard, le premier objectif du plan Emploi fut d’offrir à Péguy des moyens supplémentaires en faisant appel à des fonds privés pour lui permettre de placer 1000 Jeunes par an au lieu de 650. Aujourd’hui, cet objectif peut être atteint. Cette bonne nouvelle annoncée par notre consul général, Edouard Braine, tient à l’émergence d’un partenariat public-privé grâce auquel « cinq entreprises françaises emblématiques sont en train de formuler leur engagement durable aux côtés du centre Charles Péguy, afin de prendre en charge la rémunération d’un chargé de mission emploi supplémentaire et d’aider à une amélioration qualitative de l’offre d’emplois proposée par le Centre Charles Péguy. »

Ce nouveau conseiller emploi sera le troisième en activité au sein du centre et va permettre de prendre en charge quelques centaines de candidats supplémentaires. Le mérite en revient aux entreprises suivantes : EDF Energy, Eurotunnel, la Société Générale au travers de sa fondation éponyme, SOS International et Téléperformance via sa filiale TLS Contact. Le consul général s’est félicité que le message ait été « bien entendu et relayé » par la Chambre de commerce franco-britannique et son président, Arnaud Vaissié, ainsi que par le Comité des conseillers du commerce extérieur, animé par Bruno Deschamps.

Ce 21 février dernier, le président du centre Charles Péguy, par ailleurs directeur général du CEI, Guillaume Dufresne, était naturellement à l’honneur dans les propos de l’ambassadeur de France, Bernard Emié venu marquer son soutien pour la circonstance. Toujours prête à porter attention aux autres et à les écouter avec bienveillance, son épouse, Isabelle Emié, l’accompagnait. Depuis son arrivée à Londres, Isabelle Emié prodigue son temps auprès de diverses d’associations caritatives.

« La problématique de l’emploi est, pour notre action consulaire en Grande-Bretagne, tout à la fois centrale et marginale », résume parfaitement le consul Edouard Braine. Par centrale, il évoque le flux d’émigration, sous-entendu les « Oubliés de Saint-Pancras », ces Jeunes qui débarquent en gare de Londres pour se fondre dans la société anglaise, au petit bonheur la chance, sans aucune traçabilité. Par marginale, il considère que les missions régaliennes du consulat et les moyens associés  « sont radicalement inadaptés à la conduite d’une démarche sérieuse en faveur de l’emploi de nos compatriotes installés en Grande-Bretagne. » D’où tout l’intérêt de s’accouder à des partenaires aussi déterminés dans la lutte contre le chômage que le centre Charles Péguy (lire : « Le centre Charles Péguy financé et médiatisé » du 25 mars 2011).

Olivier Cadic ; Bernard Emié, ambassadeur de France ; Edouard Braine, consul général ; Guillaume Dufresne, président du centre Charles Péguy et Isabelle Emié

La venue de François Fillon à Londres, il y a un an, a conforté l’action du plan emploi, en faisant précisément mention des « Oubliés de Saint-Pancras », tout en saluant l’action  « originale et novatrice » du centre Charles Péguy (lire : « François Fillon à Londres : Votre communauté donne l’exemple » du 16 janvier 2011 ).

Je vous rappelle que le second volet du plan Emploi concerne le projet de « métro transmanche » entre le Calaisis et le Kent, visant à faire éclore une génération de travailleurs transfrontaliers. Je vous parlerai dans les prochains jours des avancées sur ce sujet (lire : « Le gouvernement acquiesce au projet de métro transmanche » du 14 décembre 2011).

Pour revenir au 21 février dernier, nous avons étoffé notre plan d’une petite touche créative et fraternelle : l’ambassadeur a suggéré de créer une association des anciens de Charles Péguy. Voici une belle idée qui pourrait naitre et se développer aisément sur un réseau social.

Le plan Emploi en couverture de Ici Londres

Il y a tout juste deux ans, lors de mes vœux, j’appelais à la création d’un plan Emploi. Aujourd’hui, ce plan est évoqué en couverture du magazine Ici Londres. Et pour cause, le consul général, Edouard Braine, a réuni autour de lui une équipe d’individualités toutes pénétrées des questions d’emploi pour accomplir ce projet.

Toujours à son initiative, une étude avait été commanditée, en février 2010, à Ewen Ledain, un étudiant français dont la mission assignée était d’observer l’activité du CEI et du centre Charles Péguy afin de caractériser les attentes et les besoins des jeunes Français. Ceux-ci se rendent généralement en Grande-Bretagne pour pratiquer l’anglais, étoffer leur cursus ou bien encore se confronter à une première expérience professionnelle dans un cadre plus en rapport avec le « monde globalisé » que ne le propose notre « modèle français ».

Cette étude a considérablement orienté notre réflexion vers cette réalité sociologique baptisée les « Oubliés de St Pancras », du nom de gare londonienne où se déversent des flots de jeunes Français venus tenter leur chance et qui se fondent aussitôt dans la nature urbaine, sans laisser de trace. Difficiles à cerner, disparates, ils n’en demeurent pas moins l’un des maillons les plus dynamiques de la communauté française de Grande Bretagne.

L’équipe du plan Emploi a jeté les bases d’une politique d’aide à l’emploi et à la formation professionnelle à destination de ces « oubliés ». En 2010, la première urgence était d’assurer la pérennité de l’aide publique au centre Charles Péguy qui fournit, à lui seul, 700 jobs par an à nos jeunes compatriotes débarquant à Londres. Cette année critique s’était joyeusement terminée en présence de Martin Hirsch venu inaugurer les nouveaux locaux du centre Péguy, plus modernes et spacieux (lire : « Le centre Charles Peguy, pivot du Plan Emploi » du 12 novembre 2010).

Début 2011, l’équipe du plan Emploi avait décidé de réfléchir aux actions à mettre en œuvre pour atteindre son premier objectif qui est de fournir à Péguy les moyens complémentaires pour passer de 700 à 1000 placements annuels. Pour y parvenir, il est nécessaire d’étoffer l’équipe d’une personne et de renforcer le dispositif informatique. En termes d’équipement, j’ai pu obtenir un soutien financier de 15 000 euros émanant du Sénat grâce à l’appui du sénateur André Ferrand (lire : 110120 Lettre à Peguy – fichier pdf). Restait donc à trouver un financement pérenne pour le recrutement d’un agent. Nous avons considéré que cet effort ne pouvait provenir exclusivement de l’Etat, dont la contribution est déjà significative.

L’équipe du plan Ecole a alors imaginé d’impliquer cinq entreprises qui se partageraient le coût de l’embauche, avec la fierté de permettre le recrutement supplémentaire d’un jeune par jour à Londres, grâce à leur soutien public. C’est dans ce contexte que Véronique Revington a été appelée par Edouard Braine pour assurer cette mission complexe.

Nous avions fait du sujet de l’Emploi un des thèmes de la journée du 20 octobre à Ashford, organisée par l’UFE Corporate. En décembre, j’ai eu l’occasion de remercier personnellement Vincent de Rivaz, président d’EDF Energy pour avoir été le premier à répondre à notre appel. Nul doute de l’effet incitatif d’une signature aussi prestigieuse dans notre prospection de nouveaux partenaires.

Je vous invite vivement à lire l’article de Veronique Revington paru ce mois-ci dans Ici Londres, intitulé « Objectif 2012 pour le plan emploi des jeunes ».

Vous découvrirez que SOS International, la société conduite par Arnaud Vaissié, président de la Chambre de commerce franco-britannique, appuie cette initiative, tout comme Bruno Deschamps, président de la section britannique des conseillers du Commerce extérieur. Tous deux nous portent à croire que nous rencontrerons bientôt d’autres entrepreneurs socialement responsables qui aideront à incarner les valeurs du plan Emploi : optimisme, ouverture d’esprit, mobilité internationale, développement des compétences, esprit d’initiative…

Comme vous le voyez, les conditions se mettent en place pour nous permettre d’atteindre notre objectif 2012 : permettre à 1.000 jeunes de trouver un emploi grâce au centre Péguy !

Le gouvernement acquiesce au projet de métro transmanche

Bonne nouvelle en provenance du palais du Luxembourg !

Lors du séminaire UFE Corporate, le 20 octobre dernier, Joëlle Garriaud-Maylam avait fait part de son enthousiasme et de sa détermination pour soutenir l’idée du métro transmanche. Quelques jours plus tard, notre sénatrice représentant les Français établis hors de France avait posé une question au ministre des Transports, dont nous venons d’avoir la réponse (lire : « Le métro transmanche s’invite au Sénat » du 21 novembre 2011).

Dans l’hémicycle du Sénat, c’est le secrétaire d’Etat Benoit Apparu qui s’est exprimé au nom de son ministre, Thierry Mariani, pour donner « un avis extrêmement favorable » et « de précieux encouragements aux porteurs du projet », nous fait savoir Joëlle Garriaud-Maylam.

C’est donc un pas très important qui vient d’être franchi ! La presse s’en fait déjà l’écho : « Le métro Transmanche sur de bons rails ? », La Voix du Nord du 14.12.2011

De plus, le ministère des Transports devrait prochainement proposer une évolution législative qui créerait les Groupements Européens de Coopération pour faciliter notamment ce type de projet, ajoute Joëlle Garriaud-Maylam . En effet, il va falloir faire travailler ensemble de nombreux intervenants publics et privés, dont les acteurs du transport (Sncf, Eurotunnel) et les élus des diverses collectivités territoriales (lire : « Conférence UFE Corporate (4) : Le Petit Journal fait le point sur le métro transmanche » du 28 octobre 2011).

Nous avons abondamment évoqué cette idée de liaison ferroviaire, d’une trentaine de minutes, entre le nord de la France (gare de Calais-Fréthun) et le sud-est de l’Angleterre (gare d’Ashford). Il s’agit d’un transport à bas coût qui emprunterait le tunnel sous la Manche, en s’intercalant entre les trajets Eurostar Paris/Londres. La finalité serait de multiplier le nombre de travailleurs transfrontaliers qui feraient quotidiennement l’aller-retour entre la côte d’Opale et le Kent. D’où le nom de « métro ».  (lire : « Conférence UFE Corporate (2) : Plaidoyer à 5 voix pour un métro transmanche » du 25 octobre, 2011).

Les investissements seraient relativement modestes (on utiliserait des trains régionaux existants de la Sncf) pour lutter durablement contre le chômage endémique du Nord Pas-de-Calais, d’autant que le Kent recherche de la main d’oeuvre, notamment les entreprises françaises implantées localement (Lire : « Conférence UFE Corporate (1) : SBE marque les esprits » du 21 octobre 2011).

Au delà de la création d’emplois, Joëlle Garriaud-Maylam souligne que cette liaison va « contribuer à redynamiser la région Nord de la France, avec un accroissement du tourisme et des investissements britanniques. »

Détail qui souligne tout l’intérêt du ministre des transport,  son représentant a également indiqué « que le ministère de l’Intérieur travaillait de son côté aux procédures à mettre en place pour faciliter les contrôles de sécurité et d’identité des personnes qui emprunteraient régulièrement ce moyen de transport, la Grande Bretagne n’étant pas signataire des accords de Schengen ».

Oui, Joëlle Garriaud-Maylam, le métro transmanche semble donc désormais sur de bons rails, et c’est bien grâce à vous. Je partage intensément votre vœu qu’il donne « une dimension nouvelle aux concepts d’Europe des régions et de citoyenneté européenne ».

Lire l’intégralité de l’échange du 13 décembre au Sénat (fichier pdf) : Question orale – Joëlle Garriaud-Maylam – Benoist Apparu

Photo Flickr de Sénat

Métro trans-Manche : transformer le rêve en réalité

Et si la création d’une navette trans-Manche reliant Calais-Fréthun à Asford en 35 minutes n’était pas si éloignée ? On l’espère car ce projet est destiné à instaurer un flux journalier de travailleurs transfrontaliers entre le Nord Pas-de-Calais et le Kent.

Je suis d’autant plus optimiste que nous pouvons compter sur Jacques Gounon, président d’Eurotunnel qui devrait se révéler un acteur déterminant dans cette opération. Pour l’heure, il m’a touché par son volontarisme lors de sa visite au consulat de Londres, le 28 juin dernier, à l’initiative de notre consul Edouard Braine qui multiplie avec succès les actions vers l’accomplissement de ce qui constitue, rappelons-le, l’objectif n°2 du Plan Emploi (lire : « Le métro transmanche fait la une de la presse régionale » du 02 juin 2011).

L’idée du « Cross Channel Tube » crée l’effervescence dans les médias anglais et le Times a évidemment cherché à connaitre la nature des propos du président d’Eurotunnel face aux représentants du plan Emploi dans le bureau du consul général.

J’ai expliqué à Adam Sage, correspondant du Times à Paris, que la société civile, des deux côtés de la Manche, réclamait ce moyen de transport pratique et économique. J’ai ajouté qu’à mon sens, la question n’était plus de savoir si le projet allait aboutir, mais seulement de savoir quand. Qui irait à son encontre s’opposerait au sens de l’Histoire.

Quant à ses questions sur les solutions techniques, j’ai dit à Adam Sage qu’il était grand temps de démystifier le tunnel sous la Manche qui est un tunnel comme un autre, susceptible d’accueillir n’importe quel type de train ! (lien payant : « French commuters pin their hopes on Cross Channel Tube » du 5 juillet).

Nous l’évoquerons tous ces points, le 20 octobre prochain, à Ashford, à l’occasion de la journée de l’Union des Français de l’étranger (UFE GB) pour fêter les 15 ans de la France libre d’entreprendre (FLE). Je suis flatté que notre consul Edouard Braine ait accepté de faire le point sur les progrès enregistrés sur ce dossier conduit par l’équipe du plan Emploi qu’il anime.

Cet événement est une merveilleuse occasion d’appuyer publiquement cette démarche et, sait-on jamais, d’écrire ce jour même une nouvelle page de l’amitié franco-britannique. Je compte sur votre soutien.

Pour tous renseignements et inscriptions pour la journée du 20 octobre 2011

Renseignements et inscriptions : www.ufecorporate.org.uk

Photo Flickr de Jos Rozen

L’UFE vous informe sur la Validation des Acquis d’Expérience (VAE)

L’Union des Français de l’étranger (UFE) consacre sa lettre de juillet au thème de la Validation des Acquis d’Expérience (VAE), un dispositif au titre explicite qui permet de valoriser une expérience professionnelles ou bénévole acquise en France ou à l’étranger.

En effet, depuis janvier 2002, la VAE peut apporter à toute personne une reconnaissance officielle d’une expérience de trois années minimum par l’obtention de tout ou partie d’une certification (diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle). Votre expérience doit être validée par un jury et être en lien les certifications accessibles par la VAE, enregistrées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

La démarche est ouverte aux salariés, non salariés (collaborateur de commerçant, profession libérale, agriculteur, artisan…), bénévoles (syndicat, association…) et même volontaires, quels que soient leur âge, leur nationalité, leur statut et leur niveau de formation.

Pour connaitre tous les détails de la procédure de VAE, je vous invite à consulter la lettre de l’UFE VAE de juillet 2011 (fichier pdf), extrêmement claire et synthétique.

Le site de l’UFE

Photo Flickr de Gordon T Lawson

Le métro transManche fait la une de la presse régionale

« Le rêve transfrontalier d’un métro sous la Manche entre la Côte d’Opale et le Kent prend forme. »  Quel plaisir de lire cette entrée en matière dans la Voix du Nord du 28 mai dernier qui résume parfaitement la situation actuelle.

Lorsque Thaddée Segard, représentant de l’association Opale Link, m’a parlé de ce projet fou en janvier 2008, j’ai tout de suite cru en cette perspective. En effet, c’est la gare Eurostar d’Ashford qui a justifié mon installation dans le Kent en 1996. Il est réconfortant que ce soit la « société civile » du Boulonnais et du Calaisis qui prenne son destin en main pour valoriser ses atouts géographiques au service de son développement. Thaddée a allumé la mèche, l’intérêt s’est progressivement transformé en enthousiasme avant de se muer en impatience fébrile : les élus de la Région prennent désormais les JO de Londres 2012 pour ligne de mire !

Autant dire que l’objectif n°2 du Plan Emploi semble sur de bons rails… Je vous parle souvent du plan Ecole, nous avons également un plan Emploi, lancé début 2010, où figure donc le métro transManche. Je suis reconnaissant à Edouard Braine, notre consul général, d’avoir inscrit cette audacieuse proposition au service de l’emploi, d’autant que je n’avais pas obtenu que Nicolas Sarkozy évoque le sujet, deux ans plus tôt, lors de sa visite d’Etat à Londres en mars 2008.

Les bienfaits économiques d’une liaison transManche reliant les gares de Calais-Frethun et Ashford coulent de source (lire : « Vers une nouvelle génération de transfrontaliers » du 24 août 2010). Sachant que le chômage est trois fois moins élevé dans le Kent et que le prix du foncier est trois fois moins élevé sur la Côte d’Opale, des effets d’ajustements sont inévitables entre les deux bords.

Sur un plan pratique, comment transformer Calais en « banlieue résidentielle de Londres », comme s’en amuse déjà la presse locale ? Il n’est évidemment pas question de creuser un nouveau tunnel de 30km, mais d’emprunter le tunnel sous la Manche qui ne fonctionne qu’à 57% de ses capacités. Toute la faisabilité du projet porte sur le prix du péage exigé par Eurotunnel. Sous les efforts conjugués des élus, la position d’Eurotunnel semble s’infléchir tenant compte de sa mission d’aménagement du territoire ou de la rentabilité de ses investissements (lire : « Eurotunnel favorable à l’idée d’un métro trans-Manche » du 16 février 2011 ). Une fois la question des droits de passage résolue, les « trains régionaux deviendront eurorégionaux », se réjouit d’avance le président de Région, Daniel Percheron. Précisons que la Région est disposée à financer tous les aménagements nécessaires, avec l’appui de Bruxelles.

Les travaux concerneront surtout la gare de Calais-Frethun qui avait accueilli sur son parvis, en octobre dernier, les premières Rencontres jobs transfrontaliers, sous l’impulsion de Catherine Fournier, maire de Frethun (lire : « Pari gagné pour les 1ères Rencontres jobs transfrontaliers » du 06 octobre 2010). L’espoir est immense pour les futurs travailleurs transfrontaliers. Il leur faudra compter 35 minutes de traversée seulement vers la terre promise. Une fois sortis du « métro » à Ashford, les passagers qui souhaitent poursuivre jusqu’à Londres pourront emprunter, comme je le fais chaque semaine, un train qui les conduira à Saint-Pancras en 37 minutes.

De l’autre côté de la Manche, nous saisissons toute opportunité avec Edouard Braine pour faire avancer le projet. Je le remercie d’avoir partagé ce rêve. Ces derniers mois, le consul a multiplié les déplacements, puisqu’on l’a vu à Calais pour fêter les vingt ans du Tunnel, à Canterbury pour la célébrer le traité franco-britannique signé par Mitterrand et Thatcher, à Ashford en compagnie des entrepreneurs du Kent et, enfin, à Frethun pour assister au forum transfrontalier sur l’emploi.

Edouard Braine vient d’inviter le président d’Eurotunnel à Londres pour rencontrer les personnes impliquées sur le projet de navette coté anglais. Je vous tiens au courant de l’avancée de ce magnifique dessein.

La Voix du Nord du 28 mai 2011 :
– Voir la Couverture (vdn_01_boulogne_28_05_11_01)
– Lire « L’an prochain, un métro sous la Manche ? » du 28 mai 2011 (vdn_01_boulogne_28_05_11_02)
– Lire « L’enjeu de la gare Calais-Frethun est vital pour le littoral » (vdn_01_boulogne_28_05_11_10)
Nord Littoral du 28 mai 2011 :
– Lire l’encart « Un métro Frethun-Ashford ? » et les articles « La SNCF nous méprise » et « Catherine Fournier défend inlassablement son combat pour la gare de Fréthun : Il n’est pas trop tard pour développer la gare » (110528 NORDLIT p12&13)

Le centre Charles Péguy financé et médiatisé

Le printemps a doublement resplendi pour le centre Charles Péguy avec un accord définitif pour sa subvention de fonctionnement et les honneurs du JT de France2.

Le 7 décembre dernier, le Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle (CCPEFP) présidé par le consul général Edouard Braine s’était prononcé à l’unanimité en faveur du maintien de la subvention de 55.000€ au centre (lire : « Proposition de subvention reconduite pour le centre Charles Péguy » du 14 janvier 2011).

La Commission nationale relevant de l’emploi au ministère des Affaires étrangères vient de valider notre proposition. Parmi les membres de cette commission, nous avions le soutien bienveillant de Jeannine Sandmayer, conseillère AFE pour l’Australie, qui a affirmé que Péguy était une « plateforme indispensable à nos jeunes ».

C’est justice, d’autant que le centre ambitionne d’atteindre 1000 placements de jeunes Français en Angleterre par an, contre 700 en 2010 ce qui représentait déjà 23% du total des placements effectués par les 31 CCPEFP dans le monde !

Autre sujet de fierté pour Guillaume Dufresne, le président du centre Péguy, avec la venue de la télévision française pour rendre compte de sa démarche dans le cadre d’un reportage sur les Français de Londres, programmé cette semaine du lundi au vendredi, en toute fin du journal de 13h sur France2. Vous pouvez visionner les 5 épisodes de ces portraits croisés de Français expatriés outre-Manche sur le site de la chaine, à la rubrique du JT.

Un coup de projecteur, au sens propre, bien mérité !

Eurotunnel favorable à l’idée d’un métro trans-Manche

Une navette Hitachi relie Ashford à Londres St-Pancras en 35 minutes, en utilisant le tracé de l’Eurostar.

Lorsque Louis Blériot atterrit à Douvres, le 25 juillet 1909, le Daily Express titra : « L’Angleterre n’est plus une île » ! Les journaux refirent la même boutade longtemps après, le 12 février 1986, lorsque François Mitterrand et Margaret Thatcher signèrent le traité de Canterbury scellant à la construction du tunnel sous la Manche. C’était il y a vingt-cinq ans.

Je n’ai pas pu accompagner notre consul Edouard Braine à Canterbury pour la cérémonie anniversaire, étant convié à l’inauguration du toit du nouveau collège français à Londres (le CFBL). Le consul m’a fait le grand plaisir de rédiger un billet afin que je le publie à votre attention.

Edouard Braine exprime que notre ambition commune de créer un métro trans-Manche est désormais partagée par le président d’Eurotunnel, Jacques Gounon et Patricia Hewitt, administratrice d’Eurotunnel et ancienne secrétaire d’Etat à la Santé au Royaume-Uni.

La nouvelle est conséquente puisqu’elle décuplerait les liens économiques entre le Kent et le Nord Pas-de-Calais permettant l’émergence d’une nouvelle génération de travailleurs transfrontaliers et résorbant le chômage en France (lire : « Vers une nouvelle génération de transfrontaliers » du 24 août 2010) .

Techniquement, la situation repose sur la mise en circulation d’une navette sur le tracé Eurostar, profitant que le tunnel ne soit utilisé qu’à 52% de sa capacité.

Dans sa lettre, le consul expose nos raisons d’être optimistes. Je salue son déterminisme, saisissant toute occasion de faire progresser les esprits vers un projet devenu l’objectif n°2 de notre Plan Emploi (lire : « Mes vœux à la communauté française du Royaume-Uni pour 2011 » du 9 janvier 2011) .

Cher Olivier,

J’étais vendredi dernier 12 février dans ton fief du Kent au moment où tu inaugurais la mise hors d’eau du collège de Kentish Town. Il s’agissait pour moi de manifester le soutien consulaire au dossier transfrontalier créé par le trafic trans-Manche. Plus que mes propos bien repris par la presse nordiste et en particulier par La Voix du Nord sur le métro trans-Manche, ce qui m’a frappé, c’est que pour la première fois à ma connaissance les autorités d’Eurotunnel ont abordé ouvertement ce sujet dont l’importance sera déterminante pour l’avenir économique et social du littoral de Calais et Boulogne. Tu peux donc reprendre ce qui suit :

Lors de la célébration à Canterbury des 25 ans du traité de création du Tunnel sous la Manche, Jacques Gounon, Président d’Eurotunnel, a salué le tunnel comme le plus grand exploit d’ingénierie du 20e siècle. Restent, de son point de vue, aujourd’hui deux éléments manquants au tunnel, un niveau plus élevé du trafic fret et un service de métro transmanche desservant Ashford, Calais Frethun et Lille. « …Eurotunnel fera le nécessaire pour promouvoir ce service ferroviaire, mais cela nécessitera très certainement un effort des pouvoirs publics pour démarrer le projet. Ce n’est pas une question technique, tout est dans les mains des politiciens…», a-t-il ajouté.

L’ancien secrétaire d’État à la Santé, Patricia Hewitt, administrateur d’Eurotunnel, a également déclaré: « C’est vraiment frustrant de constater que nous n’avons pas encore ce lien local. Il nous faut un système de commuting rapide, fiable et abordable. Je vais étudier la question pour voir ce qu’Eurotunnel peut faire pour encourager un opérateur ferroviaire qui y verra une opportunité rentable. »

Sois assuré de mon engagement dans la cause du RER trans-Manche qui me parait s’imposer comme la solution la plus saine et la plus efficace pour faire reculer le chômage dans le Pas de Calais et pour développer la relation frontalière entre les deux rives de la Manche.

Amitiés Edouard Braine

Je vous invite à lire l’article Le lien entre les « meilleurs ennemis du monde », publié dans la Voix du Nord du 12 février 2011, consacré à la célébration du traité historique de Canterbury.

Proposition de subvention reconduite pour le centre Charles Péguy

Le 7 décembre dernier, je participais à la réunion du CCPEFP, Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle, qui devait se prononcer sur la demande de subvention du centre Charles Péguy (CCP), tout comme l’an dernier à la même époque (lire : « Nouvelle subvention demandée pour le centre Charles Peguy » du 11 décembre 2009).

 J’ai récemment relaté l’inauguration des nouveaux locaux londonien du CCP, en présence de Martin Hirsh, qui lui permettront de recevoir plus efficacement nos jeunes français (18-30 ans) désireux de s’installer en Grande Bretagne pour travailler et maitriser l’anglais (lire : « Le centre Charles Peguy, pivot du plan Emploi » du 12 novembre 2010). Le CCP était menacé de fermeture fin 2009.  Edouard Braine a mobilisé les énergies et trouvé les ressources destinées à garantir la survie du Centre Charles Péguy (CCP).

 Je rappelle que le centre est un des piliers du plan Emploi, initié à ma demande par notre consul général Edouard Braine en mobilisant tous les acteurs de notre communauté. A souligner que ce plan s’adresse aussi à une catégorie de Jeunes que le consul nomme les « Oubliés de Saint Pancras », du nom de la gare londonienne où débarquent chaque jour des dizaines de compatriotes, avant de se dissiper dans la nature avec leur sac à dos. Ils ne comptent que sur leur bonne étoile. Comme ils n’imaginent pas une seconde qu’ils auraient intérêt à s’immatriculer auprès des services consulaires, Edouard Braine avait vu dès son arrivée à Londres que notre administration les connaissait mal. 

Deux représentants du centre Peguy étaient venus pour justifier la demande de subvention devant la Commission consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle. Il s’agissait de Marine Deneux, directrice, et Alexandre Auddin, conseiller emploi, qui ont dressé un bilan d’activité et évoqué les projets de leur association d’aide à l’insertion professionnelle.

 Le CCP place près de 700 jeunes Français par an (voir graphique), ce qui est loin d’être une goutte d’eau puisque ce chiffre équivaut à 20% du volume global des placements (3121 postes) réalisés par les 31 CCPEFP dans le monde ! Ajoutons à la performance que le coût moyen d’un placement est de 309 euros, contre 208 euros à Londres (lire : « Charles Péguy champion du monde des placements ! » du 13 mai 2010). Vous serez alors étonnés d’apprendre, si vous ne le savez, que Peguy dispose d’un effectif de 5 personnes seulement : une directrice, 2 VIA (volontaire international de l’Administration), une réceptionniste et un comptable.

 Lorsque j’ai demandé comment le centre pouvait parvenir au seuil des 1000 placements en 2011, la réponse a fusé : « il faut recruter un conseiller emploi supplémentaire ! ». J’ai suggéré de faire appel à la générosité des sociétés qui pourraient contribuer à l’action solidaire en sponsorisant le recrutement d’un conseiller dans le cadre du service civique. Ce serait une double bonne action, à la fois pour le jeune embauché et pour Peguy.

 De plus, on pourrait imaginer la création d’un certificat justifiant du nombre d’embauches et d’entretiens permis grâce au conseiller sponsorisé. Une forme de reconnaissance dont l’entreprise pourrait se prévaloir, ce qui favoriserait encore la notoriété du CCP.

 La commission s’est prononcée à l’unanimité en faveur du maintien de la subvention de 55.000€ au centre Charles Péguy. Avec ses chaleureuses félicitations. Souhaitons que la Commission nationale suive notre demande.

Le consul général peut être satisfait d’avoir conduit l’action emploi en 2010 qui a permis au CCP de voir désormais l’avenir plus de sérenité. Mais son expérience de l’entreprise privée lui a enseigné qu’il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers et s’imposer toujours de nouveaux objectifs plus ambitieux.

 L’objectif 1 du Plan Emploi est désormais d’aider Peguy à placer 1 000 jeunes par an !

Mes vœux à la communauté française du Royaume-Uni pour 2011

Madame, Monsieur, chers compatriotes,

Je souhaite que 2011 vous apporte une santé rayonnante, qu’elle accomplisse vos espoirs, tout en vous réservant d’heureuses surprises…

Dès son arrivée à Londres, fin 2009, le Consul Général Edouard Braine s’est engagé en faveur de nos jeunes compatriotes venus au Royaume-Uni à la recherche d’un premier emploi. Il les a baptisé les « Oubliés de Saint -Pancras ». Edouard Braine a exaucé le vœu que j’exprimais l’an dernier et réuni une équipe motivée pour créer un Plan Emploi. Il a mobilisé les énergies et trouvé les ressources destinées à garantir la survie du Centre Charles Péguy (CCP), qui permet à environ 650 jeunes compatriotes de trouver chaque année un emploi au Royaume-Uni ! Désormais, le premier objectif du Plan Emploi est d’offrir à Péguy des moyens supplémentaires pour lui permettre de placer 1000 jeunes par an. Le second objectif est de créer un « RER transmanche », reliant Calais-Frethun à Ashford. Permettre l’éclosion d’une nouvelle génération de travailleurs transfrontaliers, désenclaver le Nord-Pas-de-Calais, offrir de nouvelles perspectives pour les entreprises des Français du Kent justifient cette ambition. Je forme le vœu que sous la conduite de notre Consul Général, ce Plan Emploi aboutisse et contribue à la réduction du chômage en France.

Avec l’emploi, l’essentiel de mes efforts se porte sur l’éducation. Ma conviction est que nous devons démocratiser l’accès à l’enseignement français au Royaume-Uni tout en favorisant le bilinguisme dans les écoles anglaises. Depuis trois ans, Maurice Gourdault-Montagne, Ambassadeur de France au Royaume-Uni, conduit remarquablement un Plan Ecole en y associant les représentants de notre communauté scolaire et les élus. Notre objectif premier vise à accroitre de 500 places par an la capacité d’accueil de l’enseignement français au Royaume-Uni. Nous avons déjà créé près de 500 nouvelles places depuis le lancement du Plan Ecole.

Afin de créer de nouvelles écoles sans peser sur nos finances publiques, le Plan Ecole a décidé la création d’un Trust à vocation immobilière. Avec le soutien du Sénateur André Ferrand, nous avons obtenu la garantie de l’Etat afin de diminuer le coût d’emprunt finançant l’acquisition d’un premier bâtiment. L’ouverture en septembre du collège français bilingue de Londres (CFBL) couronnera les efforts des acteurs du Plan Ecole.

Tous ces succès ne me font pas oublier que l’inflation à deux chiffres des frais de scolarité du lycée Charles de Gaulle menace la mission de continuité du service public de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). Je forme le vœu que nous parvenions à plus de transparence sur les coûts et je prendrai l’initiative d’organiser un grand débat sur ce sujet en mai prochain.

Les 70% des enfants français vivant au Royaume-Uni scolarisés dans le système éducatif local ne sont pas oubliés. Cette année, le Gouvernement va publier un décret instituant un « label France« . C’est l’outil dont nous avions besoin pour favoriser le développement du bilinguisme dans les écoles britanniques, objectif n°2 du Plan Ecole.

Notre dynamisme doit beaucoup à l’engagement des parents d’élèves. A Londres, leurs opérations de levées de fonds ont apportés en quelques années plus d’un million de livres sterling au profit du lycée Charles de Gaulle. Dans le cadre du programme Français Langue Maternelle (Flam), partout dans le Royaume-Uni, ils ouvrent des petites écoles du samedi qui familiarisent les plus petits à la langue française. Nous comptons désormais 39 écoles de ce genre contre 28 l’an dernier ! Invité en 2010 par leurs directrices (à Bristol, Canterbury, Colchester, Dartford, Leeds, Maidstone…), j’ai ressenti à chaque fois la même passion et le même amour pour ces 2 000 enfants aujourd’hui concernés par le programme Flam, la plupart binationaux. Je souhaite que cet élan formidable s’amplifie, d’autant que notre sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a permis le financement d’une méthode novatrice d’apprentissage du français spécifique aux plus jeunes. Tous ces progrès n’auraient pu se concrétiser sans l’action formidable du Service Culturel conduit par notre nouveau Conseiller Culturel Laurent Burin des Roziers.

Je poursuivrai aussi mon action pour que le Ministère dégage un budget pour moderniser le standard du consulat de Londres afin d’améliorer l’accueil téléphonique. Car comme le souhaitent Edouard Braine et les agents du consulat, tout doit être mis en œuvre pour ne pas rebuter nos compatriotes lorsqu’ils cherchent à entrer en contact avec leur administration. Ils ont d’ailleurs mené une action exemplaire en 2010 afin que le consulat soit enfin conforme aux exigences britanniques d’accessibilité au public.

2011 précédera une année historique pour les Français de l’étranger. L’an prochain, pour la première fois, vous aurez l’occasion d’élire un député représentant les Français du Royaume-Uni et d’Europe du Nord. Edouard Braine a initié une démarche de mise à jour de la liste électorale qui devrait aboutir à radier prochainement 15000 noms. Je vous invite à vérifier votre situation électorale au cours de l’année.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus cordiaux,

Olivier Cadic
Canterbury, le dimanche 9 janvier 2011

Pour télécharger ce texte en pdf : Voeux à la communauté du RU 2011

Photo Flickr de Mooi

Témoigner pour favoriser la mobilité

Je reviens sur les 1ères Rencontres jobs transfrontaliers pour remercier la presse régionale d’avoir assuré la promotion de l’événement des deux côtés de la Manche. Vous pourrez lire deux articles, ci-dessous.

Dans l’attente de facilités logistiques (un « metro transmanche », par exemple), l’enjeu actuel consiste à faire évoluer les mentalités pour inciter les chômeurs de la Côte d’Opale à oser la mobilité professionnelle. Il faut « démystifier le franchissement des frontières », déclare Catherine Fournier, maire de Frethun. Et pourtant, il ne s’agit que de parcourir quelques kilomètres à destination du sud de l’Angleterre ou même de la Belgique (Lire : « Pari gagné pour les 1ères Rencontres jobs transfrontaliers » du 6 octobre 2010).

Contribuer à la réduction du chômage en France fait partie de mon engagement. Déjà, le 22 septembre 2006, le réseau Eures m’avait demandé de participer à l’événement « Je Paris l’Europe pour l’emploi », étape française du « European Mobility Road Show ». J’avais rendu compte, lors de leur conférence de presse, des résultats de l’action que j’avais mené avec Eures pour répondre à une offre de 200 emplois. Eures m’avait offert de participer l’année suivante à la formation de ses conseillers européens à Séville puis de transmettre mon expérience lors de la plus importante manifestation d’offres d’emplois transfrontaliers, le fameux «Job Days» à Bruxelles. Rappelons que Eures est le portail européen pour l’emploi qui a pour but de faciliter la mobilité des travailleurs au sein de tous les pays de l’Union européenne.

L’inconnu inquiète toujours. Partager son expérience permet de lever les appréhensions des candidats à l’expatriation et de les rassurer sur leur aptitude à travailler hors de leur cocon. Le journal Nord Littoral m’a permis d’en fournir un nouveau témoignage.

Allons chercher les emplois où ils se trouvent et découvrons par là même d’autres modes de vie et de pensée ! Je me range publiquement aux côtés de personnalités qui prennent des initiatives en ce sens. Je pense à Catherine Fournier, maire de Frethun, qui a accueilli les 1ères Rencontres, ainsi qu’à Edouard Braine, notre consul de France particulièrement impliqué dans l’emploi des jeunes Français, notamment ces « Oubliés de Saint-Pancras » (Lire : « Emploi (14) : Naissance du « plan d’emploi pour les jeunes » au Royaume-Uni » du 06 mai 2010).

Lire l’article  « Partager mon expérience pour lever les doutes de chacun » – Nord-Eclair – 1/10/2010.
Lire l’article « Kent firms in Calais to promote cross-Channel business » – Kent Business – 30/09/2010

Les entrepreneurs français enchantés par les Rencontres Jobs transfrontaliers

Je reviens sur l’événement de Frethun, pour mettre à l’honneur deux entrepreneurs que j’apprécie particulièrement, d’autant que nos parcours se sont mêlés au sud de l’Angleterre depuis longtemps (Lire : « Pari gagné pour les 1ères Rencontres jobs transfrontaliers » du 5 octobre 2010). 

Olivier Cadic et Gregory Dumont, fondateur de SBE à Ashford

Gregory Dumont est le fondateur de SBE UK à Ashford (Société Boulonnaise d’Electronique). Il a débarqué quelques semaines après moi dans le sud de l’Angleterre en 1996, année de l’ouverture de la gare Eurostar à Ashford, seul arrêt avant Londres. Rejoint ensuite par David Rosenberg, cette société spécialisée dans la réparation d’appareils électroniques a connu un développement foudroyant et compte aujourd’hui 900 personnes au Royaume-Uni. Près de quinze ans plus tard, nous sommes encore là, tous les deux, pour témoigner et transmettre notre enthousiasme à la nouvelle génération. J’avais déjà évoqué les difficultés rencontrées par SBE pour trouver du personnel dont les Français de représentent que 5% des effectifs (Lire : « Vers une nouvelle génération de transfrontaliers » du 24 août 2010). 7 salariés de SBE font du covoiturage et utilisent le shuttle chaque jour entre Calais et Ashford.

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, et sa nouvelle collaboratrice

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, et sa nouvelle collaboratrice

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, aide depuis plus de dix ans les entrepreneurs français à s’installer au Royaume-Uni, en leur fournissant notamment une structure d’accueil. Sa présence à la foire aux jobs de Frethun lui a permis de recruter une nouvelle collaboratrice qui posera ses valises à Ashford cette semaine même. De plus, Ronald a embauché deux stagiaires qui commenceront début janvier, ainsi qu’une assistante commerciale pour l’un de ses clients, distributeur de compléments alimentaires.

Inutile de préciser que Grégory et Ronald espèrent vivement l’avènement d’une navette ferroviaire transmanche entre Ashford et Calais-Frethun, pour rendre tous les emplois créés dans le Kent immédiatement accessibles aux habitants du Calaisis.

Tous les autres chefs d’entreprises présents aux Rencontres m’ont confié qu’ils avaient passé une journée bénéfique en soulignant qu’il fallait renouveler l’expérience.

Vers une nouvelle génération de transfrontaliers

Contribuer à réduire le chômage en France est un engagement que j’ai formellement pris devant vous en début de mandat. Je partage heureusement cette préoccupation constante avec Edouard Braine, notre consul général. Lors du premier comité consulaire pour l’emploi, j’ai suggéré au consul général de prendre avantage de la liaison entre Calais et Ashford via le tunnel sous la Manche. Depuis, nous militons tout deux en faveur d’une solution de transport transmanche à bas coût, équivalente au RER, d’autant qu’Eurostar n’utilise qu’un tiers des créneaux horaires qui lui sont réservés (les sillons, en langage ferroviaire).

A n’en pas douter, la création d’une navette transmanche, reliant Calais-Frethun à Ashford par exemple, permettrait l’émergence d’une nouvelle génération de travailleurs transfrontaliers et dynamiserait les économies du Kent et du Nord Pas-de-Calais. Rappelons qu’une navette Hitachi relie déjà, en 35 minutes, Ashford à Londres (St-Pancras) en utilisant le tracé de l’Eurostar.

Thaddée Segard, président d’Opale Link et Catherine Fournier, maire de Frethun, à Eastwell Manor

Le consul m’a demandé d’organiser une rencontre à Ashford pour cerner le potentiel économique du Kent et son impact en termes d’emplois pour la région Nord Pas-de-Calais. C’est ainsi que le 8 juillet dernier, j’ai eu le plaisir d’accueillir le consul pour la première fois à Ashford avec les initiateurs des « Rencontres Jobs transfrontaliers », Catherine Fournier, maire de la ville de Frethun et Thaddée Segard, président d’Opale Link, association dédiée au développement de la Côte d’Opale et chaude partisane d’un «métro transmanche».

La matinée fut consacrée à la visite de SBE UK (Société boulonnaise d’électronique), installée depuis 1996 au Royaume-Uni et spécialisée dans la réparation de téléphones mobiles puis d’appareils électroniques. Deux ans après son ouverture, en 1998, ses effectifs étaient passés d’un seul salarié à vingt-huit, dont une bonne moitié de Français. SBE emploie aujourd’hui près de 1200 personnes sur le sol anglais, dont 800 sur le site d’Ashford. Combien de Français ? A peine 5% des effectifs désormais. Les emplois ont-ils été accaparés par les Britanniques ? Pas du tout, car ceux-ci ne représentent que 15% du personnel. Autrement dit, SBE peine à embaucher et verrait d’un très bon œil l’établissement d’une solution logistique lui permettant de recruter sur le bassin d’emploi de Calais.

Tout à droite de l’image, David Rosenberg, directeur de SBE UK depuis 1998, fait part de son expérience dans le Kent

L’après-midi, nous avons rencontré, à l’Eastwell Manor, d’autres entrepreneurs de tous horizons : produits agro-alimentaires, informatique, conseil à l’export…

A l’image du consul, chacun ne pouvait que regretter les limites actuelles de l’aide à l’emploi en France : il n’entre pas dans les projets du Pôle Emploi de concentrer leurs efforts sur le Kent, pourtant proche de quelques kilomètres, où le taux de chômage est quatre fois inférieur à celui du Nord Pas-de-Calais.

Par ailleurs, notre démarche pourrait nous conduire à alerter la mission parlementaire consacrée à la compétitivité des régions transfrontalières et leur rôle-clé dans la construction européenne. Je précise que coopération transfrontalière est l’un des trois objectifs prioritaires de l’Union européenne pour 2007-2013, pour lequel elle affecte 7,75 milliards d’euros de budget !

Les premières « Rencontres Jobs transfrontaliers » se tiendront à Frethun le 1er octobre prochain. Une journée ouverte à tous, notamment les jeunes, les demandeurs d’emploi et les entreprises. Il s’agit d’une première étape sur le chemin prometteur de la création d’emplois transfrontaliers entre la France et le Royaume-Uni. Pourquoi des Français ne pourraient-ils travailler en Angleterre… en rentrer le soir chez eux, en France ? Quand pourra-t-on traverser la Manche avec la même évidence que traverser le Rhin ou la frontière belge ?

Le site des 1ères Rencontres Jobs transfrontaliers prévues le 1er octobre 2010 à Frethun et placées sous le haut patronage du Secrétariat d’Etat aux Affaires européennes.

Emploi (13) : L’AFE plébiscite le centre Charles Peguy

La 12ème session de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) s’est tenue à Paris, du 1er au 6 mars dernier.

Les 155 conseillers de l’AFE, venus du monde entier se sont réunis pour une semaine de travaux, ce qui me donnera l’occasion de vous faire plusieurs annonces dans mes prochains billets.

Tableau d'annonces à Charles Péguy

La commission de l’Union européenne de l’AFE a adopté à l’unanimité une Motion (UE_1_10.03-1) en faveur du centre Charles Péguy.

Je me réjouis de ce vote positif qui couronne le travail des conseillers AFE du Royaume-Uni, impliqués sur ce dossier et très actif pendant la session, afin que l’action du Centre vis à vis de nos jeunes expatriés soit pérennisée.

Cette motion proposait que soient renouvelés dans leur intégralité les crédits alloués au centre Charles Péguy, mais aussi que soit prévue une augmentation de ses effectifs, tout comme la possibilité d’agrandir ses espaces d’accueil.

Il a été rappelé en effet que le bassin d’emploi de Londres est le premier lieu de recrutement des jeunes Français hors de France.

Le centre Charles Péguy, sous la tutelle du consulat de France, reçoit des subventions publiques pour accueillir nos concitoyens qui débarquent à Londres… de plus en plus nombreux.

La demande de subvention pour l’année 2010 sera étudiée mardi 9 mars par la commission nationale pour l’Emploi et la Formation professionnelle.

Lire aussi Emploi (8) : Nouvelle subvention demandée pour le centre Charles Péguy (du 11 décembre 2009)

Crédit photo : Loïc Dumas